undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

99
4,1 sur 5 étoiles
The Next Day -Edition Deluxe digipack
Format: CDModifier
Prix:9,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

42 sur 45 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 mars 2013
J'ai lu tous les commentaires avec attention. Fan de Bowie, je restais sur Outside, chef d'oeuvre, pour moi, à l'égal de Scary Monsters, Aladdin Sane, Station to Station, Low, Hunky Dory, Ziggy Stardust.

Lu les commentaires de certains, très tristes, dépités, déçus.Je ne leur jette pas la pierre. Je les invite à réécouter le disque dans quelques jours ; ils savent que Bowie est un malin, qu'il ne se laisse pas aborder facilement et surtout qu'il a vieilli. C'est un homme vieux qui chante, cela s'entend, il n'est plus capable des performances du passé, c'est clair : qui allait penser que Bowie était éternel ?
Personne.
La prod, c'est du Visconti. On connaît tous. Y'a un peu (un peu, hein ...) de Scary qui se balade, des chansons pop que Bowie magnifie avec ce qu'il lui reste de voix (Valentine's day, I'd rather be high, Set the world, Ill take you...The Next) des balades à la Outside (en pop) (Where are we now, So she), moins pop (If you can see me, Heat, Plan, un instrumental coupé, c'est dommage) des vagabondages (The Stars...) des perles tout court (Dancing, You feel so) le très Talking Heads "How does...".
Des moments, je ressens des influences de REM, de Badalamenti...
On peut être déçu si on espérait le Bowie d'il y a 35 ans, sûr. Mais ceux qui aiment Bowie savent qu'il change, comme nous tous, nous ne sommes plus les mêmes... Le suivons-nous comme nous le suivions quand il sortait Outside ? C'est à chacun de voir...
1717 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
50 sur 55 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 mars 2013
Le pire étant de mettre une note à David Bowie.et de juger cet album après une seule écoute...parce qu'il est puissant et dense.
Les melodies sont Soignées et signées, pures et dures et l'album est très "écrit".Textes et Musiques et Arrangements.
Ouverture.
-The next Day...qui serait une réponse à Repetition de Lodger.On retrouve l'incroyable phrasé et la voix de Bowie dépourvue d'artifices.Simple Brute Incroyable.
Il chante Magnifiquement bien.
-Dirty Boys avec le riff de fame...réinventé.
-Love is lost...Sublime...L'album commence si bien...et ça continue...
Un voyage qui demande une attention particulière...et du temps...
Les deux guitaristes sont extraordinaires et La bassiste Gail Ann Dorsey est tout simplement magnifique.
Le bemol est à mon sens dans le mixage ou le parti pris des Batteries très devant sur certains titres est un peu extrême et pas nécessaire.
L'album se termine en beauté avec un "heat" qui ne repose que sur la voix ,le texte et un arrangement qui est celui que je préfère.Pour le coup là,le mixage est etonnant et improbable...
Le morceau est magique...
Bonne écoute.
Ce n'est pas juste un album de plus...c'est un bel album...
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
n'étant ni spécialiste,ni fan absolu ,il m'est difficile de critiquer! seulement amateur depuis 10 ans, je trouve que cette album termine une deuxième trilogie avec "heathen" & "reality". il y eu la trilogie berlinoise, et maintenant la trilogie new yorkaise... rien à jeter dans cet album. l'énergie et la rage sont au rendez vous et la musique envahit notre espace. quel titre ce dégage de l'album? tous! dés le premier morceau "the next day" , c'est un tourbillon de rock qui vous pénètre et qui s’achève (pour ceux qui l'édition limitée) par un "i'll take you there" d'enfer. voila ce que j'avais a dire , mais les mots sont insuffisants et le mieux est de l'écouter... au moins ,bowie est toujours vivant et a la "gnaque", ce n'est pas comme ses condisciples "les stones" (oui,oui, les papys du rocks qui n'usurpent pas leur surnom , vu leurs dernières œuvres complétement ratées)
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
25 sur 30 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Waouh... quelle claque ! On le disait quasiment mort, gaga, bon pour l'hospice... Faut croire que le Duke n'a pas dit son dernier mot car cet album est très bon, l'un des meilleurs des 30 dernières années.

C'est pop, c'est rock, mélodique, enlevé, inspiré, ça sent les vrais instruments, les vrais musiciens, la production du binôme Bowie/Visconti est aux petits oignons... Brefs mis à part quelques rares titres un peu plus faibles que les autres, on a du mal à trouver des défauts à ce nouveau Bowie.

Les moments forts du disque ? The Next Day bien sûr qui ouvre le bal et qui rassure le fan sur les intentions de Bowie. The Stars (Are Out Tonight) est pour moi la meilleure chanson de l'album, son rythme enlevé, sa mélodie imparable, ses guitares sexy, ses cordes enivrantes... Vous avez raison Monsieur Bowie, les Stars sont de sortie cette nuit... Where Are We Now est l'une des deux ballades de l'album. Pas la meilleure mais digne d'intérêt ne serait-ce que pour la voix de Bowie, particulièrement émouvante. Valentine's Day est une chanson pop parfaite, très brit pop. Je suis moins emballé par If You Can See et son rythme de batterie quasi drum & bass qui me rappelle les albums électro des années 90 et notamment Earthling. I'de Rather Be High est rafraîchissante et tient une mélodie pop imparable. L'intro de batterie de Dancing Out In Space rappelle furieusement celle de Modern Love en 1983. (You Will) Set The World On Fire démarre sur un riff de guitare quasi hard rock et devient un peu plus légère sur le refrain. La seconde ballade du disque, You Feel So Lonely You Could Die, est une pure merveille, à écouter en boucle.

Ce nouvel album de Bowie est donc une vraie réussite, un disque qui ravira les fans de la première comme les novices. Car même s'il est exigeant, il est aussi accessible au plus grand nombre, ce qui convenons-en n'a pas toujours été le cas de tous les disques de Bowie.

En 2013, comme depuis plus de 40 ans, Bowie continue d'élever le niveau de la production musicale rock et ça c'est une très bonne nouvelle... espérons que The Next Day marque un nouveau départ pour le Duke.
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 24 juillet 2014
Paru en 2013, j'ai attendu et surtout beaucoup écouté avant de faire un commentaire. Il manque quelque chose à cet œuvre? Les compositions sont très bonnes voire excellentes notamment HEAT, LOVE IS LOST, la production top, les musiciens comme d'habitude très très bon, guitaristes rien à dire, bassistes Gail, Tony, (le jeu de Tony quel régal), les batteurs Zack et Sterling ça cogne juste (j'ai eu la chance de voir des concerts de Bowie l'un avec Zack, l'autre avec Sterling, j'ai un petit faible pour Zack), je ne vais pas continuer sur les musiciens. Revenons à ce disque, ce qui manque c'est un fil conducteur qui de Hunky Dory à Let's dance était la marque de Bowie, il y eut un petit coup de mou Blue Jean, Never let me down, puis début de résurrection Black tie white noise, suivi de Earthling, pour arriver à un sommet Heathen, un ton dessous Reality, puis trou noir problème de santé. pendant cette période jusqu’à ce The next day Bowie a visiblement composé et de quelle manière, mais je me répète le fil conducteur manque. Nota : j'ai les CD et le vinyle, le vinyle même avec des bandes masters numériques est bien meilleur à l'écoute (mais moins pratique je l'accorde)
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
10 ans après, le jour d'après... Il nous a manqué, Bowie, c'est indéniable. Des pires doutes sur sa santé (toujours pas complètement éteints), de son invisibilité caractérisée, à une quasi totale absence de nouvelles, on le croyait perdu ! Et puis une affiche, "the next day" dans un carré blanc sur la pochette de "Heroes" que, forcément, on repère facilement, un nouvel album !, enfin ! C'est moche, on croit à un teaser, ce sera finalement la pochette, drôle de choix. Quoique... Comme un signe que le jour d'après sera aussi beau que le jour d'avant ? Comme un aveu de retour vers des sources ô combien prolifiques, un raccrochage de wagon vers une gloire passée ? A voir... A entendre surtout.

Bon, autant éventer le "secret" tout de suite, ce n'est pas du grand Bowie, pas le retour miraculeux qu'on n'attendait de toute façon pas. Ce n'est pas indigne non plus, rassurez-vous. Des dires de Tony Visconti, producteur de la galette et collaborateur récurrent de David depuis plus de 30 ans, c'est Bowie qui a eu de nouveau envie de faire des chansons et, fatalement, de faire un album, un album qu'on n'attendait plus et qu'on prend donc pour ce qu'il est avec la réalisation de la chance que nous avons d'avoir un nouveau Bowie en 2013 si ce n'est un grand Bowie, ce à quoi nous sommes de toute façon habitué, pour retrouver un Grand Bowie, il faut quand même se reporter une trentaine d'année en arrière...

Pas un grand mais un bon Bowie qui a toujours la voix (même si un peu moins de voix), bon signe. Un bon Bowie avec son lot de pépites, plutôt plus généreux que ne l'avaient été Reality,Hours et Heathen, des pépites qui, si elles ne révolutionneront rien à la perception qu'on les gens de l'artiste, font bien plaisir à entendre ! Et ça commence dès le morceau titre et introductif de la galette qui, rock solide et énergique, rappelle autant "Heroes" que Tin Machine tout en dégageant une fugace impression de mélancolie qui ne lâchera que rarement l'album. Impression renforcée par la ballade tristoune Where Are We Know?, une des plus belles réussites de l'ensemble, ceci dit en passant. Et implosée par la conclusion (de l'album classique, rallongé de 3 pistes bonus dans sa version "deluxe"), le froid et beau Heat qui convoque, magnifiquement pour le coup, la veine dramatique jadis habitée par le Scott Walker de la fin des 60s. Mais un Bowie qui s'amuse aussi comme sur le Kurt-Weilien/ Tom-Waitsien mais en même temps si Bowieien Dirty Boys, comme sur le joliment Beatles Valentine's Day (où la voix de David et la guitare d'Earl Slick font la différence), comme quand il nous balance sans crier gare en plein Outside (If You Can See Me) pour un exercice "Drum'n'Rock" réussi. comme quand il cold-rocke avec classe sur le new-waveux Boss of Me. Etc. Oui, il y a plus qu'aisément matière à se réjouir dans une tracklist ceci dit pas d'une folle cohérence... un poil "éclatée".

Parce que, forcément, il y a une tenace impression de revisitation continuelle des cannons passés, un jeu de piste à identifier à quelle période d'hier se réfère chaque chanson d'aujourd'hui, une sorte de relecture à l'aulne du jour d'un passé lointain mais toujours vivace. C'est souvent le jeu des vieux rockers que de revenir à la source de leurs exploits (voir McCartney, Springsteen ou Robert Plant pour ceux qui le réussissent le mieux), de tenter, dans le procédé, de se réinventer ou, à minima, de faire ce qu'ils savent faire, ce qui leur vient naturellement et donc, fatalement, de rappeler qu'ils sont qui ils sont... Bowie n'est pas une exception en la matière. A ceux que l'absence de toute épiphanie créatrice, de quelque inespérée et miraculeuse régénération chagrine, on répondra que Mr. David Bowie a maintenant 66 ans, s'est déjàç recréé un bonne demi-douzaine de fois pour finir par être lui, somme de tous ses possibles, miraculé d'excès qui en ont laissé moult sur le carreau. C'est déjà beaucoup.

Beaucoup parce que The Next Day est un bon album, du Bowie supra-classique, du Bowie qui satisfait en ratissant large mais en restant digne parce que, et nous ne tirerons pas sur les quelques ambulances qui traversent l'opus, les chansons sont bonnes, bien arrangées, bien jouées (par peu ou prou la même équipe que Reality), bien enregistrées, bien mixées... Bien. Ce n'est pas Hunky Dory, ce n'est pas Ziggy Stardust, ce n'est pas Low, ces références immortelles appartiennent à un passé créatif qui ne revivra plus ou plus que fugitivement, c'est le cru 2013 plus qu'honorable d'un mec qui nous a tous, à un moment ou un autre, fait quelque chose... Et qui réussit au moins à nous rajeunir les tympans d'au moins une décennie en se ressemblant juste ce qu'il faut, et donc en se différenciant légèrement aussi de ce qu'il fut, pour ne pas paraître incongru, ou bêtement revivaliste.

Evidemment, l'évènement se suffisant à lui-même, l'album cartonne avec des numéros 1 en Argentine, Belgique, Croatie, Tchéquie, Danemark, Pays-Bas, Finlande, Allemagne, Eire, Nouvelle-Zélande, Norvège, Pologne, Portugal, Royaume Uni, Suède, Suisse et Etats Unis d'Amérique, et pas loin derrière dans le reste des pays où la musique pop est disponible. Ce n'est, dans le fond, que mérité, couronnant comme il se doit la carrière d'une icone qui a, comme vous l'aurez compris, de forts beaux restes, qu'il a su savamment déployer sur cette résurrectionnelle galette. Que l'avenir réserve-t-il à Bowie ? Quelles seront ses prochaines aventures ? Y aura-t-il seulement de nouvelles aventures ? Autant de questions qui restent pour le moment sans réponse. Reste la satisfaction de tenir, je le répète, un bon Bowie, en 2013, toujours vivant !, et ça, ce n'est pas rien !

Tracklist édition "deluxe":
1. The Next Day 3:26
2. Dirty Boys 2:58
3. The Stars (Are Out Tonight) 3:57
4. Love Is Lost 3:57
5. Where Are We Now? 4:09
6. Valentine's Day 3:02
7. If You Can See Me 3:12
8. I'd Rather Be High 3:45
9. Boss Of Me 4:09
10. Dancing Out In Space 3:21
11. How Does The Grass Grow? 4:34
12. (You Will) Set The World On Fire 3:32
13. You Feel So Lonely You Could Die 4:37
14. Heat 4:25
Bonus
15. So She 2:31
16. Plan 2:02
17. I'll Take You There 2:41

Personnel:
- David Bowie: vocals (1-15, 17), producer, guitar (1, 16), string arrangement (1, 3, 15),
acoustic guitar (3, 13-15, 17), keyboards (4, 5, 7, 10, 11, 15-17), percussion (16)
- Tony Visconti - engineer, mixing, producer, string arrangement (1, 3, 13-15),
guitar (2, 13, 15, 17), recorder (3, 9), strings (5), bass guitar (6, 12, 15)
- Zachary Alford: drums (1-5, 7-11, 13-17), percussion (7)
- Sterling Campbell: drums (6, 12), tambourine (12)
- Gail Ann Dorsey: bass guitar (1, 3, 4, 10, 11, 13, 14, 17),
backing vocals (3, 7, 9, 11-13, 17)
- Steve Elson: baritone saxophone (2, 3, 9), contrabass clarinet (3)
- Henry Hey: piano (5, 13)
- Gerry Leonard: guitar (1-5, 7-15, 17), keyboards (15)
- Tony Levin: bass guitar (2, 5, 7-9)
- Janice Pendarvis: backing vocals (3, 9, 12, 13, 17)
- Earl Slick: guitar (2, 6, 12)
- David Torn: guitar (1, 3, 7, 10, 11, 13-15, 17)
- Hiroko Taguchi: strings (1, 3, 13-15)
- Antoine Silverman: strings (1, 3, 13-15)
- Maxim Moston: strings (1, 3, 13-15)
- Anja Wood: strings (1, 3, 13-15)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 avril 2013
Le pari était risqué avec cette pochette qui nous fait miroiter le Bowie des beaux jours. Lou Reed l'avait perdu avec ce "The Blue Mask" qui reprenait la pochette de "Transformer", Bowie le gagne avec "The Next Day".

Bowie, j'ai cessé de suivre sa carrière en 1983, soit à la sortie de son "Let's Dance" que j'ai détesté souverainement. Et voilà qu'il sort ce très bon album, 30 ans plus tard. J'aime l’atmosphère sombre qui s'en dégage, que l'on retrouvait sur certaines pièces de "Diamond Dogs", Scary Monsters" ou "Low".

La pièce la plus forte? "Heat", une des plus grandes chansons de Bowie, toutes époques confondues.

Bowie ne fera pas danser avec cet album. Et c'est tant mieux.

Ajout 9 avril 2013:

Je ne m'étais pas rendu compte que j'avais acheté l'édition de luxe avec ses 17 pièces (au lieu de 14). Ça vaut le coup? Bien sur! Je ne sais pas s'il s'agit de "rejects", mais si c'est le cas, je trouve qu'on aurait pu en choisir d'autres sur les 14, car elles sont toutes excellentes, ces trois pièces ajoutées.
77 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 décembre 2013
Le retour réussi d'un artiste hors norme. Vieillir est une création que chaque artiste doit vivre et que bien peu savent accepter sans vouloir refaire et refaire le passé... Bowie ne regarde pas derrière lui, il continue à faire !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 mai 2013
Après avoir été littéralement éduqué par les grands albums de Bowie des années 70-80, la chute dramatique initiée avec "Let's Dance" m'avait laissé quasi orphelin, et les quelques sursauts créatifs ultérieurs ("Outside", "Earthling") ne m'ont jamais plus réconcilié avec un artiste qui avait même fini par m'irriter profondément. Mes premières écoutes de "The Next Day" ont d'ailleurs fait renaître en moi cet agacement devant des effets de voix un peu écoeurants et des orchestrations lourdingues, dépassées depuis belle lurette... Et ce d'autant que le parti-pris nostalgique (une nouveauté chez Bowie) de retour à la période "Heroes/Lodger" crée un effet de bégaiement historique dérangeant. Pourtant, au fil des écoutes, quelque chose du Bowie éternel apparaît derrière la semi-caricature et les effets appuyés... Est-ce la qualité nouvelle des morceaux, résultats d'années et d'années de décantation ? Où est-ce plus vraisemblablement notre indulgence après une aussi longue absence ? En tous cas, "the Next Day" fonctionne beaucoup mieux que tout ce que Bowie avait publié au cours des décennies précédentes, et ne pêche que par excès de longueur : réduit à 40 minutes, concentré sur ses meilleures chansons, "the Next Day" aurait pu être un classique mineur de la longue discographie de Bowie. En l'état, il nous rappelle au moins combien Bowie a été, il y a si longtemps, essentiel au Rock...
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 avril 2013
Alors que le single sorti au mois de janvier (le mélancolique "where are we now?") annoncait un D.Bowie peut-être un brin las, "The Next day" dans son entiereté affiche un entrain et un dynamisme qui font plaisir à entendre. Un album direct, efficace servi par une excellente production, intelligente, précise ainsi que par pléthore de musiciens ayant travaillé il y a plus (Earl Slick) ou moins (Gail-Ann Dorsey) longtemps avec le dandy anglais.

Un très bon album pop-rock qui signe le retour sous les feux des projecteurs d'un légende de la musique pop et de la musique en général.

Monsieur Bowie fait toujours de la musique et ça, ça fait du bien.

K 11.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Nothing Has Changed - (Best Of 2 Vinyles)
Nothing Has Changed - (Best Of 2 Vinyles) de David Bowie (Album vinyle - 2014)

The Next Day Extra
The Next Day Extra de David Bowie (CD - 2013)

Heathen
Heathen de David Bowie (CD - 2002)