undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

51
3,8 sur 5 étoiles
The Raid
Format: DVDModifier
Prix:7,59 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
L’affiche du film annonçait qu’un buzz sans précédent sur « les réseaux sociaux » rendait ce film déjà culte. Si vous lisez ces lignes, c’est que vous êtes sur un réseau social, et pas l’un des moins connus. En aviez-vous entendu parler ? Moi non plus. Mais laissons quand même sa chance au produit, surtout quand, comme moi, on a un faible pour les films asiat’ : ceux qui arrivent à s’exporter sont souvent (mais pas toujours) bons. Là, l’objet vient d’Indonésie. Moi non plus, je savais pas qu’on faisait des films là-bas.

L’intrigue est simple : un commando policier doit prendre d’assaut un immeuble contrôlé par des trafiquants de drogue, afin de dézinguer leur chef au 15ème étage. Parfois, un scénario tenant sur du papier cigarette peut parfaitement devenir un chef d’oeuvre (Predator, anyone ?). Ici, on n’en passe pas loin. L’action est menée tambour battant, et se concentre assez vite sur un petit nombre de personnages qu’on a sans problème envie de suivre jusqu’à la fin. Les combats sont orchestrés de manière très particulière : c’est violent, c’est efficace, mais justement ça ne « fait » pas chorégraphié. Il y a un sens dans les attaques des différents personnages qui rend celles-ci vraiment crédibles. Le premier combat du héros dans le couloir du 7ème étage est à ce titre exemplaire. Le scénariste a ménagé un certain nombre de rebondissements pour mettre ses protagonistes dans bon nombre de situations difficiles, pour ne pas dire inextricables, et le réalisateur met tout cela en scène avec un sens du cadre et du rythme magnifiques. La seule chose pénible, ce sont les cris des combattants trop visiblement rajoutés en post-production et qui deviennent rapidement énervants. Et la fin n’est pas idiote, ni exagérément mélo comme souvent chez John Woo.

Il y a du Tony Jaa (Ong-bak), du Tsui Hark (Time and Tide), du Johnnie To (Breaking News) dans ce film. Fans de l’Asie, ne le ratez pas ! Quant aux curieux néophytes donnez-lui sa chance, vous ne serez pas déçus ! Ensuite, vous aurez probablement envie de vous plonger dans The Raid 2, très réussi également, notamment parce qu'il évite de faire un inutile copier-coller de l'original. Mais cela est une autre histoire.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 13 mai 2013
Film à capitaux indonésien mais réalisé par Gallois qui connait ses classique.
Un film sans temps mort et des acteurs qui ne surjouent pas, une qualité rare dans les films asiatiques.
Foncez, c'est une belle découverte pour les amateurs de films d'action et de séquences de combats époustouflantes.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Comme son nom l'indique, le film traite du raid d'une unité de la police sur un immense building, rempli à raz bord de gangsters, truands et autres trafiquants.
Passé une scène d'exposition de 6 minutes, l'assaut commence. On l'aura compris, le point fort de The Raid n'est pas le scénario, mais bien l'action. Et, dans le genre, quelle claque !
Se posant en digne héritier du John Woo de la grande époque (citons A toute épreuve), Gareth Evans nous livre des scènes de combats plus impressionnantes les unes que les autres (au cours desquelles il fait la part belle au pencak-silat, l'art martial indonésien du film) !
Car dans cet immense building labyrinthique et oppressant (sentiment encore augmenté par les infra-basses), une seule loi fait force : celle de la jungle.
Les affrontements entre policiers et truands s'enchainent donc pratiquement sans temps morts, que ce soit à mains nues, à l'aide de fusils, pistolets, grenades, couteaux, ou encore machettes (un homme sera même égorgé à l'aide d'un tube néon !). Un seul but : survivre.
Dans le genre, on n'avait pas vu une telle équipe de cascadeurs-acteurs depuis celle de Tony Jaa. C'est dire !

Citons également la grande fluidité des mouvements de caméra. Evans, et ce contrairement à beaucoup de ses pairs, ne propose pas un montage haché et à la limite de la lisibilité tant la caméra est agitée, mais des prises de vues stables, qui nous permettent d'apprécier à leur juste valeur les chorégraphies de combat, réglées au millimètre près.
Une preuve d'honnêteté vis à vis de son sujet, mais également vis à vis des cascadeurs, dont on ne peut qu'imaginer le nombre d'heures de répétitions pour arriver à un tel résultat !

Néanmoins, ajoutons un bémol : se focalisant uniquement sur l'action, le réalisateur ne développe pas assez ses protagonistes (6 minutes de scène d'exposition, rappelez-vous !), ce qui conduit petit à petit au sentiment d'assister à un bel exercice de forme, mais sans fond. D'où un détachement progressif vis à vis des personnages, pour lesquels un peu plus de profondeur n'aurait pas été de trop.

Mais passé ce défaut, le but essentiel d'Evans est atteint, et ce avec une puissance exemplaire : nous livrer un long métrage honnête, brut, intense et jusqu'au boutiste dans ses combats.
Il ne nous reste plus qu'a croiser les doigts pour qu'il face des émules !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Comme beaucoup de films d'actions, The Raid a une histoire vraiment très limitée.
En cumulé, je dirai moins de 10 minutes d'histoire à proprement parlé. Le reste n'est que baston mais ça se regarde bien.

Les scènes de combat sont très bien réalisées et ne font pas chiquées. Je n'ai pas vu passer le temps. Je me demande ce que cela donnera avec le deuxème volet qui est en train de sortir au cinéma et qui a l'air tout aussi prenant.

Seul bémol, l'absence de filles. Un bon film d'action en a toujours au moins une :)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 novembre 2012
Un magnifique film d'action indonésien mettant en avant les arts martiaux locaux que sont le Kali et le Silat ... Les scènes d'actions sont magnifiques ! A voir et à revoir pour tout les amateurs du genre !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 25 mars 2014
Grand fan de film d'action, j'avais entendu parler de "The Raid" dont Stalone himself voulait recruter des acteurs pour son "The Expendables 3". C'est donc tout naturellement que je me suis précipité pour le voir et quelle claque ! Le Penchak Silat sert à merveille les combats cinématographiques, les acteurs sont des athlètes exceptionnels !

Ne cherchez pas de scénario, il n'y en a pas et on s'en fiche ! Le film distribue les balles, les coups de couteaux, de pieds et de poings à tout va et c'est tout ce qu'on veut !

A acheter les yeux fermés pour tout amateur d'action, en attendant le 2 qui sort en juillet prochain au cinéma.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 17 novembre 2012
Comme son nom l'indique, le film traite du raid d'une unité de la police sur un immense building, rempli à raz bord de gangsters, truands et autres trafiquants.
Passé une scène d'exposition de 6 minutes, l'assaut commence. On l'aura compris, le point fort de The Raid n'est pas le scénario, mais bien l'action. Et, dans le genre, quelle claque !
Se posant en digne héritier du John Woo de la grande époque (citons A toute épreuve), Gareth Evans nous livre des scènes de combats plus impressionnantes les unes que les autres (au cours desquelles il fait la part belle au pencak-silat, l'art martial indonésien du film) !
Car dans cet immense building labyrinthique et oppressant (sentiment encore augmenté par les infra-basses), une seule loi fait force : celle de la jungle.
Les affrontements entre policiers et truands s'enchainent donc pratiquement sans temps morts, que ce soit à mains nues, à l'aide de fusils, pistolets, grenades, couteaux, ou encore machettes (un homme sera même égorgé à l'aide d'un tube néon !). Un seul but : survivre.
Dans le genre, on n'avait pas vu une telle équipe de cascadeurs-acteurs depuis celle de Tony Jaa. C'est dire !

Citons également la grande fluidité des mouvements de caméra. Evans, et ce contrairement à beaucoup de ses pairs, ne propose pas un montage haché et à la limite de la lisibilité tant la caméra est agitée, mais des prises de vues stables, qui nous permettent d'apprécier à leur juste valeur les chorégraphies de combat, réglées au millimètre près.
Une preuve d'honnêteté vis à vis de son sujet, mais également vis à vis des cascadeurs, dont on ne peut qu'imaginer le nombre d'heures de répétitions pour arriver à un tel résultat !

Néanmoins, ajoutons un bémol : se focalisant uniquement sur l'action, le réalisateur ne développe pas assez ses protagonistes (6 minutes de scène d'exposition, rappelez-vous !), ce qui conduit petit à petit au sentiment d'assister à un bel exercice de forme, mais sans fond. D'où un détachement progressif vis à vis des personnages, pour lesquels un peu plus de profondeur n'aurait pas été de trop.

Mais passé ce défaut, le but essentiel d'Evans est atteint, et ce avec une puissance exemplaire : nous livrer un long métrage honnête, brut, intense et jusqu'au boutiste dans ses combats.
Il ne nous reste plus qu'a croiser les doigts pour qu'il face des émules !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 janvier 2013
Pour ceux qui aiment l'action et la violence, voilà un cocktail explosif et sans chichis... ils aimeront la trouvaille du huis clos d'un immeuble occupé comme un bunker par ce que l'humanité peut nous offrir de mieux en matière de malfrats et de tueurs... à votre choix c'est jouissif ou démoralisant.... mais dans le genre plutôt bien fait.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
100 PREMIERS RÉVISEURSle 27 janvier 2015
C'est samedi après-midi, comme par hasard il pleut comme c'est pas permis alors que vous êtes en repos, et votre belle-mère vient de vous annoncer qu'elle passait manger à la maison le soir.

Il est temps de regarder "The Raid", film d'action indonésien sorti en 2012. Je vous jure que ça va vous faire du bien.

Un conseil cependant, je vous conseille de ne pas mettre le son trop fort, vos voisins risqueraient d'appeler le GIGN.

Bref, ce film sorti de nulle part, réalisé par un Gallois avec des acteurs totalement inconnus par chez nous est clairement le meilleur film d'action qu'il m'ait été donné de voir ces dernières années.

Le scénario tient sur une feuille de papier WC, mais finalement c'est assez secondaire. L'intérêt même du film réside dans ses scènes de combat qui sont stupéfiantes de réalisme et l'on y découvre le penchak silat, art martial indonésien.

Tout est filmé à la perfection et les chorégraphies orchestrées par l'un des acteurs du film sont exécutées avec une rapidité et une précision hallucinantes.

Le summum de tout ça, c'est qu'à part un ou deux acteurs (oh oui, toi chef policier qui surjoue, c'est de toi que je parle), tous sont très convaincants dans leurs rôles respectifs.

Visionner The Raid, c'est se prendre une grande claque. C'est ressortir avec une envie assez étrange et dérangeante : de vouloir castagner la première personne qui va vous regarder de travers.

Et ça, c'est dommage pour la belle-mère qui a prévu de passer manger ce soir !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 octobre 2012
Oui, j'ose le jeu de mots pourrav'! Il faut bien donner une raison aux VNUcopaths de s'exciter sur un commentaire, non ?

Image: bon, de ce côté là Evans le dit lui même dans l'un des commentaires, il n'avait pas un rond. Celui-ci explique parfaitement dans les bonus comment il devait jongler entre rien et peu de choses, le forçant à toujours être ingénieux. Et force est de constater qu'il s'est grandement amusé avec ses caméras numériques bas de gamme durant le tournage. Le résultat est plutôt correct.
Toutefois si l'image est par moments très bien contrastée malgré un environnement sombre et le choix d'une colorimétrie plutôt froide, on ressent bien le côté "cheap" des caméras avec lesquelles il a tourné. Du coup on a le droit au final à certains plans victimes d'une forte compression. On le ressent surtout dans les séquences rapides et les changements d'environnements (passages d'une pièce obscure vers un lieu surexposé à la lumière) qui offrent quelques fourmillements.
Mais au regard du petit documentaire et des différentes méthodes de captation utilisées par Evans, je trouve que c'est plus qu'honorable. Je possède des films à gros budget qui ont bénéficié de beaucoup moins d'attention au développement vidéo.

Son:

V.O (Indo) 5.1 DTS HD MA : autant au cinéma j'avais été impressionné pas le côté bien bourrin de certains effets, autant j'ai été surpris de constater à quel point ils sont ici exagérés et encore plus bourrins. Ca part dans tous les sens; on se croirait presque dans une salle d'arcade, entouré de 20 bornes Street Fighter. La spatialisation est hallucinante de ce point de vue la, ne faisant qu'accentuer - que dis-je, surenchérir sur le délire jeux vidéo / cinéma Hong-Kongais des années 80/90 sans pour autant être totalement épileptique ou dépassant les limites de l'audible.
La piste audio reflète vraiment le film. Je n'ai que très peu de B-R qui peuvent se targuer de solliciter autant les différentes voies. En revanche j'aurais aimé pour le coup que le caisson se lâche un poil plus, bien qu'il n'y ait pas vraiment à redire de ce côté là. Du grand n'importe quoi comme on en voit peu. J'adore, même si un peu plus de dynamisme aurait été un "plus".

VF 5.1 HD MA: J'ai switché rapidement sur la VF pour écouter, mais les doublages sont tellement bidons que je ne me suis pas attardé. Amateurs de VF, bonne chance.

Bonus: je n'ai pas tout regardé. Mais l'interview d'Evans est excellente. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il balance tout. De ce qui allait à n'allait pas: ses problèmes financiers, les accidents, la philosophie du Silat.

Film: si vous en êtes à ce stade de mon commentaire, alors vous avez compris que j'ai aimé ce film. Bien que mon avis n'entre pas dans ma notation, c'est plutôt tentant de l'influencer en ce sens.
C'est un plaisir coupable que j'ai pu ressentir en visionnant ce film. Pas prise de tête pour un copec, nous sommes à la fois dans un pure délire hommage aux films du genre et aux jeux-vidéos.
J'ai retrouvé là mon époque des A Toute Epreuve, The Killer, Une Balle Dans La Tête (oui, l'époque où John était Woo), Police Story & Co. Ce cinéma d'action absolument décomplexé et maîtrisé; des chorégraphies de haut niveau dans des productions underground à faire pâlir les plus gros studios. D'ailleurs ces derniers lorgnent tellement sur le talent d'Evans qu'ils lui ont demandé de faire un remake de son propre film... Un talent qui reste toutefois à confirmer.
En ce qui me concerne, c'est sans honte que j'adhère à ce gros défouloir tombé du camion, ode aux anciens tombés sur le champ du déshonneur Hollywoodien. R.I.P John... Who?

A abuser sans honte.
33 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
The Raid 2
The Raid 2 de Iko Uwais (DVD - 2014)
EUR 9,06


The Raid + The Raid 2
The Raid + The Raid 2 de Iko Uwais (DVD - 2014)
EUR 22,99
 
     

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)
  -  
Combattez les Insectes avec Raid®. Découvrez Raid® Anti-Insectes !