The Remains of the Day et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus

Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
Acheter d'occasion
D'occasion - Comme neuf Voir les détails
Prix : EUR 6,59

ou
 
   
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 1,50
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire The Remains of the Day sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

The Remains of the Day [Anglais] [Broché]

Kazuo Ishiguro
4.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (10 commentaires client)
Prix : EUR 9,60 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mercredi 17 septembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,50
Vendez The Remains of the Day contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,50, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Description de l'ouvrage

1 avril 2010

What starts as a straightforward journey into the English countryside becomes a journey into the past for Stevens, the ageing butler of Darlington Hall. The climax of his trip is a reunion with his former housekeeper.

The Remains of the Day won the prestigious Booker Prize for Fiction in 1989 and is also an acclaimed film starring Anthony Hopkins and Emma Thompson.

--Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

The Remains of the Day + The Body, and Other Stories: AND Seven Stories
Prix pour les deux : EUR 20,15

L'un de ces articles sera expédié plus tôt que l'autre.

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Extrait

Excerpted from the Introduction by Salman Rushdie
 
Introduction
 
‘I was very consciously trying to write for an international audience,’ Kazuo Ishiguro says of The Remains of the Day in his Paris Review interview (‘The Art of Fiction’, No. 196). ‘One of the ways I thought I could do this was to take a myth of England that was known internationally – in this case, the English butler.’
 
‘Jeeves was a big influence.’ This is a necessary genuflection. No literary butler can ever quite escape the gravitational field of Wodehouse’s shimmering Reginald, gentleman’s gentleman par excellence, saviour, so often, of Bertie Wooster’s imperilled bacon. But, even in the Wodehousian canon, Jeeves does not stand alone. Behind him can be seen the rather more louche figure of the Earl of Emsworth’s man, Sebastian Beach, enjoying a quiet tipple in the butler’s pantry at Blandings Castle. And other butlers – Meadowes, Maple, Mulready, Purvis – float in and out of Wodehouse’s world, not all of them pillars of probity. The English butler, the shadow that speaks, is, like all good myths, multiple and contradictory. One can’t help feeling that Gordon Jackson’s portrayal of the stoic Hudson in the 1970s TV series Upstairs, Downstairs may have been as important to Ishiguro as Jeeves: the butler as liminal figure, standing on the border between the worlds of ‘Upstairs’ and ‘Downstairs’, ‘Mr Hudson’ to the servants, plain ‘Hudson’ to the gilded creatures he serves.
 
Now that the popularity of another television series, Downton Abbey, has introduced a new generation to the bizarreries of the English class system, Ishiguro’s powerful, understated entry into that lost time to make, as he says, a portrait of a ‘wasted life’ provides a salutary, disenchanted counterpoint to the less sceptical methods of Julian Fellowes’s TV drama. The Remains of the Day, in its quiet, almost stealthy way, demolishes the value system of the whole upstairs-downstairs world.
 
(It should be said that Ishiguro’s butler is in his way as complete a fiction as Jeeves. Just as Wodehouse made immortal a world that never existed except in his imagination, so also Ishiguro projects his imagination into a poorly documented zone. ‘I was surprised to find,’ he says, ‘how little there was about servants written by servants, given that a sizable proportion of people in this country were employed in service right up until the Second World War. It was amazing that so few of them had thought their lives worth writing about. So most of the stuff in The Remains of the Day...was made up.’)
 
 
*
 
 
The surface of The Remains of the Day is almost perfectly still. Stevens, a butler well past his prime, is on a week’s motoring holiday in the West Country. He tootles around, taking in the sights and encountering a series of green-and-pleasant country folk who seem to have escaped from one of those English films of the 1950s in which the lower orders doff their caps and behave with respect towards a gent with properly creased trousers and flattened vowels. It is, in fact, July 1956 – the month in which Nasser’s nationalization of the Suez Canal triggered the Suez Crisis – but such contemporaneities barely impinge upon the text. (Ishiguro’s first novel, A Pale View of Hills, was set in post-war Nagasaki but hardly mentioned the Bomb. The Remains of the Day ignores Suez, even though that débâcle marked the end of the kind of Britain whose passing is a central subject of the novel.)
 
Nothing much happens. The high point of Mr Stevens’s little outing is his visit to Miss Kenton, the former housekeeper at Darlington Hall, the great house to which Stevens is still attached as ‘part of the package’, even though ownership has passed from Lord Darlington to a jovial American named Farraday who has a disconcerting tendency to banter. Stevens hopes to persuade Miss Kenton to return to the Hall. His hopes come to nothing. He makes his way home. Tiny events; but why, then, is the ageing manservant to be found, near the end of his holiday, weeping before a complete stranger on the pier at Weymouth? Why, when the stranger tells him that he ought to put his feet up and enjoy the evening of his life, is it so hard for Stevens to accept such sensible, if banal, advice? What has blighted the remains of his day? --Ce texte fait référence à l'édition Relié .

Revue de presse

“An intricate and dazzling novel.” —The New York Times
 
“Brilliant and quietly devastating.” —Newsweek
 
A virtuoso performance ... put on with dazzling daring and aplomb.” —The New York Review of Books
 
“A perfect novel. I couldn’t put it down.” —Ann Beattie
 
“The novel rests firmly on the narrative sophistication and flawless control of tone ... of a most impressive novelist.” —Julian Barnes --Ce texte fait référence à l'édition Relié .

Détails sur le produit

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : Faber & Faber (1 avril 2010)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 0571258247
  • ISBN-13: 978-0571258246
  • Dimensions du produit: 1,8 x 12,6 x 19,7 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (10 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 6.719 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.9 étoiles sur 5
4.9 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 quel plaisir de lire ce roman ! 13 décembre 2004
Par Un client
Format:Broché
J'ai lu ce livre en anglais : un vrai régal! Il nous décrit le voyage de James STEVENS vers la femme à qui il n'a pas su dire son attachement vingt ans auparavant à la grande époque du château dans lequel ils étaient tous deux domestiques.
L'auteur nous raconte en fait deux histoires en parallèle : celle de ces deux personnages que la vie finira par séparer et en même temps, comme en toile de fond, celle du propriétaire du château, un aristocrate anglais, trop crédule, abusé par la diplomatie nazie...
J'ajoute qu'il est très intéressant de voir le film après avoir dévoré le roman.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Comment rater sa vie avec dignité 17 avril 2006
Format:Broché
Mr Stevens fut longtemps l'obéissant majordome de Lord Darlington. Mais il fut surtout prisonnier d'un idéal, celui du parfait majordome. Stevens est froid, non par nature mais parce que selon lui un majordome doit faire preuve de dignité. Ce qui apparemment n'est guère compatible avec la chaleur humaine. Stevens est un majordome qui joue à être un majordome. Il y a quelque chose d'inhumain dans son comportement vis-à-vis de son père ou de Mlle Kenton : il place cet idéal au dessus de tout sans vraiment se rendre compte des conséquences. Et ceci à une époque où d'autres en Europe placent un autre idéal de perfection "über alles".

Lord Darlington se pique de politique internationale. Entre les deux guerres il veut, par humanisme, venir en aide à une Allemagne en crise économique et identitaire. Trop angélique pour cette diplomatie sous-terraine il fait le jeu des nazis. Il est faible parce que trop humain. Il finit par décider de licencier deux servantes parce qu'elles sont juives. Mr Stevens exécute l'ordre de son employeur sans le remettre en cause, ce ne serait pas digne. Quelques années plus tard Lord Darlington regrettera, mollement.

Lord Darlington cherche à faire le maximum avec le bout de pouvoir qu'il a, principalement mettre des gens en relation. Et cette grenouille qui essaie de se faire aussi grosse qu'un bœuf ne maîtrise pas la situation ni ces enjeux qui le dépassent. Stevens quant à lui se refuse à agir, il ne fait qu'obéir. Il aurait sans doute pu influencer son employeur (par exemple pour éviter le licenciement des servantes juives) mais ça ne serait pas digne. Alors il ne fait rien.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une belle histoire qui risque d'en ennuyer beaucoup 14 septembre 2004
Format:Broché
C'est vrai que cette histoire ne carbure pas à la caféine, on prend son temps et surtout on prend le temps de rentrer dans l'histoire. Et une fois qu'on est plongé dedans, on redécouvre une page de l'histoire de l'Angleterre, par le biais de réceptions organisées par le patron du protagoniste, un majordome ("butler" en anglais). C'est une histoire d'apparence terne, mais qui fait ressurgir des vènements comme les négociations du traité de Locarno (1925) ou encore les manipulations du gouvernement nazi avant la guerre (Ribbentrop lui-même intervient dans le livre). Les flashbacks sont très présents... Donc il faut garder à l'esprit la réalité de l'Histoire et on apprécie beaucoup plus ce livre, qui permet aussi de se faire une idée de la société hiérarchisée qu'était l'Angleterre.
Et l'expression de l'auteur, d'origine japonaise, est superbe.
Pour ceux que ça ennuierait, un film en a été fait avec à l'affiche le remarquable Anthony Hopkins et Emma Thompson.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un bon roman 3 octobre 2008
Par Lisbei13 TOP 500 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:Broché
Stevens est maître d'hôtel dans une belle demeure anglaise devenue depuis peu la propriété d'un Américain. Ce changement de propriétaire s'est aussi traduit par un changement de train de vie, et le faste et les réceptions d'avant-guerre ne sont plus d'actualité. Sur les conseils de son nouvel employeur, Stevens prend ses premières vacances depuis des décennies, et décide de parcourir quelques régions anglaises en automobile, et d'en profiter pour rendre visite à une ancienne collègue de travail, gouvernante de son état, dans l'espoir de la convaincre de revenir travailler à Darlington Hall.
Tandis que les kilomètres défilent et que Stevens découvre avec bonheur la beauté des paysages, le lecteur plonge dans son passé, découvrant à la fois la psychologie particulière d'un homme obsédé par son devoir et l'histoire récente de Darlington Hall et de son propriétaire, qui avant la guerre a oeuvré en toute bonne foi (du moins c'est ce dont Stevens est persuadé) pour un rapprochement entre l'Allemagne et l'Angleterre, sans se douter que ses efforts seraient perçus comme autant de trahisons après la guerre.

Comme toujours chez Kazuo Ishiguro, ce qui prime c'est la psychologie du personnage principal, sa manière personnelle d'aborder et d'appréhender la réalité, en fonction de son éducation, et même de son conditionnement ultérieur. J'ai beaucoup apprécié ce roman malgré l'exaspération que ne peut manquer de provoquer l'aveuglement de Stevens pour les événements et les êtres qui l'entourent. Et j'ai bien envie de voir le film réalisé par James Ivory avec Emma Thompson (entre autres).
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Vous voulez voir plus de commentaires sur cet article ?
Ces commentaires ont-ils été utiles ?   Dites-le-nous
Commentaires client les plus récents
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?