Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Ajoutez à votre liste d'envies
The Road Of Bones
 
Agrandissez cette image
 

The Road Of Bones

Iq
5 mai 2014 | Format : MP3

EUR 8,69 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 19,91 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.
Titre
Durée
Popularité  
30
1
7:24
30
2
8:32
30
3
19:15
30
4
5:55
30
5
12:00
Disc 2
30
1
8:10
30
2
4:17
30
3
12:24
30
4
7:10
30
5
6:10
30
6
10:52

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 5 mai 2014
  • Nombre de disques: 2
  • Label: GEP
  • Copyright: 2014 G E P Records Limited
  • Durée totale: 1:42:09
  • Genres:
  • ASIN: B00JXW695Q
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (18 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 511 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

4.4 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par D. Vincent sur 13 août 2014
Format: CD
IQ nous revient cette année avec sa nouvelle livraison progressive confirmant le retour du bassiste Tim Essau au bercail vingt ans après.
Comme d'habitude l'auditeur tombera très vite sous le charme de ce nouvel album qu'est "Road of Bones"
Celui-ci est certainement le plus sombre de la carrière de IQ, le thème n'est pas joyeux, il relate l'enfer qu'ont vécu les déportés de l'ex-URSS en construisant des routes en Sibérie. "Road of bones " est à classer d'emblée comme un classique du groupe, aux côté de "Subterranea" , "Dark Matter" ou "Tales from the Lush Attic". C'est toujours les mêmes meneurs aux manettes c'est à dire le le guitariste Michaël Holmes" et Peter Nicholls. Un nouveau venu occupe les claviers en la personne de Neil Durant.
Le groupe nous délivre un de ces morceaux magnifiques comme "Without Walls" titre féérique , l'un des plus beaux de la carrière de IQ qui dure plus de vingt minutes. Surement que les fans de longue date vont apprécier ainsi que les autres chansons que sont "Until the end" "The road of Bones" ou "Ocean", Tout ces titres sont dans la veine de la tradition Progressive Anglaise.
Il est à noter que la guitare de Michaël Holmes est moins démonstrative tout au long de cet album, en tant que producteur celui-ci a voulu laisser la part belle aux instruments de ses acolytes. Par contre, on ressent bien la mise en avant de la basse de Tim Essau. Comme Steve Hogarth de Marillion, la voix de Peter Nicholls devient plus profonde et émotive au fil des années c'est à dire moins habitée comparé aux anciens albums.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
17 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pierre Dulieu TOP 500 COMMENTATEURS sur 7 mai 2014
Format: Téléchargement MP3
Ce onzième album en studio du groupe britannique IQ entérine un nouveau changement de line-up. Si le guitariste Mike Holmes et le chanteur Peter Nicholls sont toujours là, Mark Westworth, lui-même successeur du grand Martin Orford, a été remplacé par Neil Durant (qui officie aussi dans le groupe de fusion progressive Sphere3) tandis que la rythmique a également fait peau neuve si l'on peut s'exprimer ainsi puisqu'en fait, IQ a réengagé les deux musiciens présents sur Tales from A Lush Attic, le premier vinyle d'IQ sorti en 1983: Tim Esau à la basse et Paul Cook (aucune parenté avec son homonyme des Sex Pistols) à la batterie. Il aura fallu cinq années à la formation néo-prog pour accoucher d'un nouvel opus après le remarquable Frequency. The Road Of Bones apparaît tout de suite plus sombre : non seulement la pochette est la plus inquiétante de toute leur discographie (plus encore que celle de Dark Matter) mais le titre de l'album est tout aussi lugubre puisqu'il se réfère à la fameuse Route des Os, construite en Sibérie dans des conditions épouvantables sous Staline, qui fut nommée ainsi parce qu'elle incorporait les os des prisonniers des goulags morts au cours des travaux forcés. Même la musique, tout au moins celle du compact principal, a quelque chose de troublant, voire de mélancolique qui exsude des riches textures symphoniques en mode mineur tel les âmes des damnés filtrant à travers le permafrost.Lire la suite ›
8 Commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Ricken51 sur 2 juin 2014
Format: CD
Bonjour à tous.

Le IQ nouveau est arrivé et je viens d'achever la première écoute de cet album: je ne peux pas m'empêcher de laisser un commentaire car suite à quelques avis négatifs lus ici et là, j'étais un peu inquiet.

Me voilà rassuré: Je viens de prendre ma plus grosse baffe musicale depuis très, très, très longtemps !
(si je fais exception du magnifique EPITAPHE de Gens De La Lune sorti tout récemment).
Une baffe musicale ? Que dis-je ?
2 baffes musicales puisque cet album est double !
Et d'ailleurs, si je peux me permettre, IL FAUT ABSOLUMENT PRENDRE LE DOUBLE !

Alors voilà, comme le suggère le titre de mon commentaire, IQ vient de sortir un album totalement inattendu.

Pourquoi ?

Parce que d'abord, dans celui-ci, le son est ENORME !

Parce qu'ensuite, dans celui-ci, tout est plus dense, plus appuyé, ceci produisant des atmosphères palpables.

Parce qu'enfin, l'approche est radicalement différente de tous leurs autres disques, en ce sens qu'ici des sonorités émergent de partout y compris dans les parties chantées, surprenant sans cesse l'auditeur, là où auparavant chaque instrument avait une place bien définie.
Je m'explique: dans cet album, on est constamment pris au tripes par les breaks, les riffs, les mélodies secondaires de l'un ou l'autre des instruments, il n'y a jamais plus de 2 minutes sans qu'il se passe quelque chose.
Lire la suite ›
5 Commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Commentaires client les plus récents

Rechercher

Rechercher des articles similaires par rubrique