undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

De tous les romans de Ian Fleming, celui-ci est de très loin le plus atypique! Lorsqu'il parut, en 1962, la surprise du public fut totale et les réactions des critiques oscillèrent entre l'incompréhension et le rejet pur et simple. D'ailleurs, Fleming lui-même, après coup, se distancia quelque peu de ce livre puisqu'il refusa qu'on l'adaptât au cinéma. Résultat, le film éponyme de 1977 avec Roger Moore n'a strictement aucun rapport avec ce roman, à l'exception évidemment de son titre.

Mais qu'a-t-elle donc de si singulière, cette aventure de James Bond? me direz-vous. N'y retrouve-t-on pas tous les ingrédients habituels du fameux cocktail 007: des filles, des flingues, des gadgets, de l'action, des méchants Soviétiques, des mégalomanes excentriques, des bolides rutilants, des vodka-martinis, un smoking, une solide dose de snobisme et une indécrottable foi dans la supériorité de l'Angleterre sur le reste du monde? Eh bien non, justement, rien de tout ça ici! En fait, "The spy who loved me" (publié en France sous le titre incongru de "Motel 007") est tout sauf un roman d'espionnage et pour un peu Bond lui-même y ferait presque figure de personnage secondaire...

Non, ce livre, c'est la confession intime d'une jeune Canadienne, Viv, qui nous raconte par le menu sa vie en général et sa vie sentimentale en particulier. Une vie si peu exaltante, si pauvre en amants dignes de ce nom, qu'un beau jour, par esprit d'aventure, elle décide de traverser les Etats-Unis en scooter. Pour s'assurer au préalable un petit pécule, elle prend donc un job dans un motel des Adirondacks. Or, un soir de tempête, comme elle s'y trouve seule, deux petites frappes de la pire espèce débarquent et s'apprêtent à la violer... Heureusement, un automobiliste qui traverse la région et vient de crever un pneu dans les environs débarque à son tour au susdit motel... Son nom? Bond... James Bond...

Eh oui! Après avoir affronté Mr. Big, Dr.No, Blofeld et Goldfinger, notre super-espion se voit ici réduit à croiser le fer avec deux petites gouapes sans aucune envergure! De là vient sans doute la déception que ressentirent à sa parution les lecteurs de ce livre, "trahis" qu'ils s'estimaient par Fleming qui les avait accoutumés à des intrigues plus ambitieuses et à des Méchants plus pittoresques... J'avoue que je peux comprendre cette déception. Je dirai même que je l'ai partagée la première fois que j'ai lu ce roman. Mais en le relisant j'ai appris à mieux l'apprécier, je lui ai découvert peu à peu des qualités que j'avais d'abord ignorées.

J'aime notamment la manière dont il altère notre perception de Bond. Alors que d'habitude on vit les événements par le prisme de sa conscience, via ses monologues intérieurs, ici au contraire 007 est constamment perçu par le regard de Viv, la narratrice, qui nous brosse de lui un portrait d'autant plus intéressant qu'éminemment subjectif. En fait, ce roman, c'est une aventure de James Bond racontée du point de vue de la James Bond girl. Cela dit, l'aventure en question est si modeste que le format de la "short story" aurait peut-être mieux convenu à un tel projet. L'un dans l'autre, disons que cette escapade canadienne est une curiosité intéressante.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
De tous les romans de Ian Fleming, celui-ci est de très loin le plus atypique! Lorsqu'il parut, en 1962, la surprise du public fut totale et les réactions des critiques oscillèrent entre l'incompréhension et le rejet pur et simple. D'ailleurs, Fleming lui-même, après coup, se distancia quelque peu de ce livre puisqu'il refusa qu'on l'adaptât au cinéma. Résultat, le film éponyme de 1977 avec Roger Moore n'a strictement aucun rapport avec ce roman, à l'exception évidemment de son titre.

Mais qu'a-t-elle donc de si singulière, cette aventure de James Bond? me direz-vous. N'y retrouve-t-on pas tous les ingrédients habituels du fameux cocktail 007: des filles, des flingues, des gadgets, de l'action, des méchants Soviétiques, des mégalomanes excentriques, des bolides rutilants, des vodka-martinis, un smoking, une solide dose de snobisme et une indécrottable foi dans la supériorité de l'Angleterre sur le reste du monde? Eh bien non, justement, rien de tout ça ici! En fait, "The spy who loved me" (publié en France sous le titre incongru de "Motel 007") est tout sauf un roman d'espionnage et pour un peu Bond lui-même y ferait presque figure de personnage secondaire...

Non, ce livre, c'est la confession intime d'une jeune Canadienne, Viv, qui nous raconte par le menu sa vie en général et sa vie sentimentale en particulier. Une vie si peu exaltante, si pauvre en amants dignes de ce nom, qu'un beau jour, par esprit d'aventure, elle décide de traverser les Etats-Unis en scooter. Pour s'assurer au préalable un petit pécule, elle prend donc un job dans un motel des Adirondacks. Or, un soir de tempête, comme elle s'y trouve seule, deux petites frappes de la pire espèce débarquent et s'apprêtent à la violer... Heureusement, un automobiliste qui traverse la région et vient de crever un pneu dans les environs débarque à son tour au susdit motel... Son nom? Bond... James Bond...

Eh oui! Après avoir affronté Mr. Big, Dr.No, Blofeld et Goldfinger, notre super-espion se voit ici réduit à croiser le fer avec deux petites gouapes sans aucune envergure! De là vient sans doute la déception que ressentirent à sa parution les lecteurs de ce livre, "trahis" qu'ils s'estimaient par Fleming qui les avait accoutumés à des intrigues plus ambitieuses et à des Méchants plus pittoresques... J'avoue que je peux comprendre cette déception. Je dirai même que je l'ai partagée la première fois que j'ai lu ce roman. Mais en le relisant j'ai appris à mieux l'apprécier, je lui ai découvert peu à peu des qualités que j'avais d'abord ignorées.

J'aime notamment la manière dont il altère notre perception de Bond. Alors que d'habitude on vit les événements par le prisme de sa conscience, via ses monologues intérieurs, ici au contraire 007 est constamment perçu par le regard de Viv, la narratrice, qui nous brosse de lui un portrait d'autant plus intéressant qu'éminemment subjectif. En fait, ce roman, c'est une aventure de James Bond racontée du point de vue de la James Bond girl. Cela dit, l'aventure en question est si modeste que le format de la "short story" aurait peut-être mieux convenu à un tel projet. L'un dans l'autre, disons que cette escapade canadienne est une curiosité intéressante.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

13,91 €