undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Relié|Modifier
Prix:69,87 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Soyons clairs. Les instruments évoluent, l'art de l'orchestration aussi. Le "grrrrrrrrrrrrand traité d'orchestration et d'instrumentation modernes" de Berlioz a tellement occupé le firmament des ouvrages consacrés au sujet que même les traités de Widor et Richard Strauss se présentent comme des "compléments" à ce Traité. Widor dans sa préface s'excuse presque de son audace.

Certes, le traité de Rimsky Korsakov ne se présente pas ainsi, mais il ne cite que ... des exemples de l'auteur. Rimsky Korsakov était un orchestrateur hors de pair, c'est entendu, mais on peut penser que cela biaise un peu sa vision.

Il n'est pas question de contester le génie de Berlioz. Mais on reconnaîtra qu'en un siècle et demi, la musique a quelque peu évolué, les instruments aussi. Il était temps de remttre les choses à plat. Naturellment, Adler n'a pas été le seul à le faire, mais son oeuvrage est une somme très claire, et qui notamment a l'immense mérite d'aborder l'orchestration autrement que comme une superposition de l'art d'écrire pour chaque instrument. Bien entendu, tous les traités d'orchestration abordent cette vision peu ou prou, mais on sent qu'ici elle est au coeur même de la conception de l'ouvrage.

Je regrettrai simplement un "biais américain" à la Rimsky Korsakov. Beaucoup d'exemples sont empruntés à des compositeurs américains certes non négligeables, mais que l'on peut tout de même estimer comme secondaires par rapport à certains de leurs grands contemporains. je n'ai bien sûr rien contre Copland (que j'ai commenté avec enthousiasme Appalachian Spring / Rodeo / Billy the Kidni George Crumb, ou d'autres plus obscurs, mais chaque fois qu'ils sont cités, on ne peut s'empêcher de penser que l'on pourrait trouver chez d'illustres contemporains des exemples plus subtils et plus instructifs. Car enfin, dans un traité comme celui-là, il faut savoir où s'arrêter: si l'on cite George Crumb, peut-on passer par profits et pertes quasiment toute la musique européenne de la seconde moitié du XX° Siècle?

Ceci dit, cette réserve est à relativiser. Certes, en matière d'orchestration, l'exemple est un indtrument de travail immédiat important, mais ensuite il faut savoir tirer parti de l'enseignement reçu pour lire des partitions et être attentifs à la musique d'orchestre. Et de ce point de vue là, je n'ai jamais trouvé mieux que cette bible de l'orchestre moderne.
66 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)