Plus d'options
The crucible of man (Something Wicked, part 2)
 
Agrandissez cette image
 

The crucible of man (Something Wicked, part 2)

5 septembre 2008 | Format : MP3

EUR 7,99 (TVA incluse le cas échéant)

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
1:28
30
2
5:37
30
3
2:06
30
4
2:40
30
5
5:34
30
6
2:48
30
7
3:12
30
8
4:00
30
9
4:42
30
10
5:36
30
11
3:57
30
12
4:31
30
13
3:15
30
14
7:23
30
15
2:20
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 9 septembre 2008
  • Date de sortie: 5 septembre 2008
  • Label: Steamhammer
  • Copyright: (C) 2008 Steamhammer
  • Durée totale: 59:09
  • Genres:
  • ASIN: B002LAHG1I
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 42.088 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

3.5 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Blaster of Muppets TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 9 septembre 2008
Format: CD Achat vérifié
Matthew Barlow is back!!! Yes, ça fait plaisir! Car même si j'aimais beaucoup Tim "Ripper" Owens, la voix d'Iced Earth: ça reste Matt. Et force est de constater qu'il assure... il est absolument royal. Cela suffit-il à faire de "The Crucible of Man" un album incontournable? Comme je m'y attendais, la réponse est malheureusement non. Parfois, j'aimerais avoir tort plus souvent...

Et oui, décidément cette première décennie des années 2000 ne sera pas celle d'Iced Earth, c'est maintenant sûr et certain. Les albums ne sont pas mauvais, loin de là. Ils sont même tous (à des niveaux différents) plutôt bons. Mais il faut bien reconnaître que la folie dévastatrice qui m'a fait adorer le groupe appartient à la décennie passée. Quelle évolution depuis le 1er album jusqu'à "Something Wicked This Way Comes" paru en 1998!! Absolument tout ce que le groupe a pu sortir entre "Burnt Offerings" (1995) et le triple live ultime "Alive in Athens" (1999) est indispensable à toute personne se prétendant fan de métal! Depuis: du très bon ou parfois du juste bon mais rien qui ne soit à la hauteur des réalisations précédentes.

Ce "Crucible of Man" ne déroge pas à la règle. Très bien produit, très carré, avec une ambiance bien sympa, du riff à gogo, des mélodies et des choeurs travaillés, ce "Something Wicked part 2" peine tout de même à surprendre et ne nous met pas la claque que l'on attend quand on dépose un CD d'Iced Earth dans sa platine.
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par StarChild - Destination Rock le 23 octobre 2008
Format: CD
Framing Armageddon nous avait laissé sur un palpitant sentiment de maîtrise. Une impression telle, que l'on pouvait légitimement s'interroger sur les promesses, comme les ambitions d'un prochain volet relatif au complot des envahisseurs Sétians. En effet, si construire l'apocalypse avait permis d'imposer, tant le concept que des atmosphères aussi denses que réussies et mettre d'accord toute la critique : encore fallait-il confirmer l'immense travail effectué sur ce disque. Nouvelle époque, donc. Nouveau scénario mis en scène par Jon Schaffer, The Crucible Of Man est effectivement, un peu à la manière de son titre, un point de rencontre, un lieu où se retrouvent, voire se déchirent, diverses émotions pouvant aller de l'exaltation à la colère froide. Confirmant le retour de Matt Barlow, après une parenthèse Pyramaze de haute tenue, on remarquera également avec quelle constance textes et images se mêlent inextricablement.

Autant le révéler sans détour, si Set Abominae a pour dessein d'anéantir l'humanité, The Crucible Of Man lui en donne largement les moyens. Sans dénigrer l'excellent Tim Owens, dont on avait pu apprécier toute l'aisance vocale sur le précédent album, force est de constater que Barlow apporte indéniablement une autre odeur de souffre à la machine Iced Earth. En ce sens, qu'avec celui-ci, toute substance devient vivante, stimulation. Cependant, croire qu'un renouvellement de matériau puisse suffire à faire de cette nouvelle entreprise d'extermination, un succès, rien n'était moins sûr. Et pourtant, le résultat est là.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par orion TOP 100 COMMENTATEURS le 13 septembre 2008
Format: CD Achat vérifié
Oui, ça fait vraiment plaisir de retrouver Iced Earth en compagnie de son chanteur Matt Barlow que l'on pensait ne jamais ré-entendre (parti faire carrière dans la police - ça ne s'invente pas!). Pas que son prédecesseur ait démérité, loin de là, mais Iced Earth sans Barlow, c'est un peu... tiens, Judas Priest sans Rob Halford...
Décidément, on pourra dire que le pauvre Tim Owens n'aura pas eu de chance... Il faut dire qu'il n'aura remplacé que des chanteurs pour ainsi dire irremplaçables. Souhaitons-lui bonne chance pour la suite...

Mais il est indéniable que, si j'ai tant de plaisir à retrouver Barlow au chant (même sans ses cheveux...), c'est que je trouve qu'il donne une dimension aux compos qu'elles avaient perdus du temps d'Owens. Et ce petit plus, c'est l'émotion. Imaginez "A Gift or A Curse", "Harbinger Of Fate" ou "Come What May" chantés par Owens, le résultat n'aurait pas été aussi époustouflant. Car, à part le chant, nous sommes dans la continuité de ce que nous propose Iced Earth depuis un moment et c'est bien normal car le chef d'orchestre est et a toujours été Jon Schaffer. C'est donc ce chant qui amène ce petit plus qui fait que "Crucible of Man" est de qualité supérieure à "Framing Armageddon" et "Glorious Burden". Attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit: Ces 2 albums sont bons, la prestation d'Owens y était excellente... Mais il manquait quelque chose... Maintenant, on sait quoi!
J'en suis à espérer le réenregistrement de "Framing Armageddon" par Barlow et mon petit doigt me dit que c'est dans les cartons... Youpi!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique