Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
There's A Riot Goin' On
 
Agrandissez cette image
 

There's A Riot Goin' On

10 avril 2007 | Format : MP3

EUR 9,29 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 9,99 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
4:02
30
2
5:11
30
3
3:01
30
4
3:05
30
5
8:45
30
6
0:04
30
7
3:29
30
8
2:54
30
9
3:04
30
10
3:58
30
11
2:57
30
12
7:16
30
13
2:42
30
14
3:10
30
15
7:14
30
16
4:12
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 16 janvier 2007
  • Date de sortie: 10 avril 2007
  • Label: Epic/Legacy
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:05:04
  • Genres:
  • ASIN: B0026TR3BM
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 42.597 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
7
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 7 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

21 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile  Par Zardoz le 26 mai 2007
Format: CD
Totalement paranoïaque, sombre, désabusé, There's A Riot Goin' On, sous sa pochette représentant le drapeau américain, est le disque le plus important de l'histoire du funk. Mieux, de la musique noire. Parce que tout le futur du funk est là. Et même plus.

Sorte de réponse méchante (de part son titre) au What's Going On de Marvin Gaye, sorti quelques mois plus tôt, l'album de Sly & The Family Stone (au fait, c'était vraiment une famille !) est original à plus d'un titre. Pour tout dire, le morceau-titre ne dure même pas une seconde (véridique, le morceau-titre n'existe pas), ce qui pourrait signifier qu'en réponse à la question de Marvin Gaye (que se passe-t-il ?), la réponse serait : 'rien, mon frère'.

A part une baston qui se prépare.

En 1971, Sly Stone (à qui Mme de Fontenay n'a rien à envier en ce qui concerne les chapeaux...) n'est plus que l'ombre de lui-même. Ravagé par la cocaïne, il sombre dans la parano, la déprime, la petite folie. Brian Wilson du funk. Se plaint que le nouveau morceau enregistré est le même que celui qu'ils viennent de finir, alors que ça en est un autre.

Sur le disque, sa plongée dans la poudre est ressentie assez souvent par l'auditeur. "Spaced Cowboy" est ahurissante. Sur ce titre peu chanté, Sly pousse des yodellements, des cris tyroliens. Effarant. Sur d'autres titres, il pousse des cris, des onomatopées, qui en disent long sur son état mental (car tout fut sans doute enregistré avec un Sly en perpétuel trip de coke) : "Just Like A Baby", "Time", "Luv'n'Haight"...
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Dale Cooper TOP 500 COMMENTATEURS le 25 décembre 2008
Format: CD
Que reste t-il de There's A Riot Going On, presque quatre décennies plus tard ?...
Une sorte de joyau noir, inoxydable, indépassable, apogée d'un groupe à l'identité si forte et atypique qu'il se retrouva pour ainsi dire, piégé dans ses propres retranchements.

Ce monument de la musique populaire américaine, doté d'un son magnifiquement "sale" et d'un charme délicieusement underground, a souvent été victime de la fascination malsaine de certains fans pour la petite histoire - teintée d'abondantes prises de drogues - qui l'accompagne.
Or, l'essentiel réside purement et simplement ( et une fois de plus, après A Whole New Thing, Dance to the Music, Life, Stand! ) dans une qualité d'écriture bluffante, des arrangements ahurissants, et une maîtrise totale du collectif. Le groupe était pourtant au bord de l'implosion.

Quoi qu'il en soit, rien ne laisse indifférent ici, tout est source de plaisir, d'excitation, d'amusement.
"Luv'n Haight", jeu de mots malin en hommage au fameux quartier Haight-Ashbury de San Francisco, fief de la Family Stone et Janis Joplin, pour ne citer qu'eux, est mis en relief par les zébrures acides de la guitare wah-wah de Freddie Stone.
On adore tout autant "Just like a Baby", soul chaloupée et vaporeuse qui ensorcelle durablement, le groove spartiate de "Poet" et ses paroles sans appel ( "My only weapon is my band" ), ou "Family Affair", friandise funk version soft, avec un Sly plus rauque et brumeux que jamais, sur un thème simple mais entêtant.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par STEFAN COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 8 mai 2014
Format: CD Achat vérifié
Mai 1971 Marvin Gaye sort son chef d'aeuvre absolu, What's Going On, album politique dont les notes d'espoir sont sans aucun doute influencées par le positivisme humaniste de Martin Luther King. Même pas une demi-année plus tard, Sly Stone, un tout autre genre d'animal, semble lui répondre, Malcolm X musical du Luther Gaye, There's a riot goin' on. Lucide, le gars.

Et bouillant album de rupture ou la contestation joyeuse de Stand! se mue en colère sourde. Parce qu'en ces seventies commençantes, Sly n'est plus tout à fait le même, et l'Amérique plus tout à fait la même non plus.
Parce que, dans l'Amérique des années 70, les luttes sociales, raciales et sociétales ne se sont pas éteintes, elles ne font, de fait, que se radicaliser à mesure que les différents camps s'organisent, idéologiquement comme matériellement, et parce que Sly commence à sérieusement souffrir des addictions qui l'éloigneront petit à petit des spotlights, et d'enregistrements de qualité. Mais nous n'en sommes pas là, Sly et son collectif multiracial sont toujours une fantastique machine à groover avec le poing dressé et la menton haut, apanage d'une jeunesse ne se suffisant pas d'un ordre établi claustrophobe. Ca nous donne un album notablement plus sombre, plus extrême même quand il se frotte à des thèmes plus frivoles, véhiculant la violence de la résignation comme peu réussirent à le faire.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique