Cliquez ici undrgrnd Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles12
3,8 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,75 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 20 juin 2010
un de ses meilleurs !!!! une intrigue complexe, des personnages magnifiques, la découverte d'une région d'Angleterre avec ses paysages, ses artisans, tout est comme toujours parfaitement documenté, interpellant, nouveau. Chaque page est un parfait bonheur. J'avais juste envie de le relire après la dernière page tournée.
0Commentaire|23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je ne peux que rejoindre les avis majoritairement positifs qui m'ont précédée et m'étonner des quelques critiques sévères que j'ai lues: comment peut-on qualifier un tel roman de "nul" ou d' "indigeste" ?

Comme d'habitude, Elizabeth George nous livre un roman long et dense mais comme d'habitude, on ne voit pas le temps passer et on est entraîné dans les méandres de l'histoire. Celle-ci est comme chaque fois parfaitement construite, avec une intrigue impeccable et parfaitement résolue à la fin; le "plus" de ce roman est sans doute le fait divers terrible qui est narré en parallèle -avec la finesse sociologique habituelle de Mrs George- et dont l'impact dans l'histoire ne nous apparaît que dans les derniers chapitres... nous plongeant ainsi dans une réflexion qui, comme le disait un autre lecteur, va bien au-delà du simple polar. Ce "fait divers" a d'autant plus d'impact que nous ne sommes plus dans le domaine de la fiction avec la distance émotionnelle que cela implique et qu'il nous rappelle une des plus sordides tragédies britanniques des dernières années.

Les fans d'Elizabeth George retrouveront avec plaisir les personnages habituels -Lynley et Havers pour ne citer qu'eux- dans une enquête à la hauteur des précédentes: énigme policière captivante, profondeur sociologique et psychologique. Incontestablement une des grandes dames de la littérature policière actuelle, à lire sans modération.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mars 2011
I discovered Elizabeth George watching the Inspector Lynley BBC series on French TV. Ms George's books are even better than the series. I am enjoying discovering her older books and keeping up with the more recent ones. This Body of Death is amazing. The ending was a total surprise. Ms. George combines great story lines with mastery of the English language. It is a pleasure to read her books, which are both entertaining and well-written.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2014
les différents points de vue du début rendent les 1ers chapitres un peu difficiles à suivre, ensuite ça va beaucoup mieux quand ça se concentre sur l'enquête policière. La relation de Linley avec Isabelle semble très improbable. L'arrivée au dénouement d'un des apartés du début....très étonnante. Un bon livre de vacances cependant.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mai 2011
Pour les fans de l'inspecteur Linley, la vie était dure. E George l'avait accablé de tant de malheurs. Le voir peu à peu renaitre à la vie est un vrai bonheur.Le monde des surfeurs nous change de Londres; Et quel beau titre anglais, plus subtil que celui de la traduction.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 mars 2011
je ne suis jamais déçue par un livre d'Elisabeth george. Celui-ci est très bon. les personnages sont toujours aussi attachants et l'intrigue bien construite.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mars 2011
Je suis une fan d'Elisabeth George alors...emballée comme d'habitude, j'ai dévoré. Je l'ai reçu très vite en plus, alors +++
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2012
Ce polar de 600 pages (en version reliée) est le plus soporifique que j'aie lu et plus d'une fois j'ai piqué du nez en m'y plongeant le soir, ce qui peut être appréciable quand on souffre d'insomnie mais peut surprendre quand on s'attend à un 'page-turner' captivant. Déjà j'imagine les fans d'Elizabeth George disqualifier rageusement mon commentaire en m'attribuant un vote inutile !... Donc mon commentaire s'adresse aux autres, ceux qui ne sont pas trop familiers de cette série - dont j'ai beaucoup aimé l'adaptation télé par la BBC ("Meurtres à l'Anglaise").

C'est une histoire à tiroirs plus déroutante que haletante, malgré des qualités "littéraires" et des particularités locales, voire folkloriques. Je voudrais juste préciser qu'au début, et jusqu'au milieu du roman, on est baladé hors enquête policière et on s'y perd facilement car les chapitres s'alternent sans lien évident et il est difficile de retenir les particularités psychologiques des différents protagonistes. Sans compter que le roman commence par un compte rendu (dans une police de caractères différente) assez déroutant et surtout insupportable par les faits abominables et sordides qui y sont relatés (le meurtre d'un petit garçon) et qui va s'immiscer jusqu'au bout dans l'avancée d'une enquête qui oscille entre Londres et le Hampshire.

J'aurais aimé savoir, raison pour laquelle je le précise ici, que ce rapport psycho-policier concerne un fait divers qui a eu lieu 20 ans avant le sujet principal de l'enquête et que l'un des garçons impliqués se retrouvera mêlé à l'histoire principale. Si ce genre d'interférence dans la lecture n'est pas apprécié je vous rassure : il n'apporte rien au cours de l'enquête et peut se lire d'une traite à la fin, en rattrapage éventuel.

J'ajoute ma déception de retrouver un Linley fantomatique, peu réactif et pas même en tandem avec Havers qui prend de plus en plus d'initiative en justicière solitaire. Quant à leur nouvelle supérieure hiérarchique "acting superintendent", elle n'est guère convaincante malgré son pathétique alcoolisme, un trait usé jusqu'à la corde dans la littérature policière.

Au bout du compte, j'ai commencé à m'intéresser à cette histoire à partir de la page 400 : ce n'est pas vraiment ce que j'attendais d'un polar. A vous de voir...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2015
Plus de 700 pages qui reprennent, entre autre, un horrible fait divers qui s'est passé il y a quelques années en Angleterre et qui a vu l'assassinat du petit James Bolger, kidnappé dans un centre commercial, par deux gamins d'une dizaine d'années. Un autre crime s'enchevêtre dans le premier et le tout se traîne à la vitesse d'un escargot.
J'en suis à 41% du livre et, après avoir subi une longue description sur la façon de couvrir un toît de chaume, d'avoir appris en détail comment aller d'un point A à un point B en voiture à Londres et être soumis à la nomenclature du code rural et forestier de la New Forest, je déclare forfait.
Par contre, j'aurais aimé en savoir plus sur les personnages principaux qui me semblent mal définis et dont le comportement ne correspond ni à leurs fonctions ni, surtout, à la vraisemblance.
Dommage car je pense que réduit de moitié, cet ouvrage aurait gagné en lisibilité.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai été plutôt déçue par ce dernier roman d'Elizabeth George dont j'apprécie habituellement les personnages autant que les intrigues.
Dans ce long, trop long roman (plus de neuf cent pages) on a l'impression de lire trois ou quatre histoires différentes dont les fils vont se nouer, bien sûr.
Tout d'abord, et en caractères différents du reste du roman, un rapport psychologique concernant des enfants ayant enlevé et torturé puis assassiné un tout petit. Il s'agit de la description du meurtre de James Bulger qui bouleversa le Royaume Uni voici une bonne quinzaine d'années. Les noms sont changés, les enfants criminels sont trois au lieu de deux mais ces passages sont particulièrement éprouvants pour le lecteur car, bien qu'ils soient fort bien écrits, ils ne peuvent que nous horrifier puisqu'on en connaît l'inéluctable dénouement.
Puis, il y a une histoire qui se situe dans cette partie de la Cornouaille, the New Forest, ou les chevaux et les poneys vivent en liberté. Les personnages principaux sont une jeune femme, qui recherche sa meilleure amie, un "thatcher", un couvreur qui fait des toits de chaume, et une belle jeune femme mystérieuse.
La meilleure amie recherchée est en fait la victime. Elle a été assassinée à Londres où toute une autre brochette de personnages nous est présentée, dont cinq ou six sont des suspects potentiels.
Enfin, on retrouve les personnages récurrents des romans d'Elizabeth George. La rugueuse Barbara Hayers et ses collègues dont, évidemment, notre héros, le très aristocratique Inspecteur Lynley. Cette fois-ci, il reprend du service après le meurtre inexpliqué de sa femme, en tant que subalterne d'une nouvelle inspecteur chef. Bien que brisé par le deuil, il sera finalement attiré par cette femme, et l'on se demande bien pourquoi. En dehors de son problème d'alcoolisme, décrit avec minutie par l'auteur, rien de particulier n'émane d'elle. Manquant d'intuition, elle fait traîner l'intrigue en longueur et les pages se rajoutent aux pages.
Assez rapidement on comprend le lien entre les passages concernant le meurtre du tout petit par les enfants et le reste du roman. Il m'a d'ailleurs semblé que c'en est là l'intérêt principal. Quant au dénouement, j'avoue qu'il ne m'a pas convaincue.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles