Thomas l'obscur et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Thomas l'Obscur Poche – 3 mars 1992


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,90
EUR 6,45 EUR 5,00

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Thomas l'Obscur + Le Très-Haut + Aminadab
Prix pour les trois: EUR 23,40

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Revue de presse

Ce premier roman de Maurice Blanchot est ici réédité dans sa première version de 1941, édition épuisée depuis plus d'un demi-siècle. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Quatrième de couverture

«Thomas demeura à lire dans sa chambre. Il était assis sur une chaise de velours, les mains jointes au-dessus de son front, les pouces appuyés contre la racine des cheveux, si absorbé qu'il ne faisait pas un mouvement lorsqu'on ouvrait la porte. Ceux qui entraient se penchaient sur son épaule et lisaient ces phrases : "Il descendit sur la plage : il voulait marcher. L'engourdissement gagnait après les parties superficielles les régions profondes du cœur. Encore quelques heures et il savait qu'il s'en irait doucement à un état incompréhensible sans jamais connaître le secret de sa métamorphose. Encore quelques instants et il éprouverait cette paix que donne la vie en se retirant, cette tranquillité de l'abandon au crime et à la mort. Il eut envie de s'étendre sur le sable : las et informe, il épiait le moment où allait paraître la première agonie de sa vie, un sentiment merveilleux qui doucement le délierait de ce qu'il y avait de raidi dans ses articulations et ses pensées. Il vit que tout en lui préparait le consentement : son corps commençait à se détendre ; ses mains ouvertes s'offraient au malheur ; ses yeux mi-fermés faisaient signe au destin."»


Détails sur le produit

  • Poche: 140 pages
  • Editeur : Gallimard; Édition : Nouv. version (3 mars 1992)
  • Collection : L'Imaginaire
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070725480
  • ISBN-13: 978-2070725489
  • Dimensions du produit: 19 x 0,9 x 12,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 168.243 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par M. Marconnet Thibault TOP 500 COMMENTATEURS sur 18 juillet 2008
Format: Broché Achat vérifié
Rarement livre ne m'a autant submergé, n'a pu me donner à voir comme en un miroir par jeu de reflets, des interrogations, des ressentis profonds qui m'habitent ; comme un en tamis où j'ai pu voir se filtrer des cailloux pointus pour n'en garder que l'or le plus pur.

C'est un livre prodigieux, à placer sans hésiter parmi les chefs d'oeuvre de la littérature française. Il reste méconnu car il n'a pas l'aspect époustouflant du chef d'oeuvre ; il ne brille pas comme une immense comète, mais c'est un feu dans la nuit qui attend en silence.

Il reste que ce livre ne se donne pas, il faut fournir une réelle concentration, accepter de se trouver égaré par instants, se retrouver ensuite et s'abandonner pour se donner au livre.

Ainsi que le dit Blanchot : "Qu'est-ce qu'un livre qu'on ne lit pas ? Quelque chose qui n'est pas encore écrit."
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par "melmoth77" sur 2 février 2005
Format: Poche
Ce texte, d'un de nos plus grand auteur du 20ème siècle, auteur souvent cité mais finalment peu lu, est un chef-d'oeuvre. ce récit, très abstrait, met en jeu la pensée du lecteur, ouvre sur un imaginaire absolument orignal, fécond. Au 1er abord, cela parait rude, mais il faut se laisser porter par ce texte qui s'adresse à nous par ue voix absolument singulière
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
22 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile  Par Nicolas TOP 1000 COMMENTATEURS sur 18 décembre 2005
Format: Broché
Plus de 300 pages de descriptions psychologiques, de phénoménologie de l’émotion, de l’affect et du ressentis : voilà à quoi on s’attaque en lisant Thomas l’obscur de Maurice Blanchot. 300 pages c’est long, très long même et par moment, ne le nions pas, on finis par décrocher complètement.

Imaginez un jeune homme s’appelant Thomas et dont la psychologie se révèle sombre et quelque peu tourmenté… Ce garçon rencontre une certaine Anne, perdue de l’amour et qu’elle retrouve ou plutôt découvre avec Thomas. Arrive alors Irène, femme mariée et sensuelle se jetant, folle de désir entre les bras de Thomas, puis répudiée. Retour de Thomas et de Anne, et souffrance de Anne causées par la maladie… Représentez-vous maintenant le fait que ce livre soit sans dialogues, et dans lequel, plutôt que de vous raconter en termes intelligibles les émotions ressenties, on vous présente une description purement abstraite du vécu intérieur.

Thomas l’obscur est un exercice d’écriture périlleux et totalement insupportable, ce qui le rend d’autant plus précieux – la rareté faisant la valeur de l’objet. La folie se guette à chaque page et même lorsque l’on décroche d’un texte abscons au possible, la poésie ontologique de Blanchot vous berce comme les remous d’une vague indolent sur laquelle, abandonné, on se serait étendu.

Et puis, il y a cette conclusion étonnante et presque magique, bouleversante.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Zarak TOP 500 COMMENTATEURS sur 25 août 2009
Format: Poche Achat vérifié
Fan de Beckett, Kafka et Cioran (entre autre joyeuse littérature) de longue date, ça faisait quelque temps que je voulais faire l' "expérience Blanchot", persuadé d'y trouver un confrère.

J'ai fait l'expérience.

Je ne sais pas si ça a réussi.

Le livre m'a laissé un drôle de goût, d'abord de l'ennui, puis après l'effort d'entrer dans la danse, une espèce de fascination face à ce flot d'écriture qui tournicote si tranquillement autour du néant indéfinissable en circonvolutions phénoménologiques sans fin. C'est une nuit intérieure, voyage aux confins de la mort et du néant ; en fait d'événements, il ne s'y passe absolument rien : si une porte grince, ça doit bien être le pinacle de l'action. Vu de l'intérieur, par contre, c'est toute une épopée, sorte grande généalogie de la dépersonnalisation, uniquement centrée autour de la vie intérieure dans un récit qui confine à l'abstrait nauséeux, abyssal, étouffant.

Un Beckett - entre autres - peut partir de rien et parvenir à créer un Cosmos de ce rien. Blanchot, lui, est un original : il part de rien et ne créer rien, mais il doit absolument "dire ce rien". Il ne tente pas, comme Kafka, de "briser la mer gelée en lui", il chausse ses patins et danse sur la banquise.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?