Plus d'options
Time To Burn
 
Agrandissez cette image
 

Time To Burn

31 mars 1992 | Format : MP3

EUR 9,19 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
4:23
30
2
7:19
30
3
5:21
30
4
4:46
30
5
5:30
30
6
0:29
30
7
4:49
30
8
4:28
30
9
6:00
30
10
4:25
30
11
5:44
30
12
4:50
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 31 mars 1992
  • Date de sortie: 31 mars 1992
  • Label: Epic
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 58:04
  • Genres:
  • ASIN: B0028UOMX6
  • Moyenne des commentaires client : 4.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 21.009 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

4.8 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Vincent TOP 1000 COMMENTATEURS le 12 septembre 2009
Format: CD
Le torchon !? Quel torchon ? Celui des heures glorieuses du Hard estampillé "FM" par dis !
Le phénomène Gun'n'roses, Metallica, la déferlante "grunge" surtout... En 1992, tous s'activaient déjà à damer le pion de cette écurie là: Le Hard FM. Les modes se succèdent aux modes, les courants à d'autres courants. Le Music business orchestre tout ça depuis fort longtemps... Quoi faire ?! Giant, tout talentueux qu'il aura été, n'échappera donc pas à cet état de fait. De là à dire que le titre de son deuxième album était prémonitoire...

Formé par des musiciens de studio, Giant avait d'abord publié un premier album (Last of the Runaways) faisant toujours office, aujourd'hui encore, de référence parmis les fans du style en question.
Autant le dire tout de suite, "Time to burn" caresse plutôt dans le sens du poil par rapport à son prédécesseur: Dan Huff chante toujours avec force conviction, quand son jeu de guitare continue de faire des merveilles. Cependant ! "Time to burn" est moins porteur d'originalité et de cette audace dont avait fait preuve le groupe sur son premier essai. Plus "FM" qu'elles ne l'avaient été sur le "Last of the runaways", ces nouvelles compos font que Giant ne se différencie plus autant qu'il l'était de ses concurents. Le groupe se fond donc un peu plus dans la masse.
Lire la suite ›
6 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Hellblazer TOP 500 COMMENTATEURS le 16 juin 2008
Format: CD
Giant, groupe malheureusement éphémère, a pondu deux albums sublimes au début des nineties et a disparu avant son come-back avec un troisième album (très originalement intitulé III) presque quinze ans plus tard.

Giant est le groupe de Dan Huff, chanteur/musicien/producteur (entre autres de Megadeth sur Risk et Cryptic Writings), qui a explosé aux USA en 1992 lors de l'âge d'or des looks du genre rebelle/cowboy/bad boy permanenté. Vous allez me dire : oui, mais alors pourquoi un coup de coeur pour ces champions du mulet haut-de-forme ? Eh bien justement car, bien qu'ils aient des looks de naze, leur musique est d'une inspiration et d'une qualité rare, et en plus de jouir d'une production parfaite qui a traversé le temps sans encombre, ladite musique N'A PAS PRIS UNE RIDE.

Il est effarant de voir douze titres aussi inspirés sur un seul album. Hard rock aux guitares bien senties, servi par des rythmiques béton souvent mid-tempo (Chained, Lay It on the Line, Stay, Smoulder, I'll Be There, Save Me Tonight, Get Used To It, le monstrueux Without You), parfois plus rapides (les endiablés Thunder and Lightning et Time to Burn) et bien entendu parfois plus lentes pour laisser place aux larmes arrachées par de brillantes power-ballad à faire chialer un cowboy sans coeur (Lost in Paradise, Now Until Forever)... C'en est à se demander : mais où vont-ils chercher de telles mélodies ???

Car bien au-delà de deux ou trois titres, c'est bel et bien l'ensemble qui est marqué du sceau de la perfection. Ce serait comme une hybride proposant ce qu'il y a de meilleur en Bon Jovi, Survivor, Toto, etc.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Hellblazer TOP 500 COMMENTATEURS le 10 juin 2008
Format: CD
Giant, groupe malheureusement éphémère, a pondu deux albums sublimes au début des nineties et a disparu avant son come-back avec un troisième album (très originalement intitulé III) presque quinze ans plus tard.

Giant est le groupe de Dan Huff, chanteur/musicien/producteur (entre autres de Megadeth sur Risk et Cryptic Writings), qui a explosé aux USA en 1992 lors de l'âge d'or des looks du genre rebelle/cowboy/bad boy permanenté. Vous allez me dire : oui, mais alors pourquoi un coup de coeur pour ces champions du mulet haut-de-forme ? Eh bien justement car, bien qu'ils aient des looks de naze, leur musique est d'une inspiration et d'une qualité rare, et en plus de jouir d'une production parfaite qui a traversé le temps sans encombre, ladite musique N'A PAS PRIS UNE RIDE.

Il est effarant de voir douze titres aussi inspirés sur un seul album. Hard rock aux guitares bien senties, servi par des rythmiques béton souvent mid-tempo (Chained, Lay It on the Line, Stay, Smoulder, I'll Be There, Save Me Tonight, Get Used To It, le monstrueux Without You), parfois plus rapides (les endiablés Thunder and Lightning et Time to Burn) et bien entendu parfois plus lentes pour laisser place aux larmes arrachées par de brillantes power-ballad à faire chialer un cowboy sans coeur (Lost in Paradise, Now Until Forever)... C'en est à se demander : mais où vont-ils chercher de telles mélodies ???

Car bien au-delà de deux ou trois titres, c'est bel et bien l'ensemble qui est marqué du sceau de la perfection. Ce serait comme une hybride proposant ce qu'il y a de meilleur en Bon Jovi, Survivor, Toto, etc.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique