Tino Rossi


Tino Rossi : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 8505
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Tino Rossi

Biographie

Constantin Rossi est né le 29 avril 1907 à Ajaccio, dans une famille d'artisans. Son père, tailleur, aimerait bien le voir reprendre l'affaire familiale, mais le jeune homme montre vite des dispositions pour le chant, s'illustrant notamment en chantant à l'église. Rapidement convaincu de sa vocation, il se rend sur la Côte d'Azur et remporte des concours en amateur. Mais les temps sont durs et « Tino » est obligé pour vivre d'exercer divers emplois (plongeur, employé au service des hypothèques de la ville de Nice), les cachets dans les cabarets de la Côte ne nourrissant pas leur homme. Revenu ... Lire la suite

Constantin Rossi est né le 29 avril 1907 à Ajaccio, dans une famille d'artisans. Son père, tailleur, aimerait bien le voir reprendre l'affaire familiale, mais le jeune homme montre vite des dispositions pour le chant, s'illustrant notamment en chantant à l'église. Rapidement convaincu de sa vocation, il se rend sur la Côte d'Azur et remporte des concours en amateur. Mais les temps sont durs et « Tino » est obligé pour vivre d'exercer divers emplois (plongeur, employé au service des hypothèques de la ville de Nice), les cachets dans les cabarets de la Côte ne nourrissant pas leur homme. Revenu en Corse après quelques déceptions personnelles et un mariage aussi précoce qu'éphémère, il entre grâce à ses parents comme employé au casino d'Ajaccio. Mais si les parents Rossi espèrent voir leur fils se ranger, ils en sont pour leurs frais : Tino retraverse rapidement la Méditerranée et repart sur la route des cachets. Travaillant entre Marseille et Aix-en-Provence, il commence à remporter un certain succès, notamment auprès du public féminin, très sensible à son charme latin et à son registre romantique.

Une rencontre avec un représentant des disques Parlophone permet à Tino Rossi d'entrouvrir la porte du vedettariat : venu à Paris pour enregistrer des titres, le jeune chanteur sort en 1932 son premier 78-tours, comportant deux chansons : « O Ciuciarella » et « Ninni Nanna ». Le disque ne remporte pas un succès particulièrement flamboyant, mais permet à Tino Rossi d'accéder aux grandes scènes du sud de la France, notamment à l'Alcazar de Marseille. C'est le début d'une série de récitals qui vont lui permettre progressivement d'asseoir sa notoriété. L'année suivante, le label Columbia prend Tino Rossi sous son aile : c'est le début d'une ascension météorique pour le jeune corse, dont le physique typé et la voix de velours correspondent à la mode du moment, toujours pas remise du passage de Rudolph Valentino sur les écrans.

Tino Rossi tâte d'ailleurs du cinéma, et fait rapidement des apparitions dans plusieurs films, tenant notamment des petits rôles musicaux. Mais c'est sous les feux du music-hall que la nouvelle idole des jeunes se fait réellement les dents : après s'être produit à l'ABC, il est embauché pour participer à la revue Parade de France, consacrée aux folklores régionaux ; il tient bien évidemment le rôle du chanteur corse. Le 14 octobre 1934, Tino Rossi triomphe à la première de la revue en interprétant des chansons du compositeur provençal Vincent Scotto. C'est le début d'une longue et fructueuse collaboration entre les deux hommes. Le jeune chanteur a trouvé le registre qui lui permettra de demeurer en haut de l'affiche : romantique et séducteur, d'une tendresse langoureuse, et basé en grande partie sur des origines corses désormais fièrement revendiquées, le chant de Tino Rossi conquiert le public des années 1930.

Il participe ensuite à une tournée, au cours de laquelle il côtoie notamment la grande chanteuse Damia. Tino commence de partager l'affiche avec de grandes vedettes de l'époque, comme Jean Sablon, Mireille ou Pills et Tabet. En 1935, c'est un nouveau triomphe dans la revue Tout Paris chante. Le disque « Adieu Hawaï » est l'un des grands succès de l'année. Mais si la radio et la scène ont lancé sa carrière, c'est le cinéma qui va lui permettre d'achever la conquête des spectateurs (et notamment des spectatrices). En 1936, il tient le rôle principal du film Marinella, bluette musicale aujourd'hui bien désuète, mais qui remporte un succès remarquable et permet au public de découvrir sur ses écrans le physique avantageux de Tino. Il récidive l'année suivante avec le film Naples au baiser de feu et décroche au passage le cœur de sa partenaire, la belle Mireille Balin ; l'idylle des deux partenaires est une aubaine pour la presse, qui intronise Tino Rossi séducteur à la ville comme à l'écran. Le Casanova d'Ajaccio se paie le luxe de traverser l'Atlantique, donnant des récitals en Amérique du Nord, où l'un de ses titres, « Vieni vieni », remporte en 1938 un succès commercial foudroyant.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Tino Rossi continue sa carrière de chanteur et de comédien, son activité au cinéma lui prenant même un peu trop de temps pour ne pas empiéter sur ses enregistrements de chanson. Dans Fièvres, réalisé en 1941 par Jean Delannoy, il s'essaie à un registre plus dramatique, mais la plupart de ses films sont essentiellement des bluettes ensoleillées et musicales, destinées à mettre en valeur son physique d'Apollon méridional, ses belles dents blanches et sa voix de velours : Le Soleil a toujours raison, Le Chant de l'exilé et autres Mon Amour est près de toi. Pour avoir continué à exercer son métier durant l'Occupation, Tino Rossi est arrêté en 1944 et passe quelques jours à la prison de Fresnes. Mais il est très rapidement blanchi et reçoit même en prime, fait relativement rare en ces temps d'épuration bête et brutale, les excuses du gouvernement.

En 1946, Tino Rossi enregistre « Petit Papa Noël », un chanson pour enfants : il est loin de se douter que ce titre bien innocent va, grâce à sa mélodie émouvante, devenir son principal classique. Reprise par tous les enfants, rééditée tous les ans et donc rapidement incontournable en période de fêtes de fin d'année, « Petit Papa Noël » devient un standard universel de la chanson française, représentant à elle seule 10% de la masse des disques vendus par Tino Rossi au cours de sa carrière.

Infatigable, professionnel de la pointe de ses cheveux gominés jusqu'au bout de ses ongles manucurés, Tino Rossi enregistre sans arrêt, se montrant un chanteur hyperactif malgré ses airs indolents. Toujours sur un registre romantique, il déroule la panoplie intégrale des folklores latins, se distinguant dans les registres du tango ou de la chanson sud-américaine. Malgré quelques apparitions dans des films (comme Si Versailles m'était conté, où il tient le rôle d'un gondolier chantant qui a l'honneur de faire naviguer Louis XVI sur les canaux de Versailles), Tino Rossi délaisse progressivement le cinéma. Un peu âgé pour jouer les jeunes premiers, peu intéressés par les rôles de « pères nobles » que son registre romantique lui promettait, Tino décide de se continuer à satisfaire son goût pour la comédie en se tournant vers l'opérette. Ayant abordé le genre assez tardivement, à 48 ans, il en devient rapidement l'une des vedettes, grâce à l'énorme succès du spectacle Méditerranée (1955), qui lui donne également l'occasion d'enregistrer l'un de ses standards, sur des paroles de Raymond Vincy. On le retrouve sur scène avec des spectacles comme. Le Temps des guitares » et Le Marchand de soleil.

Très présent à la télévision, Tino Rossi reste également un grand habitué des studios d'enregistrement, sortant des disques avec une grande régularité et se permettant en 1978 de faire un pied de nez à l'âge qui avance avec le disque « La Vie commence à 60 ans ». Petite coquetterie, car Tino en a désormais 70 et que le poids des ans a fini par lui rendre le rythme des spectacles difficile. En 1982, à 75 ans, Tino Rossi décide de terminer sa carrière en beauté par une série de concerts d'adieux au Casino de Paris ; il reste trois mois sur scène, face à une salle pleine chaque soir, et se paie même le luxe d'être nommé Commandeur de la Légion d'Honneur par le Président de l'époque, François Mitterrand. Les adieux n'ayant bien souvent pour les artistes qu'une valeur symbolique, Tino Rossi semble décidé à jouer les prolongations et signe un nouveau contrat de cinq ans avec le label Pathé Marconi ; mais, le 26 septembre 1983, il est emporté par un cancer.

Interprète d'un monde ensoleillé, Tino Rossi aura été le compagnon de route d'une génération de spectateurs amateurs de chansons d'amour roses et pures, où le sort sourit aux amoureux et où les prés sont des champs de fleurs. Qu'on l'aime ou qu'on le voue aux gémonies, Tino Rossi a incarné la tête haute une tradition immaculée de la chanson romantique et du music-hall français, où le principal demeurait de rendre les spectateurs heureux. Rien que pour cela, on se remettrait volontiers à entonner « Marinella ».

Copyright 2014 Music Story Nikita Malliarakis

Constantin Rossi est né le 29 avril 1907 à Ajaccio, dans une famille d'artisans. Son père, tailleur, aimerait bien le voir reprendre l'affaire familiale, mais le jeune homme montre vite des dispositions pour le chant, s'illustrant notamment en chantant à l'église. Rapidement convaincu de sa vocation, il se rend sur la Côte d'Azur et remporte des concours en amateur. Mais les temps sont durs et « Tino » est obligé pour vivre d'exercer divers emplois (plongeur, employé au service des hypothèques de la ville de Nice), les cachets dans les cabarets de la Côte ne nourrissant pas leur homme. Revenu en Corse après quelques déceptions personnelles et un mariage aussi précoce qu'éphémère, il entre grâce à ses parents comme employé au casino d'Ajaccio. Mais si les parents Rossi espèrent voir leur fils se ranger, ils en sont pour leurs frais : Tino retraverse rapidement la Méditerranée et repart sur la route des cachets. Travaillant entre Marseille et Aix-en-Provence, il commence à remporter un certain succès, notamment auprès du public féminin, très sensible à son charme latin et à son registre romantique.

Une rencontre avec un représentant des disques Parlophone permet à Tino Rossi d'entrouvrir la porte du vedettariat : venu à Paris pour enregistrer des titres, le jeune chanteur sort en 1932 son premier 78-tours, comportant deux chansons : « O Ciuciarella » et « Ninni Nanna ». Le disque ne remporte pas un succès particulièrement flamboyant, mais permet à Tino Rossi d'accéder aux grandes scènes du sud de la France, notamment à l'Alcazar de Marseille. C'est le début d'une série de récitals qui vont lui permettre progressivement d'asseoir sa notoriété. L'année suivante, le label Columbia prend Tino Rossi sous son aile : c'est le début d'une ascension météorique pour le jeune corse, dont le physique typé et la voix de velours correspondent à la mode du moment, toujours pas remise du passage de Rudolph Valentino sur les écrans.

Tino Rossi tâte d'ailleurs du cinéma, et fait rapidement des apparitions dans plusieurs films, tenant notamment des petits rôles musicaux. Mais c'est sous les feux du music-hall que la nouvelle idole des jeunes se fait réellement les dents : après s'être produit à l'ABC, il est embauché pour participer à la revue Parade de France, consacrée aux folklores régionaux ; il tient bien évidemment le rôle du chanteur corse. Le 14 octobre 1934, Tino Rossi triomphe à la première de la revue en interprétant des chansons du compositeur provençal Vincent Scotto. C'est le début d'une longue et fructueuse collaboration entre les deux hommes. Le jeune chanteur a trouvé le registre qui lui permettra de demeurer en haut de l'affiche : romantique et séducteur, d'une tendresse langoureuse, et basé en grande partie sur des origines corses désormais fièrement revendiquées, le chant de Tino Rossi conquiert le public des années 1930.

Il participe ensuite à une tournée, au cours de laquelle il côtoie notamment la grande chanteuse Damia. Tino commence de partager l'affiche avec de grandes vedettes de l'époque, comme Jean Sablon, Mireille ou Pills et Tabet. En 1935, c'est un nouveau triomphe dans la revue Tout Paris chante. Le disque « Adieu Hawaï » est l'un des grands succès de l'année. Mais si la radio et la scène ont lancé sa carrière, c'est le cinéma qui va lui permettre d'achever la conquête des spectateurs (et notamment des spectatrices). En 1936, il tient le rôle principal du film Marinella, bluette musicale aujourd'hui bien désuète, mais qui remporte un succès remarquable et permet au public de découvrir sur ses écrans le physique avantageux de Tino. Il récidive l'année suivante avec le film Naples au baiser de feu et décroche au passage le cœur de sa partenaire, la belle Mireille Balin ; l'idylle des deux partenaires est une aubaine pour la presse, qui intronise Tino Rossi séducteur à la ville comme à l'écran. Le Casanova d'Ajaccio se paie le luxe de traverser l'Atlantique, donnant des récitals en Amérique du Nord, où l'un de ses titres, « Vieni vieni », remporte en 1938 un succès commercial foudroyant.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Tino Rossi continue sa carrière de chanteur et de comédien, son activité au cinéma lui prenant même un peu trop de temps pour ne pas empiéter sur ses enregistrements de chanson. Dans Fièvres, réalisé en 1941 par Jean Delannoy, il s'essaie à un registre plus dramatique, mais la plupart de ses films sont essentiellement des bluettes ensoleillées et musicales, destinées à mettre en valeur son physique d'Apollon méridional, ses belles dents blanches et sa voix de velours : Le Soleil a toujours raison, Le Chant de l'exilé et autres Mon Amour est près de toi. Pour avoir continué à exercer son métier durant l'Occupation, Tino Rossi est arrêté en 1944 et passe quelques jours à la prison de Fresnes. Mais il est très rapidement blanchi et reçoit même en prime, fait relativement rare en ces temps d'épuration bête et brutale, les excuses du gouvernement.

En 1946, Tino Rossi enregistre « Petit Papa Noël », un chanson pour enfants : il est loin de se douter que ce titre bien innocent va, grâce à sa mélodie émouvante, devenir son principal classique. Reprise par tous les enfants, rééditée tous les ans et donc rapidement incontournable en période de fêtes de fin d'année, « Petit Papa Noël » devient un standard universel de la chanson française, représentant à elle seule 10% de la masse des disques vendus par Tino Rossi au cours de sa carrière.

Infatigable, professionnel de la pointe de ses cheveux gominés jusqu'au bout de ses ongles manucurés, Tino Rossi enregistre sans arrêt, se montrant un chanteur hyperactif malgré ses airs indolents. Toujours sur un registre romantique, il déroule la panoplie intégrale des folklores latins, se distinguant dans les registres du tango ou de la chanson sud-américaine. Malgré quelques apparitions dans des films (comme Si Versailles m'était conté, où il tient le rôle d'un gondolier chantant qui a l'honneur de faire naviguer Louis XVI sur les canaux de Versailles), Tino Rossi délaisse progressivement le cinéma. Un peu âgé pour jouer les jeunes premiers, peu intéressés par les rôles de « pères nobles » que son registre romantique lui promettait, Tino décide de se continuer à satisfaire son goût pour la comédie en se tournant vers l'opérette. Ayant abordé le genre assez tardivement, à 48 ans, il en devient rapidement l'une des vedettes, grâce à l'énorme succès du spectacle Méditerranée (1955), qui lui donne également l'occasion d'enregistrer l'un de ses standards, sur des paroles de Raymond Vincy. On le retrouve sur scène avec des spectacles comme. Le Temps des guitares » et Le Marchand de soleil.

Très présent à la télévision, Tino Rossi reste également un grand habitué des studios d'enregistrement, sortant des disques avec une grande régularité et se permettant en 1978 de faire un pied de nez à l'âge qui avance avec le disque « La Vie commence à 60 ans ». Petite coquetterie, car Tino en a désormais 70 et que le poids des ans a fini par lui rendre le rythme des spectacles difficile. En 1982, à 75 ans, Tino Rossi décide de terminer sa carrière en beauté par une série de concerts d'adieux au Casino de Paris ; il reste trois mois sur scène, face à une salle pleine chaque soir, et se paie même le luxe d'être nommé Commandeur de la Légion d'Honneur par le Président de l'époque, François Mitterrand. Les adieux n'ayant bien souvent pour les artistes qu'une valeur symbolique, Tino Rossi semble décidé à jouer les prolongations et signe un nouveau contrat de cinq ans avec le label Pathé Marconi ; mais, le 26 septembre 1983, il est emporté par un cancer.

Interprète d'un monde ensoleillé, Tino Rossi aura été le compagnon de route d'une génération de spectateurs amateurs de chansons d'amour roses et pures, où le sort sourit aux amoureux et où les prés sont des champs de fleurs. Qu'on l'aime ou qu'on le voue aux gémonies, Tino Rossi a incarné la tête haute une tradition immaculée de la chanson romantique et du music-hall français, où le principal demeurait de rendre les spectateurs heureux. Rien que pour cela, on se remettrait volontiers à entonner « Marinella ».

Copyright 2014 Music Story Nikita Malliarakis

Constantin Rossi est né le 29 avril 1907 à Ajaccio, dans une famille d'artisans. Son père, tailleur, aimerait bien le voir reprendre l'affaire familiale, mais le jeune homme montre vite des dispositions pour le chant, s'illustrant notamment en chantant à l'église. Rapidement convaincu de sa vocation, il se rend sur la Côte d'Azur et remporte des concours en amateur. Mais les temps sont durs et « Tino » est obligé pour vivre d'exercer divers emplois (plongeur, employé au service des hypothèques de la ville de Nice), les cachets dans les cabarets de la Côte ne nourrissant pas leur homme. Revenu en Corse après quelques déceptions personnelles et un mariage aussi précoce qu'éphémère, il entre grâce à ses parents comme employé au casino d'Ajaccio. Mais si les parents Rossi espèrent voir leur fils se ranger, ils en sont pour leurs frais : Tino retraverse rapidement la Méditerranée et repart sur la route des cachets. Travaillant entre Marseille et Aix-en-Provence, il commence à remporter un certain succès, notamment auprès du public féminin, très sensible à son charme latin et à son registre romantique.

Une rencontre avec un représentant des disques Parlophone permet à Tino Rossi d'entrouvrir la porte du vedettariat : venu à Paris pour enregistrer des titres, le jeune chanteur sort en 1932 son premier 78-tours, comportant deux chansons : « O Ciuciarella » et « Ninni Nanna ». Le disque ne remporte pas un succès particulièrement flamboyant, mais permet à Tino Rossi d'accéder aux grandes scènes du sud de la France, notamment à l'Alcazar de Marseille. C'est le début d'une série de récitals qui vont lui permettre progressivement d'asseoir sa notoriété. L'année suivante, le label Columbia prend Tino Rossi sous son aile : c'est le début d'une ascension météorique pour le jeune corse, dont le physique typé et la voix de velours correspondent à la mode du moment, toujours pas remise du passage de Rudolph Valentino sur les écrans.

Tino Rossi tâte d'ailleurs du cinéma, et fait rapidement des apparitions dans plusieurs films, tenant notamment des petits rôles musicaux. Mais c'est sous les feux du music-hall que la nouvelle idole des jeunes se fait réellement les dents : après s'être produit à l'ABC, il est embauché pour participer à la revue Parade de France, consacrée aux folklores régionaux ; il tient bien évidemment le rôle du chanteur corse. Le 14 octobre 1934, Tino Rossi triomphe à la première de la revue en interprétant des chansons du compositeur provençal Vincent Scotto. C'est le début d'une longue et fructueuse collaboration entre les deux hommes. Le jeune chanteur a trouvé le registre qui lui permettra de demeurer en haut de l'affiche : romantique et séducteur, d'une tendresse langoureuse, et basé en grande partie sur des origines corses désormais fièrement revendiquées, le chant de Tino Rossi conquiert le public des années 1930.

Il participe ensuite à une tournée, au cours de laquelle il côtoie notamment la grande chanteuse Damia. Tino commence de partager l'affiche avec de grandes vedettes de l'époque, comme Jean Sablon, Mireille ou Pills et Tabet. En 1935, c'est un nouveau triomphe dans la revue Tout Paris chante. Le disque « Adieu Hawaï » est l'un des grands succès de l'année. Mais si la radio et la scène ont lancé sa carrière, c'est le cinéma qui va lui permettre d'achever la conquête des spectateurs (et notamment des spectatrices). En 1936, il tient le rôle principal du film Marinella, bluette musicale aujourd'hui bien désuète, mais qui remporte un succès remarquable et permet au public de découvrir sur ses écrans le physique avantageux de Tino. Il récidive l'année suivante avec le film Naples au baiser de feu et décroche au passage le cœur de sa partenaire, la belle Mireille Balin ; l'idylle des deux partenaires est une aubaine pour la presse, qui intronise Tino Rossi séducteur à la ville comme à l'écran. Le Casanova d'Ajaccio se paie le luxe de traverser l'Atlantique, donnant des récitals en Amérique du Nord, où l'un de ses titres, « Vieni vieni », remporte en 1938 un succès commercial foudroyant.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Tino Rossi continue sa carrière de chanteur et de comédien, son activité au cinéma lui prenant même un peu trop de temps pour ne pas empiéter sur ses enregistrements de chanson. Dans Fièvres, réalisé en 1941 par Jean Delannoy, il s'essaie à un registre plus dramatique, mais la plupart de ses films sont essentiellement des bluettes ensoleillées et musicales, destinées à mettre en valeur son physique d'Apollon méridional, ses belles dents blanches et sa voix de velours : Le Soleil a toujours raison, Le Chant de l'exilé et autres Mon Amour est près de toi. Pour avoir continué à exercer son métier durant l'Occupation, Tino Rossi est arrêté en 1944 et passe quelques jours à la prison de Fresnes. Mais il est très rapidement blanchi et reçoit même en prime, fait relativement rare en ces temps d'épuration bête et brutale, les excuses du gouvernement.

En 1946, Tino Rossi enregistre « Petit Papa Noël », un chanson pour enfants : il est loin de se douter que ce titre bien innocent va, grâce à sa mélodie émouvante, devenir son principal classique. Reprise par tous les enfants, rééditée tous les ans et donc rapidement incontournable en période de fêtes de fin d'année, « Petit Papa Noël » devient un standard universel de la chanson française, représentant à elle seule 10% de la masse des disques vendus par Tino Rossi au cours de sa carrière.

Infatigable, professionnel de la pointe de ses cheveux gominés jusqu'au bout de ses ongles manucurés, Tino Rossi enregistre sans arrêt, se montrant un chanteur hyperactif malgré ses airs indolents. Toujours sur un registre romantique, il déroule la panoplie intégrale des folklores latins, se distinguant dans les registres du tango ou de la chanson sud-américaine. Malgré quelques apparitions dans des films (comme Si Versailles m'était conté, où il tient le rôle d'un gondolier chantant qui a l'honneur de faire naviguer Louis XVI sur les canaux de Versailles), Tino Rossi délaisse progressivement le cinéma. Un peu âgé pour jouer les jeunes premiers, peu intéressés par les rôles de « pères nobles » que son registre romantique lui promettait, Tino décide de se continuer à satisfaire son goût pour la comédie en se tournant vers l'opérette. Ayant abordé le genre assez tardivement, à 48 ans, il en devient rapidement l'une des vedettes, grâce à l'énorme succès du spectacle Méditerranée (1955), qui lui donne également l'occasion d'enregistrer l'un de ses standards, sur des paroles de Raymond Vincy. On le retrouve sur scène avec des spectacles comme. Le Temps des guitares » et Le Marchand de soleil.

Très présent à la télévision, Tino Rossi reste également un grand habitué des studios d'enregistrement, sortant des disques avec une grande régularité et se permettant en 1978 de faire un pied de nez à l'âge qui avance avec le disque « La Vie commence à 60 ans ». Petite coquetterie, car Tino en a désormais 70 et que le poids des ans a fini par lui rendre le rythme des spectacles difficile. En 1982, à 75 ans, Tino Rossi décide de terminer sa carrière en beauté par une série de concerts d'adieux au Casino de Paris ; il reste trois mois sur scène, face à une salle pleine chaque soir, et se paie même le luxe d'être nommé Commandeur de la Légion d'Honneur par le Président de l'époque, François Mitterrand. Les adieux n'ayant bien souvent pour les artistes qu'une valeur symbolique, Tino Rossi semble décidé à jouer les prolongations et signe un nouveau contrat de cinq ans avec le label Pathé Marconi ; mais, le 26 septembre 1983, il est emporté par un cancer.

Interprète d'un monde ensoleillé, Tino Rossi aura été le compagnon de route d'une génération de spectateurs amateurs de chansons d'amour roses et pures, où le sort sourit aux amoureux et où les prés sont des champs de fleurs. Qu'on l'aime ou qu'on le voue aux gémonies, Tino Rossi a incarné la tête haute une tradition immaculée de la chanson romantique et du music-hall français, où le principal demeurait de rendre les spectateurs heureux. Rien que pour cela, on se remettrait volontiers à entonner « Marinella ».

Copyright 2014 Music Story Nikita Malliarakis


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page