Toni Braxton

Top albums (Voir les 84)


Voir les 84 albums de Toni Braxton

Toni Braxton : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 580
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Toni Braxton
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

A l'image de beaucoup de chanteuses de R... Lire la suite

A l'image de beaucoup de chanteuses de R&B américaines, c'est devant un parterre de fidèles d'une église du Maryland que Toni Braxton, née en 1967, fait ses premières armes dans la chanson en égrenant le répertoire gospel. C'est d'ailleurs en famille qu'elle commence à évoluer musicalement, formant avec ses sœurs Traci, Tawanda, Tamar et Trina, le groupe The Braxtons à la fin des années 1980.

De tournée en show, Toni Braxton prend conscience que sa voix chaude et posée fait d'elle le leader du groupe et, en 1991, décide de voler de ses propres ailes en entamant une carrière de chanteuse solo. Car le timbre particulier de la chanteuse n'a pas échappé à l'attention d'Antonio Reid et de Kenneth « Babyface » Edmond, grands manitous de LaFace Records, l'un des plus gros labels américains consacrés au R&B. Soutenue par ceux-ci, Toni Braxton entre très rapidement en studio et, deux ans après avoir quitté The Braxtons, sort Toni Braxton, son prmeier album, qui se classe d'entrée de jeu à la première place du classement Billboard américain.

Coup de maître pour ce premier opus, grâce auquel Toni Braxton entre dans le cercle restreint des grandes dames du R&B, genre alors naissant aux Etats-Unis. L'Amérique est conquise et le reste du monde ne tarde pas à suivre : Europe, Australie, Japon font un accueil triomphal à la petite dame du Maryland. De 1993 à 1996, Toni Braxton multiplie les tournées à travers le monde, ainsi que les singles, car LaFace Records exploite à fond le premier album sorti.

Mais, précisément, le besoin d'un deuxième album pour concrétiser le succès de Toni Braxton se fait attendre. Ce n'est qu'en 1996 que l'artiste retrouve le chemin des studios pour Secrets. Petite déception : si Toni Braxton s'était classé directement à la première place du Billboard, Secrets ne se hisse... qu'à la deuxième ! Les singles extraits de l'album (« Unbreak My Heart », « You're Making Me High »...), eux, caracolent en tête des ventes et imposent Toni Braxton comme l'un des plus importants phénomènes R&B de l'histoire de ce genre musical.

Ici commence l'Enfer

En apparence, rien ne peut interrompre la success story de la chanteuse : récompenses multiples, ventes colossales d'albums et de singles, tournées internationales : rien ne semble pouvoir déstabiliser Toni Braxton et son ascension vers les sommets des classements. Cependant, si la démarche musicale de l'artiste est un sans-faute, de sombres histoires de gros sous commencent à entraver le parcours de celle qu'on voyait d'ores et déjà comme la nouvelle Whitney Houston.

De royalties non payées en dettes contractées en son nom par ses producteurs, tous les signaux financiers sont au rouge alors que, paradoxalement, Braxton n'a jamais autant vendu de disques ! S'apercevant des magouilles de LaFace Records, la chanteuse réagit en assignant ses deux producteurs en procès, mais se retrouve contrainte de se déclarer en faillite personnelle, ne pouvant plus assumer son train de vie et ses créances colossales de près de quatre millions de dollars. Parvenant, d'extrême justesse, à sauver ses biens de la saisie, Toni Braxton réussit à obtenir une compensation financière de la part de Babyface, ce qui, cependant, la laisse à genoux et financièrement exsangue, sans compter les problèmes de santé concomitants.

Abattue en plein vol, beaucoup prédisent la fin de Toni Braxton et sa relégation au palmarès des stars éphémères. Il est vrai que pendant les quatre années qui suivent, on n'entend plus guère parler de la chanteuse, sauf dans les bas-fonds journalistiques de la presse people.

Série noire

Cependant, Toni Braxton a de la ressource et n'abandonne pas l'idée de revenir au premier plan un jour ou l'autre. S'étant débarrassée des deux arsouilles, la chanteuse repart de l'avant et, après avoir assuré le rôle de « la Belle » dans la comédie musicale de Disney La Belle et la Bête, enregistre un troisième album, The Heat, qui paraît en 2000, afin de renouer avec le succès. Mais la série noire continue et The Heat, bien que vendu à deux millions d'exemplaires à travers les Etats-Unis (un score dérisoire pour une vendeuse comme elle), est loin d'égaler le succès des deux précédents albums. En dépit du succès du titre « He Wasn't Man Enough », le redémarrage de la carrière de Toni Braxton est un échec et elle ne parvient pas à rentabiliser les autres sorties singles.

More Than a Woman, annoncé comme « l'album du retour », en 2002, enfonce le dernier clou dans le cercueil artistique de la chanteuse. Énorme flop, ce quatrième album ne dépasse même pas le cap des 500 000 exemplaires vendus. Les télévisions et les radios la boudent : d'autres interprètes de R&B sont venues occuper l'espace laissé vacant et tout semble indiquer que Toni Braxton appartient désormais au passé. Dans ces conditions, Arista Records décide de rompre son engagement avec elle.

D'ailleurs, la chanteuse semble accepter la situation et, la mort dans l'âme, laisse tomber l'univers du show-business pour élever ses deux enfants, Denham Cole et Diezel, qu'elle a eu avec le musicien Keri Lewis. Pour ne rien arranger, les gazettes l'annoncent semi-régulièrement atteinte par un cancer. Victime de la loi de Murphy et de l'accumulation des déboires, tout semble indiquer que Toni Braxton a définitivement laissé tomber la chanson pour devenir une mère au foyer modèle.

La revenante

Mais les stars ne meurent jamais vraiment et en 2005, à la surprise générale, Toni Braxton revient dans les bacs avec Libra, album censé marquer son retour dans le monde du R&B. Classé très vite dans les dix premiers au Billboard, le disque est le symbole de la revanche d'une artiste que tout le monde croyait disparue de la scène. Certes, rien de commun avec l'énorme succès de Toni Braxton et Secrets, mais pour une chanteuse qu'on croyait définitivement enterrée, c'est un remarquable retour.

Une grande série de prestations dans les plus grandes salles de spectacle de Las Vegas (ville qui, de Jerry Lewis à Tom Jones, a souvent abrité les fins de carrière difficiles d'artistes oubliés, avant une éventuelle résurrection artistique) lui permet de renouer avec le public, ainsi que de prouver que Toni Braxton est toujours aussi charmeuse et sexy une fois lâchée sur une scène.

Un retour gagnant qui se fait cependant en douceur. Échaudée par les succès trop rapides et mère de famille avant tout, Toni Braxton prend désormais tout son temps pour capitaliser sur le succès retrouvé. Ne souhaitant pas griller son retour en grâce par un mauvais album trop vite enregistré ou trop mal composé, la chanteuse ne peut guère se permettre une nouvelle descente aux Enfers. Autant ne pas tenter le diable.

Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre

A l'image de beaucoup de chanteuses de R&B américaines, c'est devant un parterre de fidèles d'une église du Maryland que Toni Braxton, née en 1967, fait ses premières armes dans la chanson en égrenant le répertoire gospel. C'est d'ailleurs en famille qu'elle commence à évoluer musicalement, formant avec ses sœurs Traci, Tawanda, Tamar et Trina, le groupe The Braxtons à la fin des années 1980.

De tournée en show, Toni Braxton prend conscience que sa voix chaude et posée fait d'elle le leader du groupe et, en 1991, décide de voler de ses propres ailes en entamant une carrière de chanteuse solo. Car le timbre particulier de la chanteuse n'a pas échappé à l'attention d'Antonio Reid et de Kenneth « Babyface » Edmond, grands manitous de LaFace Records, l'un des plus gros labels américains consacrés au R&B. Soutenue par ceux-ci, Toni Braxton entre très rapidement en studio et, deux ans après avoir quitté The Braxtons, sort Toni Braxton, son prmeier album, qui se classe d'entrée de jeu à la première place du classement Billboard américain.

Coup de maître pour ce premier opus, grâce auquel Toni Braxton entre dans le cercle restreint des grandes dames du R&B, genre alors naissant aux Etats-Unis. L'Amérique est conquise et le reste du monde ne tarde pas à suivre : Europe, Australie, Japon font un accueil triomphal à la petite dame du Maryland. De 1993 à 1996, Toni Braxton multiplie les tournées à travers le monde, ainsi que les singles, car LaFace Records exploite à fond le premier album sorti.

Mais, précisément, le besoin d'un deuxième album pour concrétiser le succès de Toni Braxton se fait attendre. Ce n'est qu'en 1996 que l'artiste retrouve le chemin des studios pour Secrets. Petite déception : si Toni Braxton s'était classé directement à la première place du Billboard, Secrets ne se hisse... qu'à la deuxième ! Les singles extraits de l'album (« Unbreak My Heart », « You're Making Me High »...), eux, caracolent en tête des ventes et imposent Toni Braxton comme l'un des plus importants phénomènes R&B de l'histoire de ce genre musical.

Ici commence l'Enfer

En apparence, rien ne peut interrompre la success story de la chanteuse : récompenses multiples, ventes colossales d'albums et de singles, tournées internationales : rien ne semble pouvoir déstabiliser Toni Braxton et son ascension vers les sommets des classements. Cependant, si la démarche musicale de l'artiste est un sans-faute, de sombres histoires de gros sous commencent à entraver le parcours de celle qu'on voyait d'ores et déjà comme la nouvelle Whitney Houston.

De royalties non payées en dettes contractées en son nom par ses producteurs, tous les signaux financiers sont au rouge alors que, paradoxalement, Braxton n'a jamais autant vendu de disques ! S'apercevant des magouilles de LaFace Records, la chanteuse réagit en assignant ses deux producteurs en procès, mais se retrouve contrainte de se déclarer en faillite personnelle, ne pouvant plus assumer son train de vie et ses créances colossales de près de quatre millions de dollars. Parvenant, d'extrême justesse, à sauver ses biens de la saisie, Toni Braxton réussit à obtenir une compensation financière de la part de Babyface, ce qui, cependant, la laisse à genoux et financièrement exsangue, sans compter les problèmes de santé concomitants.

Abattue en plein vol, beaucoup prédisent la fin de Toni Braxton et sa relégation au palmarès des stars éphémères. Il est vrai que pendant les quatre années qui suivent, on n'entend plus guère parler de la chanteuse, sauf dans les bas-fonds journalistiques de la presse people.

Série noire

Cependant, Toni Braxton a de la ressource et n'abandonne pas l'idée de revenir au premier plan un jour ou l'autre. S'étant débarrassée des deux arsouilles, la chanteuse repart de l'avant et, après avoir assuré le rôle de « la Belle » dans la comédie musicale de Disney La Belle et la Bête, enregistre un troisième album, The Heat, qui paraît en 2000, afin de renouer avec le succès. Mais la série noire continue et The Heat, bien que vendu à deux millions d'exemplaires à travers les Etats-Unis (un score dérisoire pour une vendeuse comme elle), est loin d'égaler le succès des deux précédents albums. En dépit du succès du titre « He Wasn't Man Enough », le redémarrage de la carrière de Toni Braxton est un échec et elle ne parvient pas à rentabiliser les autres sorties singles.

More Than a Woman, annoncé comme « l'album du retour », en 2002, enfonce le dernier clou dans le cercueil artistique de la chanteuse. Énorme flop, ce quatrième album ne dépasse même pas le cap des 500 000 exemplaires vendus. Les télévisions et les radios la boudent : d'autres interprètes de R&B sont venues occuper l'espace laissé vacant et tout semble indiquer que Toni Braxton appartient désormais au passé. Dans ces conditions, Arista Records décide de rompre son engagement avec elle.

D'ailleurs, la chanteuse semble accepter la situation et, la mort dans l'âme, laisse tomber l'univers du show-business pour élever ses deux enfants, Denham Cole et Diezel, qu'elle a eu avec le musicien Keri Lewis. Pour ne rien arranger, les gazettes l'annoncent semi-régulièrement atteinte par un cancer. Victime de la loi de Murphy et de l'accumulation des déboires, tout semble indiquer que Toni Braxton a définitivement laissé tomber la chanson pour devenir une mère au foyer modèle.

La revenante

Mais les stars ne meurent jamais vraiment et en 2005, à la surprise générale, Toni Braxton revient dans les bacs avec Libra, album censé marquer son retour dans le monde du R&B. Classé très vite dans les dix premiers au Billboard, le disque est le symbole de la revanche d'une artiste que tout le monde croyait disparue de la scène. Certes, rien de commun avec l'énorme succès de Toni Braxton et Secrets, mais pour une chanteuse qu'on croyait définitivement enterrée, c'est un remarquable retour.

Une grande série de prestations dans les plus grandes salles de spectacle de Las Vegas (ville qui, de Jerry Lewis à Tom Jones, a souvent abrité les fins de carrière difficiles d'artistes oubliés, avant une éventuelle résurrection artistique) lui permet de renouer avec le public, ainsi que de prouver que Toni Braxton est toujours aussi charmeuse et sexy une fois lâchée sur une scène.

Un retour gagnant qui se fait cependant en douceur. Échaudée par les succès trop rapides et mère de famille avant tout, Toni Braxton prend désormais tout son temps pour capitaliser sur le succès retrouvé. Ne souhaitant pas griller son retour en grâce par un mauvais album trop vite enregistré ou trop mal composé, la chanteuse ne peut guère se permettre une nouvelle descente aux Enfers. Autant ne pas tenter le diable.

Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre

A l'image de beaucoup de chanteuses de R&B américaines, c'est devant un parterre de fidèles d'une église du Maryland que Toni Braxton, née en 1967, fait ses premières armes dans la chanson en égrenant le répertoire gospel. C'est d'ailleurs en famille qu'elle commence à évoluer musicalement, formant avec ses sœurs Traci, Tawanda, Tamar et Trina, le groupe The Braxtons à la fin des années 1980.

De tournée en show, Toni Braxton prend conscience que sa voix chaude et posée fait d'elle le leader du groupe et, en 1991, décide de voler de ses propres ailes en entamant une carrière de chanteuse solo. Car le timbre particulier de la chanteuse n'a pas échappé à l'attention d'Antonio Reid et de Kenneth « Babyface » Edmond, grands manitous de LaFace Records, l'un des plus gros labels américains consacrés au R&B. Soutenue par ceux-ci, Toni Braxton entre très rapidement en studio et, deux ans après avoir quitté The Braxtons, sort Toni Braxton, son prmeier album, qui se classe d'entrée de jeu à la première place du classement Billboard américain.

Coup de maître pour ce premier opus, grâce auquel Toni Braxton entre dans le cercle restreint des grandes dames du R&B, genre alors naissant aux Etats-Unis. L'Amérique est conquise et le reste du monde ne tarde pas à suivre : Europe, Australie, Japon font un accueil triomphal à la petite dame du Maryland. De 1993 à 1996, Toni Braxton multiplie les tournées à travers le monde, ainsi que les singles, car LaFace Records exploite à fond le premier album sorti.

Mais, précisément, le besoin d'un deuxième album pour concrétiser le succès de Toni Braxton se fait attendre. Ce n'est qu'en 1996 que l'artiste retrouve le chemin des studios pour Secrets. Petite déception : si Toni Braxton s'était classé directement à la première place du Billboard, Secrets ne se hisse... qu'à la deuxième ! Les singles extraits de l'album (« Unbreak My Heart », « You're Making Me High »...), eux, caracolent en tête des ventes et imposent Toni Braxton comme l'un des plus importants phénomènes R&B de l'histoire de ce genre musical.

Ici commence l'Enfer

En apparence, rien ne peut interrompre la success story de la chanteuse : récompenses multiples, ventes colossales d'albums et de singles, tournées internationales : rien ne semble pouvoir déstabiliser Toni Braxton et son ascension vers les sommets des classements. Cependant, si la démarche musicale de l'artiste est un sans-faute, de sombres histoires de gros sous commencent à entraver le parcours de celle qu'on voyait d'ores et déjà comme la nouvelle Whitney Houston.

De royalties non payées en dettes contractées en son nom par ses producteurs, tous les signaux financiers sont au rouge alors que, paradoxalement, Braxton n'a jamais autant vendu de disques ! S'apercevant des magouilles de LaFace Records, la chanteuse réagit en assignant ses deux producteurs en procès, mais se retrouve contrainte de se déclarer en faillite personnelle, ne pouvant plus assumer son train de vie et ses créances colossales de près de quatre millions de dollars. Parvenant, d'extrême justesse, à sauver ses biens de la saisie, Toni Braxton réussit à obtenir une compensation financière de la part de Babyface, ce qui, cependant, la laisse à genoux et financièrement exsangue, sans compter les problèmes de santé concomitants.

Abattue en plein vol, beaucoup prédisent la fin de Toni Braxton et sa relégation au palmarès des stars éphémères. Il est vrai que pendant les quatre années qui suivent, on n'entend plus guère parler de la chanteuse, sauf dans les bas-fonds journalistiques de la presse people.

Série noire

Cependant, Toni Braxton a de la ressource et n'abandonne pas l'idée de revenir au premier plan un jour ou l'autre. S'étant débarrassée des deux arsouilles, la chanteuse repart de l'avant et, après avoir assuré le rôle de « la Belle » dans la comédie musicale de Disney La Belle et la Bête, enregistre un troisième album, The Heat, qui paraît en 2000, afin de renouer avec le succès. Mais la série noire continue et The Heat, bien que vendu à deux millions d'exemplaires à travers les Etats-Unis (un score dérisoire pour une vendeuse comme elle), est loin d'égaler le succès des deux précédents albums. En dépit du succès du titre « He Wasn't Man Enough », le redémarrage de la carrière de Toni Braxton est un échec et elle ne parvient pas à rentabiliser les autres sorties singles.

More Than a Woman, annoncé comme « l'album du retour », en 2002, enfonce le dernier clou dans le cercueil artistique de la chanteuse. Énorme flop, ce quatrième album ne dépasse même pas le cap des 500 000 exemplaires vendus. Les télévisions et les radios la boudent : d'autres interprètes de R&B sont venues occuper l'espace laissé vacant et tout semble indiquer que Toni Braxton appartient désormais au passé. Dans ces conditions, Arista Records décide de rompre son engagement avec elle.

D'ailleurs, la chanteuse semble accepter la situation et, la mort dans l'âme, laisse tomber l'univers du show-business pour élever ses deux enfants, Denham Cole et Diezel, qu'elle a eu avec le musicien Keri Lewis. Pour ne rien arranger, les gazettes l'annoncent semi-régulièrement atteinte par un cancer. Victime de la loi de Murphy et de l'accumulation des déboires, tout semble indiquer que Toni Braxton a définitivement laissé tomber la chanson pour devenir une mère au foyer modèle.

La revenante

Mais les stars ne meurent jamais vraiment et en 2005, à la surprise générale, Toni Braxton revient dans les bacs avec Libra, album censé marquer son retour dans le monde du R&B. Classé très vite dans les dix premiers au Billboard, le disque est le symbole de la revanche d'une artiste que tout le monde croyait disparue de la scène. Certes, rien de commun avec l'énorme succès de Toni Braxton et Secrets, mais pour une chanteuse qu'on croyait définitivement enterrée, c'est un remarquable retour.

Une grande série de prestations dans les plus grandes salles de spectacle de Las Vegas (ville qui, de Jerry Lewis à Tom Jones, a souvent abrité les fins de carrière difficiles d'artistes oubliés, avant une éventuelle résurrection artistique) lui permet de renouer avec le public, ainsi que de prouver que Toni Braxton est toujours aussi charmeuse et sexy une fois lâchée sur une scène.

Un retour gagnant qui se fait cependant en douceur. Échaudée par les succès trop rapides et mère de famille avant tout, Toni Braxton prend désormais tout son temps pour capitaliser sur le succès retrouvé. Ne souhaitant pas griller son retour en grâce par un mauvais album trop vite enregistré ou trop mal composé, la chanteuse ne peut guère se permettre une nouvelle descente aux Enfers. Autant ne pas tenter le diable.

Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page