Tori Amos

Top albums (Voir les 139)


Voir les 139 albums de Tori Amos

Tori Amos : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 1236
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Tori Amos
Fourni par l'artiste ou son représentant

Dernier Tweet

toriamos

The Bose's home for a few weeks on the ocean. #toriamos http://t.co/Anc88Anu6E


Biographie

Après un déménagement dans le Maryland, elle débute à 4 ans des études de musique : piano à la maison et chant au sein de la chorale de l'église paternelle. Elle compose rapidement ses premières mélodies et intègre, à 5 ans, le prestigieux Peabody Institute de la John Hopkins University de Baltimore. Ainsi sa carrière de prodige de la musique classique semble toute tracée. Mais, ayant des difficultés à lire les partitions et faisant preuve de trop d'indépendance, on lui demande de quitter le Conservatoire en 1974. C'est alors que le révérend Amos prend la carrière de sa fille en main et ... Lire la suite

Après un déménagement dans le Maryland, elle débute à 4 ans des études de musique : piano à la maison et chant au sein de la chorale de l'église paternelle. Elle compose rapidement ses premières mélodies et intègre, à 5 ans, le prestigieux Peabody Institute de la John Hopkins University de Baltimore. Ainsi sa carrière de prodige de la musique classique semble toute tracée. Mais, ayant des difficultés à lire les partitions et faisant preuve de trop d'indépendance, on lui demande de quitter le Conservatoire en 1974. C'est alors que le révérend Amos prend la carrière de sa fille en main et devient son manager. Grâce aux démos envoyées à tous les clubs de la banlieue de Baltimore, Myra Ellen se produit dans quelques bars, chaperonnée par papa ; et change son prénom pour devenir Tori Amos. Voulant se libérer de l'autorité paternelle (et s'affranchir par la même occasion d'une religion pesante), elle s'installe à Los Angeles, en 1984. Pour subvenir à ses besoins, elle continue de chanter dans les clubs et les hôtels et joue dans des publicités à la télévision. Elle crée le groupe Y Kant Tori Read en 1985, tout en démarchant les maisons de disque afin de signer son premier contrat, ce qu'elle fera en 1987 avec Atlantic Records. Y Kant Tori Read mélange des influences métal et pop rock mais le premier et seul disque du groupe, sorti en juillet 1988, qu'elle reniera, est un flop total.

Déprimée, Tori Amos décide alors de revenir à sa source d'inspiration principale, le piano. Soutenue par son co-producteur et compagnon Eric Rosse, elle commence à écrire un album qui deviendra Little Earthquakes. Atlantic Records n'est cependant pas séduit par les titres de Tori et l'envoie donc à sa branche londonienne, East West. En 1992, en pleine période grunge et pendant que Mariah Carey et Paula Abdul squattent les charts américains, Tori Amos publie son premier album en solo, Little Earthquakes donc, avec son bien-aimé Bösendorfer au centre des compositions. Elle dénonce la religion, les violences faites aux femmes (victime d'un viol quelques années auparavant, elle raconte avec force et émotion sa terrible expérience avec le titre a capella « Me and a gun ») et impose à tous son univers particulier. Forte de son succès, notamment grâce au single « Crucify », elle commence une tournée aux Etats-Unis et entame l'écriture de son 2ème opus.

Under the Pink sort en 1994. Inspiré par les peintures de Georgia O'Keefe et les écrits d'Alice Walker, cet album, enregistré à Los Angeles et au Nouveau Mexique, se veut différent du précédent. Cependant, il reste dans le même univers : introspectif et complexe, il alterne les douces ballades et les moments forts. C'est un nouveau succès pour l'artiste, mais sa vie personnelle est en difficulté en raison de sa séparation d'avec Eric Rosse. La même année, elle crée l'association RAINN (Rape, Abuse and Incest National Network), une ligne d'aide pour les victimes d'abus sexuels et s'investit totalement dans ce combat.

Suite à une longue tournée de 10 mois (Amérique du Nord, Europe, Japon, Australie), Tori Amos part se ressourcer à Hawaii et découvre les légendes de la déesse du feu Pele... et Boys for Pele sort en 1996. C'est un virage qui s'amorce avec cet album. Sur la pochette du CD, elle est photographiée une carabine à la main : le ton est donné ! Tori Amos s'impose comme femme et artiste et fait décidemment ce qu'elle veut. Le clavecin fait son apparition, la religion en prend pour son grade comme d'habitude et Tori Amos se fait même entendre dans les boites de nuit avec le titre « Professional Widow ». C'est également en 1996 qu'elle rencontre Mark Hawley, ingénieur du son. Leur mariage sera célébré 2 ans plus tard, par le révérend Amos en personne.

En 1998, son 4ème album est dans les bacs. From the Choirgirl Hotel est un disque sombre et violent dans lequel Tori Amos opère un nouveau tournant stylistique : le piano se fait plus discret et les percussions, batterie et guitares électriques sont particulièrement présentes. Tori Amos ayant subi plusieurs fausses couches auparavant, c'est aussi un album empreint de tristesse qui sert d'exutoire à sa douleur. L'année suivante est marquée le 5 œ Weeks Tour en compagnie d'Alanis Morrissette, une tournée à travers les Etats-Unis au profit de l'association RAINN, et par la sortie du double album To Venus and Back qui rassemble 11 titres originaux et un premier live. Avec ce disque, elle continue son travail de groupe avec ses musiciens (Matt Chamberlain à la batterie, Steve Caton aux guitares et Jon Evans à la basse), davantage dans la douceur qu'avec From the Choirgirl Hotel, mais avec moins d'inventivité. Elle donne naissance à sa fille Natashya en septembre 2000. La pièce manquante de sa vie, la maternité, est enfin trouvée.

Sa fille chamboule sa vie de femme et d'artiste. Particulièrement choquée par certaines chansons misogynes entendus à la radio et toujours autant concernée par la cause des femmes, elle décide de reprendre 12 textes écrits par des hommes pour les interpréter avec un oeil féminin selon le principe « ton point de vue change selon l'endroit où tu te places ». Strange Little Girls sort à l'automne 2001 et comprend des compositions des Beatles, Depeche Mode, Eminem, Neil Young, Slayer, ou Lou Reed.

Après un événement familial en 2000 qui a bouleversé sa vie, c'est une tragédie internationale qui affecte Tori Amos en 2001. Les attentats du 11 Septembre influencent largement l'écriture du prochain album : dorénavant elle laisse ses conflits intérieurs sur le côté pour s'ouvrir davantage aux problèmes politiques et sociaux qui touchent le monde. Avec Scarlet's Walk, sorti en 2002, Tori Amos nous invite à un périple historique à travers l'Amérique et dénonce certaines absurdités de son pays, notamment au sujet des « Natives », les Indiens décimés par les colons européens. Ce 7ème album marque le début de la collaboration avec le label Epic / Sony.

Après sa rituelle tournée autour du monde, Tori Amos sort son premier best of en 2003, Tales of a Librarian, qui se veut une autobiographie musicale ; et en 2005, son neuvième album est disponible : The Beekeeper. Avec 19 chansons (dont un duo avec Damien Rice), elle parle de l'amour bien sûr mais aussi de la mort, notamment en évoquant les mères des soldats morts en Irak (« Mother Revolution »). Ainsi le thème central de cette oeuvre est la difficulté de trouver la vérité derrière les mensonges, les manipulations politiques et la mythologie.Enfin en 2005 et en 2006, elle offre à ses « Ears with feet » (le nom qu'elle donne à ses nombreux fans) deux compilations. Tout d'abord, ce sont les Original Bootlegs : six doubles CD reprenant les titres originaux et les reprises préférés du public, enregistrés en concert; et en 2006, c'est le coffret A Piano: The collection avec cinq disques composés de B sides, covers et chansons inédites ainsi que quelques démos permettant de découvrir le travail de création de la musicienne.

Ces dernières années, Tori Amos n'a pas perdu son sens de la mélodie et du texte, en  envoûtant toujours autant les salles. Après s'être inspirée de sa vie personnelle et de ses douleurs, elle se tourne vers des univers mythologiques et spirituels où la féminité retrouve sa dignité (en opposition toujours aux figures masculines chrétiennes imposées - Dieu, Jésus, les Apôtres). En mai 2009, Abnormally Attracted to Sin fait part de la dualité entre le Bien et le Pêché qui préoccupe la chanteuse et s'invite dans ses chansons. L'album s'ouvre sur le single « Give ». En novembre de la même année, Tori Amos cède à la tradition des chants de Noël dans l'album Midwinter Graces. 

Cette artiste décidément unique opère un nouveau virage en 2011 lorsqu'elle signe pour le prestigieux label classique Deutsche Grammophon. L'album Night of Hunters, basé en majorité sur des variations d'oeuvres classiques et enregistré avec différents musiciens classiques, est le premier fruit de cette collaboration. Tori Amos décide en 2012 de célébrer les vingt ans de Little Earthquake en revisitant quatorze titres issus de l'ensemble de sa carrière. L'enregistrement est effectué avec le concours du Metropole Orchestra et sort sous la forme de l'album Gold Dust sorti en octobre 2012. Après cette parenthèse classique, Tori Amos revient au style pop rock intimiste de ses débuts pour son quatorzième album Unrepentant Geraldines. Paru en mai 2014, l'album anticipé par l'extrait « Trouble's Lament » voit plusieurs de ses chansons inspirées d'oeuvres artistiques de Cézanne, Dante Rossetti, Daniel Maclise ou Diane Arbus. Dans sa grande majorité, la presse salue ce retour en grâce. Copyright 2014 Music Story Emeline Blanquart

Après un déménagement dans le Maryland, elle débute à 4 ans des études de musique : piano à la maison et chant au sein de la chorale de l'église paternelle. Elle compose rapidement ses premières mélodies et intègre, à 5 ans, le prestigieux Peabody Institute de la John Hopkins University de Baltimore. Ainsi sa carrière de prodige de la musique classique semble toute tracée. Mais, ayant des difficultés à lire les partitions et faisant preuve de trop d'indépendance, on lui demande de quitter le Conservatoire en 1974. C'est alors que le révérend Amos prend la carrière de sa fille en main et devient son manager. Grâce aux démos envoyées à tous les clubs de la banlieue de Baltimore, Myra Ellen se produit dans quelques bars, chaperonnée par papa ; et change son prénom pour devenir Tori Amos. Voulant se libérer de l'autorité paternelle (et s'affranchir par la même occasion d'une religion pesante), elle s'installe à Los Angeles, en 1984. Pour subvenir à ses besoins, elle continue de chanter dans les clubs et les hôtels et joue dans des publicités à la télévision. Elle crée le groupe Y Kant Tori Read en 1985, tout en démarchant les maisons de disque afin de signer son premier contrat, ce qu'elle fera en 1987 avec Atlantic Records. Y Kant Tori Read mélange des influences métal et pop rock mais le premier et seul disque du groupe, sorti en juillet 1988, qu'elle reniera, est un flop total.

Déprimée, Tori Amos décide alors de revenir à sa source d'inspiration principale, le piano. Soutenue par son co-producteur et compagnon Eric Rosse, elle commence à écrire un album qui deviendra Little Earthquakes. Atlantic Records n'est cependant pas séduit par les titres de Tori et l'envoie donc à sa branche londonienne, East West. En 1992, en pleine période grunge et pendant que Mariah Carey et Paula Abdul squattent les charts américains, Tori Amos publie son premier album en solo, Little Earthquakes donc, avec son bien-aimé Bösendorfer au centre des compositions. Elle dénonce la religion, les violences faites aux femmes (victime d'un viol quelques années auparavant, elle raconte avec force et émotion sa terrible expérience avec le titre a capella « Me and a gun ») et impose à tous son univers particulier. Forte de son succès, notamment grâce au single « Crucify », elle commence une tournée aux Etats-Unis et entame l'écriture de son 2ème opus.

Under the Pink sort en 1994. Inspiré par les peintures de Georgia O'Keefe et les écrits d'Alice Walker, cet album, enregistré à Los Angeles et au Nouveau Mexique, se veut différent du précédent. Cependant, il reste dans le même univers : introspectif et complexe, il alterne les douces ballades et les moments forts. C'est un nouveau succès pour l'artiste, mais sa vie personnelle est en difficulté en raison de sa séparation d'avec Eric Rosse. La même année, elle crée l'association RAINN (Rape, Abuse and Incest National Network), une ligne d'aide pour les victimes d'abus sexuels et s'investit totalement dans ce combat.

Suite à une longue tournée de 10 mois (Amérique du Nord, Europe, Japon, Australie), Tori Amos part se ressourcer à Hawaii et découvre les légendes de la déesse du feu Pele... et Boys for Pele sort en 1996. C'est un virage qui s'amorce avec cet album. Sur la pochette du CD, elle est photographiée une carabine à la main : le ton est donné ! Tori Amos s'impose comme femme et artiste et fait décidemment ce qu'elle veut. Le clavecin fait son apparition, la religion en prend pour son grade comme d'habitude et Tori Amos se fait même entendre dans les boites de nuit avec le titre « Professional Widow ». C'est également en 1996 qu'elle rencontre Mark Hawley, ingénieur du son. Leur mariage sera célébré 2 ans plus tard, par le révérend Amos en personne.

En 1998, son 4ème album est dans les bacs. From the Choirgirl Hotel est un disque sombre et violent dans lequel Tori Amos opère un nouveau tournant stylistique : le piano se fait plus discret et les percussions, batterie et guitares électriques sont particulièrement présentes. Tori Amos ayant subi plusieurs fausses couches auparavant, c'est aussi un album empreint de tristesse qui sert d'exutoire à sa douleur. L'année suivante est marquée le 5 œ Weeks Tour en compagnie d'Alanis Morrissette, une tournée à travers les Etats-Unis au profit de l'association RAINN, et par la sortie du double album To Venus and Back qui rassemble 11 titres originaux et un premier live. Avec ce disque, elle continue son travail de groupe avec ses musiciens (Matt Chamberlain à la batterie, Steve Caton aux guitares et Jon Evans à la basse), davantage dans la douceur qu'avec From the Choirgirl Hotel, mais avec moins d'inventivité. Elle donne naissance à sa fille Natashya en septembre 2000. La pièce manquante de sa vie, la maternité, est enfin trouvée.

Sa fille chamboule sa vie de femme et d'artiste. Particulièrement choquée par certaines chansons misogynes entendus à la radio et toujours autant concernée par la cause des femmes, elle décide de reprendre 12 textes écrits par des hommes pour les interpréter avec un oeil féminin selon le principe « ton point de vue change selon l'endroit où tu te places ». Strange Little Girls sort à l'automne 2001 et comprend des compositions des Beatles, Depeche Mode, Eminem, Neil Young, Slayer, ou Lou Reed.

Après un événement familial en 2000 qui a bouleversé sa vie, c'est une tragédie internationale qui affecte Tori Amos en 2001. Les attentats du 11 Septembre influencent largement l'écriture du prochain album : dorénavant elle laisse ses conflits intérieurs sur le côté pour s'ouvrir davantage aux problèmes politiques et sociaux qui touchent le monde. Avec Scarlet's Walk, sorti en 2002, Tori Amos nous invite à un périple historique à travers l'Amérique et dénonce certaines absurdités de son pays, notamment au sujet des « Natives », les Indiens décimés par les colons européens. Ce 7ème album marque le début de la collaboration avec le label Epic / Sony.

Après sa rituelle tournée autour du monde, Tori Amos sort son premier best of en 2003, Tales of a Librarian, qui se veut une autobiographie musicale ; et en 2005, son neuvième album est disponible : The Beekeeper. Avec 19 chansons (dont un duo avec Damien Rice), elle parle de l'amour bien sûr mais aussi de la mort, notamment en évoquant les mères des soldats morts en Irak (« Mother Revolution »). Ainsi le thème central de cette oeuvre est la difficulté de trouver la vérité derrière les mensonges, les manipulations politiques et la mythologie.Enfin en 2005 et en 2006, elle offre à ses « Ears with feet » (le nom qu'elle donne à ses nombreux fans) deux compilations. Tout d'abord, ce sont les Original Bootlegs : six doubles CD reprenant les titres originaux et les reprises préférés du public, enregistrés en concert; et en 2006, c'est le coffret A Piano: The collection avec cinq disques composés de B sides, covers et chansons inédites ainsi que quelques démos permettant de découvrir le travail de création de la musicienne.

Ces dernières années, Tori Amos n'a pas perdu son sens de la mélodie et du texte, en  envoûtant toujours autant les salles. Après s'être inspirée de sa vie personnelle et de ses douleurs, elle se tourne vers des univers mythologiques et spirituels où la féminité retrouve sa dignité (en opposition toujours aux figures masculines chrétiennes imposées - Dieu, Jésus, les Apôtres). En mai 2009, Abnormally Attracted to Sin fait part de la dualité entre le Bien et le Pêché qui préoccupe la chanteuse et s'invite dans ses chansons. L'album s'ouvre sur le single « Give ». En novembre de la même année, Tori Amos cède à la tradition des chants de Noël dans l'album Midwinter Graces. 

Cette artiste décidément unique opère un nouveau virage en 2011 lorsqu'elle signe pour le prestigieux label classique Deutsche Grammophon. L'album Night of Hunters, basé en majorité sur des variations d'oeuvres classiques et enregistré avec différents musiciens classiques, est le premier fruit de cette collaboration. Tori Amos décide en 2012 de célébrer les vingt ans de Little Earthquake en revisitant quatorze titres issus de l'ensemble de sa carrière. L'enregistrement est effectué avec le concours du Metropole Orchestra et sort sous la forme de l'album Gold Dust sorti en octobre 2012. Après cette parenthèse classique, Tori Amos revient au style pop rock intimiste de ses débuts pour son quatorzième album Unrepentant Geraldines. Paru en mai 2014, l'album anticipé par l'extrait « Trouble's Lament » voit plusieurs de ses chansons inspirées d'oeuvres artistiques de Cézanne, Dante Rossetti, Daniel Maclise ou Diane Arbus. Dans sa grande majorité, la presse salue ce retour en grâce. Copyright 2014 Music Story Emeline Blanquart

Après un déménagement dans le Maryland, elle débute à 4 ans des études de musique : piano à la maison et chant au sein de la chorale de l'église paternelle. Elle compose rapidement ses premières mélodies et intègre, à 5 ans, le prestigieux Peabody Institute de la John Hopkins University de Baltimore. Ainsi sa carrière de prodige de la musique classique semble toute tracée. Mais, ayant des difficultés à lire les partitions et faisant preuve de trop d'indépendance, on lui demande de quitter le Conservatoire en 1974. C'est alors que le révérend Amos prend la carrière de sa fille en main et devient son manager. Grâce aux démos envoyées à tous les clubs de la banlieue de Baltimore, Myra Ellen se produit dans quelques bars, chaperonnée par papa ; et change son prénom pour devenir Tori Amos. Voulant se libérer de l'autorité paternelle (et s'affranchir par la même occasion d'une religion pesante), elle s'installe à Los Angeles, en 1984. Pour subvenir à ses besoins, elle continue de chanter dans les clubs et les hôtels et joue dans des publicités à la télévision. Elle crée le groupe Y Kant Tori Read en 1985, tout en démarchant les maisons de disque afin de signer son premier contrat, ce qu'elle fera en 1987 avec Atlantic Records. Y Kant Tori Read mélange des influences métal et pop rock mais le premier et seul disque du groupe, sorti en juillet 1988, qu'elle reniera, est un flop total.

Déprimée, Tori Amos décide alors de revenir à sa source d'inspiration principale, le piano. Soutenue par son co-producteur et compagnon Eric Rosse, elle commence à écrire un album qui deviendra Little Earthquakes. Atlantic Records n'est cependant pas séduit par les titres de Tori et l'envoie donc à sa branche londonienne, East West. En 1992, en pleine période grunge et pendant que Mariah Carey et Paula Abdul squattent les charts américains, Tori Amos publie son premier album en solo, Little Earthquakes donc, avec son bien-aimé Bösendorfer au centre des compositions. Elle dénonce la religion, les violences faites aux femmes (victime d'un viol quelques années auparavant, elle raconte avec force et émotion sa terrible expérience avec le titre a capella « Me and a gun ») et impose à tous son univers particulier. Forte de son succès, notamment grâce au single « Crucify », elle commence une tournée aux Etats-Unis et entame l'écriture de son 2ème opus.

Under the Pink sort en 1994. Inspiré par les peintures de Georgia O'Keefe et les écrits d'Alice Walker, cet album, enregistré à Los Angeles et au Nouveau Mexique, se veut différent du précédent. Cependant, il reste dans le même univers : introspectif et complexe, il alterne les douces ballades et les moments forts. C'est un nouveau succès pour l'artiste, mais sa vie personnelle est en difficulté en raison de sa séparation d'avec Eric Rosse. La même année, elle crée l'association RAINN (Rape, Abuse and Incest National Network), une ligne d'aide pour les victimes d'abus sexuels et s'investit totalement dans ce combat.

Suite à une longue tournée de 10 mois (Amérique du Nord, Europe, Japon, Australie), Tori Amos part se ressourcer à Hawaii et découvre les légendes de la déesse du feu Pele... et Boys for Pele sort en 1996. C'est un virage qui s'amorce avec cet album. Sur la pochette du CD, elle est photographiée une carabine à la main : le ton est donné ! Tori Amos s'impose comme femme et artiste et fait décidemment ce qu'elle veut. Le clavecin fait son apparition, la religion en prend pour son grade comme d'habitude et Tori Amos se fait même entendre dans les boites de nuit avec le titre « Professional Widow ». C'est également en 1996 qu'elle rencontre Mark Hawley, ingénieur du son. Leur mariage sera célébré 2 ans plus tard, par le révérend Amos en personne.

En 1998, son 4ème album est dans les bacs. From the Choirgirl Hotel est un disque sombre et violent dans lequel Tori Amos opère un nouveau tournant stylistique : le piano se fait plus discret et les percussions, batterie et guitares électriques sont particulièrement présentes. Tori Amos ayant subi plusieurs fausses couches auparavant, c'est aussi un album empreint de tristesse qui sert d'exutoire à sa douleur. L'année suivante est marquée le 5 œ Weeks Tour en compagnie d'Alanis Morrissette, une tournée à travers les Etats-Unis au profit de l'association RAINN, et par la sortie du double album To Venus and Back qui rassemble 11 titres originaux et un premier live. Avec ce disque, elle continue son travail de groupe avec ses musiciens (Matt Chamberlain à la batterie, Steve Caton aux guitares et Jon Evans à la basse), davantage dans la douceur qu'avec From the Choirgirl Hotel, mais avec moins d'inventivité. Elle donne naissance à sa fille Natashya en septembre 2000. La pièce manquante de sa vie, la maternité, est enfin trouvée.

Sa fille chamboule sa vie de femme et d'artiste. Particulièrement choquée par certaines chansons misogynes entendus à la radio et toujours autant concernée par la cause des femmes, elle décide de reprendre 12 textes écrits par des hommes pour les interpréter avec un oeil féminin selon le principe « ton point de vue change selon l'endroit où tu te places ». Strange Little Girls sort à l'automne 2001 et comprend des compositions des Beatles, Depeche Mode, Eminem, Neil Young, Slayer, ou Lou Reed.

Après un événement familial en 2000 qui a bouleversé sa vie, c'est une tragédie internationale qui affecte Tori Amos en 2001. Les attentats du 11 Septembre influencent largement l'écriture du prochain album : dorénavant elle laisse ses conflits intérieurs sur le côté pour s'ouvrir davantage aux problèmes politiques et sociaux qui touchent le monde. Avec Scarlet's Walk, sorti en 2002, Tori Amos nous invite à un périple historique à travers l'Amérique et dénonce certaines absurdités de son pays, notamment au sujet des « Natives », les Indiens décimés par les colons européens. Ce 7ème album marque le début de la collaboration avec le label Epic / Sony.

Après sa rituelle tournée autour du monde, Tori Amos sort son premier best of en 2003, Tales of a Librarian, qui se veut une autobiographie musicale ; et en 2005, son neuvième album est disponible : The Beekeeper. Avec 19 chansons (dont un duo avec Damien Rice), elle parle de l'amour bien sûr mais aussi de la mort, notamment en évoquant les mères des soldats morts en Irak (« Mother Revolution »). Ainsi le thème central de cette oeuvre est la difficulté de trouver la vérité derrière les mensonges, les manipulations politiques et la mythologie.Enfin en 2005 et en 2006, elle offre à ses « Ears with feet » (le nom qu'elle donne à ses nombreux fans) deux compilations. Tout d'abord, ce sont les Original Bootlegs : six doubles CD reprenant les titres originaux et les reprises préférés du public, enregistrés en concert; et en 2006, c'est le coffret A Piano: The collection avec cinq disques composés de B sides, covers et chansons inédites ainsi que quelques démos permettant de découvrir le travail de création de la musicienne.

Ces dernières années, Tori Amos n'a pas perdu son sens de la mélodie et du texte, en  envoûtant toujours autant les salles. Après s'être inspirée de sa vie personnelle et de ses douleurs, elle se tourne vers des univers mythologiques et spirituels où la féminité retrouve sa dignité (en opposition toujours aux figures masculines chrétiennes imposées - Dieu, Jésus, les Apôtres). En mai 2009, Abnormally Attracted to Sin fait part de la dualité entre le Bien et le Pêché qui préoccupe la chanteuse et s'invite dans ses chansons. L'album s'ouvre sur le single « Give ». En novembre de la même année, Tori Amos cède à la tradition des chants de Noël dans l'album Midwinter Graces. 

Cette artiste décidément unique opère un nouveau virage en 2011 lorsqu'elle signe pour le prestigieux label classique Deutsche Grammophon. L'album Night of Hunters, basé en majorité sur des variations d'oeuvres classiques et enregistré avec différents musiciens classiques, est le premier fruit de cette collaboration. Tori Amos décide en 2012 de célébrer les vingt ans de Little Earthquake en revisitant quatorze titres issus de l'ensemble de sa carrière. L'enregistrement est effectué avec le concours du Metropole Orchestra et sort sous la forme de l'album Gold Dust sorti en octobre 2012. Après cette parenthèse classique, Tori Amos revient au style pop rock intimiste de ses débuts pour son quatorzième album Unrepentant Geraldines. Paru en mai 2014, l'album anticipé par l'extrait « Trouble's Lament » voit plusieurs de ses chansons inspirées d'oeuvres artistiques de Cézanne, Dante Rossetti, Daniel Maclise ou Diane Arbus. Dans sa grande majorité, la presse salue ce retour en grâce. Copyright 2014 Music Story Emeline Blanquart


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page