undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles3
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:10,07 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

100 PREMIERS RÉVISEURSle 23 novembre 2010
Ce tome fait suite à Back on the Street et il contient les épisodes 7 à 12 de la série.

Dans l'épisode 7, Channon Yarrow explique à Spider Jerusalem que son ex-petit ami a choisi de se faire télécharger (download) ; elle ne sait pas très bien ce à quoi cela correspond. Il se trouve que l'entreprise qu'il a choisie pour ce téléchargement est gérée par une vieille connaissance de Jerusalem. Ce dernier fait en sorte que Channon puisse assister à l'opération.

Dans l'épisode 8, Warren Ellis nous invite à suivre Spider Jerusalem lors de ses recherches pour l'écriture d'un article sur les personnes cryogénisées qui sont ramenées à la vie pour être guéries et rendues à la société.

Toujours dans le cadre de l'écriture d'un article, Jerusalem enquête et se rend dans les réserves de protection de civilisations qui existent dans la Cité.

Ce tome se conclut par une histoire en 3 parties dans laquelle Spider Jerusalem doit faire face aux conséquences d'un de ses articles qui dénonçait les pratiques abusives d'une entreprise, au risque du retour de son ex-femme et à un enfant qui semble être de lui. Et comme une catastrophe n'arrive jamais seule, il a également été déconnecté du réseau et un flic d'une race inattendue est à ses trousses.

Le premier tome de Transmetropolitan m'avait un peu laissé sur ma faim du fait de thématiques relativement classiques en science fiction, sans qu'il n'apparaisse de direction claire ou de point de vue marquant. Avec ce deuxième tome, Warren Ellis passe la vitesse supérieure et aborde de front de possibles avancées technologiques avec une prise de position marquée. Par exemple, la désincorporation du petit ami de Channon aborde la question de la nature de l'être humain et d'une certaine manière de son âme (sans connotation religieuse), tout en faisant miroiter une application possible du tout électronique. Le retour à la vie des cryogénisés revient sur un thème de science fiction classique avec une approche sociétale inattendue, tout en étant en parfaite cohérence avec le personnage de Spider Jerusalem. Les réserves de civilisation en voie de disparition emmènent le lecteur dans une direction inattendue, tout en continuant à insérer des variations sur le questionnement de "que devenir quand la science permet tout ?".

L'histoire finale constitue un mélange de 3 histoires racontées simultanément et qui ne semblent avoir été mélangées que pour tenter une structure narrative différente. Je ne suis pas vraiment convaincu par cette structure. Par contre Ellis continue de donner un point de vue original sur l'impossibilité d'accéder au réseau, sur une nouvelle race de policiers et sur une nouvelle variation de choix de vie sur la base de convictions personnelles déconcertantes, choix rendu possible à nouveau par une technologie d'anticipation.

Même s'il est facile de l'oublier tellement le scénario est fort, Darick Robertson accomplit un travail ahurissant de création d'images à la hauteur des concepts et des scènes comiques du scénario. Spider Jerusalem continue d'avoir une apparence très particulière (les tatouages y sont pour beaucoup), mais aussi un langage corporel spécifique avec des attitudes qui n'appartiennent qu'à lui (en particulier sa sale habitude de mordre les filtres). Chaque vision d'un nouveau quartier de la Ville apporte une atmosphère particulière très forte et pleinement habitée par les particularités de ce quartier et de ses commerces. La visualisation des êtres désincorporés suggère des possibilités qui complètent les éléments contenus dans les dialogues. Les expressions faciales des êtres décryogénisés brillent par leur justesse et leur densité émotionnelle. Et les personnages créés pour la dernière histoire resteront longtemps dans ma mémoire que ce soit le policier Stomponato, l'ex-stagiaire de Jerusalem, et les membres du culte bizarroïde. Le boss de Spider a droit à de superbes pages et Spider lui-même a droit à une séquence mémorable dans des sanisettes.

Car Warren Ellis ne se limite pas à inventer des technologies futuristes, à sonder leurs implications pour l'homme de la rue, il raconte des histoires captivantes avec un humour à froid très anglais, très incorrect et très drôle. Avec ce tome, j'ai découvert que cette série n'a pas volé sa réputation. Je passe au tome 3 Year of the Bastard.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 avril 2003
Spider Jerusalem est de retour en ville, et il a bien l'intention de faire son satané boulot de journaliste. Armé d'une assistante garde du corps, prèt à en découdre avec l'humanité entière, Spider fait preuve d'un nihilisme plein d'humanité vis à vis de la ville qu'il ne peut s'empécher de haïr tout en s'y développant.
Après Back to the streets, Warren Ellis nous délivre le second opus de sa série grandiose. Survolté, déchainé, exécrable, Spider nous montre toutefois la voie vers une citoyenneté consciente de son environnement.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 décembre 2015
Cette série est vraiment une réussite : un peu subversive, très drôle et décalée, un peu SF: que du bon !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles