EUR 6,99
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Ultimo Vol.1 Broché – 28 octobre 2010


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 6,99
EUR 4,40 EUR 0,89

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Ultimo Vol.1 + Ultimo Vol.2 + Ultimo Vol.3
Prix pour les trois: EUR 20,97

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Revue de presse

Japon, XIIème siècle. Ultimo et Vice sont deux Karakuridôji, des marionnettes mécaniques représentant respectivement le bien et le mal et ayant pour but de s'affronter pour détermination lequel des deux camp s'avère le plus puissant. XXIème siècle, le jeune Yamato tombe nez à nez avec Ultimo, chez un antiquaire...

Ultimo est le nouveau shônen phare de chez Kaze, et beaucoup d'amateurs du genre l'attendait de pieds fermes. Il faut dire que le staff du titre avait de quoi intéresser avec aux dessins et scénario Hiroyuki Takei, papa de Shaman King, qui s'est associé avec Stan Lee, co-créateurs de nombreux héros des comics Marvel comme Spiderman. L'attente en vue de ce premier tome valait-elle le coup ? La réponse est oui !

L'histoire peut paraître assez basique de prime abord puisque nous suivons deux « Karakuridôji », des marionnettes mécaniques représentant le bien et le mal et devant se livrer bataille. Le premier chapitre présente ces deux entités mécaniques, et la suite du récit se place à notre époque, du côté du héros. Cependant, passé et présent sont liés puisque la fin du tome revient sur l'époque jadis, sans compter que l'ancien propriétaire d'Ultimo et Yamato, héros du titre, semblent liés tant physiquement que mentalement. Bref, deux représentations du bien et du mal qui s'affrontent, un héros qui est la réincarnation d'un personnage d'antan, voilà des concepts qui ont été déjà vus. Pourtant, on accroche. D'abord, le dessin de Takei est totalement maîtrisé. On le sait depuis la deuxième partie de Shaman King, l'auteur est fait pour les manga au côté cyber, mettant en tête cyborgs et machines. Son trait est ici de toute beauté et apporte du relief à l'histoire, nous permettant de plonger totalement dans l'intrigue et ses affrontement.
D'autre part, le scénario semble maîtrisé. Les auteurs insèrent de manière subtile les flashbacks et révélations sur l'époque passée, permettant de nous dévoiler d'autres pièces clefs de l'histoire. Cependant, une grande période temporelle reste assez floue, notamment celle du premier combat entre Ultimo et Vice, mais il ne fait nul doute que les réponses arriveront par la suite.

Le scénario quitte son aspect cliché passé les premiers chapitres. D'une part, l'ennemi à abattre, propriétaire de Vice, n'a rien de commun : Son esthétique n'a rien de bien charismatique et ses motivations sont plutôt médiocres. Ce n'est certainement pas le vilain qui nous fera vibrer contrairement à Hao de l'ancien titre de Takei. De plus, la fin de tome prend une tournure des plus intéressantes. Sans spoiler, nous pouvons prévoir que l'affrontement ne se limitera pas à du un contre un, et que la guerre sera totale entre plusieurs Karakuridôji. Mais là aussi, là présence de ces dernières et les motivations de leur créateur sont autant d'énigmes dont il nous tarde d'avoir les réponses.

En résumé, ce premier tome d'Ultimo a de quoi satisfaire ! Outre le staff de choc sélectionné pour ce projet, le volume en lui même est terriblement accrocheur, partant d'une intrigue plutôt basique mais menée avec habilité, le tout encré par un dessin vraiment beau ! Maintenant, il ne reste plus qu'à prendre son mal en patience en attendant la suite.


Takato

(Critique de www.manga-news.com )

Biographie de l'auteur

Né à New York en 1922, Stanley Martin Lieber, fils de parents juifs d’origine roumaine, va très vite gravir les échelons pour devenir une légende du 9e art. Surdoué, il intègre Timely Comics, l’ancêtre des éditions MARVEL alors qu’il n’a que 17 ans. Il y fait toutes ses armes, d’assistant à rédacteur en chef, et y croise tous les genres. Au début des années 60, on lui donne carte blanche pour créer de nouveaux personnages afin de rivaliser avec La Ligue des Justiciers de l’éternel rival DC Comics, qui connaît alors un franc succès. En novembre 1961, le premier numéro de The Fantastic Four sort en kiosques, bientôt suivi par les naissances d’Hulk, de Spider-Man, de Thor, des X-Men et de bien d’autres encore... La révolution MARVEL est en marche... Longtemps ambassadeur de la marque, celui que l’on surnomme “The Man” reprend ensuite sa liberté à la fin années 90. À la tête de Pow ! Entertainement, il multiplie les projets personnels, des longs- métrages aux mangas, et son génie ne semble pas prêt de s’éteindre...



Détails sur le produit


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?