Amazon rachète votre
article EUR 1,55 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Ulysse Poche – 23 novembre 2006


Voir les 8 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 60,00
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 2,99
Poche, 23 novembre 2006
EUR 29,00 EUR 14,06

Il y a une édition plus récente de cet article:

Ulysse
EUR 12,90
(7)
En stock.

livres de l'été livres de l'été


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Revue de presse

Nouvelle traduction sous la direction de Jacques Aubert.

Présentation de l'éditeur

Nouvelle traduction


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,55
Vendez Ulysse contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,55, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 1171 pages
  • Editeur : Gallimard (23 novembre 2006)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070341364
  • ISBN-13: 978-2070341368
  • Dimensions du produit: 18 x 5 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (25 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 143.531 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par BAGRATION COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR le 12 décembre 2008
Format: Poche
Ce que tente et réussit James Joyce, un roman total fondé sur une journée banale de trois personnages où s'entremêlent romanesque (les personnages vus de l'extérieur) création intellectuelle (pensées intérieures)et exploitation linguistique du vocabulaire, aboutit à un livre indépassable qui contient en lui tous les livres (le rêve de Borges enfin réalisé).
Résultat des courses : je l'ai lu à 30 ans et pendant 10 ans, je n'ai plus pu lire un roman. Il faut savoir qu'Ulysse peut faire ça. Pour le reste, c'est un des chefs d'oeuvre de la Grande Littérature.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
87 internautes sur 93 ont trouvé ce commentaire utile  Par nekki le 12 juillet 2004
Format: Broché
Cette nouvelle traduction, absolument superbe, est moins une mise à jour d'un texte qui, dans sa traduction française de 1929, avait fort vieilli, qu'une tentative, brillamment réussie, de rendre le texte de Joyce dans toute sa beauté, en une langue française beaucoup plus riche et inventive que ne pouvait le laisser penser la traduction précédente.
Cette nouvelle traduction intéressera peut-être moins les aficionados de l'oeuvre que tous ceux, en j'en fais partie, qui, tout en étant curieux de la découvrir et de l'aimer, étaient rebutés par un texte difficile, pas toujours bien rendu dans une langue française trop frileuse, trop peu sûre de sa propre richesse et qui, pour cette raison, en abandonnaient la lecture en cours de route.
L'"Ulysse" dans sa nouvelle traduction met non seulement en valeur, dans notre langue, la beauté, l'originalité, l'audace du style et du vocabulaire de Joyce, mais elle nous permet aussi d'en découvrir mieux la chaleur humaine, l'humour, la tendresse et par la même occasion de faire de ses principaux personnages: Léopold et Molly Bloom, Stephen Dedalus, Buck Mulligan, des êtres de chair, bien vivants, drôles ou émouvants et qu'on se plaît à aimer. Et du coup, "Ulysse" se fait une oeuvre pleine d'humanité, d'amour, de passion pour les êtres et la vie et non plus uniquement un laboratoire de littérature, plus réputé que vraiment lu.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
23 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile  Par medicus le 26 avril 2010
Format: Poche
J'ai relu Ulysse (édition de Gabler) en m'aidant des notes très détaillées de Don Gifford (Ulysses annotated, University of California Press) et de l'ancienne traduction de Larbaud. Le succès du livre en milieu francophone reste pour moi un mystère tant son caractère allusif et ses innombrables références (historiques, culturelles etc.)doivent être explicitées. Indépendamment des mérites de la traduction, une édition annotée est indispensable pour comprendre ce qui est une oeuvre de référence pour toute la littérature du siècle. Qu'on adhère ou non à son esthétique et à son ambition totalisante, il faut lire Ulysse. Cette édition n'est pas annotée et il n'y en a pas en français à ma connaissance. Plutôt que d'investir dans l'achat d'une nouvelle traduction il faut d'urgence se trouver un commentaire. A-t-on vraiment compris Ulysse en français?
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
21 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile  Par René Perceur le 26 octobre 2007
Format: Poche
Il va sans dire que cette nouvelle traduction, parue en 2004 dans la collection « Du monde entier » des éditions Gallimard, est plus exacte que celle de 1929, mieux informée en tout cas. C'est bien naturel, après quatre-vingts ans d'études joyciennes. Malheureusement, le lecteur devra consulter régulièrement les notes d'un exemplaire, ouvert près de lui, de l'édition Pléiade de 1995, s'il ne veut pas que le texte de l'actuelle traduction collégiale lui demeure hermétique ou illisible en bien des pages.
Exemple : dans un passage en monologue intérieur, on suit les pensées suivantes de Léopold Bloom : « On le verse là [= on inhume le défunt] et on en est quitte avec lui. Comme du charbon dans un trou de cave. Et on s'en souvient collectivement pour gagner du temps. Le jour des morts. Le vingt-sept j'irai sur sa tombe. Dix shillings pour le jardinier », etc. (chapitre VI, « Hadès »). Ici, c'est carrément le texte anglais qu'il faut consulter pour comprendre que « j'irai sur sa tombe » traduit « I'll be at his grave » (his : adjectif possessif masculin), et lorsqu'on a vu l'adjectif possessif il faut se rappeler que Léopold Bloom a prévu de se rendre prochainement dans la ville où son père s'est suicidé. La tombe dont il est question dans ce monologue intérieur est donc celle de son père. Or ce personnage n'avait plus été mentionné dans le texte depuis une quinzaine de pages ! Dans la traduction française, aucun indice ne permet de comprendre à la première lecture, alors que le texte anglais est un peu plus explicite. Il aurait mieux valu traduire : « j'irai sur la tombe de papa » !
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
43 internautes sur 50 ont trouvé ce commentaire utile  Par fawnes le 20 février 2004
Format: Poche
Stephen, écrivain velléitaire, se remet difficilement de la mort de sa mère et emploie mal sa jeunesse. Léopold Bloom, chic type un peu pervers, assume courageusement la fin sa quarantaine et les mille difficultés de la vie, à commencer par l'infidélité de sa femme, la pulpeuse cantatrice Molly. Au long d'un beau jour d'été, les pas des deux hommes vont se croiser et se recroiser dans une ville de Dublin qui est comme une forêt de symboles. Puis Léopold rentre se coucher auprès de sa femme. Molly entame alors dans un demi-sommeil le plus obscène et le plus lyrique de tous les monologues, brassant ses frustrations, ses rancoeurs, ses étonnements, avec une impudeur et un lyrisme absolus. Hymne à la vie et à l'art, ce livre est aussi une méditations sur les ressources quasi-infinies du langage et de l'écriture.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?