Un aller simple et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 4,60
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Un aller simple - Prix Goncourt 1994 Poche – 15 novembre 1995


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 6,79 EUR 5,79
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 4,60
EUR 3,70 EUR 0,01

Notre boutique Le Livre de Poche

Notre boutique Le Livre de Poche
Découvrez tous les livres de Poche dans notre boutique dédiée.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Un aller simple - Prix Goncourt 1994 + L'Education d'une fée + Cheyenne
Prix pour les trois: EUR 15,30

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Didier van Cauwelaert est né à Nice en 1960. A huit ans, pour devenir indépendant et nourrir sa famille, il décide de publier des romans. Face aux refus des éditeurs (une demi-douzaine par mois) et aux menaces de ses parents, il est sur le point d'abandonner la littérature à dix ans et demi, lorsqu'il croise Greta Garbo dans un restaurant. Du hasard de cette rencontre naît l'idée d'un entretien imaginaire. De larges extraits paraîtront dans le courrier des lecteurs de "Télé-7-jours". Cette première publication inespérée sauve ses ambitions d'écrivain. Il reprend donc son stylo, ses enveloppes et le fichier des éditeurs parisiens.
Après quelques années consacrées au théâtre (il joue Sartre, met en scène Beckett, Anouilh, Ionesco) et une brève carrière de critique littéraire pour enfants à FR3 Côte-d'Azur, il finit par trouver un éditeur qui s'intéresse à lui, en 1981, après treize ans de traversée du désert. On comprend donc son agacement lorsqu'on lui attribue une réussite rapide.
S'ensuit la publication de romans avec lesquels il touche un public de plus en plus large : Vingt ans et des poussières (prix Del Duca 1982), Poisson d'amour (prix Roger Nimier 1984), Les Vacances du fantôme (prix Gutenberg 1987), Un objet en souffrance (1991) qui marque son arrivée chez Albin Michel. En 1994, Un aller simple est couronné par le prix Goncourt.
Depuis lors, avec des romans tels que La Vie interdite, La Demi-pensionnaire et L'Education d'une fée, L'Apparition, Rencontre sous X son succès ne se dément pas. Au théâtre, il a reçu le Molière 97 du meilleur spectacle musical pour son adaptation du Passe muraille, avec Michel Legrand. Ses pièces lui ont valu le Grand Prix du théâtre de l'Académie française.
Au cinéma, tandis que son adaptation de La Demi-pensionnaire va être tournée par Claude Pinoteau, Miramax vient d'acquérir après des enchères records les droits de L'Education d'une fée, qui sera réalisé aux Etats-Unis.
Les livres de Didier van Cauwelaert sont aujourd'hui traduits dans plus de vingt langues.


Détails sur le produit

  • Poche: 119 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche; Édition : EDITIONS LIVRE DE POCHE N° 13853 (15 novembre 1995)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253138533
  • ISBN-13: 978-2253138532
  • Dimensions du produit: 17,9 x 18,8 x 1,1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (31 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 2.192 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Prix Goncourt pour Un aller simple, Didier van Cauwelaert a vendu plus de cinq millions de livres traduits dans une trentaine de langues. Après Hors de moi, adapté avec succès au cinéma sous le titre Sans identité (interprété par Liam Neeson et Diane Kruger), quatre autres de ses romans sont en train de devenir des films : L'Évangile de Jimmy, Attirances, Rencontre sous X et Les Témoins de la mariée. Il nous offre avec ce nouveau roman l'un de ses meilleurs livres et nous invite, à travers le regard d'un arbre, à penser la vie autrement.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

37 internautes sur 41 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client sur 27 août 2001
Format: Poche
Très beau roman, qui se lit d'un souffle. Par-delà l'élégant procédé littéraire qui consiste à renfermer le roman sur lui-même, un expédiant fort utilisé depuis "Les liaisons dangereuses", l'intérêt réside dans l'histoire, passionnante dans son apparente banalité, mais surtout dans le style immédiat, qui donne au cynisme et à la réelle profondeur des descriptions un impact difficile à obtenir autrement. Si la leçon du roman(si tant qu'il en donne une) peut paraître banale (la vie dure est souvent plus satisfaisante et "vraie" que celle conforme aux normes, et de cette dernière on cherche souvent à s'échapper), il en est différemment du procédé pour la délivrer : car, heureusement, aucune jérémiade, aucune lamentation, aucune "morale" ne s'y mêle. C'est tout naturellement que la signification du livre émerge au fur et à mesure que l'on s'aventure dans sa lecture. S'il ne mérite pas cinq étoiles, à mon avis, c'est que la frontière entre le faux naïf et le brouillon est parfois très ténue et le roman ne semble pas toujours du bon coté de la barrière. En particulier, on se surprend à regretter un peu trop de sexe "facile" et un certain simplisme, voire de la hâte, dans la fin, qui laisse comme un goût d'inachevé par nécessité de conclure.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile  Par M. Mouyal Hervé COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURVOIX VINE sur 8 décembre 2004
Format: Poche Achat vérifié
Après avoir lu une brève nouvelle de van Cauwelaert, j'ai été très vite enchanté par son style. Je me suis donc rabattu sur le Prix Goncourt qu'il a obtenu avec ce titre et mon voyage n'a pas été décevant du tout mais plutôt enchanteur ! Cet auteur est un poète qui nous guide à travers ses mots dans une histoire touchante. Chaque nouvelle page est une émotion, tantôt le rire, la joie, la compassion, la tristesse, la tendresse.
Quelle belle histoire il nous raconte là. Tout est dans la finesse ! Au détour d'une histoire, celle de Aziz en l'occurrence, un jeune homme sans vraie identité, recueilli par des gitans, qui se retrouve du jour au lendemain expulsé de France vers son "pays d'origine", le Maroc, accompagné d'un attaché humanitaire qui a plus de soucis à priori que lui.
J'ai été émerveillé par ce roman qui ne demande qu'une seule chose : être relu et relu.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par DéLecteur TOP 1000 COMMENTATEURS sur 2 janvier 2009
Format: Poche
La qualité de ce roman, primé Goncourt en 1994, repose dans la touche d'humanité qu'un déraciné, Aziz, transmet à un fonctionnaire national, Jean-Pierre, encore plus déraciné que son « client ».
Victime d'une opération de rapatriement, Aziz est raccompagné au Maroc par Jean-Pierre, fonctionnaire sans relief chargé de lui trouver un emploi dans sa nouvelle patrie. Lors de ce voyage « aller simple » vers le Haut Atlas, le plus désemparé n'est pas celui qu'on rapatrie contre son gré, mais celui qui représente l'Etat et qui s'avère en manque cruel de liens familiaux, sentimentaux et même professionnels.
Jouant habilement avec les effets d'inversion, Didier van Cauwelaert fait d'un personnage secondaire, Aziz, le personnage principal. Victime lui-même de l'exclusion, Aziz permet à un autre exclu de retrouver la dignité qui lui était jusque là refusée.
Plein de bons sentiments, ce roman peine parfois à nous faire partager les destins croisés de ses deux protagonistes. Ce manque d'empathie provient en grande partie de la dimension réduite de ce récit (115 pages en version poche), mais aussi des raccourcis pris par l'auteur et de son écriture pas toujours des plus convaincantes.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Betty sur 29 juin 2011
Format: Poche
Aziz est Marseillais mais lors d'un accident de voiture qui voit périr ses parents alors qu'il n'est que bébé, le tzigane qui a causé l'accident décide de le recueillir.
Il faut alors lui donner une identité par de faux papiers. Le petit garçon devient Aziz le marocain qui n'a qu'une carte de séjour et c'est de là que vont commencer ses ennuis.
Les autorités françaises sont en pleine campagne de retour au pays des émigrés en situation irrégulière. Aziz, le "faux" marocain et tzigane d'adoption va devoir partir au Maroc, un pays qu'il ne connait pas et dont il ne sait rien même pas la langue. Il est escorté par un attaché humanitaire censé faciliter sa réintégration dans son pays d'origine auprès des siens.

Une écriture simple et directe fidèle au style de l'auteur mais une histoire chaotique.
Un début prometteur, une suite qui se tient e une fin totalement décousue et inintéressante.
Il n'y a pas de réelle progression dans le récit.
Tout commence avec l'histoire d'Aziz puis l'auteur se focalise sur le chargé de mission et la fin part dans tous les sens sans aucune harmonie.
J'avais beaucoup aimé "L'éducation d'une fée" du même auteur mais j'ai été déçue par ce roman qui pourtant a reçu le Prix Goncourt.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?