EUR 22,40
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Un billet d'avion pour l'Afrique Broché – 1 septembre 2011


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 22,40
EUR 14,00 EUR 4,92

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Descriptions du produit

Extrait

Les brises de la nuit ouest-africaine, intimes et timides, léchaient les cheveux, transperçaient les robes de coton avec une familiarité inconvenante, puis s'évanouissaient dans l'obscurité absolue. La lumière du jour se montrait elle aussi insistante, en beaucoup plus effronté et inconsidéré. Elle éblouissait, embrouillait la vue. Elle s'immisçait sous mes paupières closes, me tirait d'un lit qui ne m'appartenait pas et me lançait dans des rues toutes nouvelles.
Après avoir passé près de deux années au Caire, j'étais venue à Accra avec mon fils Guy, qui allait commencer ses études à l'Université du Ghana. Je comptais passer deux semaines dans cette ville chez l'ami d'un collègue, aider Guy à s'installer dans la résidence étudiante et me rendre au Liberia, où un poste m'attendait au ministère de l'Information.
Guy avait dix-sept ans et beaucoup de débrouillardise; j'avais trente-trois ans et beaucoup de détermination. Nous étions des Noirs américains en Afrique de l'Ouest, où, pour la première fois de notre vie, la couleur de notre peau était considérée comme normale et naturelle.
Guy, qui avait terminé ses études secondaires en Égypte, parlait bien l'arabe et jouissait d'une excellente santé. Il apprendrait rapidement une langue ghanéenne, jurait-il, et se tirerait très bien d'affaire tout seul. Au Caire, j'avais réussi comme journaliste et échoué lamentablement comme épouse, et la fin de mon mariage avait été marquée par un semblant de dignité en public et par un océan de larmes secrètes. Les pleurs derrière moi, désormais, je volais vers une nouvelle aventure. L'avenir recelait toutes les promesses.
Pendant deux jours, nous avions ri, Guy et moi. Nous contemplions les rues ghanéennes et riions. Nous écoutions les langues mélodieuses et riions. Nous nous regardions et riions aux éclats.
Le troisième jour, Guy, parti en excursion, fut blessé dans un accident de voiture. Il se fractura un bras et une jambe et se cassa le cou.
Les mois de juillet et août 1962 s'étirèrent, tels de gros hommes qui bâillent après un festin. Ils avaient tout lieu de jubiler, ceux-là, car ils m'avaient mangée tout entière. Avalée tout rond. Ils m'avaient vidée de mes forces vives, non pas avec précipitation, mais lentement, avec la patience obscène de ceux qui sont sûrs de leur victoire. Je devins une ombre dans les rues chauffées à blanc, un spectre sombre à l'hôpital.
Je ne tirais aucun réconfort du fait que les médecins et les infirmières qui rôdaient autour de Guy étaient noirs, ni de la compagnie des Noirs américains expatriés qui, mis au courant de notre malheur, venaient meubler les longues heures d'attente. Les allégeances raciales et les affinités culturelles ne voulaient plus rien dire.

Revue de presse

Etonnant voyage dans le temps : ce cinquième volume autobiographique de la superstar de la littérature américaine (ses livres se sont vendus à plusieurs millions d'exemplaires) revient sur les années 1960, quand Maya croisait Malcolm X, Muhammad Ali et tant d'autres...
Elle admire toujours l'Afrique mais fait le tri dans les fausses valeurs et les préjugés, dont le fardeau «embrouille le passé, menace l'avenir et empêche de vivre le présent». Elle incarne magnifiquement les doutes et l'ambivalence de ce groupe d'expatriés idéalistes, capables de haïr leur pays et, dans le même souffle, d'être «étranglés par l'émotion» à la vue du drapeau américain. C'est l'époque, aussi, où les Noirs américains s'interrogent sur la forme que doit prendre la lutte dans leur pays. (Philippe Boulet-Gercourt - Le Nouvel Observateur du 3 novembre 2011 )


Détails sur le produit

  • Broché: 226 pages
  • Editeur : Les Allusifs Editions (1 septembre 2011)
  • Collection : LES ALLUSIFS HO
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2923682149
  • ISBN-13: 978-2923682143
  • Dimensions du produit: 20,5 x 1,3 x 14,1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 605.196 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

Par axl sur 13 juin 2013
Format: Poche Achat vérifié
bien ecrit. on entre facilement ds l'histoire (d'accord j'ai lu ces 2 precedents bouquins, que je conseille vivement, ms on peut suivre meme sans les avoir lu au prealable). l'ambiance de l'epoque est bien portée et elle ne tombe pas ds la "victimisation". livre plein d'humour et d'autocritique, que je recommande à tout le monde.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?