Un bouquet de coquelicots et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Un bouquet de coquelicots Broché – 2 janvier 2014


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 15,00
EUR 12,00 EUR 4,80

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Mes chers enfants,
Vous qui aurez vingt ans en 2014, merci de lire cette lettre. Elle parle pour les sans-voix et, bien que calligraphiée sur du papier blanc, elle est lourde de pleurs et maculée de sang.
J'ai eu vingt ans un siècle avant vous.
Je suis né en décembre 1893 dans la petite ville wallonne d'Andenne et, dix mois après mon vingtième anniversaire, le 4 août 1914, les Allemands ont envahi la Belgique.
J'ai combattu sur le front de l'Yser, là où l'ennemi a attaqué avec les gaz de combat, le chlore qui asphyxiait les voies respiratoires et détruisait les poumons et le gaz moutarde qui brûlait la peau, les muqueuses et les yeux jusqu'à les rendre aveugles. C'a été une grande première et le prologue de la prolifération des armes chimiques dont les conventions internationales s'efforcent depuis des décennies de bannir l'usage. Oui, vous avez bien lu : les armes chimiques, celles qui font des ravages atroces dans la guerre civile qui déchire aujourd'hui la Syrie. A tel point que cent dix ans après ma naissance, le prix Nobel de la Paix a été décerné à une organisation qui oeuvre contre cet arsenal de mort.
Mais revenons à ma modeste histoire d'autrefois, à une époque où triomphaient les armes «conventionnelles». Très vite, les fusils ont laissé la place aux mitrailleuses et aux canons. L'artillerie, souveraine, labourait le ciel d'éclairs de ferraille et vomissait des obus, ces masses de métal diaboliques auxquelles les soldats tentaient d'échapper en se cachant dans les entrailles de la terre. En une seconde, des êtres qui avaient aimé, embrassé, ri et pleuré, étaient broyés, déchiquetés, et leurs lambeaux se mêlaient aux restes putrides des bêtes éventrées, vaches, cochons ou chevaux. Des monceaux de pièces de viande : la boucherie du XXe siècle. La guerre moderne.
Lors des accalmies, nous autres survivants, avions pour mission de récupérer les morceaux humains sur le champ de bataille, puis de les ensevelir dans une fosse commune.
Quelle charge accablante ! S'extirper de l'abri, contempler le cloaque et, le coeur au bord des lèvres, tétanisé d'effroi et tremblant d'angoisse, prendre un crâne en main ou une jambe sous le bras. Nous déplacions ces reliquats comme des trophées parce qu'il nous semblait qu'en les rendant à la terre, nous résistions à la déchéance de notre humanité.
Car la Première Guerre mondiale a été l'esquisse des horreurs meurtrières qui ont défiguré le siècle qui nous sépare.
Dans ce pays que certains s'échinent à faire disparaître, les soldats allemands ont massacré, dès les premiers jours d'août 14, des civils innocents. Ivres d'alcool et de haine, ils se sont empressés d'incendier des villes et des villages et de rassembler des femmes, des enfants et des vieillards sur les places publiques ou dans les églises pour les fusiller. Quelle barbarie ! Les gens tirés de leur sommeil par des hurlements, les bousculades, les cris de frayeur, la supplique d'une mère pour qu'on épargne son bébé, les pleurs terrifiés d'une fillette à qui on arrache sa poupée pour la démembrer et la piétiner, puis les tirs et le silence. Juste troublé par les éboulis des maisons dévastées et le crépitement des flammes.
Et pourtant, ma jeunesse s'annonçait sous les meilleurs auspices.

Revue de presse

Ce petit recueil de nouvelles inaugure de remarquable manière l'année littéraire du centenaire 
de la Grande Guerre. À son origine, une recherche 
dans les archives pour une série d'émissions de 
la RTBF. L'occasion d'appréhender la réalité du conflit 
à hauteur humaine. Sept récits en portent ici témoignage, saisissant chacun un personnage dont la destinée parle pour celles de millions d'autres...
Ce qui saisit en effet, dans ce volume de peu d'épaisseur et ses histoires quasi minimalistes, c'est la vigueur de la restitution. Rapidité du trait, sobriété extrême de la langue  : les personnages prennent eux-mêmes 
la parole et sans recherche d'effet racontent chacun leur bout de guerre...
Le livre s'achève par le récit de Cécile, l'infirmière fille de grands bourgeois bruxellois, qui d'un pan bouleversant de sa vie ne conserve plus qu'un coquelicot découpé dans de la feutrine. Aussi banal, aussi simple, aussi dépourvu d'ornement, mais aussi puissamment évocateur que ce recueil magnifique. (Jean-Claude Lebrun - L'Humanité du 16 janvier 2014)


Détails sur le produit

  • Broché: 123 pages
  • Editeur : Editions de La Différence (2 janvier 2014)
  • Collection : Littérature
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2729120645
  • ISBN-13: 978-2729120641
  • Dimensions du produit: 20 x 13 x 0,4 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 357.532 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

Par RAMSES sur 9 septembre 2014
Format: Broché Achat vérifié
Je trouvais extrêmement bonne l'idée de quelques nouvelles se déroulant pendant la guerre de 14-18 EN BELGIQUE.

J'attendait donc beaucoup de ce livre très court, j'ai été déçue en ce sens que les nouvelles ne dépassent pas l'anecdote, sauf celle concernant le sort des pigeons pendant cette guerre. Cette nouvelle cepandant péche, à mon sens bien-sûr, par le fait qu'elle est racontée par ... un pigeon ce qui est original certes mais une peu anthropomorphique et donc agaçant.

Pour le reste j'ai lu cve livre il y a quelques mois (j'aime toujours attendre pour farie des commentaires) et je n'en garde pas trop des souvenirs. C'est vrai que j'attendais d'apprendre quelque chose, et à ce niveau j'ia été déçue. Or le style de M.SLUSNY nevaut pas qu'on lise le livreuniquement pour la beauté de l'écriture. A mon avis en tout cas....
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Broché Achat vérifié
Belle écriture, fine, délicate, précise ! Devrait (ou pourrait) être utilement utilisé dans les classes de 4, 5 et 6e secondaire ! Excellente formation historique et civique, et surtout lien tellement utile entre les générations !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?