Amazon rachète votre
article EUR 2,95 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Une alternative de société : l'écosociétalisme : Où l'intérêt particulier rejoint l'intérêt collectif Broché – 3 octobre 2005


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 31,99

bonnes résolutions 2015 bonnes résolutions 2015


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Patrick Viveret est philosophe, écrivain et auteur d'un rapport sur les nouveaux facteurs de richesse".
André-Jacques Holbecq profite d'une retraite dans la force de l'âge pour revenir à sa première passion : l'économie. Auteur de "Un regard citoyen sur l'économie", il milite dans diverses associations.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 2,95
Vendez Une alternative de société : l'écosociétalisme : Où l'intérêt particulier rejoint l'intérêt collectif contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 2,95, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 165 pages
  • Editeur : Editions Yves Michel (3 octobre 2005)
  • Collection : Economie
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2913492347
  • ISBN-13: 978-2913492349
  • Dimensions du produit: 22 x 1,5 x 12 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 477.325 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

André-Jacques Holbecq commence un cursus universitaire (économie et expertise comptable) à la Faculté de Droit de Lille, mais décide de profiter des possibilités offertes par l'ALAT (Aviation Légère de l'Armée de Terre) où il obtient son diplôme de pilote lors d'un service militaire en tant qu'appelé.
Il est engagé à Air France en 1968 et termine sa carrière en 1993 comme pilote sur Concorde.
À partir des années 1990, et parallèlement à sa carrière de pilote, il s'intéresse à l'économie et écrit son premier livre en 2002 (Un regard citoyen sur l'économie).
Il poursuit par la suite une réflexion débouchant sur une proposition de modèle économique alternatif au système capitaliste : l'écosociétalisme.

Commentaires en ligne

3.7 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
1
Voir les 3 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

Par rachel TOP 1000 COMMENTATEURS le 8 août 2013
Format: Broché Achat vérifié
André Jacques Holbecq expose l'écosociétalisme de façon claire. Ce n'est pas une utopie, chaque élément du système a été pensé. Ca semble une très bonne alternative au capitalisme. Certaines idées entendues ici ou là sont reprises mais le système est cohérent. Il permet à chacun de vivre décemment qu'il travaille ou pas et quelle que soit la cause du fait qu'il ne travaille pas. Il permet d'encourager les initiatives qui sont bonnes pour l'homme et pour la société et de décourager celles qui leur sont nocives et surtout il remet l'argent à sa place de serviteur de l'homme et non plus de maître. La transition semble délicate, mais elle a été pensée aussi.
Si on n'est pas économiste, il faut lire et relire ce livre pour comprendre à quel point tout est bien pensé et calculé. A faire connaître. Le mieux est d'offrir ou de prêter ce livre aux septiques plutôt que de tenter d'expliquer le modèle de façon schématique donc réductrice.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Lex TOP 500 COMMENTATEURS le 11 janvier 2008
Format: Broché
Quand un écrivain décide de reconstruire la société pour la rendre conforme à ce que, selon lui, elle devrait être, le résultat est bien souvent un meilleur des mondes cauchemardesque. L'ouvrage d'Holbecq ne déroge pas la règle : il prétend rien moins que supprimer toute propriété et remplacer les mécanismes spontanés de fixation des prix par l'échange libre entre individus par une gigantesque usine à gaz où les prix seraient fixés en fonction des coûts de production.

Au delà de l'habillage marketing "neuf" de l'idée, il ne s'agit rien moins qu'une reprise de l'idée abandonnée depuis longtemps selon laquelle la valeur aurait un fondement objectif. Malheureusement pour M. Holbecq, l'idée a été réfutée depuis longtemps pour une raison toute simple : il ne suffit pas de produire, il faut également trouver quelqu'un qui soit intéressé pour acheter derrière. C'est là tout le génie du marché que réfute pourtant l'auteur : les prix reflètent l'adéquation entre l'offre et la demande et non les coûts de production, ce qui incite les producteurs à répondre aux besoins des individus.

En partant sur de tels fondements, Holbecq en arrive à écrire des absurdités et à vouloir supprimer la propriété tout en prétendant se baser sur les droits de l'homme. Peut-être devrait il relire cette déclaration et son article 2 qui établit le droit de propriété comme imprescriptible..
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Herpoux Marc le 23 mai 2009
Format: Broché
Si on sortait enfin du capitalisme qui ne pense qu'à faire du profit sur le dos des plus pauvres : ceux qui bossent!

Si on sortait enfin du libéralisme qui cherche (encore) à nous faire croire - dans sa grande utopie - que les intérêts de quelques uns font le bien être du plus grand nombre (ben voyons!)... grâce à quoi? Grace à "une main invisible" qui autorégule (rien que ça!) l'offre et la demande (merveilleux!).

Si on sortait enfin de cette "loi de la jungle" - qui n'est que la définition même du libéralisme: "No rules! It's a free world!"

Si l'intérêt particulier ne prenait plus le pas sur l'intérêt collectif!
Mais comment?!

Tout simplement en reprenant le contrôle de ce qui fait le pouvoir d'une nation: sa monnaie! Que peut un état s'il n'a plus les moyens de construire quoi que ce soit dans son propre pays? Que peut un état s'il doit sans cesse s'endetter auprès de ses créanciers? Et au nom de quoi un gouvernement (qui défend les intérêts communs de la nation) devrait se retrouver pieds et poings liés aux banques privées (qui ne defendent que les intérêts de leurs clients!)?
C'est pourtant le monde dans lequel nous vivons, aujourd'hui - parfois sans le savoir!

Nos états empruntent régulièrement auprès des banques l'argent dont ils ont besoin. C'est cet argent que nous remboursons chaque années par nos impôts pour nourrir les paradis fiscaux des plus riches!
Pour changer de politique, il faudrait déjà changer d'économie! Et c'est ce que propose ce livre.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?