Version MP3
incluse GRATUITEMENT
ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Aussi disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 10,99
 
 
 
 
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 

Unknown Pleasures [Edition de collection, Import]

Joy Division CD
4.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (15 commentaires client)
Prix : EUR 29,31 Livraison à EUR 0,01 sur les livres et gratuite dès EUR 25 d'achats sur tout autre article Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
 : inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
 Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux ou aux produits vendus par des vendeurs tiers sur la plate-forme Marketplace. Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Temporairement en rupture de stock.
Commandez maintenant et nous vous livrerons cet article lorsqu'il sera disponible. Nous vous enverrons un e-mail avec une date d'estimation de livraison dès que nous aurons plus d'informations. Cet article ne vous sera facturé qu'au moment de son expédition.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 10,99.

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Joy Division

Visitez la Page Artiste Joy Division
pour toute la musique, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Unknown Pleasures + Closer + Substance 1977-1980
Prix pour les trois: EUR 47,30

Certains de ces articles seront expédiés plus tôt que les autres.

Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Closer EUR 6,99
  • Substance 1977-1980 EUR 11,00

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (30 octobre 2007)
  • Nombre de disques: 2
  • Format : Edition de collection, Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B000WGWW7G
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (15 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 721.344 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Disque : 1
1. Exercise One
2. Ice Age
3. The Sound Of Music
4. Glass
5. The Only Mistake
6. Walked In Line
7. The Kill
8. Something Must Break
9. Dead Souls
10. Sister Ray
Voir les 20 titres de ce disque
Disque : 2
1. The Sound Of Music
2. A Means To an End
3. Colony
4. Twenty Four Hours
5. Isolation
6. Love Will Tear Us Apart
7. Disorder
8. Atrocity Exhibition
9. Isolation
10. The Eternal
Voir les 14 titres de ce disque

Descriptions du produit

Critique

Issu de la scène punk de Manchester, Joy Division a évolué assez rapidement vers un son très personnel, finalement assez éloigné de ses origines. La basse de Peter Hook, devenue proéminente, a relégué en retrait une guitare faisant éclater çà et là des orages d’électricité. La voix de Curtis s’est nettement affinée, acquérant une beauté grave et dramatique. Quant à la batterie, le jeu de Morris, quoique toujours primaire et carré, s’est étoffé – surtout valorisé par le génial sculpteur de sons Martin Hannett. Avec Unknown Pleasures, leur premier album (*), Joy Division accouchait d’une œuvre intense, qui allait marquer le glissement de la révolte punk au désenchantement de la cold wave – genre auquel le groupe donnerait un an plus tard son chef-d’œuvre ultime, Closer. Si la musique du groupe n’a ici plus grand-chose à voir avec le punk, Unknown Pleasures reste agité de secousses de colère, à l’image de sa pochette qui semble représenter une surrection (soulèvement des terres à cause des mouvements souterrains de la tectonique des plaques), comme une métaphore de la colère contenue, et qui parfois surgit dans les chansons. Et l’on comprend avec ce disque le cheminement qui a mené du punk à la cold wave, de la rage et de la révolte à la fatigue et au désabusement – et pour finir, à un désespoir latent qu’évoque cette basse, entêtante et insidieuse, au cœur de toutes les compositions. Superbement construit, Unknown Pleasures, d’une chanson à l’autre fait monter la tension jusqu'à la colère, avant de redescendre peu à peu vers la nervosité, puis l’abattement. « Disorder », qui ouvre le disque, remue les cendres du punk anglais, dont il tire son énergie et sa dynamique. Mais comme évidé de toute révolte, il illustre le reniement de la colère par une certaine jeunesse désabusée. Dès ce premier morceau, la basse occupe la place centrale dans la composition, imprimant sa rythmique élastique et sautillante. Elément central dans les dix chansons d’Unknown Pleasures, la basse de Peter Hook, tour à tour triste, dansante, lourde ou funèbre est le squelette de tous ces morceaux. Ils ne prennent forme qu’à partir d’elle, qui donne une dimension chthonienne aux morceaux. La musique de Joy Division évoque souvent la pesanteur du destin ; elle ne décolle pas, n’est jamais légère ou « planante » mais plutôt lourde et ancrée au sol. Dès le second morceau, le funeste « Day of the Lords » , l’ambiance est définie : peu à peu, l’atmosphère s’assombrit. Dans les compositions, règnent angoisse et tension, secouées par des moments d’une nervosité tour à tour contenue ou débordante. Une atmosphère enrichie par des sonorités synthétiques et bidouillages sonores (samples divers, échos), rappelant aussi bien les bruits du « European Son » du Velvet Underground, que certaines expérimentations pré-électroniques (Pink Floyd) ou l’influence de la musique industrielle balbutiante (Curtis était alors fasciné par Throbbing Gristle). L’ambiance se déploie, amenant les morceaux du milieu de l’album (de « Insight » à « Shadowplay » ), culminant en intensité entre colère et tristesse. L’enchaînement de ces quatre titres est parfait. Le chant, les collages sonores et la musique chargent ces compositions d’une intensité dramatique rares, à la basse funèbre, au tempo tour à tour languide ou bondissant, des accès de nervosité grinçante, d’angoisse étouffante ou de lyrisme plaintif, au chant détaché puis rageur – entre résignation et opiniâtreté à vivre et à se révolter. Au milieu de ces cimes, les deux joyaux de ce disque : « New Dawn Fades » (plus tard magistralement repris par Moby et les ex-Joy Division de New Order) et le tube glacial « She’s Lost Control », tous deux d’une intensité viscérale captivante. Le froid et superbe « Shadowplay » maintient la tension, puis viennent « Wilderness » et « Interzone », deux morceaux plus saccadés, dans lesquels l’atmosphère et l’émotion s’estompent au profit de la dynamique et de l’élan. Unknown Pleasures s’achève enfin avec « I Remember Nothing », morceau lent et sombre, qui rappelle un peu le « We Will Fall » qui concluait le premier album des Stooges. Avec ce morceau inquiétant, lacéré de stridences métalliques et de bruits étranges, l’album s’achève dans le fracas et le son sec de la batterie évoque des coups de fouet. Avec sa musique et ses paroles angoissées (cruauté des rapports humains, nostalgie, fragilité, mal de vivre, etc.), Joy Division livrait un album unique et capital. Le producteur Martin Hannett, quasiment cinquième membre du groupe osa tout sur ce disque et fabriqua un son étouffé et étouffant, mécanique, qui fit de Unknown Pleasures un pur chef-d’œuvre.

(*) Un an avant Unknown Pleasures, Joy Division était encore un groupe punk – original, au demeurant, même s’il n’avait pas atteint le pinacle de sa créativité – qui enregistrait son premier disque. Mais pour diverses raisons, Warsaw ne fut pas commercialisé et ne circula longtemps que sous forme de bootleg, avant d’être édité en 1994.

Mikaël Faujour - Copyright 2014 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.9 étoiles sur 5
4.9 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sur la corde raide ... 6 septembre 2010
Par Lester Gangbangs TOP 500 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:CD|Achat vérifié
Un des disques les plus importants des années 70 ... Qui à lui seul siffle la fin de la récréation punk, et annonce beaucoup de sons des années 80. Un disque indissociable de son leader tourmenté Ian Curtis.
Un prolo de la banlieue de Manchester, fasciné par les destins tragiques de Jim Morrison et James Dean, et musicalement très impressionné par le Velvet, les Stooges, et forcément leur plus grand prosélyte David Bowie. D'ailleurs Joy Division (un nom qui fera froncer quelques sourcils, car il fait allusion à des convois de prostituées remontant le moral des troupes du front Russe et des gardiens de camps de concentration) se nommera d'abord Warsaw, d'après « Warsawa », un des titres de « Low » ... Un Ian Curtis fortement impressionné par un concert des Sex Pistols, qui le décidera à se lancer lui aussi dans la musique...
Tous ceux qui sont impliqués dans « Unknown pleasures », seul disque publié du vivant de Curtis, deviendront des acteurs-clés de la scène musicale anglaise des années 80. Albretch (guitares, claviers), Hook (basse), Morris (batterie) formeront New Order, le producteur Martin Hannett sera un des plus cotés de la décennie suivante, Tony Wilson patron d'une boîte de nuit et d'un label (tous deux nommés Factory) sera un incontournable du music-business, l'auteur de la pochette Peter Saville un des graphistes les plus courus ... « Unknown pleasures » était pour tous ces gens le premier contact avec le milieu de la musique ...
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Impressionant 6 juin 2006
Par vavle
Format:CD
Glacées, ces lignes de survie. Une voix grave. ténèbreux. Musique spécialement en profondeur. DOWN, DOWN... Plus profond encore... Oui très près de la fin. Ca me désole. Ca pénètre très profond. Jusqu'aux battements du cœur. Une musique qui s'empare de tout ce qui m'entoure. Qui agresse tout en restant dans le monde de l'au-delà. Grand. Très grand.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
23 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La complainte du pendu (2) 21 juin 2003
Par "elend"
Format:CD
Unknown Pleasures est plus direct et plus spontané dans son orientation que ne l'est Closer.Il est aussi bien plus désespéré.La tristesse paroxystique du chant de Ian Curtis nous renvoie à des Tim Hardin,Nick Drake,Syd Barrett,autres joyeux troubadours du desespoir.Pourtant ce desespoir ne nous assomme pas.Il nous élève!
Commment encore écouter New Dawn Fades repris par Moby quand on sombre dans les plaisirs inconnus de Ian Curtis,Bernard Albrecht,Peter Hook et Steven Morris?
Un Trés Grand Disque de La Musique Contemporaine.On ne peut plus parler de Rock,d'After Punk, de Cold Wave quand on parle de Joy Division.Joy Division est un genre à lui tout seul.Sombrez dans les plaisirs inconnus,vous n'en sortirez pas indemnes.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
15 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le culte de toute une génération 13 septembre 2000
Format:CD
Lorsque la plupart des punks, en 1978/1979, comprit que leur combat était voué à l'échec, la rage et la colère contenues dans leur musique disparurent peu à peu. A Manchester, ville sinistre et grise d'Angleterre, 4 jeunes punks nommés Warsaw transformèrent leur nom en Joy Division. Ian Curtis, parolier et chanteur, être à la sensibilité extrême, menait le groupe. Leur musique se laissait aller vers la non-énergie, sans le moindre recul ni la moindre once d'humour. Il ne restait que du désespoir, de la terreur face au "no future" dénoncé par les punks. "Unknown pleasures" et son cortège de fantômes flirtait allègrement avec la mort, et celle-ci n'allait d'ailleurs pas tarder à se manifester, transformant Joy Division en groupe maudit, au culte macabre. 20 ans après, il est toujours très difficile de s'immerger dans cette musique glaciale, tant les sentiments qu'elle véhicule sont forts. C'est pourquoi, aussi, "Unknown pleasures" fait partie des ces rares disques incontournables, car la musique sort de son cadre, elle devient quelque chose de quasi-surnaturel, elle s'adresse directement à quelque chose que chacun porte en soi, au plus profond de son être : l'âme.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La basilique de la désolation... 22 juin 2011
Par LODH COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR TOP 100 COMMENTATEURS
Format:CD|Achat vérifié
Ce premier album de Joy Division sent la désolation a plein nez, en fermant les yeux lors de l'écoute on respire l'air chargé de fumées industrielles du nord de l'Angleterre, on entend les cris des ouvriers révoltés contre leurs conditions de vie et le chômage grandissant, on perçoit la lumière grisâtre du brouillard et les hautes cheminées qui semblent s'y cacher...

Joy Division n'aura laissé que peu de morceaux avant de s'éteindre tragiquement, mais la noirceur de leurs morceaux, inspirée de la vision épileptique de Ian Curtis, semble à jamais le corolaire de cette fin.

Certains pourront dire qu'à l'instar d'autres groupes (Queen, The Doors ou encore Nirvana), on aurait jamais parlé autant de Joy si la tragédie qui causa leur fin n'avait pas existée... Je ne partagerai jamais cet avis, car Joy Division a créé le "cold" que The Cure portera par la suite au sommet absolu de la musique.

A la différence du punk, il n'est point de révolte dans cet album, il est juste question de désastre...
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
5.0 étoiles sur 5 Album culte
Attention album culte ! Unknown Pleasure est le seul album de Joy Division sorti du vivant de son chanteur Ian Curtis. Lire la suite
Publié il y a 5 mois par Renaud G.
5.0 étoiles sur 5 Very good
Fast reeption, good quality, so I m keeping your nama for a future order, for good music or good movies
Publié il y a 15 mois par Guillaume Lacroix
5.0 étoiles sur 5 Ephémère JOY DIVISION
Groupe- phare et éphémère de la fin des années 1975-1980, il est plaisant, pour les nostalgiques, de trouver d'anciennes versions ou... Lire la suite
Publié il y a 16 mois par BELLIN Dominique
4.0 étoiles sur 5 Toute ma jeunesse 1
Évidemment ces titres ne respirent pas la joie
mais je suis surpris qu'ils ne se démodent pas
Carrière trop courte!
Publié il y a 16 mois par Dervieux Alain
4.0 étoiles sur 5 Seulement 2 chansons inédites
ATTENTION! Si vous possedez déjà HEART AND SOUL, vous avez tout sur ces deux disques à part deux chansons, puisque cette collection contient l'album entier... Lire la suite
Publié le 29 octobre 2007 par A. Gerritz
5.0 étoiles sur 5 "i got the spirit...Feeling,feeling,feeling" chantait Ian Curtis..Être...
Le superbe "Control" sorti ce mois-ci, film biographique sur Ian Curtis rends parfaitement hommage à ce disque dont la vigueur sourde et souterraine imbibe et soutient le... Lire la suite
Publié le 16 octobre 2007 par Source Vive
5.0 étoiles sur 5 Lugubre et superbe à la fois
Les critiques d'albums de Joy Division m'avaient attiré pour 2 raisons : tout d'abord, la mélancolie omniprésente de leur musique, et ensuite, une chronique de... Lire la suite
Publié le 25 mars 2006 par Fabien
5.0 étoiles sur 5 La BO d'une génération désespérée
Manchester, UK, fin des années 1970.
La crise sociale génère une créativité artistique populaire, principalement musicale sans... Lire la suite
Publié le 24 février 2005 par JeanDeff
5.0 étoiles sur 5 On ne s'en lasse pas !
Ce 1er album de Joy division sonne enfin le glas pour le groupe de sa période punk et lui permet en toute modestie d'inventer la cold-wave. Lire la suite
Publié le 1 mai 2004 par "golden_rage_of_grotesque"
5.0 étoiles sur 5 Le Disque !
Lorsqu'à l'extrême fin des années 70 la première vague punk commence à se replier, elle laisse derrière elle quelques no man's lands... Lire la suite
Publié le 28 janvier 2004 par Arnaud
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?