EUR 20,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Utoya a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 7,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Utoya Broché – 22 août 2013


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 20,00
EUR 19,90 EUR 14,90

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing

EUR 20,00 Livraison à EUR 0,01. En stock. Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Utoya + La France Orange Mécanique - Nouvelle édition augmentée de l'enquete choc sur l'insécurité + La France Big Brother
Prix pour les trois: EUR 57,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Quand je pose le pied sur le quai, l'île s'empare de moi.
Ciel sombre, air froid, terre humide. Entre le gris du ciel et de l'eau, une nappe de verdure au milieu du tableau. De l'herbe, quelques arbres. Le vent glacé qui balaie le fjord coupe l'air à l'horizontale, décharné la roche friable des rivages, se heurte aux piliers noirs de la forêt, des pins à l'écorce effritée, écorchés par le vent. On dit du vent des fjords qu'il mord les arbres.
L'arôme des résineux est fort, froid et piquant, mêlé à une odeur de grand large et d'eau stagnante. Un mélange de senteurs connu des seuls Norvégiens. Il y a aussi une curieuse émanation de neuf, de plastique et de caoutchouc. Une odeur de faux, de made in Taiwan. La brise électrifie la sueur de mon cou. Le cri des mouettes s'en va dans les souffles du soir. Dans le lointain, le bruit d'un bateau à moteur. Encore plus loin, des cris d'enfants. Des jeux. Sensation de vertige.
Les effets du stress sont innombrables. Ce déséquilibre bizarre, ces chocs nerveux qui me secouent la tête et me crispent les membres. Ces frissons. J'ai les mains froides et moites, les jambes électriques. Mes joues écarlates me trahissent, je le sais, comme un gosse certain de sa honte, comme un gosse qui a compris que d'autres le regardaient, que leur avis était essentiel, que leur rire était mortel. Une larme s'échappe de mon oeil et je sais que le vent n'y est pour rien. L'impression que mon corps d'adulte est attaqué par ma morale d'enfant.

17 heures 18.

Je suis Martin Nilsen, du service de police et de sécurité (PST). Je suis encerclé. Ils sont quatre, autour de moi. Il y a cette responsable qui m'a accompagné durant la traversée, qui me harcèle de questions. Il y a ce marin. Il y a ces deux autres types. Bientôt il y aura les gardiens.

Je suis encerclé, là, face à une clairière bordée de quelques arbres et à l'escalier de pierre menant aux trois premiers bâtiments de l'île. Derrière moi, une petite plage bétonnée, flanquée d'un embarcadère miniature et d'un escalier immergé, contre lequel croupissent des eaux verdâtres et poisseuses. Trois antiques barcasses prennent la rouille parmi les algues. Le phare anémique de l'embarcadère, une lampe rougeâtre suspendue au-dessus du quai, est à peine visible depuis la rive d'en face. La pluie crépite avec lassitude sur la cabine blanche du ferry noir et brique, ancienne barge militaire dont la gueule ouverte vient de me débarquer. Derrière le traversier, le mince isthme du fjord séparant l'île du continent est écrasé par la montagne de résineux verts et noirs, haute de plus de six cents mètres.

Revue de presse

L'exactitude est la politesse des enquêteurs et, minute par minute, Obertone décrit sur 121 pages l'itinéraire sanglant -qu'on peut suivre sur une carte- du "dernier Viking" autoproclamé...
Mais Laurent Obertone ne se contente pas d'un rapport circonstancié, il se met dans la peau de Breivik...
Des esprits chagrins reprocheront sans doute à Laurent Obertone une complaisance morbide, là où il faudrait évoquer De sang-froid, de Truman Capote, récit du meurtre de quatre membres de la famille Clutter dans un hameau du Kansas, en 1959. Dans Utøya, on retrouve cette même obsession du détail et du recoupement. Ce refus de moraliser. Cette volonté de décrire, et d'interroger, le mal sans afféterie. (Emmanuel Hecht - L'Express, août 2013)


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 7,00
Vendez Utoya contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 7,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : RING (22 août 2013)
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1091447089
  • ASIN: B00CJUFDM4
  • Dimensions du produit: 22 x 2,8 x 13,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (44 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 17.847 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Médias liés

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

54 internautes sur 58 ont trouvé ce commentaire utile  Par Janice74 TOP 1000 COMMENTATEURS le 23 août 2013
Format: Broché
Les 130 premières pages de ce livre glacé nous plongent dans le massacre d'Utøya, minute par minute, meurtre par meurtre, dans la tête de Breivik. Lues d'une traite, sans respirer...

Après cet effroyable 22 juillet 2011, Obertone nous fait vivre ensuite les grands moments du procès, dissèque la structure mentale de Breivik, ses motivations profondes, les vraies raisons de ses actes, en alternant le récit de brefs témoignages de victimes, d'un flic, d'un psy, tout juste le temps d'une respiration frissonnante, et on repart dès la page 300 dans la longue et implacable préparation du tueur (neuf ans !), dramatique montée en puissance qui culmine avec l'attentat à la bombe d'Oslo, premier acte du cauchemar.
Alors qu'on croit le sommet atteint, il nous reste à lire la fin du livre, vertigineuse, qui emporte tout sur son passage...

Il est certain que ce livre restera LA référence littéraire sur l'affaire Breivik. L'immersion est parfaite, incroyablement puissante, tendue, troublante. Les scènes du massacre, aussi écoeurantes qu'elles soient, sont méticuleusement restituées. Comme Breivik, comme ses survivants, comme les témoins et les spécialistes, comme n'importe qui, on est totalement dépassé par l'ampleur de la tragédie Utøya.

Bref ! Livre glacé, contenu incandescent, le genre de livre qu'on peut relire ... et qu'il ne faut pas manquer. Je l'ai avalé en un jour et demi à peine.
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
42 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile  Par The Biakko le 24 août 2013
Format: Broché
Le 22 juillet 2011 dans le quartier gouvernemental d'Oslo, capitale de la Norvège, une camionnette remplie d'une tonne d'explosif artisanal saute, tuant 8 personnes, en blessant des dizaines d'autres, et endommageant une dizaine de bâtiments. Un peu plus tard dans la journée, un homme lourdement armé, déguisé en policier, abat 69 personnes sur l'île d'Utoya, où se tenait un rassemblement de la Ligue des jeunes travaillistes (parti de la gauche norvégienne). Cet homme, c'est Anders Breivik.

Qui est Anders Breivik ? Qu'est-ce qu'il l'a poussé à agir ainsi ? Pourquoi a-t-il choisi ces cibles en particulier ? Comment s'est-il préparé à l'acte ? Cet ouvrage répond à toutes ces questions avec une précision stupéfiante.
Laurent Obertone a épluché le manifeste de 1500 pages de Breivik, les comptes-rendus de la police, les témoignages des survivants et des psychiatres pour livrer ce rapport édifiant, permettant ainsi de cerner dans les moindres recoins la personnalité d'Anders Breivik et son cheminement vers l'acte.
Si le premier quart de l'ouvrage raconte la tuerie d'Utoya quasiment à la seconde près, le reste est consacré à la vie de Breivik, sa jeunesse sans histoire, sa radicalisation, ses thèses sur la sauvegarde de la race européenne, le multiculturalisme, la société et la justice, sa volonté de "changer les choses".
Lire la suite ›
9 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Nathalie Queval le 11 octobre 2013
Format: Broché
Lu les critiques dithyrambiques de la presse et je me suis décidé malgré les tentatives d'une certaine presse de me pousser à ne pas lire ce livre. J'ai du aller en sociologie pour le trouver, il n'était pas mis en place dans les romans mais dans les docs... Bref, je pense qu'aucune critique ne rend justice au chef d'oeuvre que vient d'écrire L. Obertone. Fantastique récit littéraire, érudit, poignant, métaphysique, terriblement efficace, effrayant, une écriture fluide, épurée, les adjectifs me manquent tant j'ai pris plaisir à goûter page après page de cet inlâchable Utoya. Le début est d'une violence inouie mais on est littéralement propulsé dans le corps et l'esprit de Breivik, jusqu'à en sentir la sueur froide coulé sur sa nuque. On est dans ses doutes, ses délires, sa détresse et sa jouissance morbide. La partie centrale, très proche des méditations des Particules Elementaires, aussi érudites qu'extrêmes, nous plonge dans un univers mental inconnu et parfaitement réaliste, crédible. Le dernier quart du livre monte en puissance pour finir sur une conclusion profonde et inattendue. A recommander à tous ceux qui comme moi, attendait l'arrivée d'un nouveau véritable écrivain français.
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
16 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile  Par Iamguillaume le 1 septembre 2013
Format: Broché Achat vérifié
J'avais lu avec plaisir le précédent ouvrage de Laurent Obertone, je me suis donc empressé de lire Utoya. Le fait de savoir qu'il allait déranger les gauchards ne faisant que renforcer son attrait pour moi. Composé de 3 parties distinctes (l'assaut sur l’île, la pensée de Breivik et la préparation de l'attentat) il est déroutant dans sa construction, tout comme l'était "la France orange Mécanique". L'auteur casse volontairement la timeline de l’événement, et l'action commence donc dès la première page. Il se lit très vite, et l'on croit assez vite que l'ouvrage à été écrit par Breivik lui même. Le passage au roman transforme effectivement totalement la compréhension de cet événement. On n'analyse pas le sujet de loin, protégé et distancié par la morale, mais de l’intérieur, par la pensée du tueur qui a sa logique propre. Cette vision, personne ne l'avait effectivement offerte au public jusqu'à présent. L'attentat retrouve d'un coup une logique, un sens, grâce a la "fausse" narration du tueur. De cette manière indirecte, il m'a semblé qu'était fait le procès de la Norvège laxiste, vivre-ensembliste et utopiste. La Norvège est décrite comme un pays profondément extrémiste sous ses airs inoffensifs. La-bas, la théorie du genre, la pensée unique et la haine de soi font rage. Du coup, l’extrémisme de Breivik a répondu au suicide volontaire de la Norvège. Breivik n'est pas un fou, et quand on y pense à bien des égards il ressemble aux terroristes français d'action directe qui croyaient (croient?Lire la suite ›
7 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?