La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 24,90
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 7 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La Vérité s... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 4 images

La Vérité sur l'affaire Harry Quebert: Livre audio 2 CD MP3 - 650 Mo + 530 Mo MP3 CD – Livre audio, 20 mars 2013


Voir les 5 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 10,93
MP3 CD, Livre audio
"Veuillez réessayer"
EUR 24,90
EUR 14,99 EUR 11,90

Notre boutique Audiolib

Notre boutique Audiolib
Découvrez le plaisir d'écouter des livres, une nouvelle façon de lire et trouvez votre livre dans notre boutique dédiée.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La Vérité sur l'affaire Harry Quebert: Livre audio 2 CD MP3 - 650 Mo + 530 Mo + Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire: Livre audio 2 CD MP3 - 581 Mo + 652 Mo + L'Ile des oubliés: Livre audio 2 CD MP3 - 588 Mo + 616 Mo
Prix pour les trois: EUR 69,40

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Joël Dicker

Joël Dicker est né à Genève en 1985. La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert est son deuxième roman. Il y dépeint une Amérique qu'il connaît bien pour y avoir beaucoup voyagé et longuement séjourné.

Thibault de Montalembert

Formé à l'école de comédiens du Théâtre des Amandiers de Nanterre, Thibault de Montalembert joue au cinéma et au théâtre sous la direction de metteurs en scène prestigieux : Costa-Gavras, Deplechin, Wargnier, Bonello... Très grand lecteur, il a enregistré pour Audiolib : Le voyage dans le passé, trois nouvelles de Boris Vian, Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants (Grand Prix du livre audio La Plume de Paon 2012) et Karoo.

Revue de presse

"Si vous mettez le nez dans ce gros roman, vous êtes fichu. Vous ne pourrez pas vous empêcher de courir jusqu’à la six centième page". Bernard Pivot - Le JDD

"Un thriller sur fond de réflexion sur l’écriture, doublé d’un portrait saisissant de l’Amérique. Ambitieux, haletant… grand roman." Marie-Françoise Leclère - Le Point




Détails sur le produit

  • MP3 CD: 1275 pages
  • Editeur : Audiolib (20 mars 2013)
  • Collection : Littérature
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2356415823
  • ISBN-13: 978-2356415820
  • Dimensions du produit: 13,6 x 1,2 x 18,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (750 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 64.796 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

23 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile  Par Scarlett le 5 février 2013
Format: Broché
J'ai ete enthousiasmee par la premiere partie du roman dont la structure est inetrressante et le style tres fluide et agreable a lire. Je n'ai pas pu m'empecher d'etre genee par le style "traduction" du livre, j'ai ete jusqu'a me demander si l'auteur etait bien francophone. A certains moments on a un peu l'impression de se retrouver devant la mauvaise traduction de Millenium.
Pour moi, la description des Etats-Unis, qui est decrite comme subtile par les critiques, est en fait assez peu subtile, et seulement conforme au cliche europeen de ce que sont les Etats-Unis: On retrouve le classique mercantilisme a tout prix, la religion extreme de la bible belt, les armes en vente libre, bref toutes les thematiques americaines qui interressent les europeens, mais pas forcement une "vraie" description des Etats-Unis.
L'histoire d'amour n'est pas credible, et je n'arrive pas a penser que meme en 1975 une fille de 15 ans parlait de la facon dont les dialogues sont ecrits. Tout cette partie est tres "nunuche".
La partie roman policier est tres bonne et haletante dans la premiere partie, et dans les 300 dernieres pages, on se lasse de passer de suspects en suspects, et la fin est carrement tiree par les cheveux a la limite du n'importe quoi.
Malgre tout, j'ai pris plaisir a lire le Joel Dicker, et ne regrette pas de l'avoir lu, c'est une bonne decouverte. J'aimerai voir ce qu'il va faire apres, quand il aura un peu plus de maturite...
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
201 internautes sur 235 ont trouvé ce commentaire utile  Par Floral le 19 octobre 2012
Format: Broché Achat vérifié
Il n'est inutile de préciser que l'auteur est suisse, et qu'il ne s'agit pas d'une traduction, mais d'un roman noir, se déroulant aux États-Unis, avec des codes très étatsuniens, mais tournés en dérision.
Car, après lecture d'autres commentaires, je trouve qu'on oublie de dire que, parfois, c'est très drôle (si, si, j'ai éclaté de rire plusieurs fois en le lisant) - à d'autres moments, on est dans une enquête très sérieuse.
Pour tout dire, j'ai parfois eu l'impression de me retrouver dans Fargo des frères Coen : tous les protagonistes se comportent tous à un moment ou à un autre comme de sombres crétins, même si ce qui arrive est tragique. Harry Quebert n'y échappe pas tant on se demande bien comment il a pu tomber amoureux d'une Nola dont on peine à percevoir les qualités tout au long du roman (s'il devait y avoir un côté roman d'amour, de ce côté, c'est raté, mais ce n'était peut-être pas du tout le but...). Outre Fargo, une autre référence pourrait être Twin Peaks.
Le style a été critiqué par certains - à raison pour partie - mais attention, il n'est pas dit que parfois il ne s'agisse pas de formulations volontairement choisies par l'auteur pour parodier une mauvaise traduction (ce qu'est, quand même, censé être ce roman, fait à la va-vite que je te pousse sous l’influence de l'éditeur Schmid & Hanson, dont l'ambition semble être de flinguer la littérature - sans colt).
Lire la suite ›
8 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Semper Victor COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS le 18 février 2013
Format: Broché
« La vérité sur l'affaire Harry Quebert » est un roman envoutant, dont la puissance provient avant tout d'un récit particulièrement bien construit plus que du style de son auteur. Derrière une enquête policière sur un meurtre passionnel, trente années après les faits, s'élabore une convaincante métaphore entre la boxe et l'écriture. Le livre est écrit d'ailleurs comme un match de boxe, sources de nombreux rebondissements au fil de ses rounds. Le lecteur, comme les personnages de l'histoire, frôlent plusieurs fois le K.O., mais se relèvent sans hésiter pour tenir jusqu'à la dernière page.

Le livre de Joël Dicker dresse également un portrait particulièrement abouti de l'Amérique et de ses contradictions, de ce qui fait son charme et son pouvoir de fascination. En quelques phrases bien envoyées, mises dans la bouche de ses personnages, c'est la justice - « C'est la beauté du droit en Amérique, Goldman : lorsqu'il n'y a pas de loi, vous l'inventez. Et si on ose vous chercher des poux, vous allez jusqu'à la Cour suprême qui vous donne raison et publie un arrête à votre nom : Goldman contre Etat du New Hampshire » (page 54) - ou encore la politique - « Pour gouverner l'Amérique, il faut des couilles. Et les éléphants ont de plus grosses couilles que les ânes, c'est comme ça, c'est génétique » (page 73) - qui sont évoquées avec humour et réalisme.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par hpf97 TOP 1000 COMMENTATEURS le 25 juin 2013
Format: Broché
La claque.

Joël Dicker est l'exception qui confirme la règle. Non seulement il a obtenu de très bons prix littéraires (le prix Goncourt des Lycéens est certainement de meilleure qualité que son parent), mais en plus ils sont justifiés.

Ce roman est avant tout une histoire, admirablement racontée... ou plus exactement contée tant l'auteur nous entraîne dans cette histoire, nous projette dans la vie de cette petite ville américaine. Un peu comme Stephen King dans "22/11/63", l'auteur distille de petits détails de la vie dans les années 60 et 70 qui confère au récit un réalisme confondant.

Mais revenons à l'histoire : sous une banale histoire de meurtre, l'auteur nous fait partager l'enquête menée par un ami de l'accusé. Et c'est avec une certaine jubilation, que Joël Dicker distille à petites gouttes les indices, mais en grand nombre les fausses-pistes, les chausses trappes et les fausses apparences.

Et la plume. Quelle plume. Je crois ne pas avoir lu aussi rapidement un livre. Bien qu'il soit volumineux (près de 700 pages), on voudrait, et on penserait pouvoir, le dévorer d'une traite. Les yeux volent au-dessus des lignes, les lettres disparaissent pour laisser place à un film en version grand format.

Alors certes, certains médisants diront que le style est commun, sans grande richesse. Mais heureusement que cette histoire ne soit pas matérialisée par un Proust au style lourd, complexe, essoufflant et au final incompréhensible.

Bref, alors qu'il est encore tout jeune, Joël Dicker signe un roman magistral.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?