Véronique Sanson

Top albums (Voir les 35)


Voir les 35 albums de Véronique Sanson

Véronique Sanson : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 460
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30


Biographie

Véronique Sanson naît le 24 avril 1949 à Boulogne-Billancourt. Dès l'enfance, elle manifeste un réel sens de la musique. Elle joue du piano, compose et écrit des chansons. Eté 1967 : Les Roche-Martin, le trio musical de Véronique Sanson, sa soeur Violaine et de leur ami François Berheim (futur compositeur) arpente les plages d'Espagne. La troupe fait alors la connaissance d'Alain Ricoud, producteur chez Pathé-Marconi qui leur fait enregistrer un premier 45T : échec total. Véronique Sanson retourne dans l'ombre et compose pour d'autres, notamment la fille de Louis de Funès, Isabelle. Elle ... Lire la suite

Véronique Sanson naît le 24 avril 1949 à Boulogne-Billancourt. Dès l'enfance, elle manifeste un réel sens de la musique. Elle joue du piano, compose et écrit des chansons. Eté 1967 : Les Roche-Martin, le trio musical de Véronique Sanson, sa soeur Violaine et de leur ami François Berheim (futur compositeur) arpente les plages d'Espagne. La troupe fait alors la connaissance d'Alain Ricoud, producteur chez Pathé-Marconi qui leur fait enregistrer un premier 45T : échec total. Véronique Sanson retourne dans l'ombre et compose pour d'autres, notamment la fille de Louis de Funès, Isabelle. Elle parvient également à sortir un premier disque solo, « Le printemps est là ». Pas de printemps pour Véronique : le vinyl reste dans les bacs. Néanmoins, la chanteuse a déjà croisé la route de sa bonne étoile, Michel Berger.

Pour le Michel

Ex-chanteur yé-yé, directeur artistique, Michel Berger accueille Véronique Sanson dans sa maison de disques. Il devient son producteur. Amoureuse sort le 20 mars 1972. Le premier album de Véronique Sanson recèle déjà un florilège de succès dont « Besoin de personne », « Bahia » et « Pour qui ». Elle conclue la face A sous forme d'un interlude musical, « Pour les Michel ». Un clin d'oeil à celui qui partage désormais sa vie. Véronique Sanson, à peine âgée de 23 ans, séduit d'emblée le public. Elle n'a rien de classique : un timbre particulier, un look naturel et une force d'interprétation.  Sa musique tient à la fois de la chanson, du blues et du rock. L'on reconnaît de suite sa rythmique énergique soutenue par son éternel piano, véritable marque de fabrique. Le succès de la chanteuse l'amène à faire de tournées avec Julien Clerc et Claude François. Véronique Sanson enchaîne avec un nouvel album dans une veine identique, l'on y trouve le loufoque « Chanson sur une drôle de vie » et « Une nuit sur mon épaule » qu'elle reprendra en duo avec Marc Lavoine.

Dans les vapeurs de Los Angeles

Le tandem fusionnel Sanson-Berger a déjà ses fans. La stabilité fait-elle alors peur à Véronique Sanson ? En 1973, elle plaque tout, la France et surtout son amour, Michel Berger. Elle part avec le musicien Stephen Stills (du trio Crosby, Stills & Nash) qui l'entraîne de l'autre côté de l'Atlantique. L'amorce d'une longue période partagée entre les Etats-Unis et la France. Là-bas, elle découvre la technique de travail américaine et s'investit davantage dans la production. Elle enregistre à Hollywood Le Maudit qu'elle compose et écrit, tout en s'occupant seule des arrangements. La chanteuse s'est également entourée des musiciens de Stills qu'elle a épousé en Angleterre. A l'époque, nulle chanteuse française n'avait enregistré un disque dans un studio américain. Considéré comme un de ses meilleurs albums, Le Maudit témoigne d'une nouvelle ère. L'exilée chante « On m'attends là-bas » et surtout « Christopher », le fils qu'elle vient de mettre au monde. En 1975, elle revient en France donner ses premiers concerts à l'Olympia.

Le temps de la désillusion

L'année suivante, Véronique Sanson enregistre cette fois-ci à Londres l'insubmersible Vancouver, hymne à la vie d'artiste, sous la direction d'un nouvel homme de confiance, Bernard Saint-Paul. Un titre qui reflète également son choix de vie, « Difficile de choisir une ville » écrit-elle. Pourtant, son pays d'origine continue de l'encenser, Sanson accumule les disques d'or et les tournées. Elle sort d'ailleurs un live à l'Olympia qui révèle la jolie correspondance post-rupture entre elle et Michel Berger. A la question désormais célèbre, « Seras-tu là ? », elle réponds « Je serais là », un titre qui a d'abord vu le jour sur scène. A la fin des années 70, elle enregistre deux albums dont le 7ème qui marque l'heure de la désillusion. La vie américaine n'est pas que joies et enrichissements professionnels. Et la plume de Véronique Sanson commence à s'user. Elle a déjà chanté la déception amoureuse, la solitude et la nostalgie. Pourtant, elle surprend son public avec une chanson particulièrement émouvante, l'inoxydable « Ma révérence ». Elle n'a que 30 ans lorsqu'elle écrit : « Quand je n'aurais plus le temps de trouver tout le temps du courage ». Une sorte de prémonition.

Dis-lui de revenir...

A l'aube des années 80, Véronique Sanson connaît un premier passage à vide. Elle a d'abord quitté son mari, prenant un aller simple pour Paris, avec son fils Christopher, à l'issue d'un long procès avec la justice américaine. De retour en France, elle poursuit les enregistrements et les tournées. Elle sera notamment la première chanteuse à investir le Palais des Sports de Paris. Il faut toutefois attendre 1988 pour que Véronique Sanson marque un coup d'éclat avec l'album Moi, le venin. Il contient « Allah », produit par Michel Berger, une chanson qui fait scandale auprès des extrémistes musulmans. En 1989, Véronique Sanson reçoit une lettre de menace de mort et doit retirer le titre de son tour de chant. Ces années-là, elle confirme également son engagement caritatif. Après Chanteurs Sans Frontières, elle participe à la tournée des Enfoirés avec Eddy Mitchell et Michel Sardou. 1992 : Véronique Sanson célèbre ses 20 ans de carrière. L'album Sans regrets la fait renouer avec le succès discographique ; le fameux single « Rien que de l'eau », se vend à 500 000 exemplaires. Elle reçoit également la Victoire de la musique de la chanteuse de l'année.

Une femme de scène

La scène a toujours lié Véronique Sanson à son public. Sa fougue fait de ses concerts une grande fête musicale. Après le spectacle Symphonic Sanson au théâtre du Châtelet, elle est l'héroïne de « La fête à Sanson », lors des Francofolies. Le concert donne lieu à un album Comme Ils L'imaginent, en compagnie d'Alain Chamfort et Maxime Leforestier. En 1995, elle se marie avec l'humoriste Pierre Palmade. Coup de pub ? L'on ne saura jamais ce qui a conduit la musicienne à étaler ce mariage invraisemblable à la une des journaux. Cette période reste d'ailleurs peu fructueuse en matière d'innovation. En effet, Véronique Sanson sort en 1999 un album en hommage à Michel Berger. D'un Papillon A Une Etoile reprend ses plus belles chansons, de « Diego libre dans sa tête » à « La Minute de silence ». On a parfois reproché à Véronique Sanson d'être un ersatz de Michel Berger, stigmatisant là son manque d'originalité mélodique. Peu importe. Le couple des années 70 renaît avec une émotion toute particulière, Michel Berger étant désormais décédé. Le public la suit dans un récital intimiste baignant dans le « Paradis blanc »...

J'me suis tellement manquée

2002 : Véronique Sanson, atteinte d'une maladie de sang doit se faire hospitaliser et annule une série de concerts. Une période noire qui la met à l'écart du métier. Néanmoins, la chanteuse, affaiblie, semble avoir retrouvé un trésor perdu : l'inspiration. De reprises en live, elle semblait ne plus rien avoir à dire. En 2004, Longue Distance sonne comme une renaissance. L'album dévoile avec pudeur son passé tumultueux, sa dépression et les ravages de son alcoolisme dans « La douceur du danger ». Elle a fait de nouveau appel à ses complices Bernard St-Paul et Bernard Swell avec qui elle avait collaboré sur l'album Laisse-la Vivre. Elle remonte avec succès sur scène pendant plusieurs jours à l'Olympia.

Comme elles l'imaginent...

Quelle place a Véronique Sanson dans la chanson française ? Dans les années 70, aucune chanteuse n'était comme elle à la fois auteur-compositeur-interprète. Seule Barbara incarnait cette image-là. Véronique Sanson a su également inaugurer une liberté de ton parlant avec passion, voire masculinité des blessures amoureuses des femmes. Aujourd'hui, l'écriture de Zazie s'apparente à cet univers-là. Jeanne Cherhal rappelle également parfois Sanson, derrière son style piano-voix. Son titre « Un couple normal » sur une liaison interdite pourrait faire écho à la chanson « Amoureuse ». Sensible et perfectionniste, Véronique Sanson a beaucoup donné à son public. Il fait toujours d'elle une artiste populaire.

Chez Véronique Sanson, les longues périodes de silence absolu, faisant croire à un repli, succèdent à des albums de qualité. Il en est ainsi de Plusieurs Lunes, premier opus en six ans publié en octobre 2010, et certainement le plus éclectique de sa carrière. L'opus mêlant influences orientales, fanfare de cirque et chanson classique touche un public toujours aussi large, et comprend une moisson de titres majeurs comme « La Nuit se fait attendre » ou « Qu'on me pardonne » écrit par sa soeur Violaine et destinée à Johnny Hallyday, et « Say My Last Goodbye » de et avec son fils Christopher Stills. Dans la foulée, Véronique part Véronique Sanson en tournée, avec notamment une halte à l'Olympia du 28 février au 4 mars 2011. Copyright 2014 Music Story Paula Haddad

Véronique Sanson naît le 24 avril 1949 à Boulogne-Billancourt. Dès l'enfance, elle manifeste un réel sens de la musique. Elle joue du piano, compose et écrit des chansons. Eté 1967 : Les Roche-Martin, le trio musical de Véronique Sanson, sa soeur Violaine et de leur ami François Berheim (futur compositeur) arpente les plages d'Espagne. La troupe fait alors la connaissance d'Alain Ricoud, producteur chez Pathé-Marconi qui leur fait enregistrer un premier 45T : échec total. Véronique Sanson retourne dans l'ombre et compose pour d'autres, notamment la fille de Louis de Funès, Isabelle. Elle parvient également à sortir un premier disque solo, « Le printemps est là ». Pas de printemps pour Véronique : le vinyl reste dans les bacs. Néanmoins, la chanteuse a déjà croisé la route de sa bonne étoile, Michel Berger.

Pour le Michel

Ex-chanteur yé-yé, directeur artistique, Michel Berger accueille Véronique Sanson dans sa maison de disques. Il devient son producteur. Amoureuse sort le 20 mars 1972. Le premier album de Véronique Sanson recèle déjà un florilège de succès dont « Besoin de personne », « Bahia » et « Pour qui ». Elle conclue la face A sous forme d'un interlude musical, « Pour les Michel ». Un clin d'oeil à celui qui partage désormais sa vie. Véronique Sanson, à peine âgée de 23 ans, séduit d'emblée le public. Elle n'a rien de classique : un timbre particulier, un look naturel et une force d'interprétation.  Sa musique tient à la fois de la chanson, du blues et du rock. L'on reconnaît de suite sa rythmique énergique soutenue par son éternel piano, véritable marque de fabrique. Le succès de la chanteuse l'amène à faire de tournées avec Julien Clerc et Claude François. Véronique Sanson enchaîne avec un nouvel album dans une veine identique, l'on y trouve le loufoque « Chanson sur une drôle de vie » et « Une nuit sur mon épaule » qu'elle reprendra en duo avec Marc Lavoine.

Dans les vapeurs de Los Angeles

Le tandem fusionnel Sanson-Berger a déjà ses fans. La stabilité fait-elle alors peur à Véronique Sanson ? En 1973, elle plaque tout, la France et surtout son amour, Michel Berger. Elle part avec le musicien Stephen Stills (du trio Crosby, Stills & Nash) qui l'entraîne de l'autre côté de l'Atlantique. L'amorce d'une longue période partagée entre les Etats-Unis et la France. Là-bas, elle découvre la technique de travail américaine et s'investit davantage dans la production. Elle enregistre à Hollywood Le Maudit qu'elle compose et écrit, tout en s'occupant seule des arrangements. La chanteuse s'est également entourée des musiciens de Stills qu'elle a épousé en Angleterre. A l'époque, nulle chanteuse française n'avait enregistré un disque dans un studio américain. Considéré comme un de ses meilleurs albums, Le Maudit témoigne d'une nouvelle ère. L'exilée chante « On m'attends là-bas » et surtout « Christopher », le fils qu'elle vient de mettre au monde. En 1975, elle revient en France donner ses premiers concerts à l'Olympia.

Le temps de la désillusion

L'année suivante, Véronique Sanson enregistre cette fois-ci à Londres l'insubmersible Vancouver, hymne à la vie d'artiste, sous la direction d'un nouvel homme de confiance, Bernard Saint-Paul. Un titre qui reflète également son choix de vie, « Difficile de choisir une ville » écrit-elle. Pourtant, son pays d'origine continue de l'encenser, Sanson accumule les disques d'or et les tournées. Elle sort d'ailleurs un live à l'Olympia qui révèle la jolie correspondance post-rupture entre elle et Michel Berger. A la question désormais célèbre, « Seras-tu là ? », elle réponds « Je serais là », un titre qui a d'abord vu le jour sur scène. A la fin des années 70, elle enregistre deux albums dont le 7ème qui marque l'heure de la désillusion. La vie américaine n'est pas que joies et enrichissements professionnels. Et la plume de Véronique Sanson commence à s'user. Elle a déjà chanté la déception amoureuse, la solitude et la nostalgie. Pourtant, elle surprend son public avec une chanson particulièrement émouvante, l'inoxydable « Ma révérence ». Elle n'a que 30 ans lorsqu'elle écrit : « Quand je n'aurais plus le temps de trouver tout le temps du courage ». Une sorte de prémonition.

Dis-lui de revenir...

A l'aube des années 80, Véronique Sanson connaît un premier passage à vide. Elle a d'abord quitté son mari, prenant un aller simple pour Paris, avec son fils Christopher, à l'issue d'un long procès avec la justice américaine. De retour en France, elle poursuit les enregistrements et les tournées. Elle sera notamment la première chanteuse à investir le Palais des Sports de Paris. Il faut toutefois attendre 1988 pour que Véronique Sanson marque un coup d'éclat avec l'album Moi, le venin. Il contient « Allah », produit par Michel Berger, une chanson qui fait scandale auprès des extrémistes musulmans. En 1989, Véronique Sanson reçoit une lettre de menace de mort et doit retirer le titre de son tour de chant. Ces années-là, elle confirme également son engagement caritatif. Après Chanteurs Sans Frontières, elle participe à la tournée des Enfoirés avec Eddy Mitchell et Michel Sardou. 1992 : Véronique Sanson célèbre ses 20 ans de carrière. L'album Sans regrets la fait renouer avec le succès discographique ; le fameux single « Rien que de l'eau », se vend à 500 000 exemplaires. Elle reçoit également la Victoire de la musique de la chanteuse de l'année.

Une femme de scène

La scène a toujours lié Véronique Sanson à son public. Sa fougue fait de ses concerts une grande fête musicale. Après le spectacle Symphonic Sanson au théâtre du Châtelet, elle est l'héroïne de « La fête à Sanson », lors des Francofolies. Le concert donne lieu à un album Comme Ils L'imaginent, en compagnie d'Alain Chamfort et Maxime Leforestier. En 1995, elle se marie avec l'humoriste Pierre Palmade. Coup de pub ? L'on ne saura jamais ce qui a conduit la musicienne à étaler ce mariage invraisemblable à la une des journaux. Cette période reste d'ailleurs peu fructueuse en matière d'innovation. En effet, Véronique Sanson sort en 1999 un album en hommage à Michel Berger. D'un Papillon A Une Etoile reprend ses plus belles chansons, de « Diego libre dans sa tête » à « La Minute de silence ». On a parfois reproché à Véronique Sanson d'être un ersatz de Michel Berger, stigmatisant là son manque d'originalité mélodique. Peu importe. Le couple des années 70 renaît avec une émotion toute particulière, Michel Berger étant désormais décédé. Le public la suit dans un récital intimiste baignant dans le « Paradis blanc »...

J'me suis tellement manquée

2002 : Véronique Sanson, atteinte d'une maladie de sang doit se faire hospitaliser et annule une série de concerts. Une période noire qui la met à l'écart du métier. Néanmoins, la chanteuse, affaiblie, semble avoir retrouvé un trésor perdu : l'inspiration. De reprises en live, elle semblait ne plus rien avoir à dire. En 2004, Longue Distance sonne comme une renaissance. L'album dévoile avec pudeur son passé tumultueux, sa dépression et les ravages de son alcoolisme dans « La douceur du danger ». Elle a fait de nouveau appel à ses complices Bernard St-Paul et Bernard Swell avec qui elle avait collaboré sur l'album Laisse-la Vivre. Elle remonte avec succès sur scène pendant plusieurs jours à l'Olympia.

Comme elles l'imaginent...

Quelle place a Véronique Sanson dans la chanson française ? Dans les années 70, aucune chanteuse n'était comme elle à la fois auteur-compositeur-interprète. Seule Barbara incarnait cette image-là. Véronique Sanson a su également inaugurer une liberté de ton parlant avec passion, voire masculinité des blessures amoureuses des femmes. Aujourd'hui, l'écriture de Zazie s'apparente à cet univers-là. Jeanne Cherhal rappelle également parfois Sanson, derrière son style piano-voix. Son titre « Un couple normal » sur une liaison interdite pourrait faire écho à la chanson « Amoureuse ». Sensible et perfectionniste, Véronique Sanson a beaucoup donné à son public. Il fait toujours d'elle une artiste populaire.

Chez Véronique Sanson, les longues périodes de silence absolu, faisant croire à un repli, succèdent à des albums de qualité. Il en est ainsi de Plusieurs Lunes, premier opus en six ans publié en octobre 2010, et certainement le plus éclectique de sa carrière. L'opus mêlant influences orientales, fanfare de cirque et chanson classique touche un public toujours aussi large, et comprend une moisson de titres majeurs comme « La Nuit se fait attendre » ou « Qu'on me pardonne » écrit par sa soeur Violaine et destinée à Johnny Hallyday, et « Say My Last Goodbye » de et avec son fils Christopher Stills. Dans la foulée, Véronique part Véronique Sanson en tournée, avec notamment une halte à l'Olympia du 28 février au 4 mars 2011. Copyright 2014 Music Story Paula Haddad

Véronique Sanson naît le 24 avril 1949 à Boulogne-Billancourt. Dès l'enfance, elle manifeste un réel sens de la musique. Elle joue du piano, compose et écrit des chansons. Eté 1967 : Les Roche-Martin, le trio musical de Véronique Sanson, sa soeur Violaine et de leur ami François Berheim (futur compositeur) arpente les plages d'Espagne. La troupe fait alors la connaissance d'Alain Ricoud, producteur chez Pathé-Marconi qui leur fait enregistrer un premier 45T : échec total. Véronique Sanson retourne dans l'ombre et compose pour d'autres, notamment la fille de Louis de Funès, Isabelle. Elle parvient également à sortir un premier disque solo, « Le printemps est là ». Pas de printemps pour Véronique : le vinyl reste dans les bacs. Néanmoins, la chanteuse a déjà croisé la route de sa bonne étoile, Michel Berger.

Pour le Michel

Ex-chanteur yé-yé, directeur artistique, Michel Berger accueille Véronique Sanson dans sa maison de disques. Il devient son producteur. Amoureuse sort le 20 mars 1972. Le premier album de Véronique Sanson recèle déjà un florilège de succès dont « Besoin de personne », « Bahia » et « Pour qui ». Elle conclue la face A sous forme d'un interlude musical, « Pour les Michel ». Un clin d'oeil à celui qui partage désormais sa vie. Véronique Sanson, à peine âgée de 23 ans, séduit d'emblée le public. Elle n'a rien de classique : un timbre particulier, un look naturel et une force d'interprétation.  Sa musique tient à la fois de la chanson, du blues et du rock. L'on reconnaît de suite sa rythmique énergique soutenue par son éternel piano, véritable marque de fabrique. Le succès de la chanteuse l'amène à faire de tournées avec Julien Clerc et Claude François. Véronique Sanson enchaîne avec un nouvel album dans une veine identique, l'on y trouve le loufoque « Chanson sur une drôle de vie » et « Une nuit sur mon épaule » qu'elle reprendra en duo avec Marc Lavoine.

Dans les vapeurs de Los Angeles

Le tandem fusionnel Sanson-Berger a déjà ses fans. La stabilité fait-elle alors peur à Véronique Sanson ? En 1973, elle plaque tout, la France et surtout son amour, Michel Berger. Elle part avec le musicien Stephen Stills (du trio Crosby, Stills & Nash) qui l'entraîne de l'autre côté de l'Atlantique. L'amorce d'une longue période partagée entre les Etats-Unis et la France. Là-bas, elle découvre la technique de travail américaine et s'investit davantage dans la production. Elle enregistre à Hollywood Le Maudit qu'elle compose et écrit, tout en s'occupant seule des arrangements. La chanteuse s'est également entourée des musiciens de Stills qu'elle a épousé en Angleterre. A l'époque, nulle chanteuse française n'avait enregistré un disque dans un studio américain. Considéré comme un de ses meilleurs albums, Le Maudit témoigne d'une nouvelle ère. L'exilée chante « On m'attends là-bas » et surtout « Christopher », le fils qu'elle vient de mettre au monde. En 1975, elle revient en France donner ses premiers concerts à l'Olympia.

Le temps de la désillusion

L'année suivante, Véronique Sanson enregistre cette fois-ci à Londres l'insubmersible Vancouver, hymne à la vie d'artiste, sous la direction d'un nouvel homme de confiance, Bernard Saint-Paul. Un titre qui reflète également son choix de vie, « Difficile de choisir une ville » écrit-elle. Pourtant, son pays d'origine continue de l'encenser, Sanson accumule les disques d'or et les tournées. Elle sort d'ailleurs un live à l'Olympia qui révèle la jolie correspondance post-rupture entre elle et Michel Berger. A la question désormais célèbre, « Seras-tu là ? », elle réponds « Je serais là », un titre qui a d'abord vu le jour sur scène. A la fin des années 70, elle enregistre deux albums dont le 7ème qui marque l'heure de la désillusion. La vie américaine n'est pas que joies et enrichissements professionnels. Et la plume de Véronique Sanson commence à s'user. Elle a déjà chanté la déception amoureuse, la solitude et la nostalgie. Pourtant, elle surprend son public avec une chanson particulièrement émouvante, l'inoxydable « Ma révérence ». Elle n'a que 30 ans lorsqu'elle écrit : « Quand je n'aurais plus le temps de trouver tout le temps du courage ». Une sorte de prémonition.

Dis-lui de revenir...

A l'aube des années 80, Véronique Sanson connaît un premier passage à vide. Elle a d'abord quitté son mari, prenant un aller simple pour Paris, avec son fils Christopher, à l'issue d'un long procès avec la justice américaine. De retour en France, elle poursuit les enregistrements et les tournées. Elle sera notamment la première chanteuse à investir le Palais des Sports de Paris. Il faut toutefois attendre 1988 pour que Véronique Sanson marque un coup d'éclat avec l'album Moi, le venin. Il contient « Allah », produit par Michel Berger, une chanson qui fait scandale auprès des extrémistes musulmans. En 1989, Véronique Sanson reçoit une lettre de menace de mort et doit retirer le titre de son tour de chant. Ces années-là, elle confirme également son engagement caritatif. Après Chanteurs Sans Frontières, elle participe à la tournée des Enfoirés avec Eddy Mitchell et Michel Sardou. 1992 : Véronique Sanson célèbre ses 20 ans de carrière. L'album Sans regrets la fait renouer avec le succès discographique ; le fameux single « Rien que de l'eau », se vend à 500 000 exemplaires. Elle reçoit également la Victoire de la musique de la chanteuse de l'année.

Une femme de scène

La scène a toujours lié Véronique Sanson à son public. Sa fougue fait de ses concerts une grande fête musicale. Après le spectacle Symphonic Sanson au théâtre du Châtelet, elle est l'héroïne de « La fête à Sanson », lors des Francofolies. Le concert donne lieu à un album Comme Ils L'imaginent, en compagnie d'Alain Chamfort et Maxime Leforestier. En 1995, elle se marie avec l'humoriste Pierre Palmade. Coup de pub ? L'on ne saura jamais ce qui a conduit la musicienne à étaler ce mariage invraisemblable à la une des journaux. Cette période reste d'ailleurs peu fructueuse en matière d'innovation. En effet, Véronique Sanson sort en 1999 un album en hommage à Michel Berger. D'un Papillon A Une Etoile reprend ses plus belles chansons, de « Diego libre dans sa tête » à « La Minute de silence ». On a parfois reproché à Véronique Sanson d'être un ersatz de Michel Berger, stigmatisant là son manque d'originalité mélodique. Peu importe. Le couple des années 70 renaît avec une émotion toute particulière, Michel Berger étant désormais décédé. Le public la suit dans un récital intimiste baignant dans le « Paradis blanc »...

J'me suis tellement manquée

2002 : Véronique Sanson, atteinte d'une maladie de sang doit se faire hospitaliser et annule une série de concerts. Une période noire qui la met à l'écart du métier. Néanmoins, la chanteuse, affaiblie, semble avoir retrouvé un trésor perdu : l'inspiration. De reprises en live, elle semblait ne plus rien avoir à dire. En 2004, Longue Distance sonne comme une renaissance. L'album dévoile avec pudeur son passé tumultueux, sa dépression et les ravages de son alcoolisme dans « La douceur du danger ». Elle a fait de nouveau appel à ses complices Bernard St-Paul et Bernard Swell avec qui elle avait collaboré sur l'album Laisse-la Vivre. Elle remonte avec succès sur scène pendant plusieurs jours à l'Olympia.

Comme elles l'imaginent...

Quelle place a Véronique Sanson dans la chanson française ? Dans les années 70, aucune chanteuse n'était comme elle à la fois auteur-compositeur-interprète. Seule Barbara incarnait cette image-là. Véronique Sanson a su également inaugurer une liberté de ton parlant avec passion, voire masculinité des blessures amoureuses des femmes. Aujourd'hui, l'écriture de Zazie s'apparente à cet univers-là. Jeanne Cherhal rappelle également parfois Sanson, derrière son style piano-voix. Son titre « Un couple normal » sur une liaison interdite pourrait faire écho à la chanson « Amoureuse ». Sensible et perfectionniste, Véronique Sanson a beaucoup donné à son public. Il fait toujours d'elle une artiste populaire.

Chez Véronique Sanson, les longues périodes de silence absolu, faisant croire à un repli, succèdent à des albums de qualité. Il en est ainsi de Plusieurs Lunes, premier opus en six ans publié en octobre 2010, et certainement le plus éclectique de sa carrière. L'opus mêlant influences orientales, fanfare de cirque et chanson classique touche un public toujours aussi large, et comprend une moisson de titres majeurs comme « La Nuit se fait attendre » ou « Qu'on me pardonne » écrit par sa soeur Violaine et destinée à Johnny Hallyday, et « Say My Last Goodbye » de et avec son fils Christopher Stills. Dans la foulée, Véronique part Véronique Sanson en tournée, avec notamment une halte à l'Olympia du 28 février au 4 mars 2011. Copyright 2014 Music Story Paula Haddad


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page