undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: DVD|Modifier
Prix:21,38 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 février 2012
19 mois. C'est le temps qu'il aura fallu pour voir "Vampires" en DVD en France.
Nous fûmes une dizaine de milliers de spectateurs seulement à voir ce film, dont la réalisation est structurée dans la même mouvance que "c'est arrivé près de chez vous".
Davantage une critique, une satire de la Belgique d'aujourd'hui qu'une simple oeuvre comique, Vampires peut déconcerter par son ton virulent et dérangeant dans ses angles de vue qui peuvent se traduire par une vision soit anarchiste, soit réactionnaire suivant l'endroit où on se place : en effet, les vampires, parasites en puissance, avec l'aristocratie belge au sous-sol à qui on a laissé une petite place, la fratrie wallonne et flamande au dessus, bourgeoise et ne travaillant pas, sont l'objet de railleries puisqu'entretenus par l'Etat belge, complice du même coup de leurs exactions en leur permettant de débarrasser la société belge des citoyens en marge de la société et... des immigrés. faut-il y voir une critique de l'assistanat ou de certaines castes parvenues ?
Le pseudo documentaire nous entraîne donc dans la vie de tous les jours de ces vampires, dont la communauté est présidée par un vampire à forme enfantine et ne parlant pas, probable personnification de la vacance du pouvoir en Belgique et des affaires de pédophilie. C'est par ailleurs pour des raisons de pré-carré que, dans la dernière partie du film, suite à certains événements, nous suivrons la petite famille au Québec, décidément objet de tous les fantasmes (voir "une vie meilleure") où, là-bas, devenus immigrés et sans protection belge, tout ce beau monde doit se mettre à bosser.
Si le père de famille perd de son pouvoir et de sa paternité, la mère flamande sa maternité, le fils, détaché de la famille, retrouve l'esprit into the wild type urbain et fait la manche en chantant tout en s'acoquinant avec une...gothique. L'adolescente de la famille, suicidaire et voulant à tout prix être humaine, renonce elle aussi à ses géniteurs et trouve un nouvel espoir de vie qui, du même coup, change le film dans sa nature satirique. L'étouffement ressenti en Belgique, elle s'en délivre pour se retrouver face à elle-même, quittant sa belgitude pour retrouver sa liberté de choix au prix du sacrifice de son immortalité sous perfusion.
En face: l'inconnu.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)