Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
The Velvet Underground & Nico 45th Anniversary (Deluxe Edition)
 
Agrandissez cette image
 

The Velvet Underground & Nico 45th Anniversary (Deluxe Edition)

29 octobre 2012 | Format : MP3

EUR 9,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 10,00 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.
Titre
Durée
Popularité  
30
1
2:55
30
2
4:39
30
3
2:39
30
4
5:12
30
5
4:22
30
6
5:59
30
7
7:13
30
8
2:41
30
9
2:14
30
10
3:12
30
11
7:47
30
12
5:57
30
13
9:06
30
14
6:17
30
15
5:52
30
16
2:20
Disc 2
30
1
9:02
30
2
3:16
30
3
5:53
30
4
2:11
30
5
6:16
30
6
2:35
30
7
4:29
30
8
4:10
30
9
4:23
30
10
3:27
30
11
3:53
30
12
11:49
30
13
6:15
30
14
2:09
30
15
2:55

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 26 octobre 2012
  • Date de sortie: 26 octobre 2012
  • Nombre de disques: 2
  • Label: Universal Music Division Polydor
  • Copyright: (C) 2012 Universal Records, a Division of UMG Recordings, Inc.
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 2:31:08
  • Genres:
  • ASIN: B009PJ5KQG
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (29 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 39.518 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

22 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile  Par Lester Gangbangs TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 17 avril 2006
Format: CD
Ce serait peut-être celui-là, le meilleur disque de rock jamais gravé depuis 50 ans. Au pire un des dix plus grands albums de tous les temps.

Tout a été dit sur ce disque mythique et des dizaines de feuillets ne suffiraient pas à retranscrire l'impact historique, musical, social charrié depuis 1967 par ces onze morceaux.

Alors, en vrac, citons le contexte, la Factory d'Andy Warhol responsable du « projet » et de la plus fantastique pochette (cette banane qui se pelait réellement dans le vinyle original) ayant jamais servi à envelopper un 33 tours. Un mot sur les musiciens, Lou Reed poète juif new-yorkais homo et junkie de 25 ans, John Cale violoniste gallois de musique contemporaine, Maureen Tucker batteuse minimaliste et debout, Sterling Morrison guitariste bruitiste, et Nico mannequin-actrice-déniaiseuse de rock stars-chanteuse dont la voix d'outre-tombe immortalise les morceaux qu'elle interprète.

Le meilleur, c'est quand même les morceaux (paroles et musique). Jusque là, le rock'n'roll n'était que musiques d'origine campagnarde (blues, country, folk, hillbilly), parlant de filles ou de bagnoles (l'exception Dylan confirmant la règle). « Velvet & Nico » est le premier disque de rock vraiment urbain, agressif et violent et les textes de Lou Reed parlent de putes, de sexe « déviant », de dealers et de dope comme personne ne l'avait encore jamais fait, le tout enrobé par une musique minimaliste, simple, dissonante et bruyante. Le « bruit blanc » celui qui allait générer des troupes de Television, Sonic Youth, Jesus & Mary Chain, il vient de ce disque et de nul autre.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
20 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile  Par Hugues Orsetti sur 8 septembre 2002
Format: CD
Ce disque commence par une ritournelle au xylophone (je crois, du moins, que c'est un xylophone), comme une berceuse. Charmant. Il y a un violon dans le fond, qui donne une ambiance d'aurore embrumée. La voix de Lou Reed est douce, fraîche, aérienne; il en résulte davantage un sentiment de féerie que de tristesse. Après cette mélodie irréelle (la chanson s'appelle "Sunday Morning"), vient un rock compact et accrocheur, des accords répétés sans cesse, en droite lignée de Bo Diddley, l'idole de Moe Tucker (la petite femme à la batterie). C'est un classique instantané, un des morceaux les plus légendaires du rock, ça n'a pas vieilli, ça s'appelle "I'm Waiting For The Man". Cette fois la voix de Lou est plus urbaine, vêtue de cuir jusqu'au timbre de voix, beaucoup imitée, jamais égalée. Puis vient "Femme Fatale", jolie ballade chantée par Nico, une femme fatale effectivement, aussi belle que mystérieuse. Et puis c'est "Venus In Furs", avec ses captivants grincements d'archet: le Velvet Underground avait trouvé l'art de planter un décor, avec moins de moyens que les Beatles pour "Sgt.Pepper". La suite est tout aussi forte et inédite, notamment le morceau qui ouvre la deuxième face du vinyle original, "Heroïn", qui fascine davantage l'auditeur qu'il ne le glace, puisqu'il s'agit ici d'art - de pop-art, même - avant toute chose. Le malaise, la menace, l'inquiétude restent sous-jacents. Avec ce premier album, le Velvet Underground publiait surtout en 1967 quelque chose d'inouï, au sens étymologique du terme.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par gégé-blues TOP 500 COMMENTATEURS sur 23 novembre 2013
Format: CD
A sa sortie en 1967, ce premier album du Velvet Underground n’a pas eu un succès foudroyant et pour cause, les paroles des chansons évoquant les drogues dures et les perversions sexuelles ont bien sur choqué l’Amérique puritaine de l’époque. Et puis, au fil du temps, cet album est devenu culte pour déjà le fait qu’il a été produit par Andy Warhol qui a également dessiné la banane de la pochette, par la participation de l’actrice et mannequin Nico qui chante sur 3 titres et par la collaboration de John Cale. Des personnages provocateurs bien dans l’air du temps de l’époque où la marginalité était de bon ton pour toute une génération avide de liberté, 68 pointait son nez. Musicalement parlant c’est très gentil, balades mélodiques, arrangements sucrés « Sunday Morning », voix doucereuse dans « I’ll Be Your Mirror » recherche harmonique avec chœur « Femme Fatale ». Quelques morceaux se veulent dissonants comme ce cafouillage dans « Européen Son », et puis le crispant « Heroin » qui se veut délirant et forcément déjanté Et puis en 67, paraissaient des albums autrement plus intéressants ! le premier Jimi Hendrix « Are You Experience » suivi la même année de « Axis : Bold As Love », le début des Doors avec un album superbe! et ce « Sergent Pepper’s Lonely Heart’s Club Band » des Beatles ! Des oeuvres qui m’on bien plus fait vibrer et que j’écoute encore volontiers. Non, décidément, je n’ai jamais accroché au soi disant génie de Lou Reed et ses histoires glauques, je respecte l’artiste qui a son public et je déplore sa disparition récente.
(11 titres / 47mn40)
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique