undrgrnd Cliquez ici Litte Cloud Drive Photos nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Soldes Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles15
4,5 sur 5 étoiles
Format: CDModifier
Prix:104,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 novembre 2014
Très bonne surprise que cette réédition de Venus and Mars, paru en 1975, avec une belle remasterisation et des bonus de qualité ! Sans doute pas le plus connu de McCartney et des Wings, cet album est pourtant excellent. Après l'immense succès critique et commercial de Band on the run en 1973, Paul McCartney, sa femme Linda (photographe de formation, qui signe ici la splendide pochette de l'album) et le guitariste Denny Laine passent l'année 1974 à voyager, à créer beaucoup de chansons et surtout à auditionner des musiciens pour former un groupe plus solide. Ainsi, deux nouveaux membres font leur entrée au sein des Wings : le très bon batteur Joe English et le très jeune guitariste et excellent soliste Jimmy McCulloch, à peine 22 ans.

C'est dans ce contexte que sort Venus and Mars, dans lequel McCartney, visiblement inspiré et heureux, propose des chansons vraiment variées, allant du rock pur (l'irrésistible "Rock show", "Medicine jar", chantée par McCulloch...) à la ballade sentimentale (la splendide "Love in song") en passant par la ritournelle rétro ("You gave me the answer"), la pop futuriste ("Magneto and Titanium man") ou encore la soul ("Call me back again", dans laquelle Paul se surpasse au chant). On trouve aussi un petit hit avec "Listen to what the man said", avec ses beaux solos de sax signés Tom Scott. Certains titres sont par ailleurs assez étonnants, comme "Spirits of Ancient Egypt", avec des harmonies vocales et des effets sonores très recherchés. Le tout est vraiment attachant, avec un son et des arrangements certes désuets (notamment dans l'usage des claviers) mais très agréables. Ajoutez à cela une influence patente de la musique et de l'esprit de la Nouvelle-Orléans, où les Wings ont notamment enregistré "My carnival", présente dans les bonus.

Les bonus sont d'ailleurs vraiment intéressants : en plus de chansons supplémentaires déjà présentes sur l'ancienne édition ("My carnival" et "Luch box/Odd sox"), on trouve des titres majeurs, tels le single "Junior's farm" et sa face B "Sally G", enregistrés à Nashville en 1974 avec un autre batteur (Geoff Britton, qui n'est pas resté très longtemps dans le groupe) ou encore une version rare de "Soily", présente en version live sur Wings over America. Bref, un très bon album, varié et inspiré, à découvrir ou redécouvrir !
0Commentaire5 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 3 novembre 2014
Paul Mc Cartney poursuit la réédition de ses albums en version remasterisée, et après Wings over America, paru en 2013, voici d’un coup Wings at the Speed of Sound (1976) et Venus and Mars (1975). Je ne sais quelle logique préside à ces sorties, car si elles semblent respecter une certaine chronologie, Wings over America (1976) était sorti à l’époque après ces deux derniers ; Paul Mc Cartney II (1980) a déjà été réédité tandis que tous les albums qui précèdent ne l'ont pas encore été (Wings Wild Life, Red Rose Speedway, les deux premiers albums des Wings) ; et un petit encart inséré dans Venus and Mars annonce déjà la future parution de Tug of War (1982) et de Pipes of Peace (1983). Quid de Back to the Egg (1979) ? Allez comprendre…

Quant à Venus and Mars, ça faisait plus de 20 ans que je ne l’avais pas écouté, et à l’époque je l’avais en vinyle et ne possédais pas un matériel très performant. Même si je l’avais écouté en boucle et que je connais encore par cœur certaines chansons, je me souviens que j’avais été un peu déçu par cet album qui ne me semblait pas ressembler complètement à du McCartney, avec des chansons pas toutes chantées par lui, un son un peu étrange, des mélodies moins inspirées sur certains titres, notamment ceux de la seconde face.

Au-delà de la remasterisation de l’album, la première vertu de cette réédition est de permettre de retrouver l’album dans le commerce, ce qui était devenu très difficile. Et en le réécoutant aujourd’hui, avec du matériel plus adapté, on se rend compte d’abord qu’un très beau travail a été fait sur le son (même si mon point de comparaison n’est pas très faible).

Ensuite, il apparaît qu’il s’agit vraiment d’un superbe album, peut-être moins bon que Band on the Run qui l’avait précédé et qui fut le plus grand succès des Wings. Mais la comparaison est assez vaine car Venus and Mars est très différent.

Le son y est en effet un peu étrange, avec beaucoup de réverbération sur certains titres (notamment ceux de la seconde face), mais cela nous plonge dans un univers spatial qui correspond bien au titre de l’album et à sa couverture sombre (Venus and Mars reprise). Les mélodies y sont marquées par des harmonies inhabituelles chez l’ex-Beatles (Spirits of ancient Egypt, Medicine Jar). Mais il faut bien reconnaître que le disque est truffé de morceaux superbes, comme Love in Song, Letting Go ou évidemment Listen to What the Man Said où l’on retrouve bien le son pop qui fait toute la saveur particulière des compositions de Macca. On redécouvre également un travail très fouillé sur les arrangements et les structures sonores (écouter les riffs fantomatiques qui traversent Spirits of Ancient Egypt, les riffs rugueux et les cuivres de Letting go, les choeurs inquiétant de Venus and Mars reprise, etc.).

L’album est complété d’un disque de bonus qui ne manque pas d’intérêt avec de nombreux morceaux que je ne connaissais pas pour la plupart, certains parus en single à l’époque (Junior’s Farm) éventuellement en face B (My Carnival, Lunch Box/Odd Sox) ou encore tirés d’un show télévisé consacré au Wings (Soily, Baby Face) une version de Rock Show sur des arrangements épurés et la version single de Letting go, légèrement différente de celle de l’album.

Une excellente réédition donc pour découvrir ou redécouvrir cet album des Wings parfois mésestimé.
0Commentaire10 sur 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
50 PREMIERS REVISEURSle 26 octobre 2015
Concerne l'édition 2 CD.

On passe à côté de ce disque et de Macca en général, si on oublie certaines évidences :

- McCartney en solo, n'est plus un Beatles.
Il n'était déjà pas les Beatles à lui tout seul. Dès lors, pourquoi vouloir le comparer à la somme des 4 ?
Oui, tous les disques de McCartney sont logiquement inférieurs à ceux des Beatles : il n'y a plus l'apport des autres, de concurrence, de pression, de parfum nostalgique ou légendaire qui enrobe chaque morceau des Fab Four et noie en partie notre esprit critique.
De plus, pourquoi ramener chacun de ses efforts solo, à cette période, alors même que McCartney voulait justement éviter tout rapprochement avec cette époque révolue et s'efforçait de gommer cette influence dans ses albums.

- il n'a pas bonne presse, surtout en France, mais McCartney n'a pas davantage raté sa reconversion que les autres.
On a tendance à l'oublier, mais à la mort de Lennon, ce dernier avait sorti 11 albums studio, Harrison 8 et McCartney, 10 (je ne dirai rien sur Ringo Starr).
Si on peut s'accorder à dire que "Wild "Life" ou "Red Rose Speedway" du bassiste gaucher ne sont pas de franches réussites, que dire de certains albums de Lennon (les 2 "Unfinished Music", le "Wedding Album" ou "Sometimes In New Yotk" City par exemple) et d'Harrison (Wonderwall Music", "Electronic Sound", "Dark Horse", "Extra Texture"...) ?

- il faut se le mettre dans la tête : McCartney n'est pas un rebelle, ne pleure plus sa maman et ne cherche pas l'illumination. Ses textes sont rarement fouillés et personnels, il a fait le choix de l'optimisme, il ne cache pas son désir d'être le 1er de la classe, il est un travailleur acharné...

Une fois ces évidences rappelées, on peut écouter Venus and Mars, sans préjugés et découvrir une pépite avec cette édition en 2 CD.

Le contenant.
Un boitier carton avec les 2 CD glissés à l'intérieur, chacun dans sa pochette. On les retire facilement par le haut, mais il faudra veiller à ce qu'il n'y ait pas de saletés pour éviter les rayures.
On trouve également un livret de 9 feuillets avec photos et textes.

Le contenu.
1er disque : l'album original de 1975, remasterisé.
Avec la chanson-titre et son prolongement avec "RockShow", on a un début dans la lignée de "Band On The Run", une chanson taillée pour les stades, avec son entrée planante et acoustique qui se poursuit en rock fiévreux avec ce "Rock Show" éructé à destination du Concertgebouw, Madison Square et Hollywood Bowl et citant...Jimmy Page !

On retrouve cette énergie à plusieurs reprises tout au long du disque : le splendide "Letting Go" et ses riffs tendus, "Spirit Of Ancient Egypt", "Medecine Jar" qui montre que McCulloch n'était pas un manchot (dommage qu'il ait aussi utilisé ses bras pour y planter des aiguilles).

Le reste de l'album offre une imparable chanson virevoltante et ensoleillée ("ListenWhat The Man Said" et son sax), une superbe ballade ("Love In Song"), une curiosité rétro ("You gave Me The Answer" qui rappelle le Queen de "Seaside Rendez vous" et bien sûr..."Honey Pie"), une démonstration pop ("Magneto And The Titanium Man"), un magnifique effort de pop soul ("Call Me Back again").
Seules les deux dernières chansons ("Treat Her Gently/Lonely People" et le court instrumental "Crossroads", sont banales.

La production est étincelante et l'habillage de chaque titre est remarquable. Seul regret, comme pour d'autres albums de cette collection, le remastering n'est pas toujours exemplaire de mon point de vue. Ainsi, je trouve la batterie sur "Rock Show" très sous-mixée, volontairement sans doute et les tonalités un peu trop portées sur l'aigu. Ce défaut est surtout sensible sur ce titre d'ailleurs, car le reste est souvent irréprochable.

A la fin du disque on ne peut que s'interroger sur la faible considération dont bénéficie ce disque . Est-ce la variété des styles, l'arrogante facilité, le fait de succéder à "Band On the Run"...qui l'expliquent ?

Le 2ème disque de bonus renferme 50 mn de musique supplémentaire.
"Junior's Farm" est un habitué des compilations et concerts, tandis que "My Carnival/Going To New Orleans" (qu'on croirait sortis des rues du quartier français de la Nouvelle Orléans) et les instrumentaux "Lunch Box/Odd Sox" figuraient sur le CD initial (par contre "Zoo Gang" a disparu -pas une grande perte au demeurant).
Mais il y a aussi de vraies surprises : le country "Sally G" (face B de "Junior's Farm"), deux instrumentaux jazzy "Walking In The Park With Eloïse" (une musique composée par le père de Macca) et "Bridge Over The River Suite", les festifs "Hey Diddle" (qui ressemble à un titre échappé de l'"Album Blanc"), le dépouillé "Let's Love" (une chanson écrite pour Peggy Lee), le rugueux "Soily" qu'on retrouvera sur "Wings Over America" (et qui figure sur le DVD bonus de "Band On The Run", tout comme "Baby Face" et son style issu du Preservation Hall), une ballade anodine, "4th Of July".
Le disque bonus se termine par une version de travail de "Rock Show" (moins sanglante que la définitive), et la version de "Letting Go" sortie en simple.
Au total, des surprises, mais rien de renversant quand même.

Quoi qu'il en soit, la ressortie remixée de "Venus and Mars" dans la Paul McCartney Archive Collection, est l'occasion de rendre justice à ce disque mal aimé.
55 commentaires1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 novembre 2014
un bon disque bien remasterisé et certains titres en bonus sont également à posséder. s'il faut absolument émettre une critique, je dirais qu'on aurait très bien pu mettre le tout sur un seul cd mais bon....
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 novembre 2014
un bon cd des wilngs avec un personnel trés changeant a l époque , de bonnes chansons, la base de la tournée wings over america en dvd , et surtout pour une fois un vrai cd bonus sympa plein de bonnes chansons pas du remplissage comme souvent ,
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 décembre 2015
Comme tout le monde, je pense que le meilleur CD de Mac Cartney est Band on the Run. Normal, c'est l'album le plus connu et le plus coté de cet artiste. Mais quand on découvre un peu plus sa discographie, on se rend compte à quel point son talent est énorme. Cela étant dit, il ne faut pas limiter cet album à Paul, car c'est le fruit d'un travail collectif, et l'apport de Laine et McCulloch est capital.
L'album débute par le magnifique "Venus and Mars", qui possède l'immense défaut d'être trop court .... Puis l'album part dans les tours avec "Rock Show". "Love in song" est une chanson très calme dont Paul a le secret. Je suis un peu moins fan de "You gave me the answer", qui reste une chanson agréable. Le rythme original et entrainant de "Magneto and Titanium" suivi par le très beau "Letting go" nous fait comprendre qu'on écoute un grand disque. Paul comprend alors que le "Venus and Mars" de l'intro était un peu trop court et nous en fait un reprise, toujours aussi belle. On est de nouveau surpris à l'écoute de Spirits of Ancient Egypt" et son refrain original. "Medicine Jar", plus pop et relevé nous fait encore chavirer, tout comme "Call me again" . Dommage que l'album se termine par deux chansons assez neutres ("listen to what the man said" et "Treat her gently").
Si cet album est moins original que Band on the run, il n'y a quasiment rien à jeter et chaque chanson surprend par son rythme, son refrain ou sa construction. Je ne l'ai pas apprécié à la première écoute, mais il m'arrive de penser que c'est peut-être le meilleur de Mac Cartney&Wings.
Cerise sur gâteau : le disque bonus propose plusieurs bons morceaux. "Junior's farm" est un morceau pop/rock très sympa, la très belle mélodie de "Sally G" est à noter (du pur style Mac Cartney), et j'apprécie aussi beaucoup "Hey Diddle". Ma préférée reste "Lunch Box / Odd sox". Enfin, "Walking in the park with Eloïse" et "Bridge on the river suite" sont deux morceaux très agréables.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Mieux fourni que le "Wings at the speed of sound" sorti simultanément, ce coffret offre un cd de raretés audio de 50'. Le dvd est toujours indigent (+/- 25') mais la présentation est luxueuse et le texte fourmille d'infos pour les passionnés. Il aurait bien sûr été intéressant de pouvoir écouter les versions démo de certains morceaux, et le dvd aurait pu proposé des chansons entières des répétitions d'Elstree puisque tout a été filmé à l'époque. Comme toujous pour la série "Archives", paul Mccartney semble faire une sélection drastique de ce qu'il veut proposer au public. Dommage lorsqu'on sait que le prix très élevé de ces coffrets les réserve aux passionnés et que ceux-ci possèdent déjà tellement qu'ils espèrent du vraiment rare et inédit. En espérant voir un jour des éditions officielles du "James Paul McCartney Show" (1973), du Bruce McMouse Show" (1972/73) et de bien d'autres trésors... A noter que le site officiel de Macca propose 3 téléchargements de versions rares ne figurant pas dans le coffret.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 avril 2015
personne ne parle du livre et on comprend pourquoi : imprimé sur un papier mat, presque "buvard", il ne met pas du tout en valeur les photos, les noirs apparaissent gris, le tout est terne, décevant. les pochettes en calque contenant les repros de documents sont ouvertes en haut et en bas ! l'idéal pour qu'ils tombent... et alors que les premiers volumes avaient tous des couvertures recouvertes de tissu, celui ci est noir laqué.
ça casse peut etre la monotonie mais l'ensemble fait un peu disparate.
le fait d'avoir encore glissé les disques dans des encoches en carton est aberrant : parfait pour les rayer.
une simple pochette plastique aurait résolu le probleme...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 décembre 2014
Cet album des wings fait suite à la bombe "band on the run" qui avait tout exploser. Sur vénus and mars McCartney ouvre l'album à ses musiciens qui compose, écrivent et chantent. µLe coffret est de très belle facture et offre de belles photos, des cartes fac similés des titres inédits
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 septembre 2015
comme pour "wings at the speed of sound", ce sont les mêmes bandes et on vous fait resortir les euros, quand au disque bonus, ou on aime ces interprétations ou on aime pas........
vous êtes archi-fan, achetez-le, sinon gardez votre argent c'est une arnaque..........
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

18,05 €
23,00 €