Commencez à lire Verdi sur votre Kindle dans moins d'une minute. Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici Ou commencez à lire dès maintenant avec l'une de nos applications de lecture Kindle gratuites.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

 
 
 

Essai gratuit

Découvrez gratuitement un extrait de ce titre

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible
 

Verdi [Format Kindle]

Albert Bensoussan
1.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)

Prix éditeur - format imprimé : EUR 9,00
Prix Kindle : EUR 8,99 TTC & envoi gratuit via réseau sans fil par Amazon Whispernet
Économisez : EUR 0,01
Le prix Kindle a été fixé par l'éditeur

App de lecture Kindle gratuite Tout le monde peut lire les livres Kindle, même sans un appareil Kindle, grâce à l'appli Kindle GRATUITE pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 8,99  
Broché EUR 9,00  
Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !





Les clients ayant acheté cet article ont également acheté

Cette fonction d'achat continuera à charger les articles. Pour naviguer hors de ce carrousel, veuillez utiliser votre touche de raccourci d'en-tête pour naviguer vers l'en-tête précédente ou suivante.

Descriptions du produit

Extrait

Avant-dire

Verdi, on le porte dans ses fibres, il résonne à vos oreilles, il s'inscrit en votre âme et conscience. Dès mon plus jeune âge, à l'Opéra d'Alger où mon père louait à l'année l'avant-scène du premier balcon, j'étais familier de Gilda, par la voix d'Ida Doneddu, une soprano colorature de chez nous qui animait dans la ville libérée une émission de bel canto sur les ondes de Radio-Alger. Notre voisine d'immeuble, qui chanta en divette sous le nom d'Edmée Angèle, était devenue, en se retirant de la scène, directrice adjointe de l'Opéra, animé par le grand Pierre Portelli, qui avait eu une jolie voix dans son jeune temps, et s'employait à faire venir outre-mer les plus grands chanteurs du moment. Ainsi avait-on pu entendre et applaudir José Luccioni et César Vezzani, les deux plus grands ténors français d'alors, et Mado Robin qui fut, définitivement, notre Lakmé avec son «Air des clochettes» et son incomparable contre-contre ré, ou Renée Doria, autre grande Gilda ; nous avions même vu, en Tosca, cette débutante qui s'appelait encore Maria Meneghini, avant de devenir la Callas, qui fit trembler les murs de notre petite scène lyrique. Et des barytons tels que Valère Blouse, inoubliable Hamlet, d'Ambroise Thomas, ou Louis Noguera, natif d'Alger, qui chanta Rigoletto, avant de devenir professeur au Conservatoire de Paris, vingt-cinq ans durant, cédant bientôt la scène au Constantinois René Bianco qui, dans Aida et Un bal masqué, allait faire les beaux jours de l'Opéra. Lorsqu'on disait «chanteur de l'Opéra», il fallait toujours comprendre l'Opéra de Paris, cette «Grande Boutique» qui tant fascina Giuseppe Verdi, et où avait triomphé l'Algéroise Andrée Esposito qui fut une grande Violetta au palais Garnier, et une Mireille émouvante sur toutes les scènes de France. Dans ces années d'après guerre, l'Opéra chez nous était un lieu d'affluence pour classe moyenne et petit peuple de Bab el-Oued, où il y avait tant d'Italiens d'origine. Et qui fréquentaient l'Opéra ou dans la salle ou sur scène. Ainsi, exerçant deux années durant les fonctions (avec toute leur dignité) de figurant, j'y côtoyais pas moins de trois générations d'artistes italiens réunis sur scène, la famille Delbesio : le grand-père était choriste, ainsi que sa bru, et son fils Angelotti, qui jouait les secondes basses, surgissait dès le lever de rideau de La Tosca - «Ah ! je respire, fut-il terreur pire, je voyais partout la face d'un sbire», ainsi que se chantait alors, en français, l'opéra italien - ; enfin, le petit-fils était mon camarade figurant et, à nous deux, nous campions tout un peloton d'exécution mettant un terme au «dernier matin» de Mario Cavaradossi. Populaire était alors l'opéra, et bruyant, débraillé, comme devait l'être, à coup sûr, la scène lyrique au temps de Verdi, dans ce XIXe siècle turbulent de l'Italie où les grandes villes comptaient de nombreuses lices vocales - pas moins de cinq théâtres lyriques à Milan au milieu du XIXe siècle. Aujourd'hui, un fauteuil à l'Opéra n'est accessible qu'au public bien argenté, capable de débourser des centaines d'euros pour pénétrer à la Scala ou aux arènes de Vérone. Et ne disons rien de Salzbourg. On est évidemment très loin des prix d'autrefois où n'importe quel étudiant pouvait s'offrir un troisième balcon. L'Opéra, de nos jours, est un luxe culturel, un spectacle pour les happy few ; nous le constatons, nous n'y pouvons rien. Mais la gloire de Verdi est intacte et son nom reste populaire chez tous les amateurs d'opéra.

(...)

Revue de presse

Né au sein d’une famille de la petite bourgeoisie campagnarde, Giuseppe Fortunino Francesco Verdi (1813-1901) est considéré comme l’un des compositeurs d’opéra italien les plus influents de son temps...

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 497 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 336 pages
  • Editeur : Editions Gallimard (22 février 2013)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00BJOB8VG
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Non activé
  • Moyenne des commentaires client : 1.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°265.404 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Souhaitez-vous faire modifier les images ?


Commentaires en ligne

5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1.0 étoiles sur 5
1.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 petit prix mais grandes erreurs 31 mai 2013
Par le musicophile parisien VOIX VINE
Format:Broché
J'ai lu avec attention la critique de la revue OPERA MAGAZINE qui comparaissait cet ouvrage avec celui de Patrick Favre-Tissot-Bonvoisin (Giuseppe Verdi).
Certes le prix ici est bien plus attractif mais vu le nombre considérable d'aproximations voir d'erreurs, je recommande plustot le livre illustré paru dans la belle collection "horizons" de bleu nuit éditeur...
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique