EUR 5,70
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amazon rachète votre
article EUR 0,92 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Veronika décide de mourir Broché – 2 avril 2007


Voir les 7 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 5,60 EUR 0,27
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 5,70
EUR 5,60 EUR 1,56

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Veronika décide de mourir + Sur le bord de la rivière Piedra : Je me suis assise et j'ai pleuré + Onze minutes
Prix pour les trois: EUR 17,50

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Amazon.fr

Une après-midi d'hiver, à sa fenêtre, une jeune femme observe la ville. Pour la première fois, son regard est serein. Veronika vient d'avaler quatre boîtes de somnifères. Elle ne veut plus subir l'insupportable monotonie des jours et l'angoisse des nuits. À l'hôpital psychiatrique où elle se réveille, elle apprend que sa mort n'est retardée que d'une semaine. Durant ce sursis, elle fait la connaissance de Zedka, la rêveuse philosophe, de la douce Maria et de son syndrome de panique, et surtout d'Eduard, le schizophrène mélomane, qui écoute la jeune femme des nuits entières lorsqu'elle joue au piano. Peu à peu s'élève en Veronika le désir nouveau de se livrer, "à un homme, à la ville, à la vie".

Paulo Coelho poursuit son pèlerinage auprès des lecteurs, leur apprenant à suivre leur légende personnelle, comme le préconisent les quatre ouvrages qui ont établi sa réputation de "sage des temps modernes" : L'Alchimiste, Sur le bord de la rivière Piedra, Le Pèlerin de Compostelle et le Manuel du guerrier de la lumière. --Laure Anciel --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Revue de presse

Veronika déclare: «je veux rester folle, vivre ma vie comme je la rêve, et non de la manière imposée par les autres». Or, elle n'a jamais eu aucune folie, mis à part son malaise dans le modus vivendi tracé par l'environnement parental, social, moral. Elle s'en rend compte quand, suicidée ratée, on l'enferme.

Elle apprend alors que son coeur malmené par l'excès de calmants qu'elle a avalés pour en finir, va la lâcher d'ici cinq ou six jours. Face à cette mort lente, la peur la saisit. La rage aussi de ne plus posséder assez de temps pour connaître les jouissances particulières que la vie pouvait lui réserver, selon son désir propre. Déclic. Emotions dures mais salvatrices, préférables, en tout cas, à l'inertie qui l'avait gagnée, à l'endormissement définitif qu'elle souhaitait. C'est un hymne à la vie que nous offre ici Paulo Coelho. Lorsque « la conscience de la mort nous incite à vivre davantage ». Et que chaque jour devient « comme un miracle ». --Psychonet.fr -- Psychonet.fr --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.



Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 0,92
Vendez Veronika décide de mourir contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 0,92, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 222 pages
  • Editeur : J'ai lu (2 avril 2007)
  • Collection : J'ai lu Roman
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2290003255
  • ISBN-13: 978-2290003251
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,9 x 1,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (52 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 8.545 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Paulo Coelho est né en 1947 à Rio de Janeiro. Adolescent rebelle dans une famille conservatrice et étudiant contestataire plusieurs fois emprisonné sous un régime dictatorial, il devint parolier d'une des plus grandes stars du rock des années 70 au Brésil, Raul Seixas. L'Alchimiste, paru en 1988 au Brésil, est devenu un best-seller mondial aujourd'hui traduit dans 59 langues et publié dans 150 pays. Il a reçu de nombreux prix internationaux prestigieux et est membre de l'Académie des lettres brésilienne depuis 2002. Derrière l'écrivain, on trouve un homme qui aime lire et voyager, qui apprécie les ordinateurs et Internet, la musique, le football, qui aime se promener et qui pratique le Kyudo - une discipline qui allie la pratique du tir guerrier et l'apprentissage de la méditation.

Photo Arnaud Février © Flammarion

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Maïyânne sur 9 septembre 2006
Format: Poche
J'entendais beaucoup parler de Paulo Coelho, un de ces auteurs à la mode.

Alors j'ai voulu me faire ma propre opinion, et le titre me plaisant, j'ai décidé d'acheter "Véronika décide de mourir".

Je dirai que M. Coelho est loin d'avoir une écriture hors du commun. Il reste très classique, et bizarrement parle de lui à la troisième personne du singulier, à la façon de César, ce qui rend le quelque peu narcissique.

Pourquoi en parler, dans ce cas-là, devez-vous vous demander...

Et bien tout simplement parce que le sujet traité est intéressant. Et qu'il permet une réflexion personnelle sur différents sujets.

Véronika vie en Slovénie. Elle s'ennuie. Sa vie est lisse. Elle décide de se suicider. Et rate. Internée chez les fous, on lui apprend qu'elle n'a plus qu'une semaine à vivre.

Vient alors toute une série de questionnement sur la définition de la folie. Qui est fou? Est-ce utile d'être fou? Le fou est-il le seul à être vraiment libre? Que vaut la vie? Ne fabriquons-nous pas nous-même notre ennui afin de nous préserver de tous les aléas apportés par la vie? La vie ne vaut-elle d'être vécue que lorsque nous assumons nos folies ?

En somme, Paulo Coelho nous montre ici que nous avons tendance à nous gacher la vie pour des 'paraître' qui n'ont pas lieu d'être...

Et ça fait du bien de se l'entendre dire !
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Beatrice sur 15 août 2003
Format: Poche
Dans cette oeuvre d'une grande maturité Paulo Coelho nous décrit une jeune femme qui possède tout sauf l'envie de vivre. Pourtant, le choix de vivre va reprendre le dessus. Par une analyse brillante pour un personnage qu'il aime, Paulo Coelho nous invite à prendre conscience au travers du combat de cette jeune fille que ce choix dépend entièrement de nous-mêmes.
Excellent ouvrage
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par Emmanuel sur 16 avril 2002
Format: Poche
Une étude psychologique passionnante. J'ai bien aimé "l'alchimiste" et "Le démon et Mle Prym" mais "Veronika" reste une de mes préférées car elle parle de vie, de mort et d'amour.
Les messages que nous adresse Paulo Coelho entre les lignes de ses oeuvres, me font rêver aux histoires que nos parents et ancêtres se racontaient au coin du feu jadis.
Chaque lecture est un partage entre l'auteur et le lecteur, plus que pour tout autre roman.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par bluerhap sur 29 août 2002
Format: Poche Achat vérifié
La couverture et le titre du livre ne me faisaient pas envie. Aujourd'hui, je remercie ma femme de m'avoir incité à le lire : il s'agit d'un livre magnifique, et d'un optimisme "moderne". Par ailleurs, la description que fait Coelho des principales maladies mentales est à la fois cohérente et profondément humaine (attention : ceci n'est PAS un traité de psychiatrie !)
Maintenant, je vais en acheter quelques exemplaires sur Amazon pour les offrir à des gens que j'aime.
Merci, ma femme ...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Stephane sur 9 novembre 2002
Format: Poche
Pour moi, sans les comparer, je mets Véronika au même niveau d'intérêt que l'Alchimiste. Le sujet traité "Qu'est ce que la normalité ?" à travers les "folies" est absolument fascinant. On en ressort forcément avec une autre vision des autres et de leurs agissements et on banit de son vocabulaire le mot normal ou fou à propos de quelqu'un. On y préfère certainement celui de standard. L'atmosphère du livre est parfois pesante ... mais nécessaire pour rajouter à la gravité du sujet.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par libellule sur 19 octobre 2010
Format: Broché Achat vérifié
L'intrigue est intéressante, on a envie de savoir la suite mais au fond on la connaît déjà...
Autrement la lecture est facile, l'ouvrage est organisé en chapitres assez courts.
Par ailleurs, l'auteur nous confronte parfois à des questions d'ordre existenciel, et pousse à la réflexion (notamment on peut s'interroger sur la définition de ce qu'est un "fou", ou encore sur la déontologie des médecins).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Alastor78 VOIX VINE sur 17 juin 2008
Format: Broché
Petit livre de 200 pages, Veronika décide de mourrir raconte l'histoire d'une jeune slovaine qui tente de se tuer et se loupe. Elle se retrouve dans un hopital psycatrique avec à peine une dernière semaine à vivre...
ça à l'air gloque dit comme ça non? C'est vrai que le sujet aurait de quoi en déprimer plus d'un mais le but de Coelho c'est l'inverse. Coelho fait partit de ces écrivains qui vous disent "la vie c'est génial." et qu'on a parfois envie de frapper contre un mur pour effacer ce sourire naïf sur leurs visages. Il faut dire qu'il n'y allait pas avec le dos de la cuillière dans "L'alchimiste" où se suivait des dizaines de chapitres plus moralisateurs les uns que les autres. Chaque page était une leçon de vie et si il fallait y chercher un message cacher je penche pour "Coelho a eu une grande frustration dans sa vie: ne pas avoir pu écrire la bible." Car honnêtement entre son guide spirituel et les grands livres religieux il n'y avait pas beaucoup de différence si ce n'est un style un peu plus lourd et moins poétique.

Trêve de plaisanterie et revenons en à Veronika. J'ai eu beau détester l'alchimiste, il faut avouer que mit en situation pratique, le style Coelhien fonctionne bien. Sa soif de vie (et non ça joie) est communicative. Son message est sincère mais aussi plus réaliste et moins moralisateur et pourquoi? Parce qu'il comprend les gens. Il comprend les névroses classiques comme la dépression, il sait ce qu'est l'absence de vie. Un état sans malheur ni bonheur, un état vide et passif où rien ne semble d'avoir d'intérêt.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?