Acheter d'occasion
EUR 17,86
+ EUR 2,99 (livraison)
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Traces de pliures sur la couverture. Ammareal reverse jusqu'à 15% du prix net de ce livre à des organisations caritatives
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Vie et destin Relié – 1984


Voir les 11 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 17,86
Relié
"Veuillez réessayer"
Cartonné
"Veuillez réessayer"
EUR 11,90

nouveautés livres nouveautés livres


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

1



Détails sur le produit

  • Relié: 818 pages
  • Editeur : France-Loisirs (1984)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2724220196
  • ISBN-13: 978-2724220193
  • Dimensions du produit: 22,6 x 16,2 x 5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (28 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 381.234 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

38 internautes sur 41 ont trouvé ce commentaire utile  Par Auvergne le 6 juin 2011
Format: Poche Achat vérifié
On peut ne pas lire Grossman, comme on peut ne pas lire les auteurs de livres-mondes tragiques et politiques comme Voltaire ( Candide, Traité sur la tolérance), Hugo ( Les misérables), Zola ( Germinal, La débâcle), Dostoievski, Gogol, Zweig ,Tolstoï (Guerre et paix) , Proust ( A la recherche du temps perdu), Jünger ( Orages d'acier, Sur les falaises de marbre) , Cholokov ( Le Don paisible), Malraux ( La condition humaine), Pasternak (Le docteur Jivago), Soljenitsyne ( L'archipel du Goulag, La roue rouge), etc.

Grossman parle du stalinisme au quotidien, dans la guerre et dans la destruction générale et de sa convergence avec le Nazisme.
Vie et destin est l'histoire individuelle de l'humanité prise dans la paranoïa meurtrière d'un homme et écrasée par le système que ce despote a suscité sous couvert de Socialisme grâce au nationalisme chauvin.

Grossman montre des vies humaines broyées chacune à leur tour avec la complicité consciente ou aliénée de leurs familiers, de leurs voisins, de leurs collègues et de leurs dirigeants.
La défense d'un destin individuel contre un système pervers et dangereux - démoniaque si lutte éternelle du Bien et de Mal - n'est pas une question d'intelligence, mais de cœur, de volonté et de... chance.
Les victimes du stalinisme ( Trotski même par orgueil et aveuglement) ne comprennent pas toutes qu'elles font partie de l'Ordre fou qui les dévore.

Ceux qui ont compris le stalinisme très tôt et pour toujours sont précisément ses ennemis extérieurs qui se tenaient hors de portée de son étreinte mortelle ou qui ont publié Vie et destin .
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
23 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile  Par clem le 26 octobre 2011
Format: Poche
Ce n'est pas un enième roman sur fond historique qui "se dévore", c'est un livre qu'il faut prendre le temps de lire, de méditer, d'admirer, de relire, pour son intelligence, sa sensibilité, son courage.
Certes, on se perd parfois dans le foisonnement des personnages (on peut partiellement régler ce problème en se reportant en cours de lecture à la préface qui mentionne le nom des principaux), et le nombre de pages peut décourager certains, mais le fait que les chapitres soient assez courts rend ce livre finalement assez facilement lisible, même lorsqu'on dispose de peu de temps pour lire.
... Et puis, de nombreux chapitres (je repense par exemple à la lettre que la mère de Victor lui écrit avant de mourir) sont d'une telle force, d'une telle beauté, qu'ils valent largement l'effort parfois nécessaire pour lire les quelques (rares) autres qui peuvent sembler ennuyeux.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
66 internautes sur 74 ont trouvé ce commentaire utile  Par danielleachach le 10 octobre 2006
Format: Poche
Ce roman ,à travers l'histoire de divers membres d'une famille passe au scanner 5O ans de vie de l'europe.

Roman symphonique à la maniere de Tolstoî il nous plonge dans l'intimité de personnages ,encore plus vrais que nature, et dont le destin reflete toute l'histoire d'une periode marquée par les deux grands crimes jumeaux produits du totalitarisme, Auschwitz et le Goulag

Et c'est aussi à travers le foisonnement des personnages et de l'entrecroisement de leurs destins ,un panorama effrayant du fonctionnement de la dictature stalinienne
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Poignant TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 14 juin 2012
Format: Poche Achat vérifié
Octobre 1942. Ecrasée par les bombardements et les attaques incessantes de l'armée allemande, Stalingrad tient bon. Ses défenseurs s'accrochent à quelques kilomètres carrés de ruines et organisent leur survie dans l'enfer et le chaos.
Pendant ce temps, le vieux bolchevik Mostovskoïe, fait prisonnier, découvre l'enfer des camps de concentration nazis...
Pendant ce temps, le zek Abartchouk, apparatchik victime des purges de 1937, essaie de survivre dans l'enfer du goulag...

Ce roman est exceptionnel, son histoire également. C'est la deuxième partie de « Pour une juste cause », paru en URSS en 1952, qui évoque Stalingrad avec une indispensable prudence pour échapper à la censure.
« Vie et destin », écrit dans les années 50, incarne l'illusion de la liberté d'expression après la mort de Staline et les révélations du XXème congrès. Terminé en 1961, il est saisi par le KGB, transféré clandestinement en occident et finalement publié en 1980.
Vassili Grossman, écrivain officiel, correspondant de guerre couvert d'honneurs, évolue à travers ce roman vers la dissidence et la dénonciation implacable du système soviétique. Il est mort en 1964 sans savoir que son aeuvre lui survivrait...

En 1100 pages, la saga de la famille Chapochnikov devient la dissection comparée de deux monstres totalitaires jumeaux, le nazisme et le stalinisme.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?