undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles15
4,5 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

W ou le souvenir d'enfance est un des sommets de l'oeuvre de Georges Perec. Ce "roman" est constitué de deux récits alternés - et en fait de trois histoires : d'une part, des souvenirs épars de l'enfance de Perec (les images floues de ses parents disparus pendant la guerre, des épisodes alpestres consécutifs à sa fuite en zone libre, quelques souvenirs plus précis des tantes et cousins qui l'ont accueilli), d'autre part, deux histoires purement fictives : celle d'un déserteur qui a usurpé une identité qui le rattrape et, partie la plus considérable du roman, la description des moeurs et coutumes d'une île où le sport est principe supérieur, l'olympisme valeur fondamentale, la compétition entre athlètes règle quotidienne. Une société parfaitement fasciste.
Naturellement, de multiples correspondances sont tissées entre ces trois plans. Si le récit autobiographique touche par sa modestie et sa simplicité (et rappelle un peu Modiano), les récits imaginaires enthousiasment par leur verve, leur burlesque, leur délire (et rappellent un peu Bolano). Le tragique éclaire le comique, la mémoire nourrit l'imagination, l'auteur est un et multiple : W est un chef d'oeuvre.
0Commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2004
Dans ce livre, plusieurs histoires. La biographique, rassemblement des souvenirs de Perec sur ses parents. Et les oniriques, bourrés de symbolisme. La continuité de l'une est rompue par une autre. Une deuxième partie rompt la première.
Se dessine alors une utopie, celle du sport. Une île imaginaire ? Pas vraiment... On s'en rend compte à la fin épouvantable.
Lisez le, c'est SPLENDIDE.
0Commentaire|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2012
Je ne vais pas reprendre la description du contenu, déjà fort bien faite par d'autres commentateurs. Je veux juste écrire qu'il est important de lire ce livre pour ce qu'il laisse dans l'esprit, longtemps après l'avoir refermé. Bien sûr que les trois histoires ne se recoupent pas et qu'elles restent pour certaines sans fin, mais peut importe. L'histoire concernant l'utopie de l'île de W est suffisamment impressionnante (dans le sens premier du terme) pour que sa fin prenne le pas sur les autres car donnant toute sa dimension à l'horreur de ce monde "parfaitement" olympique. Une allégorie coup-de-poing d'un auteur de très grand talent.

A lire, absolument. En quelques pages Perec montre ce que "avoir du talent" signifie.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mai 2010
A la vue de la notoriété du livre et les critiques qui en sont faites, je m'attendais à un ouvrage d'une autre qualité.

Concernant la partie autobiographique de son enfance réelle, elle ne relate que des faits communs d'une vie de personnage né juste avant la Deuxième Guerre Mondiale, ayant traversé celle-ci bon an mal an l'oppression nazie, quoiqu'il en ait été personnellement et physiquement suffisamment éloigné. Son malheur réside dans le fait qu'il soit orphelin et que longtemps il n'ait pas eu de réponse à ses questions. On ressent parfaitement le malaise à la lecture. Seules ses deux principales psychothérapies suivies bien plus tard après son enfance lui permettront de "crever l'abcès". Malgré tout, je n'ai ressenti aucune passion à lire ses épisodes de Vie.

Pour ce qui est de la partie imaginaire, elle est une allégorie relative au fascisme prise à partir d'un principe à sa base ludique, à savoir le sport. La finalité se révèle certes atroce mais c'est bien là le principe instauré à son époque par les nazis, donc rien de bien nouveau. La toute première partie de cet imaginaire avec la mise en scène d'un enfant sourd et muet dont on cherche une cure à son "mal" est intrigante, passionnante d'emblée, mais on est arrêté dans la progression rapidement pour passer à l'allégorie principale. Ce sentiment dissocié entre l'histoire de l'enfant et le "sport-fasciste" est resté frustrant pour moi, j'ai attendu à tort tout le long de ma lecture un lien jamais venu.

Je reste donc assez déçu et ne retire que très peu d'intérêt à cette lecture toutefois écrite d'un style attrayant.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juin 2011
Ce livre n'est pas le genre d'autobiographie qui se lit habituellement, en effet, l'on connait les talents de George Perec, tant au niveau de son maniement de la langue française que pour son imagination à toute épreuve.Ici l'auteur nous fait vivre une double histoire, l'une n'est qu'un vague souvenir de son enfance et l'autre est l'histoire de W, lieu imaginaire de son enfance. Mais avant la fin de la lecture de cette oeuvre, le lecteur va remarquer une certaine corrélation entre ces deux récits, et découvrira les horreurs de l'histoire, non pas celle de Perec mais celle de tous, je vous parle de l'histoire avec un grand H.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 août 2006
George Perec me semble écrire que le souvenir est la porte entre la vie et la mort par laquelle un vivant verrait la résurrection de ses parents décédés et un mort l'effort des vivants pour conquérir l'honneur et le respect. Ecrit avec burlesque pour ne pas mourir de tristesse à l'évocation de ce qui n'est plus et ce qui aurait pu être, ce livre est une part de vie car , en effet, l'écriture fait vivre tout ce qui semblait perdu.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Georges Perec nous livre dans ce roman son autobiographie. Une autobiographie ou se melent la realite et le reve. Ou se melent les souvenirs imprecis et une vision du monde fantasmagorique d'un detail extreme.

Deux recits qui se chevauchent.

Deux recits qui n'ont, a priori, rien a voir.

Deux recits qui ont tout en commun.

C'est effrayant, c'est emouvant, c'est terriblement vrai... On ne peut pas sortir de ce livre indifferent. A lire absolument.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 novembre 2012
Perec m'a toujours intrigué, amusé et parfois fasciné, souvent aussi agacé avec ses obsessions mathématiques et de contraintes littéraires. J'ai lu ce livre avec intérêt, mais en fait surtout les chapitres où il parle de son enfance. L'allégorie sportive d'un monde concentrationnaire et fascisant m'a semblé plutôt indigeste, probablement parce que je déteste viscéralement le "sport" de compétition commercial et médiatique. La minutie bien perecienne avec laquelle il détaille les compétitions et leurs règles (ici) absurdes, voire révoltantes, m'est restée sur l'estomac. Je pense qu'il voulait se soulager de quelque chose qu'il avait sur le coeur, et on comprend de quoi quand on sait ce qu'il est advenu de ses parents. Mais est-ce que cela suffit à faire de la bonne littérature ? Je reste partagé. C'est certes un livre à lire pour comprendre un peu mieux Perec, qui a élevé la maniaquerie obsessionnelle au rang d'un art.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 août 2014
J'ai apprécié cette alternance entre les chapitres consacrés aux (maigres) souvenirs de l'enfance (malheureuse) de George Perec et les chapitres consacrés à l'histoire de W.

Les 2 récits se rejoignent à la fin et constituent une puissante dénonciation des totalitarismes en général et plus particulièrement du nazisme.

Les "..." du milieux transcrivent pudiquement la perte de la mère en camps de concentration (pour les souvenirs d'enfance) et la perte d'identité (pour le récit de W) puisque dans ce dernier on passe de l'histoire de personnages à l'histoire d'une "civilisation" totalitaire où l'individu n'existe plus.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mars 2016
Je relis ce livre. Je me souviens que la lecture de la partie W du livre, ce récit symbolique écrit à l'adolescence, avait été pénible. J'étais malade quand je le lisais, et le récit se confond avec mon propre mal-être à ce moment là. J'ai le souvenir d'un texte très dur, donnant une vision effrayante du monde. Néanmoins, la deuxième lecture n'est pas plus heureuse, et j'ai rapidement abandonné pour ne relire que la partie facile, à savoir "Le souvenir d'enfance", que j'ai d'autant plus appréciée.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,90 €
5,95 €
6,50 €