Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 

White Pony [Bonus, Edition limitée]

Deftones CD
5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)

Voir les offres de ces vendeurs.



Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Deftones

Discographie

Image de l'album de Deftones

Photos

Image de Deftones

Biographie

C'est à Sacramento, petite et provinciale capitale de la Californie, qu'est fondé le groupe Deftones, en 1988. Stephen Carpenter (3/8/1973, guitare) s'associe alors avec des camarades de lycée et de skate-board : Camillo Wong - dit « Chino » (« Chinois », en espagnol, surnom attribué du fait d'origines ... Plus de détails sur la Page Artiste Deftones

Visitez la Page Artiste Deftones
29 albums, 11 photos, discussions, et plus.

Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Détails sur le produit

  • CD (20 juin 2000)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Bonus, Edition limitée
  • Label: Maverick
  • ASIN : B00004TL23
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 223.138 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


 
1. Feiticeira
2. Digital bath
3. Elite
4. Rx queen
5. Street carp
6. Teenager
7. Knife prty
8. Korea
9. Passenger
10. Change in the house of flies
11. Pink maggit
12. The boy s republic

Descriptions du produit

Critique

Leurs deux premiers albums ont valu aux Deftones d’être qualifiés de co-fondateurs (avec Korn) du « néo-metal », en contribuant à en fixer les canons. Après eux, le mouvement – aussi peu uniforme que l’était le grunge – a pris de l’ampleur avec une kyrielle de suiveurs. Il est même devenu, à la fin des années 90, la nouvelle poule aux œufs d’or de l’industrie du rock, un produit si standardisé et balisé que les meilleurs groupes qui y étaient rattachés désavouaient ce « genre » honni.

Avec White Pony, Deftones se positionne clairement à part et au-delà de cette nuée, se renouvelant par l’apport décomplexé de nouvelles influences surprenantes (new wave, electro, trip-hop).   Entre atmosphères inquiètes et décharges de hargne et d’électricité, le groupe réussit le parfait métissage de guitares saturées et d’ambiances éthérées, rappelant la démarche des premiers Smashing Pumpkins. Chino Moreno donne ici la pleine mesure de son talent, modérant la récurrence des hurlements – sauf sur les féroces et brutaux « Elite », dont la voix distordue rappelle étrangement Ministry, et « Korea » – pour jouer plutôt des nuances de sa belle voix, que le mixage met de part en part très en valeur.

L’intégration du DJ/programmateur Frank Delgado (devenu membre officiel du groupe, après avoir déjà contribué – plus légèrement – aux deux précédents albums) est capitale et son rôle très différent de la plupart des DJs de néo-metal. Tandis que la plupart ajoutent de simples scratches, lui instille des sonorités trip-hop et electro d’une façon alors relativement inédite dans le metal, brodant des ambiances fines et oniriques. 

 La diversité des compositions – qui va même jusqu’à inclure un morceau de trip-hop, « Teenager », tout de douceur – rend cet album moins étouffant et lourd que ne l’étaient Adrenaline et Around the Fur.  D’ailleurs, l’approche musicale est ici nettement moins brutale et agressive, et dans un sens moins « metal », beaucoup plus nuancée et « mature ». Le jeu inventif du batteur est d’une grande variété, capable de délicatesse comme de puissance. Le bassiste joue des lignes tour à tour chaude et entraînante, puis ronde et hypnotique comme un doux bourdonnement. Quant à la guitare, elle passe d’un rôle moteur et d’un son incisif, à des sonorités plus « ambiantes », sachant s’effacer – ce qui est assez remarquable pour un groupe de metal. De l’inquiétude à la complainte, de la tension à la colère, le groupe explore toute une palette de sentiments autour des thèmes de la violence, du désir, de la fuite. Un érotisme diffus semble parcourir en fil rouge les paroles plurivoques, riches d’images poétiques, qui couronnent ce disque parfait.

Oscillant entre sensualité caressante, férocité sourde et envols lyriques, Chino Moreno était au sommet de son art de parolier et chanteur, assurant au groupe une unicité forte et affirmée.   De cet album superbe, il n’y a vraiment rien à jeter, de l’attaque à la guitare qui ouvre « Feiticeira » jusqu’à la conclusion (« Pink Maggit ») avec des accords de guitare las accompagnant les battements d’un cœur, peut-être malade ou fatigué. On retiendra surtout le magnifique duo avec Maynard James Keenan (Tool), « Passenger » et le non moins superbe « Digital Bath ».   Avec White Pony, Deftones accède au rang des grands groupes de metal du début des années 2000, au côté de Tool ou Neurosis.  



Mikaël Faujour - Copyright 2014 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
5.0 étoiles sur 5
5.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tous derrière et lui devant 13 novembre 2012
Par M. Cyrille TOP 1000 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:CD
Beaucoup de mots qui paraissent à la fois évidents et utilisés presque quotidiennement me sont souvent incompréhensibles. J'ai beau les connaître et les entendre, je ne sais jamais de quoi il retourne. C'est le cas avec le mot "mode". Pas lorsqu'il est utilisé par les informaticiens et les inexactement assimilés gamers et forumers, je veux parler de la mode qui remplit les relais de gare de magazines photos superficiels et de pop-rock formaté. C'est pourtant simple : la mode impose des goûts et des attitudes à suivre (y compris dans la réflexion personnelle, les idées) sous peine d'être rejeté. Le pire étant que les mêmes représentants d'une mode peuvent se contredire dans un très court laps de temps, voire s'opposer uniquement pour se démarquer et ainsi créer une nouvelle mode.

Je ne vois que deux synonymes possibles : ostracisme et intolérance. Voilà pourquoi je déteste la mode, qui touche tout le monde, à tous les niveaux. C'est une chaîne supplémentaire et totalement acceptée que tous s'infligent. N'y a-t-il rien de plus vicieux ?

A la fin des années 90, la mode du rock était au nouveau métal (autrement nommé neo-metal ou mieux, c'est plus fashion, le nu-metal). De quoi s'agissait-il ? En gros, de musique un peu agressive ayant intégré un look de rastafariens, viré les solos de guitare, et se posant sur des rythmes moins martiaux. Un mélange de hippies et de hardos, essayant, via des types de rebelles passés, d'enfanter un mutant sorti des X-Men qui serait le rebelle des années 2000. L'histoire a prouvé le contraire, et j'en suis fort aise.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit
ARRAY(0xb09cff78)

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?