WomanChild [+digital booklet]
 
Agrandissez cette image
 

WomanChild [+digital booklet]

13 mai 2013

EUR 9,99 (TVA incluse le cas échéant)
  Titre
Durée
Popularité  
1
St. Louis Gal
3:01
2
I Didn't Know What Time It Was
6:07
3
Nobody
3:23
4
WomanChild
6:08
5
Le Front Caché Sur Tes Genoux
5:11
6
Prelude/There's A Lull In My Life
5:14
7
You Bring Out The Savage In Me
5:07
8
Baby Have Pity On Me
3:20
9
John Henry
5:13
10
Jitterbug Waltz
6:51
11
What A Little Moonlight Can Do
8:15
12
Deep Dark Blue
1:55
+
Digital Booklet: WomanChild
-

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Label: Universal Music Division Classics Jazz
  • Copyright: (C) 2013 Mack Avenue Records
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 59:45
  • Genres:
  • ASIN: B00CI276G4
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 9.269 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

4.6 étoiles sur 5
4.6 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 REVELATION 23 juin 2013
Par Riton
Format:CD
Certains racontent vraiment n'importe quoi sur ce site ! D'abord, ce n'est pas le premier album de Cecil McLorin Salvant, mais son deuxième. Bien sûr le premier avait été mal distribué et il est encore bien difficile de le trouver (Cecile disponible sur le site en mp3 seulement). Si le magazine spécialisé a décerné un "choc" ce n'est pas pour rien. On a là une voix singulière, loin de la bouillabaisse actuelle en termes de jazz vocal. La belle a bien sûr des références (Billie Holiday mais surtout Abbey Lincoln). Mieux encore, elle signe là un album complètement maîtrisé, qui ne souffrira pas la redite. Elle a en outre trouvé en Aaron Diehl un formidable pianiste (qui n'en fait pas des tonnes mais se révèle un excellent accompagnateur, donnant de très beaux solos, comme sur "Prelude/There's a Lull in my Life", ce dernier thème étant chanté par Anita O' Day dans Pick Yourself Up). La rythmique est bien huilée (Rodney Whitaker est à la contrebasse et Herlin Riley à la batterie). Ils constituent avec Aaron Diehl un trio d'une rare sophistication. La diction de Cecile est parfaite (elle fera même penser à Carmen McRae dans "There's A Lull in My Life" pour la sensibilité et le côté rauque et fragile, ce sentiment de raconter quelque chose de très personnel). Du très grand art et certainement l'un des albums de l'année 2013 !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Ergal
Format:CD|Achat authentifié par Amazon
Un trajet en voiture, F.I.P. entre deux CD et une voix qui sort tout à coup des enceintes dans la voiture.
Une commande rapide et la galette à disposition. C'est tout du bon, une belle voix, ample.
J'attends la suite avec impatience.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 frissons garantis 11 octobre 2013
Format:Téléchargement MP3|Achat authentifié par Amazon
une grande voix, un talent exceptionnel, un grand moment de jazz, à découvrir de toute urgence et à écouter sans modération !!!
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 De quoi parle-t-on mon cher Trissotin ? 17 août 2013
Par Guérande VOIX VINE
Format:Téléchargement MP3
Le commentaire de "cetalir" me rappelle l'expérience que j'ai vécue il y a quelques années : je faisais écouter à un amateur exclusif de bel canto et de divas (juste afin qu'il ne meure pas idiot) le fabuleux Come Sunday chanté par Mahalia Jackson avec l'orchestre de Duke Ellington... avec une jolie moue de mépris, il m'a alors loué les qualité vocales de Barbara Hendricks qui, elle, avait une technique vocale respectable... Sans doute grande interprète de Schubert, cette dernière, en dépit de ce qu'elle peut raconter sur le gospel dans les églises de son enfance, est au jazz ce que nos gouvernants sont à la rigueur économique : elle ne swingue pas d'un gramme et ses vocalises dans un répertoire jazz confinent au ridicule tant elles sont aux antipodes d'un art qui nécessite un minimum de feeling, de spontanéité et de swing à défaut de la technique parfaite d'une diva... Evaluer le chant et la "performance" de Cecile McLorin que j'ai vue en concert (une expérience bien différente que l'écoute "clinique" d'un cd) à l'aune de son registre vocal et de ses limites dans le grave et l'aigu relève d'un pédantisme qui au moins prouve une chose : certains n'entendent strictement rien au jazz et sans doute "cetalir" critiquera-t-il un disque de Klezmer ou de musique tsigane au seul filtre de ses impératifs techniques "occidentaux" et nous parlera-t-il du vibrato exagéré d'un clarinettiste ou de la justesse douteuse du violoniste... Tant pis pour lui.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique

ARRAY(0xa90026a8)