Wrecking Ball a été ajouté à votre Panier
Version MP3 incluse GRATUITEMENT
Quantité :1

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,19

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Wrecking Ball
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Wrecking Ball


Prix : EUR 28,49 LIVRAISON GRATUITE Détails
Tous les prix incluent la TVA.
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Livré et vendu par Amazon dans un emballage certifié « Déballer sans s'énerver par Amazon ». Emballage cadeau disponible.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
27 neufs à partir de EUR 10,41 2 d'occasion à partir de EUR 28,00
Boutique Vinyle
Retrouvez toute notre sélection de Vinyles au sein de notre boutique Vinyle.

Déballer sans s'énerver par Amazon
Certification « Déballer sans s'énerver par Amazon »
Ce produit est certifié « Déballer sans s'énerver par Amazon ». Le programme « Déballer sans s'énerver par Amazon » vous propose des produits disposant d'un emballage simplifié, facile à retirer sans avoir à s'acharner dessus. N'utilisant que des cartons recyclables faciles à ouvrir et dépourvus de matériaux superflus, les emballages certifiés « Déballer sans s'énerver par Amazon » sont conçus pour être ouverts sans l'aide d'un cutter ou d'un couteau tout en protégeant votre article aussi bien que l'emballage traditionnel.
Voir tous nos produits certifiés « Déballer sans s'énerver ».

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Bruce Springsteen

Discographie

Image de l'album de Bruce Springsteen

Photos

Image de Bruce Springsteen

Biographie

C'est dans la maternité de Long Branch sur la côte Atlantique (à 15 kms au nord d'Asbury Park) que naît Bruce le 23 septembre 1949, premier né d'Adele et Douglas Springsteen, elle d'ascendance italienne, lui irlandaise.

Greetings from Freehold, NJ

A treize ans ses parents lui offrent LA guitare. A 16 ans il rejoint le groupe ... Plus de détails sur la Page Artiste Bruce Springsteen

Visitez la Page Artiste Bruce Springsteen
216 albums, 40 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Wrecking Ball + Magic + Working On A Dream
Prix pour les trois: EUR 44,79

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • Album vinyle (5 mars 2012)
  • Nombre de disques: 3
  • Label: Columbia
  • ASIN : B006ZCWTZG
  • Autres versions : CD  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (55 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 67.085 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Disque : 1
1. We take care of our own
2. Easy money
3. Shackled and drawn
4. Jack of all trades
5. Death to my hometown
6. This depression
Disque : 2
1. Wrecking ball
2. You've got it
3. Rocky ground
4. Land of hope and dreams
5. We are alive
Disque : 3
1. We take care of our own
2. Easy money
3. Shackled and drawn
4. Jack of all trades
5. Death to my hometown
6. This depression
Voir les 11 titres de ce disque

Descriptions du produit

Descriptions du produit

WRECKING BALL

Critique

Garou accompagné par Paul Personne, disque soi-disant humaniste d’un chef d’entreprise qui ne perd jamais de vue les règles élémentaires du marketing : jamais un album de Bruce Springsteen n’a été salué de pareille volée de bois vert, accusé des pires maux de redite, voire de radotage désincarné. On se calme : ce qui suit rappelle que – fan un jour, fan toujours – Wrecking Ball ne doit inquiéter que parce que le Boss a, depuis plusieurs semaines déjà, assuré que sa nouvelle production s’enluminerait de sons électroniques, et autres incursions dans l’univers du rap, ce qui, depuis certaines tentations de Neil Young (l’album Trans), fait dresser les poils sur les bras et partout ailleurs. Voilà un péril objectif, bien davantage que toutes les évocations au vitriol des affres de Wall Street (joke).

On sait que ce dix-septième opus, produit par le chanteur et Ron Aniello, et enregistré en pleine péripéties électorales outre-Atlantique, tente donc de faire du petit bois des banques et autres investisseurs, et porte l’accent sur les oubliés de la croissance (ou les victimes de la crise, c’est selon), galerie de spectres qui ont toujours particulièrement inspiré l’imaginaire américain (on a le droit pour l’occasion de relire Les Raisins de la Colère de John Steinbeck). Mais, nous autres pauvres auditeurs francophones, comment appréhender les treize chansons de Wrecking Ball ? Comme un disque paradoxalement pépère, par exemple, c’est-à-dire surfant sur une certaine tradition de musiques de protestation, et reliant par là-même quelques Pogues effondrés – flûtiaux inclus – sur un débarcadère gris, désolé et déserté, des chœurs gospels dénichant parfois dans la foi une vague raison de continuer à mettre un pied devant l’autre, les chœurs blancs d’une colère qui ne l’est pas moins (« Rocky Ground »), et une tradition africaine assez étrangement revendiquée dans cet univers de cols bleus, prolétaires et enragés. Et même dans les moments les plus calmes du disque, l’Américain évoque ces gens de peu avec une force induite qui ne soulève aucune réserve depuis Nebraska. Blues, rock et gospel sont alors utilisés comme tampons entre un american way of life pour tabloïds en papier glacé et réalité réfrigérée. Certes, à 62 ans, et après une absence de plus de trois années des studios, Springsteen chante le tout dans une inhabituelle retenue dans la voix, balayant d’un revers de manche de chemise à carreaux les effets superfétatoires de synthétiseurs trop prolixes dans la chanson-titre (et on ne dit rien des cuivres échappés d’une scène de Las Vegas), retrouvant à propos les banjos en guirlandes (« We Are Alive »), ou s’arrangeant même avec quelques fautes de goût, comme l’envahissant effet d’écho de « We Take Care Of Our Own » en ouverture, ou le shuntage éhonté de plusieurs titres. Pour le reste, on saluera l’audace de l’artiste, la constance de ses convictions, et un cœur battant gros comme ça. Et on écrasera sans déchoir une larme à l’hommage réservé au frère éternel, le saxophoniste Clarence Clemons disparu en 2011, dans une déchirante et bien troussée épitaphe (too fuckin’ big to die).

Des effets modernistes qui conviennent au Boss comme une brosse à dents à un gallinacé, des compositions qui ne figureront qu’à grand-peine au panthéon des très riches chansons de Springsteen, et une voix en-deçà de nos souvenirs émus : pourquoi alors ne pas rejoindre la cohorte qui, en peloton militaire, fusille consciencieusement l’opus ? Sans doute parce que l’intuition est vive que certaines de ces chansons pourraient devenir de ces hymnes dont nous aurons besoin ces temps-ci. Et puis, tout simplement, car la musique rock ne se résume jamais à des éléments objectifs, et parce que nous ne frissonnons jamais autant que car nous avons beaucoup frissonné. Springsteen nous a accompagné toutes ces années, et nous continuons à cheminer en sa compagnie. Simplement, ici, la marche s’est faite plus tranquille.

Christian Larrède - Copyright 2015 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jean-philippe Duzer le 5 mars 2012
Format: CD
Après 2 écoutes pas de doutes le Boss est de retour et il a des choses à dire. Un bel album qui visite un peu toute la musique américaine et une incursion rap plutôt réussie (l'influence de ses enfants?). Un album taillé pour la scène, avec un E street band ménagé mais que l'on retrouvera avec joie pendant la tournée. Le Boss se renouvelle et ne vit pas sur son fond de commerce, respect.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
55 internautes sur 60 ont trouvé ce commentaire utile  Par elvisisalive TOP 1000 COMMENTATEURS le 5 mars 2012
Format: CD
Trois années se sont (déjà) écoulées depuis la sortie du dernier Springsteen, Working On A Dream. Et le rêve s'est quelque peu brisé pour les fans du Boss puisque l'année dernière, l'indestructible Big Man, le pote de toujours, s'en est allé, laissant le E-Street Band orphelin de son légendaire saxophoniste.

Après Danny décédé en 2008, on peut dire que ça sent de plus en plus le sapin au sein du E-Street Band... accrochez-vous Max, Steve, Gary, Nils, Roy...

Est-ce justement pour les ménager, ou alors est-ce pour marquer une nouvelle rupture, le passage à une nouvelle ère, que Springsteen n'a pas convoqué son groupe historique pour enregistrer ce nouvel opus ? Car oui, Wrecking Ball est l'oeuvre d'un Springsteen sans le E-Street Band, accompagné par une flopée de nouveaux musiciens, dont certains de renommée tels le batteur Matt Chamberlain ou Tom Morello sur 2 titres. Il y a aussi des cordes, des cuivres et un choeur gospel... plus de 50 musiciens et chanteurs au total... Sans compter que le patron est lui-même crédité sur pas moins de 7 instruments en plus du chant...

Mais à vrai dire, le E-Street Band est quand même présent, mais en ordre dispersé sur les 13 titres que compte l'album (11 + 2 bonus tracks). Max, Steven, Patti, Soozie font en effet quelques apparitions et il y a même le sax de Clarence qui résonne sur 2 titres comme un chant du cygne...

Côté musique, on est en terrain connu, comme souvent avec le Boss et c'est aussi pour ça qu'on l'aime.
Lire la suite ›
23 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile  Par philb TOP 500 COMMENTATEURS le 6 mars 2012
Format: CD
C'est sans grand enthousiasme que j'ai posé sur ma platine le nouveau Springsteen, après deux albums studio plutôt décevants ("Magic" en 2007 et "Working on a dream" en 2009), bouillie musicale d'où émergeaient deux ou trois bons titres... Et là, quelle claque! Quelque chose a changé au pays du boss. Peut-être le changement de producteur fut-il salvateur? (Bruce a remplacé Brendan O'Brien par Ron Aniello). Toujours est-il que les 11 nouveaux titres (plus deux bonus) sont habillés avec raffinement (folk, gospel, avec un soupçon d'électro, et blues rock avec un son de guitare moins saturé et une batterie moins proche d'un marteau piqueur que sur les albums précédents). Les chansons en sortent grandies, et certaines tutoient même les sommets: "Jack of all trades", bouleversante ballade, n'a rien à envier au "Blind Willie Mc Tell" de Dylan. Avec "Death to my hometown", c'est un gospel saisissant qui n'est pas sans nous rappeler l'humeur des derniers Johnny Cash. "We are alive","Shackled and drawn" et "American land" nous rappellent l'atmosphère folk des "Seeger sessions", le fabuleux album de reprises de 2006. "Swallowed up" nous replonge dans les atmosphères intimistes de "Ghost of Tom Joad", le chef-d'oeuvre de 1995. "You've got it" et "Easy Money" sont des ballades rock plus conventionnelles, mais magnifiquement produites. Bien sûr, les hymnes springsteeniens qui prendront leur pleine mesure en concert sont présents avec "We take care of our own" (chanson d'ouverture) ou "Wrecking ball", deux morceaux plutôt offensifs (sans être assommants) où Springsteen s'émeut du marasme économique dans lequel sombre son pays.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Amazon Customer le 7 mars 2012
Format: CD
J'ai découvert Bruce Springsteen avec "The River" en 1981 alors que j'avais 15 ans et ce jour là le monde a changé pour moi. J'ai toujours été passionné par la musique mais en découvrant cet artiste hors du commun j'ai gagné des moments de bonheur. Il m'a accompagné dans les moments difficiles et dans les moments heureux, le fin mot de sa musique est l'émotion.

Après "Working on a dream", que j'ai apprécié, j'avais un peu peur que Springsteen ne poursuive sa route avec Brendan O'Brien comme producteur. Non que les disques sortis avec lui m'aient déplus mais j'avais l'impression qu'il n'avait plus rien à apporter à sa musique. Aujourd'hui, j'écoute pour la 5ème fois son nouvel album "Wrecking Ball" et je suis plus qu'agréablement surpris. Ce n'est plus le Springsteen de "Darkness" ou "Born to run", c'est le Springsteen de 2012, un homme intègre et passionné qui est toujours capable de créer des mélodies et des textes hors du commun...

On tient ici un album magnifique et poignant. A découvrir d'urgence.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?