undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Xiao Ou Vol.2 a été ajouté à votre Panier
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par livrelivre2
État: D'occasion: Comme neuf
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Xiao Ou Vol.2 Relié – 2 juin 2011


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 18,00
EUR 10,00 EUR 2,80

Boutique BD Boutique BD


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Mon vrai nom est Song Wei, mais j'ai choisi de m'appeler Mai Zi, qui signifie «blé» en chinois. Je me déplace souvent en train pour aller de ville en ville. En traversant de grands champs de blé dont les épis blonds ondulaient sous les rayons du soleil couchant, j'ai eu envie de prendre le nom qui évoquait pour moi ces océans dorés.

Mon attrait pour le dessin s'est révélé le jour où des collègues de mon père peignaient des planches de bois. L'ensemble formait une composition colorée, riche de variations, que j'ai trouvée très jolie. Depuis lors, j'ai souvent dessiné pour occuper mon temps libre de jeune enfant. A l'instigation de ma famille, après avoir gagné quelques petits prix, je suis entré dans un conservatoire de musique pour devenir instrumentiste. Malheureusement, je me suis fracturé la main la veille de l'examen et, après des années d'efforts et d'études, j'ai dû abandonner le projet de devenir musicien professionnel. C'est peut-être ce que je désirais inconsciemment, car j'ai repris le dessin.

Au lycée, j'ai commencé à dessiner des manhuas, art qui combine la peinture, le design, la littérature et le cinéma. Ce moyen d'expression, en dépit d'une certaine difficulté qui le rendait encore plus attrayant, me permettait d'être heureux et libre.

A la fac, j'ai fait beaucoup de petits jobs et de stages. Le manhua me permettait de m'évader et d'exprimer mes émotions. Je gardais toujours dans ma poche un petit cahier que je sortais dès que j'avais une idée ou une envie de dessiner.

Après mes études universitaires, j'ai travaillé pour des sociétés nationales et internationales de jeux vidéo. J'y ai occupé des fonctions plutôt valorisantes et j'ai participé à plusieurs projets de création de qualité. Dans la journée, il s'agissait d'un travail d'équipe où chacun oeuvrait pour le projet collectif. Le soir, en revanche, j'écrivais mes propres histoires, ce qui nécessitait des connaissances diverses dans de nombreux domaines et représentait pour moi un véritable défi. J'avançais ainsi en menant mes deux activités en parallèle.

La difficulté de concilier mes obligations professionnelles et mes projets personnels était comme un seau d'eau posé sur ma tête. Mais si, par malheur, je l'avais renversé, il n'aurait pas pour autant éteint ma passion pour les manhuas. Je continuais donc à dessiner Et voilà comment je suis arrivé là où je suis.

Le chemin de la vie est parsemé d'innombrables petits points. Chacun d'entre eux correspond à une personne qui, telle un miroir, nous permet de nous éclairer mutuellement et de partager nos expériences.

Dans une longue vie, avançons en chantant.

Revue de presse

Xiao Ou sait désormais que les richissimes parents de son meilleur ami le soupçonnent d'être leur fils biologique. Bien entendu, il n'est pas question de dire quoi que ce soit à notre héros ou à Wang Zhen pour le moment, pas avant que le test d’ADN en cours ne donne des résultats probants tout du moins. Le problème, c'est que Wang Zhen a beaucoup de mal à supporter cette soudaine attention qui se porte autour de Xiao Ou et il semble bien décidé à tout mettre en œuvre pour que celui-ci se fasse mal voir de ceux qui sont peut-être ses véritables géniteurs.

Ce deuxième volume nous laissera donc durant un bon moment dans l'inconnu quant aux réelles origines de Xiao Ou pour se concentrer davantage sur les bouleversements de son quotidien. De manière générale, Mai Zi mène une nouvelle fois de belle manière son récit. On regrettera juste quelques choix plus discutables comme le passage du vol de la moto de Wang Zhen que l'on voit arriver bien avant le moment fatidique et qui n'apporte franchement pas grand chose de pertinent et d'intéressant à l'ensemble. Au contraire, cela semble quelque peu manquer d'imagination et de finesse. Pour le reste, la série conserve un ton assez grave comme on aura par exemple l'occasion de le constater lors de la confrontation entre Xiao Ou et sa mère en début de tome. Ceci dit, le problème du manhua reste le même que précédemment, quoi que ce soit un petit moins gênant que dans le premier opus. On a, en effet, toujours autant de mal à éprouver quelque chose pour le personnage central de l'histoire. Ce dernier semble, à vrai dire, presque robotisé tant ses faits et gestes ont tendance à manquer de naturel. Néanmoins, certaines scènes tendent à nous faire changer d'avis sur cette dernière constatation et c'est tant mieux.

Et, en réalité, si les défauts du titre reste les mêmes, le constat est identique pour ses qualités ou, plutôt, sa principale qualité. Il s'agit bien évidemment de la patte graphique de Mai Zi qui est, une fois encore, un véritable régal pour les yeux mais qui permet aussi, à l'instar du tome précédent, de savoir où se situent les protagonistes sur le plan émotionnel. A ce niveau là, on a droit à un travail d’orfèvre comme on en voit rarement. Cela dit, au delà de ça, certaines planches s'imposent pratiquement d'elles-même comme de véritables œuvres d'art. C'est le cas par exemple en toute fin de tome lorsque Xiao Ou et sa copine se retrouve dans le champ de tournesol. Véritable symphonie de couleurs et de chaleur que voila !

Ce deuxième volume s'inscrit donc dans la continuité du premier tout en améliorant quelque peu les choses. La toile de fond entamée est laissée en suspens durant un certain nombre de pages mais se retrouve malgré tout à l'avant plan afin de nous rappeler sa présence avant de conclure la lecture. Le troisième et dernier tome devrait donc pouvoir nous fournir les réponses à nos interrogations et nous offrir une fois encore quelques superbes colorisations. Au final, c'est d'ailleurs peut-être cela qu'on attend avec le plus d'impatience.


Shaedhen

(Critique de www.manga-news.com)



Détails sur le produit

  • Relié: 128 pages
  • Editeur : Kana (2 juin 2011)
  • Collection : Made in...
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2505011141
  • ISBN-13: 978-2505011149
  • Dimensions du produit: 17 x 24 cm
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.015.085 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?