Commencez à lire Yellow birds:Traduit de l'anglais sur votre Kindle dans moins d'une minute. Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici Ou commencez à lire dès maintenant avec l'une de nos applications de lecture Kindle gratuites.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

 
 
 

Essai gratuit

Découvrez gratuitement un extrait de ce titre

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Tout le monde peut lire les livres Kindle, même sans un appareil Kindle, grâce à l'appli Kindle GRATUITE pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.
Yellow birds:Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson
 
Agrandissez cette image
 

Yellow birds:Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson [Format Kindle]

Kevin Powers
4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (24 commentaires client)

Prix Kindle : EUR 13,99 TTC & envoi gratuit via réseau sans fil par Amazon Whispernet

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 13,99  
Broché EUR 19,00  
Poche EUR 6,60  

Auteurs, publiez directement sur Kindle !

KDP
Via notre service de Publication Directe sur Kindle, publiez vous-même vos livres dans la boutique Kindle d'Amazon. C'est rapide, simple et totalement gratuit.
Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !





Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

La guerre essaya de nous tuer durant le printemps. L'herbe verdissait les plaines de Ninawa, le temps s'adoucissait, et nous patrouillions à travers les collines qui s'étendaient autour des villes. Nous parcourions les herbes hautes avec une confiance fabriquée de toutes pièces, nous frayant, tels des pionniers, un chemin dans la végétation balayée par le vent. Pendant notre sommeil, la guerre frottait ses milliers de côtes par terre en prière. Lorsque nous poursuivions notre route malgré l'épuisement, elle gardait ses yeux blancs ouverts dans l'obscurité. Nous mangions, et la guerre jeûnait, se nourrissant de ses propres privations. Elle faisait l'amour, donnait naissance, et se propageait par le feu.
Puis, durant l'été, elle essaya encore de nous tuer tandis que la chaleur blanchissait les plaines et que le soleil burinait notre peau. Elle faisait fuir ses citoyens qui se réfugiaient dans les recoins sombres des immeubles couleur de craie, et jetait une ombre blême sur tout, tel un voile sur nos yeux. Jour après jour, elle tentait de nous supprimer, en vain. Non pas que notre sécurité fut prévue. Nous n'étions pas destinés à survivre. En vérité, nous n'avions pas de destin. La guerre prendrait ce qu'elle pourrait. Elle était patiente. Elle n'avait que faire des objectifs, des frontières. Elle se fichait de savoir si vous étiez aimé ou non. La guerre s'introduisit dans mes rêves cet été-là, et me révéla son seul et unique but : continuer, tout simplement continuer. Et je savais qu'elle irait jusqu'au bout.
Quand septembre arriva, la guerre avait décimé des milliers de personnes. Les corps jonchaient ici et là les avenues criblées d'impacts, étaient dissimulés dans les ruelles, et entassés dans les creux des collines aux abords des villes, les visages boursouflés et verts, allergiques à présent à la vie. La guerre avait fait de son mieux pour tous nous éliminer : hommes, femmes, enfants. Mais elle n'avait réussi à tuer qu'un peu moins d'un millier de soldats comme moi et Murph. Au début de ce qui était censé être l'automne, ces chiffres signifiaient encore quelque chose pour nous. Murph et moi étions d'accord. Nous refusions d'être le millième mort. Si nous mourions plus tard, eh bien soit. Mais que ce chiffre fatidique s'inscrive dans la vie de quelqu'un d'autre.
Nous ne remarquâmes presque aucun changement en septembre. Mais je sais à présent que tout ce qui allait compter dans ma vie s'amorça alors. Peut-être la lumière descendait-elle un peu plus doucement sur Al Tafar, car elle se perdait au-delà des silhouettes fines des toits et dans la pénombre des renfoncements sur les boulevards. Elle inondait les briques de terre et les toitures en tôle ondulée ou en béton des bâtiments blancs et ocres. Le ciel était vaste et grêlé de nuages. Un vent frais nous parvenait des lointaines collines à travers lesquelles nous avions patrouillé toute l'année. Il soufflait sur les minarets qui s'élevaient au-dessus de la citadelle, s'engouffrait dans les ruelles en agitant les auvents verts, et poursuivait son chemin jusqu'aux champs en friche qui encerclaient la ville, pour finir par se briser contre les demeures hérissées de fusils dans lesquelles nous étions disséminés. Les membres de notre unité se déplaçaient sur le toit terrasse où nous étions en position - traînées grises dans les lueurs qui précédaient l'aube. C'était la fin de l'été, un dimanche me semble-il. Nous attendions.

Revue de presse

Celui qui raconte est le soldat Bartle, de quatre ans plus jeune que l'auteur. Il rappelle Hemingway, du temps qu'il était ambulancier en Italie. Il voit les détails. Il les réfléchit. Sa perception de l'atmosphère est sensuelle. Mais il est plus naïf et désorienté. Rien, dans les raisons de cette guerre, ne peut éclairer l'horreur et l'opacité qu'elle répand...
Yellow Birds vient d'un chant militaire populaire, qu'il a chanté. Les oiseaux sur lesquels on tire, dans la guerre, survivent en soi comme des signes de vie, de beauté. Les trois personnages principaux - le soldat Bartle, le soldat Murphy, son ami, le sergent Sterling, leur chef - n'ont pas de lien direct, dit l'auteur, «avec les hommes que j'ai connus». La remémoration de Bartle est faite d'incompréhension, de culpabilité, d'effroi, d'extase devant les paysages, les lumières, le Tigre, mais aussi d'un secret. Ce secret fait dire au sergent Sterling : «On sait ce qui s'est passé. C'est tout ce qui nous reste.»...
C'est l'expérience intérieure d'un homme qui s'est battu et qui ne sait ni comment se souvenir, ni comment oublier. (Philippe Lançon - Libération du 21 février 2013 )

Le romancier américain Kevin Powers, né à Richmond, en Virginie, en 1980, s'est enrôlé dans l'armée des États-Unis à 17 ans et a combattu en Irak en 2004 et 2005. Yellow Birds est un premier roman encensé par la critique américaine et considéré d'ores et déjà comme un classique. Une oeuvre intérieure sur les ravages et les hasards de la guerre. Le destin n'existe pas. On peut juste remâcher à l'infini l'absurdité des choses. Et alors, ce goût dans la bouche, qui reste...
L'auteur raconte les états psychiques et physiques des soldats. La peur au ventre est constante. Tout explose autour d'eux et en eux. La mort devient ordinaire et la vie devient extraordinaire. (Marie-Laure Delorme - Le Journal du Dimanche du 24 février 2013 )

La guerre est ailleurs. Elle ne se limite pas à l'invasion américaine de 2003, ni aux huit années de bourbier qui s'ensuivent. Elle est une force immémoriale, un mouvement météorologique récurrent, une bête biblique qui dévore les hommes - entre Tigre et Euphrate comme partout. Quand on croit lui échapper, elle se niche sous un crâne. La guerre rentre au pays avec le soldat, transforme tout ce qu'il voit, modifie tout ce qu'il ressent. La très grande beauté de ce premier roman tient à son lyrisme et à son inactualité : la guerre est en John Bartle, le narrateur, qu'elle ravage comme une maladie...
Yellow Birds ne dit pas une guerre qui sent la poudre et le sang. Ni la terre qui tremble quand le canon tonne. Il raconte la guerre des poitrines creuses, des coeurs mangés, des yeux qui ne voient plus. On entend le bruit des os qui s'entrechoquent, on scrute les abîmes de l'âme - rien, toujours rien. Yellow Birds est un hymne vertigineux aux morts-vivants. L'oraison de ceux qui rentrent. (Nils C. Ahl - Le Monde du 28 février 2013 )

Ce beau roman de Kevin Powers (né en 1980) s'intègre brillamment dans la longue série des romans américains sur le retour de guerre. Sobre et implacable, il dit la violence et le désespoir d'un vétéran qui cherchera longtemps celui qu'il était avant les combats. (Gilles Heuré - Télérama du 13 mars 2013 )

Une première phrase a parfois le pouvoir de donner le sentiment, mystérieux, que le livre qu'on vient d'ouvrir comptera. Pour son lecteur anonyme, elle porte la promesse qu'il ne sera plus le même après l'avoir fini et, pour les critiques, l'excitation de tenir, peut-être, un nouveau grand de la littérature, dont on suivra la trajectoire. Celle de Yellow Birds, «La guerre essaya de nous tuer durant le printemps», offre ce genre de promesse. Et ce premier roman la tient, au-delà des espérances. Récit fulgurant d'une histoire simple - deux jeunes soldats se lient d'amitié, partent en guerre, l'un rentrera au pays, l'autre non -, connue dès les toutes premières pages, ce livre ne ménage pas d'artificiel suspense. Il a la pureté d'une tragédie grecque, doublée d'un réalisme hallucinant qui donne à voir le conflit irakien avec une précision qu'aucun reportage n'est jamais parvenu à atteindre. (Nathalie Lacube - La Croix du 13 mars 2013 )

Entre roman et reportage, une description implacable des ravages intimes de la guerre chez un jeune soldat talonné à chaque instant par la mort, alors qu'il n'est pas encore tout à fait un homme. (André Clavel - L'Express, mars 2013 )

De son expérience, il a tiré un premier roman puissant, brutal et poétique. À chaque guerre ses grands livres. Celle du Vietnam a donné des textes aussi forts que Si je meurs au combat de Tim O'Brien. Yellow Birds, premier roman de l'Américain Kevin Powers, 32 ans, en est l'équivalent pour la guerre d'Irak. Un livre violent et lyrique aux phrases saturées de sable, de sang et de poussière, pages suffocantes qui prennent à la gorge et ne laissent aucun répit. On suit deux jeunes soldats, Murph et Bartle, dans le désert d'Al Tafar en 2004. Murph va y laisser sa peau. Bartle, lui, rentrera aux États-Unis, hanté par un sentiment de culpabilité, incapable de renouer avec sa vie d'avant. Le livre opère des va-et-vient entre le présent chaotique de Bartle et son récit des combats. Une structure éclatée, à l'image de la conscience du narrateur, qui tente désespérément de recoller les morceaux pour donner du sens à ce qu'il a vécu. (Elisabeth Philippe - Les Inrocks, mars 2013 )

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 396 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 264 pages
  • Editeur : Stock (13 février 2013)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00BC032Y8
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (24 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°11.570 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Souhaitez-vous faire modifier les images ?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

Commentaires client les plus utiles
11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Les militaires en êtres humains : ça change non? 14 avril 2013
Par Dr King TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Broché
Voici l'histoire de Bartle (21 ans), et de son frère d'armes Murph (18 ans), alliés dans le quotidien très difficile que représente la vie en territoire ennemi. Après le film Jarhead, voici son équivalent littéraire avec "Yellow birds". En effet, nous sommes très loin du récit bourré d'adrénaline, d'action et de dynamite beaucoup plus présents quand l'Amérique tente de traiter du sujet des conflits armés.
Dans ce magnifique et émouvant roman, l'auteur démontre tout au contraire que la violence d'une guerre se trouve autant dans les émotions psychologiques des militaires que sur le théâtre des affrontements : les doutes, la peur, l'incompréhension, la mélancolie, le mal du pays et de sa famille/ses amis sont le cocktail malheureux que chaque combattant ressent lorsqu'il est dépêché dans un pays ennemi et souvent inconnu.
On retrouve un peu les tares de l'Amérique lors de la guerre du Vietnam dans cette version irakienne : on fait partir au combat les plus jeunes, on les endoctrine, on les pousse à faire ce à quoi ils ne sont pas préparés (physiquement et psychologiquement), on leur promet monts et merveilles à leur retour (papiers officiels pour les étrangers, études payées pour les autres...) sans leur préciser que retour, il n'y en aura peut-être pas.
De plus, à travers ce roman on arrive à mieux comprendre (sans toutefois accepter) les faits et gestes totalement consternants et incompréhensibles pour les civils que nous sommes(tortures et humiliations j'entends) , des combattants de chaque camp sur les partisans du camp opposé.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pauvres moineaux 10 juin 2013
Par foxie TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Broché
Un moineau jaune/ au bec jaune/ s’est penché/ sur ma fenêtre/ j’lui ai donné/ une miette de pain/et j’l’ai éclaté/ c’putain d’serin… (Chant traditionnel de l’armée américaine)
Bartle,21 ans, revient de guerre, mais la guerre lui colle aux semelles, lui colle à la peau, lui pourrit l’âme au plus profond. Murph était son copain, son frère. Il avait promis à sa mère de le lui ramener vivant. Ils partaient en Irak, non pas la fleur au fusil, non .Ils s’étaient engagés pensant que la grande armée de leur pays les protègerait, prendrait toutes les bonnes décisions à leur place.
Ils débarquent. La guerre est là, la guerre et sa réalité. « Pendant notre sommeil la guerre frottait ses millions de côtes par terre, en prière. [….] Elle gardait les yeux blancs ouverts dans l’obscurité. Nous mangions et la guerre jeûnait, se nourrissant de ses propres privations. Elle faisait l’amour, donnait naissance, et se propageait par le feu. »
La guerre : la poussière, la cendre, les cadavres puants. La guerre : l’épuisement des corps et des âmes, la peur… terrible…la peur ! Murph est mort. N’en pouvant plus, il est parti, nu au milieu des ruines. Ses copains ont retrouvé son corps atrocement mutilé au pied d’un minaret. Bart n’a pu le protéger ni de l’ennemi, ni de lui-même.
Powers rend compte ici, de la « beauté triste » de la guerre, opposant la poétique du texte à l’obsénité apocalyptique des combats. Chantez Yellow Birds !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La part sombre de l'Amérique 26 mars 2013
Par Fabrice
Format:Broché
Les américains n'ont pas vraiment choisi les bonnes guerres dans l'émoi et la fureur causés par la 11 septembre et y ont envoyé au casse-pipe de jeunes hommes à peine sortis de leur adolescence et encore moins de leur Amérique profonde. L' effort introspectif d'auto-analyse et d'autocritique auquel excellent les américains est en marche et nous a valu déjà quelques films (Kathryn Bigelow). La littérature s'empare maintenant de ces épisodes guerriers qui vont rester à la fois comme des traumas sur la conscience américaine et des tâches sur l'image que nous nous faisons des Etats-Unis.

Ce court livre -sinon autobiographique, du moins inspiré par l'expérience de ce 'vétéran' de la guerre d'Irak - nous fait marcher dans les pas d'un jeune soldat plongé dans la violence sordide de la guérilla urbaine en Irak, puis confronté à l'impossible réintégration dans le cours normal de la vie, à son retour aux US.

Livre sur la déchéance -déchéance de la part humaine en soi quand on est exposé à l'ultra-violence et qu'on en est à la fois l'auteur et le témoin et la victime- et sur la façon dont l'épreuve de la guerre vous change irrémédiablement au point que revenir chez soi c'est revenir en terre étrangère.

Sans doute rien de complètement nouveau en matière de livre de guerre mais la sobriété du ton, le désespoir poisseux qui transpire tout au long du récit, la poésie macabre qui l'habite par moment, le sentiment d'authenticité qui s'en dégage, rendent ce premier roman terriblement prenant et efficace.
.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
4.0 étoiles sur 5 Aussi fort que les fragements d'Antonin
Pour ceux qui s'interrogent sur la guerre pour ce qu'elle est pour le soldat, loin des héroïsations complaisantes et patriotardes, au XX siècle comme au XXIe... Lire la suite
Publié il y a 4 jours par vincent bouvier d'yvoire
4.0 étoiles sur 5 Roman court et saisissant sur la guerre en Irak et le retour au pays
"Yellow birds" de Kevin Powers

Guerre d'Irak, présence américaine qui suit la chute de S. Hussein. Lire la suite
Publié il y a 7 jours par VLV
5.0 étoiles sur 5 Superbe
Superbe description de ce que la guerre fait aux soldats.
Un film est apparement en préparation, j'attend avec impatience cette adaptation.
Publié il y a 1 mois par Liv
4.0 étoiles sur 5 Commentaires du lecteur à qui le livre à...
Livre non lu car commandé pour offrir mais déjà en possession du destinataire.
Apprécié par celui qui l'avait déjà lu:... Lire la suite
Publié il y a 3 mois par guillou
2.0 étoiles sur 5 déçue par cette atmosphère trop américaine et un...
J'ai trouvé ce roman confus et très inégal. Certains passages sont chargés d'émotions et très agréables, on y rencontre des soldats... Lire la suite
Publié il y a 7 mois par kachémax
2.0 étoiles sur 5 Livre moyen
J'ai été un peu déçu par ce livre. Je l'ai acheté de retour d'une opération. Lire la suite
Publié il y a 10 mois par DOURTE Olivier
4.0 étoiles sur 5 250 pages inside
Tout comme l'auteur Kevin Powers, Bartle, 21 ans, engagé volontaire dans l'Armée américaine, est parti en Irak et en est revenu. Lire la suite
Publié il y a 11 mois par Jay
5.0 étoiles sur 5 La guerre essaya de nous tuer durant le printemps
Le narrateur, Bartle est un vétéran de la seconde guerre du Golfe. A 21 ans, il est parti combattre à Tal Afar en Irak. Lire la suite
Publié il y a 11 mois par D. Remi
5.0 étoiles sur 5 A lire absolument
L'écriture de Kevin Powers est simplement parfaite, ce qui rend ce livre unique. Seul petit bémol, les flash-backs qui parfois peuvent être difficiles à... Lire la suite
Publié il y a 11 mois par msvg
4.0 étoiles sur 5 Magnifique roman de guerre
Dans la lignee d "A l Ouest rien de nouveau" de Erich Maria Remarque, ou de "la chute du faucon noir" de Ridley Scott, l auteur vous fait vivre les etats d ame d un soldat que la... Lire la suite
Publié il y a 12 mois par Ju
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique