Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

 
 
 

Essai gratuit

Découvrez gratuitement un extrait de ce titre

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Tout le monde peut lire les livres Kindle, même sans un appareil Kindle, grâce à l'appli Kindle GRATUITE pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.
Les attaquants les plus chers ne sont pas ceux qui marquent le plus: Et autres mystères du football décryptés
 
Agrandissez cette image
 

Les attaquants les plus chers ne sont pas ceux qui marquent le plus: Et autres mystères du football décryptés [Format Kindle]

Simon Kuper , Stefan Szymanski , Bastien Drut
4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)

Prix éditeur - format imprimé : EUR 28,00
Prix Kindle : EUR 22,50 TTC & envoi gratuit via réseau sans fil par Amazon Whispernet
Économisez : EUR 5,50 (20%)
Le prix a été fixé par l'éditeur.

‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Extrait

Conduire avec un tableau de bord : à la recherche de nouvelles vérités sur le football

Récemment, le département des études statistiques d'un grand club anglais a réalisé une étude sur la façon de tirer des corners. Étant donné que le club marquait très peu de buts sur corners, les analystes ont cherché la meilleure façon de remédier à cela. Pour ce faire, ils ont visionné, avec la plus grande attention, 400 corners, tirés dans différents championnats et au cours de plusieurs saisons. Leur conclusion a été la suivante : les corners les plus dangereux sont les corners rentrants au premier poteau.
Le corner rentrant présente le grand avantage d'introduire directement le ballon dans la zone de danger. De temps à autre, un attaquant parvient à faire une tête ou à tirer à bout portant. Parfois, le gardien ou un défenseur arrête le corner sur la ligne, et il n'y a plus qu'à pousser le ballon à l'intérieur. Il arrive même aussi que le ballon rentre directement dans le but à la suite du tir du corner. Bref, ces analystes sont parvenus à la conclusion que les corners rentrants étaient bien plus efficaces que les corners sortants.
Une fois l'étude terminée, les analystes ont présenté leurs conclusions au manager du club, qui, comme c'est le cas pour la grande majorité des managers, est un ancien footballeur. Celui-ci a écouté les analystes, puis a dit «j'ai été joueur pendant de nombreuses années et je sais que les corners sortants sont plus efficaces». Il se trompait mais nous pouvons comprendre l'origine de son erreur : les corners sortants mènent souvent à de plus beaux buts (le ballon ressort, le joueur le frappe d'une tête puissante et il s'écrase au fond des filets) or les beaux buts restent en mémoire, ce qui n'est pas le cas des buts confus qui suivent des corners rentrants.
Cette anecdote illustre parfaitement la situation actuelle du football. D'un côté, les geeks ont pris rapidement de l'importance depuis la première publication de Soccernomics en 2009 au Royaume-Uni et aux États-Unis et le football est en train de devenir plus intelligent. Les nouveaux analystes qui passent à la moulinette les «statistiques de matchs» dans quasiment tous les grands clubs européens n'en sont qu'un exemple. Les clubs branchés d'aujourd'hui ont à leur disposition des statistiques telles que «le taux de passes réussies dans les trente derniers mètres», les kilomètres parcourus et la vitesse de sprint de tous leurs joueurs. Ces chiffres sont, d'ailleurs, de plus en plus utilisés sur le marché des transferts pour prendre la décision d'acheter ou de vendre un joueur.
D'un autre côté, comme l'illustre les certitudes du manager à propos des tirs de corners, la méfiance du monde football à l'égard des chiffres est encore répandue. Pour John Coulson, employé du fournisseur de données Opta à Londres, «il y a sans doute encore beaucoup d'équipes qui considèrent les données davantage comme une menace que comme un outil».
Alors que le baseball a connu sa révolution statistique (appelée «Moneyball»), le changement n'en est qu'à ses débuts dans le football. Dans la nouvelle édition de notre livre, nous avons utilisé des chiffres pour explorer des sujets très divers allant des tacles, à la prise de pouvoirs des clubs espagnols en passant par les transferts.

Présentation de l'éditeur

Comme l'a dit Bill Shankly, légendaire entraîneur de Liverpool : « Dans un club de football, il y a une Sainte Trinité : les joueurs, l'entraîneur et les supporters. Les présidents n'en font pas partie. Ils sont juste là pour signer les chèques. » Comme inspiré par cette célèbre citation de Bill Shankly, cet ouvrage traite de questions aussi essentielles que :

  • Comment éviter les erreurs idiotes sur le marché des transferts?
  • Pourquoi les clubs de football ne font-ils quasiment jamais faillite ?
  • L'entraîneur sert-il vraiment à quelque chose?
  • Pourquoi organiser la Coupe du Monde vous rend plus heureux mais moins riche?
  • Y a-t-il une stratégie optimale pour tirer les penaltys ?
  • Les joueurs noirs sont-ils moins bien payés ?
  • Quelles sont les grandes puissances du football de demain ?

Ce livre, issu de la collaboration de Stefan Szymanski, l’un des plus grands spécialistes de l’économie du sport, et du journaliste Simon Kuper, explore différents aspects du football sous un angle économique, mais ludique, avec de multiples anecdotes et interviews. Les deux auteurs vulgarisent de nombreux travaux universitaires et rendent accessibles leurs conclusions au plus grand nombre. 

"Si vous n'avez pas encore lu ce livre alors vous connaissez pas aussi bien le football que vous ne le croyez ! Il m'a permis de comprendre pourquoi l'Angleterre ne gagne jamais. Une excellente lecture." (Darren Tullet, chroniqueur sportif sur Canal +)

Biographie de l'auteur

Simon Kuper Le journaliste et écrivain Simon Kuper est né en Ouganda et a vécu à Londres, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis, en Suède et en Jamaïque. Après des études à Oxford, Harvard et Berlin, il rejoint le Financial Times en 1994 et écrit dans la rubrique "finances". Aujourd'hui il est chroniqueur pour les pages de Sports, un domaine qu'il apprehénde avec un " il d'anthropologiste". Stefan Szymanski Stefan Szymanski est l un des plus grands spécialistes de l économie du sport dr Stefan Szymanski est Lecteur pour Economics, Cass Business School, Formerly Imperial College Management School, il est également professeur assistant de l'Economics, London Business School BA Oxford, MSc and PhD London. Le Dr Szymanski est un économiste industriel et depuis quelques années, il s'est spécialisé dans l'économie du sport. Il a publié de nombreux articles dans le scholarly journals including the Journal of Political Economy and the Economic Journal. Bastien Drut Bastien Drut est diplômé de l Ecole Centrale de Lyon. Il est également diplômé de l Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique (ENSAE). Bastien Drut est diplômé de l Ecole Centrale de Lyon. Il est également diplômé de l Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique (ENSAE). Bastien Drut a un master en Analyse et Politique Economique de la Paris School of Economics. Enfin, il est docteur en Sciences Economiques de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense et de l Université Libre de Bruxelles Actuellement, il travaille comme stratégiste Taux et Change (gestion d actifs)
‹  Retourner à l'aperçu du produit