• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Un bébé d'or pur a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Un bébé d'or pur Broché – 6 février 2014

5 étoiles sur 5 2 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 22,00
EUR 22,00 EUR 8,99
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,30

Romans et littérature

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Un bébé d'or pur
  • +
  • La Mer toujours recommencée
Prix total: EUR 44,30
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Ce qu'elle éprouvait pour ces enfants, comme elle devait s'en rendre compte des années plus tard, c'était une tendresse proleptique. En voyant leurs petits corps dénudés, leurs fiers nombrils bruns, les mouches rassemblées autour de leurs nez qui coulaient, leurs grands yeux, leurs orteils étrangement fusionnés qui dessinaient une fourche, elle éprouvait un sentiment d'affinité, tout simplement. Là où d'autres auraient pu ressentir de la pitié, de la peine ou du dégoût, elle ressentait une sorte de joie, une joie inexplicable. Était-ce une prémonition, une inoculation contre le chagrin et l'amour à venir ?
Comment aurait-ce pu l'être ? Quelle logique chronologique aurait pu donner un sens à un tel enchaînement ? Et pourtant, elle devait finir par se demander s'il n'en avait pas été ainsi. Quelque chose chez ces petits l'avait interpellée et avait éveillé en elle un esprit de tendresse disposé à réagir. Il était demeuré latent pendant plusieurs saisons, cet esprit ; et, une fois invoqué, il était venu à son aide. L'esprit maternel était resté en sommeil sur les eaux calmes et lointaines de ce grand lac resplendissant, sur tous ses marécages fréquentés par les oiseaux, sur ses îles spongieuses, ses anses bordées de roseaux, puis il était entré en elle quand elle était jeune et avait pris possession de sa personne. Était-ce là le commencement, l'instant réel de la conception ? Était-ce là le lieu de rencontre précoce et lointain qui avait engendré le bébé d'or pur ? Là-bas, avec les petits enfants tout nus, parmi les herbes et les eaux ?
Comme elle n'avait jamais entendu parler de la maladie rare qui touchait certains membres de cette tribu pauvre, pacifique et peu intéressante, elle fut prise au dépourvu en la découvrant, même si son collègue Guy Brighouse, qui parrainait l'expédition, prétendait qu'elle avait été attestée par de nombreuses sources et que lui-même en avait vu des photos. (Mais Guy était un homme dur qui n'aurait jamais avoué un sentiment aussi vulnérable que la surprise.) À l'époque, on parlait généralement de mains ou de pieds «en pince de homard», expression qui finit par être considérée comme incorrecte. (De nos jours, on parle plus largement d'ectrodactylie ou de SHSF, mais elle ne le savait pas. Elle ne connaissait aucun de ces noms. L'acronyme anglais SHSF encode discrètement les termes Split Hand Split Foot - «Main Fendue Pied Fendu».) Dans certaines régions du monde, chez certains peuples, dans certains patrimoines génétiques, les doigts sont fusionnés. Dans d'autres, ce sont les orteils. Dans cette région d'Afrique centrale, ce sont les orteils qui forment un simple moignon divisé en deux. Un groupe réduit d'ancêtres avait développé cette anomalie et l'avait transmise.

Revue de presse

L'histoire ordinaire d'une mère qui, face à la maladie de sa fille, mène malgré tout sa vie de femme. Une réflexion captivante sur cette étrange solitude à deux...
C'est par la voix d'Eleanor, membre de la petite communauté informelle et amicale d'universitaires, de journalistes et d'artistes au sein de laquelle vivent Jess et Anna, que nous est rapportée cette histoire, qui verra Jess poursuivre son existence, entre travail, mari, amants, amis... L'ordinaire d'une vie, avec ses aléas banals et ses inflexions imprévisibles, mais dont le pivot, le pôle d'attraction magnétique demeurera toujours Anna, son éternelle douceur, son éternel sourire. Anna ou l'innocence, Anna ou le silence, étrange personnage romanesque, rétif à l'analyse psychologique, omniprésent et mutique, presque abstrait en fait, comme un emblème ou une allégorie, un point aveugle énigmatique placé par Margaret Drabble au centre de ce récit tout à la fois réaliste et cérébral, lent et subrepticement captivant, que ne vient ponctuer aucun épilogue décisif, aucune morale. (Nathalie Crom - Télérama du 5 février 2014)

Margaret Drabble, en 2009, l'année ses 70 ans, a déclaré qu'elle arrêtait d'écrire des romans. Elle avait peur de se répéter. Puis elle a changé d'avis. Voici Un bébé d'or pur, un pur roman de Drabble, paru l'an dernier, où on la retrouve telle qu'en elle-même, sans qu'elle se répète. C'est l'histoire d'une anthropologue, Jess, qui élève seule une petite fille dont l'entourage ne connaît pas le père. L'une de ses amies raconte leur histoire, usant de la première personne du singulier et du pluriel, car il s'agit autant d'une trajectoire individuelle que d'une génération, de la fin des années 50 à nos jours. (Claire Devarrieux - Libération du 13 février 2014)

«Qui sait ce qui se perdrait si tous les enfants naissaient techniquement parfaits ?» Sortie de son contexte, la phrase peut résonner de façon étrange. Elle s'explique pleinement, pourtant, lorsqu'on lit le nouveau et superbe roman de la Britannique Margaret Drabble, Un bébé d'or pur...
A 75 ans, Dame Drabble est une figure majeure des lettres anglaises - à une moindre échelle mais un peu à l'instar d'une Doris Lessing, morte en 2013, qui fut son amie et son mentor...
Qu'est-ce qu'on apprend dans ce Bébé d'or pur ? Rien de définitif, justement. En excellente romancière, Drabble sait qu'aucune morale n'est possible. La vie défile, juste ou injuste, imprévisible, et Jess s'adapte. (Florence Noiville - Le Monde du 27 mars 2014)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
Contemporaine de Margaret Drabble, je lis ces oeuvres depuis cinquante ans y retrouvant avec délices cette plume britannique si particulière : un mélange d'humour, de "matter of fact" et de modernité;
Mais de tous ses romans, c'est ce dernier qui m'a bouleversé, fait rire et pleurer à la fois sans doute parce que l'histoire qu'elle y raconte est très proche de ma propre histoire.
Je n'avais rien lu d'elle depuis "la Sorcière d'Exlmoor", un roman délicieux sur une vieille dame indigne où l'approche de la finitude et de la mort est abordée franchement, sans pathos et avec empathie;
Remarque sur ce commentaire 10 sur 10 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Cetalir TOP 50 COMMENTATEURS le 7 juillet 2014
Format: Broché
Margaret Drabble, à soixante-dix ans, avait déclaré renoncer à l’écriture et se couler dans une paisible retraite. Cinq ans plus tard, la parution de son dix-huitième roman, celui-ci, vient démentir ses dires pour nous donner l’un de ses meilleurs livres.
« Un bébé d’or pur » est une figure de style imaginée par la femme de lettres Sylvia Plath dans l’un de ses poèmes. Une expression douce et lumineuse pour parler de ces enfants qui sont différents des autres simplement parce qu’attardés ou handicapés d’une manière ou d’une autre. Du coup, Margaret Drabble a concocté ici un bien beau roman sur l’innocence, sur la façon dont la venue d’un tel être, qu’il faut aimer et protéger, bouleverse les vies de ceux qui les accueillent, des renoncements auxquels ils obligent irrémédiablement.

C’est une amie de la famille qui tiendra ici la plume et nous contera ce qu’elle aura vu, perçu ou entendu des vies qu’elle aura côtoyées et dont elle aura retenu les confessions partielles, intimes, magnifiquement douloureuses et dignes.

Du coup, c’est l’histoire contemporaine de l’Angleterre qui défile aussi sous nos yeux, des années soixante à nos jours. Une histoire marquée par la libération des femmes qui auront appris à se méfier des hommes au point de s’en passer, comme Jess, cette ethnologue de formation, devenue journaliste indépendante par nécessité, qui élève seule sa fille Anna, son bébé d’or pur. Du père, son professeur à la fac, nous ne savons presque rien si ce n’est qu’il fut veule, absent mais bon amant.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?