ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Le bal des vipères [Broché]

Horacio Castellanos Moya , Robert Amutio
3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
Prix : EUR 15,30 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mercredi 17 septembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Description de l'ouvrage

26 septembre 2007 Les Allusifs (Livre 57)
C'est l'histoire d'une virée d'un jeune gars et de ses quatre copines à bord d'une Chevrolet jaune à travers la capitale d'un pays latino-américain.
Ça commence comme ça : Eduardo Sosa, un jeune homme désoeuvré décide, pour tromper son ennui, de suivre une sorte de clochard, Jacinto Bustillo, qui vit dans une voiture stationnée au pied de l'immeuble d'Eduardo. Voilà que quelques heures et autant de gorgées d'alcool plus tard, l'étudiant chômeur tue dans une ruelle en pleine nuit le clochard et se glisse à la fois dans la Chevrolet et dans la personnalité de Jacinto, ou du moins celle qu'il imagine qu'il a. Dans la Chevrolet, c'est la divine surprise : Loli, Beti, Valentina et Carmela l'adoptent et les voilà partis le lendemain se détendre un peu et venger Jacinto : d'abord tuer sa méchante épouse, sa domestique, qu'elles prennent pour sa fille, puis comme la soif sévit et que les trois belles, sensuelles et cruelles, s'ankylosent, les voici qui font un tour dans une galerie marchande chic. Évidemment c'est la panique. Des morts et des mortes. Des quidams et puis des personnages importants. C'est que les gens réagissent de manière irréfléchie face aux quatre serpents venimeux qui se promènent avec Eduardo et forcément ça énerve Loli, Beti, Valentina et Carmela d'être si mal considérées. Et le voyage se poursuit ainsi, semant le chaos et la terreur dans la ville à chaque arrêt. Avec cette balade ophidienne, écrite comme sous une dictée incontrôlable, HCM donne pour la première fois dans son oeuvre romanesque la parole à la folie, à la paranoïa, suit leur montée, les accompagne, laisse place au fantastique, à l'hallucination, comme si seuls le fantastique et l'hallucination étaient à la hauteur de la critique de cette société sans avenir, où la révolution n'est plus à l'ordre du jour. Dans Le Bal des vipères, HCM réussit la fusion du réalisme le plus cru et des éléments délirants.

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Aucun des locataires ne put dire à quel moment précis la Chevrolet jaune avait stationné devant l'immeuble. Trop de voitures passaient la nuit dans cette rue ; deux rangées serrées le long des quatre blocs du lotissement. Mais les raisons pour lesquelles la Chevrolet jaune attirait l'attention ne manquaient pas : il s'agissait d'un tacot qui datait d'au moins trente ans, à la carrosserie écaillée et aux vitres obturées par des morceaux de carton - elle avait l'air, donc, d'une vieille propriété sentimentale de l'un des voisins qui refusait de l'emmener à la casse.
Les premières personnes à se rendre compte qu'il se passait quelque chose de bizarre avec cette antiquité furent les maîtresses de maison et les domestiques qui, vers le milieu de la matinée, sortaient pour faire des courses à l'épicerie ou, tout simplement, pour s'adonner au commérage. Un homme aux cheveux gris, barbu et loqueteux, émergeait de la Chevrolet à ces heures-là avec la tête de quelqu'un qui vient de se réveiller, la tête de quelqu'un qui a passé la nuit à dormir dans ce tas de ferraille.
La Nina Beatriz, l'épicière, se chargea de garder un oeil sur cette étrange présence, de tenir au courant les voisins des faits et gestes de l'individu : c'est par elle que nous sûmes que celui-ci avait pour seule habitude de sortir de la voiture à dix heures du matin, ensuite il se perdait qui sait dans quels méandres de la ville ; il revenait entre huit et dix heures du soir, portant un sac de toile bourré de vieux machins hors d'usage, et il s'enfermait dans la voiture jusqu'au lendemain.
Moi, j'étais le voisin idéal pour épier cet individu. Au chômage, sans réelles possibilités de trouver un travail correct par ces temps nouveaux, je vivais dans l'appartement d'Adriana, ma soeur cadette, et de son mari Damián. Je leur versais une partie, assez symbolique, des dollars que de temps à autres ma soeur Manuela, l'aînée, celle qui m'avait élevé, celle qui m'aimait le plus, m'envoyait des États-Unis. C'est que ma situation était assez difficile : mes études de sociologie (une matière qui, au point où nous en sommes, avait déjà été supprimée dans plusieurs universités) ne me servaient à rien relativement à l'obtention d'un travail, car il y avait pléthore d'offres de professeurs, les entreprises n'avaient pas besoin de sociologues et la politique - dernier terrain où j'aurais pu mettre en application mes connaissances - était une occupation étrangère à mes qualités.
C'est pourquoi je passais le plus clair de mon temps dans l'appartement, m'occupant à lire des journaux (je ne perdais pas espoir de tomber sur la petite annonce qui allait changer le cours de ma vie) et à regarder la télévision ; je donnais aussi un coup de main à Adriana en faisant quelques commissions et, lorsque l'occasion se présentait, je rendais visite à des types graves qui, après avoir reçu mon curriculum vitae, me demandaient de les appeler deux jours plus tard - un coup de fil qu'évidemment ils n'acceptaient jamais de recevoir.
La première fois que je tombai sur l'homme de la Chevrolet jaune, j'étais descendu chercher des ciga­rettes à l'épicerie. Le type était à ce moment-là en train de sortir de la voiture, avec son sac de toile : il portait un pantalon en jean qui dans un lointain passé avait dû être bleu, des tennis crasseuses tenues par des bouts de corde et un tee-shirt en lambeaux ; son ceinturon ressemblait à un serpent. Je le saluai, bien poliment. Il fit celui qui n'était pas concerné. Il ferma la portière de la voiture et se mit à marcher vers le bas de la rue, traînant la jambe, l'air renfrogné, puant l'alcool, puant l'urine.
- C'est un type dégoûtant, un ivrogne, me dit la Nina Beatriz, une dame bien en chair à la langue de vipère, tout en cherchant le paquet de cigarettes. Il parle à personne. Qui sait comment il est arrivé jusqu'ici. On devrait faire quelque chose pour qu'il s'en aille.

Revue de presse

Le style Moya, c'est l'énergie. Une verve débridée, des situations loufoques, des personnages brindezingues, et en voiture ! Entre la fable politico-philosophique et le polar surréaliste, Le Bal des vipères est un ovni hallucinant...
Ça crépite de partout dans un feu d'artifice joyeux... et orgiaque. C'est l'Apocalypse, le chaos, la déshumanisation totale - c'est l'Amérique latine. Le Bal des vipères, cinquième livre traduit en français de Horacio Castellanos Moya (après Le Dégoût, Déraison...), est un coup de poing tout aussi poétique que politique...
Moya, impitoyable, raconte des histoires folles qui ressemblent étrangement à l'Histoire. Le plus dingue, c'est que l'on se réjouit de les lire (Martine Laval - Telerama du 22 aout 2007)

Détails sur le produit

  • Broché: 160 pages
  • Editeur : Les Allusifs Editions (26 septembre 2007)
  • Collection : Les Allusifs
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2922868613
  • ISBN-13: 978-2922868616
  • Dimensions du produit: 20 x 11,6 x 1,2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 526.773 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

5 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
3.5 étoiles sur 5
3.5 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
4.0 étoiles sur 5 Surprenant 15 janvier 2009
Par Lou VOIX VINE
La littérature latino-américaine a un côté décoiffant. Qui s'y frotte s'y pique. C'est le cas avec Le Bal des Vipères, drôle de « road story » dans laquelle un jeune homme disparaît brutalement. On se souvient l'avoir vu discuter avec un SDF vivant dans sa voiture jaune, déglinguée, une ceinture en serpent à la taille et une bouteille de gnôle à portée de main. On est loin de se douter que le jeune sociologue au chômage s'est approprié l'improbable caisse. S'ensuit une virée étonnante à travers la ville, en compagnie de quatre vipères et d'un curieux chauffard qui sèment ensemble la terreur. Invasion de serpents ? uvre d'un psychopathe ? Approche du Jugement dernier ? Complot politique ? Sursaut des narcotrafiquants ? Les hypothèses vont bon train mais la police ne parvient pas à prévenir les attaques de serpents qui engendrent des mouvements de panique dans différents quartiers de la ville. Quant à la relation entre le conducteur et ses vipères, elle est on ne peut plus charnelle, à divers degrés !

Je n'étais pas certaine de survivre aux passages faisant référence aux vipères, ayant moi-même une peur bleue des serpents. Autant dire que Valentina, Carmela, Loli et Beti ressemblent étrangement à quatre femmes et, morsure à part, pourraient tout à fait faire oublier leur caractère ophidien.

La course poursuite rocambolesque est racontée tour à tour par les fuyards, les flics dépassés et une presse sur les dents.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3.0 étoiles sur 5 H. C. Moya psychédélique ... dommage !!!! 8 octobre 2007
J'ai été un peu surpris, l'histoire est certainement originale même si farfelue, mais un peu d'air frais pour septembre ce n'est pas plus mal. Bien écrit (ou bien traduit), le style de Moya est plaisant. Je mets en garde les afficionados de l'écrivain, déroutant au début.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Rentrée littéraire 2007 0 20 juil. 07
Voir toutes les discussions...  
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?