Des bibliothèques pleines de fantômes et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Des bibliothèques ... a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Des bibliothèques pleines de fantômes Broché – 11 septembre 2008


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 12,15
EUR 12,15 EUR 4,95

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Des bibliothèques pleines de fantômes + N'espérez pas vous débarrasser des livres + La bibliothèque, la nuit
Prix pour les trois: EUR 26,95

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Le 1er septembre 1932 parut dans le journal portugais O Século l'annonce d'un poste de conservateur-bibliothécaire à pourvoir au musée Condes de Castro Gui-marâes à Cascais, une petite ville côtière située à 90 km de Lisbonne. Le 16 septembre, Fernando Pessoa envoya une lettre de candidature à la municipalité. Le document de six pages est reproduit dans l'ouvrage de Maria José de Lancastre, Fernando Pessoa, uma fotobiografia, coédité en 1981 par l'Imprensa Nacional-Casa da Moeda et le Centro de Estudios Pessoanos, que j'ai acheté pour 500 escudos dans une librairie de Coimbra en novembre 1983. Il n'y en avait qu'un seul exemplaire. Dans les cafés de la ville, les tables comportaient encore sous leur plateau une tablette permettant de poser son chapeau, et je me souviens d'une femme marchant dans la rue, une machine à coudre en équilibre sur la tête. Le texte de la lettre est reproduit en trop petits caractères pour que quelqu'un ne lisant pas couramment le portugais puisse le déchiffrer. Pessoa, fatigué de traduire le courrier commercial de sociétés d'import-export de Lisbonne pour un salaire lui permettant à peine de survivre et de s'enivrer quotidiennement, quoique raisonnablement, avait envie de changer de vie et pourquoi pas de quitter son appartement du 16 de la rue Coelho da Rocha pour une petite ville de la région de Lisbonne. Dans la Fotobiografia, quelques pages avant la lettre, une photo montre Pessoa en train de vider un verre de vin rouge dans la boutique d'Abel Ferreira da Fonseca. Derrière lui des tonnelets de Clairette, Abafado, Moscatel et autre Ginginha. Il s'agit de la photo que Pessoa adressa en septembre 1929 à Ophelia Queiroz, la seule relation sentimentale qu'on lui connaisse, avec pour dédicace «Fernando Pessoa, em flagrante delitro», c'est-à-dire «en flagrant delitre». L'envoi de cette photo renouait des liens interrompus depuis neuf ans, et qui cesseront, cette fois définitivement, six mois plus tard. En tout cas sous leur forme matérielle. Ophélia ne se maria jamais et raconta que, peu de temps avant sa mort, Pessoa, rencontrant son neveu Carlos, lui avait demandé : «Comment va Ophélia ?» et, les yeux pleins de larmes, lui serrant les mains, avait ajouté : «La belle âme ! La belle âme !»

Revue de presse

Un érudit dit comment il a classé ses milliers d'ouvrages. Dans la lignée de Georges Perec qui, dans «Penser/ Classer», nous dévoila l'art et la manière d'organiser sa bibliothèque...
En définitive, Jacques Bonnet opte pour le «panachage de plusieurs ordres» avec une grande liberté dans les règles que l'on s'est fixées. Jacques Bonnet a gagné son pari : son bréviaire trouve sa place entre Ce vice impuni, la lecture... de Valery Larbaud et Les Mots de Jean-Paul Sartre. Il y a trop d'amour et d'humour dans ces pages pour les laisser en souffrance. (Bernard Morlino - Le Figaro du 18 septembre 2008)

A la fois précis de rangement (où classer les livres traduits du frison ?), traité de jardinage, exercice de gratitude (à l'égard des «maîtres-lecteurs»), enquête policière (mais qui est Jean-Marie Pradès ?), roman d'aventures et autobiographie, ce récit borgésien est une promesse de bonheur. «La bibliothèque est ce qui se rapproche le plus du paradis terrestre.» On opine du Bonnet. (Jérôme Garcin - Le Nouvel Observateur du 22 octobre 2008)

Jacques Bonnet, grand «liseur» devant l'éternel, possesseur de «plusieurs dizaines de milliers de livres», consacre à la passion des bibliomanes (qui se distingue de celle des bibliophiles, plus savants) un très joli petit livre (évidemment...) riche en observations, anecdotes, citations et... listes de livres. Une seule anecdote, bien connue des passionnés : il se dit (mais a-t-on vraiment vérifié ?) que, le 30 mars 1888, un compositeur, Charles- Valentin Alkan, est mort écrasé par sa bibliothèque. Voilà, commente Bonnet, le «saint martyr des fous de bibliothèques». (Bruno Frappat - La Croix du 21 janvier 2009)


Détails sur le produit

  • Broché: 144 pages
  • Editeur : Denoël (11 septembre 2008)
  • Collection : Hors collection - Documents et essais
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2207260542
  • ISBN-13: 978-2207260548
  • Dimensions du produit: 17,5 x 1,2 x 13 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 247.903 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Table des matières | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.0 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

27 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile  Par cathulu TOP 500 COMMENTATEURS le 18 octobre 2008
Format: Broché
Présenté comme un petit traité de l'art de vivre avec trop de livres , Des bibliothèque pleines de fantômes fourmille d'informations sur les bibliomanes. Jacques Bonnet les divise d'ailleurs en deux catégories, les collectionneurs et les lecteurs acharnés .
Faisant référence à plusieurs reprises au fameux Penser/ classer de Georges Perec, l'auteur , après nous avoir détaillé avec force précisions son propre système de classement finit par avouer qu'il faut en tout cas savoir être souple car des exceptions il s'en trouvera toujours pour venir perturber votre rangement.
Une autre référence récurrente est celle du Journal d'un lecteur d'Alberto Manguel, que je lis en pointillés depuis quelques temps. Mais là où Manguel insuffle de la vie, on sent Jacques Bonnet davantage bridé dans son écriture. Certes de jolies envolées nous présentant la bibliothèque soit comme une plante dévorant l'espace mais aussi comme le reflet de la structure mentale de son propriétaire viennent donner de la saveur à ce livre mais les trop longues énumérations de titres et d'auteurs, les ratiocinations quant aux langues des romans à classer empêchent le lecteur de savourer ce qui s'annonçait pourtant comme un régal. Bonnet intellectualise trop à mon goût et ne nous fait pas partager pleinement son amour des livres. Pour ne pas rester sur une déception, , je vous renverrai à l'excellent Bouquiner d'Annie François , inégalé jusqu'à présent .
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par itzamna.over-blog.fr le 30 janvier 2010
Format: Broché
Ce livre, c'est un titre d'abord, de ceux qui ouvrent grandes les portes de l'imaginaire. Une couverture ensuite, qui montre une bibliothèque telle qu'on en rêve tous ... moi en tout cas ! Et dès la première page, on plonge. Dans toutes ces bibliothèques qui font rêver, dans ces dizaines de milliers de livres entreposés chez l'auteur, chez ses amis, ses connaissances ... mais aussi chez d'autres auteurs dont il nous raconte une même passion. Passion de la lecture mais aussi passion des livres.
Puis Jacques Bonnet nous ouvre les portes de bibliothèques prestigieuses : on atteint là des collections personnelles de 300 000 à 600 000 ouvrages répartis en diverses demeures. Et chaque fois, on découvre en même temps des auteurs, des livres ! Cependant, à un moment, cette succession de titres, d'auteurs, d'éditions, d'années de parution, ... fini par lasser. Dommage parce que le début est prometteur. Un conseil : ne pas hésiter à sauter certains passages du livre si vous voulez l'apprécier sans réserves.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Eric Terranulla le 14 avril 2009
Format: Broché
Comment vivre quand on possède une bibliothèque rassemblant peu à peu plusieurs milliers de volumes? Comment les ranger, les déménager, les classer ? Qu'en faire? Quelles solutions peut-on trouver pour organiser, utiliser et vivre avec ces quantités phénoménales de papier?

Une drolatique plongée dans l'univers des bibliomanes et des insondables questions pratiques et intellectuelles que soulève cette passion dévorante de temps, mais aussi d'espace et d'argent.
Un petit livre adressé à tous ceux qui ont la terrible manie d'acquérir, de lire puis de conserver les livres, au péril même de leur propre espace de vie. Disciples de Pascal Quignard et de bibliothèques étiques, passez votre chemin.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Broché
Les premiers chapitres traitent de la lecture, des livres et de leur classement au sens strict, tandis que les chapitres plus en avant sont des réflexions plus larges sur la connaisance et l’érudition au sens large.
Agréable
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Breteau le 13 mars 2011
Format: Broché
Un livre qui permet, quand on est obsédé par les livres (lus où juste collectionnés), de se dire qu'on est pas les seuls touchés par cette pathologie !! Rassurant de savoir que l'on fait partie du (large !) cercle des bibliomanes.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?