Le Capitalisme est-il moral ? et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 6,10
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Le capitalisme est-il mor... a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 1,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le capitalisme est-il moral ? : Sur quelques ridicules et tyrannies de notre temps Poche – 10 mai 2006


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,10
EUR 6,05 EUR 2,48

A court d'idées pour Noël ?
--Ce texte fait référence à l'édition Broché.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le capitalisme est-il moral ? : Sur quelques ridicules et tyrannies de notre temps + Le bonheur, désespérément + L'Esprit de l'athéisme : Introduction à une spiritualité sans Dieu
Prix pour les trois: EUR 13,70

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Amazon.fr

Il est loin, désormais, le temps où l’on s’affrontait sur la question de la valeur du capitalisme : d’un côté, les marxistes, en rôle d’accusateurs, voyaient en lui un mode de production fondé sur l’exploitation de l’homme, engendrant certes des richesses mais toujours inégalement réparties ; de l’autre, les libéraux, dans une position plus cynique, tentaient de justifier l’inégalité en en faisant une des conditions de l’enrichissement des nations. Depuis l’effondrement de l’économie du bloc soviétique, le capitalisme paraît s’imposer comme un fait nécessaire et universel. L’heure est à ses louanges, au point que, par une sorte de réenchantement moral du monde, on irait presque jusqu’à prêter de la moralité à ses lois de fer : on parle d’ "éthique d’entreprise", on fait du travail salarié une valeur, on loue les vertus de l’homme d’entreprise, on fait de la mondialisation le salut des économies les plus faibles…
Il est opportun, pour sortir de cette confusion d’esprit, d’effectuer quelques clarifications conceptuelles. En rappelant, par exemple, qu’on ne saurait assimiler l’ordre de la moralité à celui de l’économique ou de la politique, car ni l’intérêt ni la loi ne sont le Bien. Ainsi André Comte-Sponville soutient, dans cette conférence adressée à des interlocuteurs du monde de l’entreprise, que le capitalisme n’est ni moral, ni immoral mais amoral : c’est un système de production qui a fait les preuves de son efficacité et que la politique doit encadrer et réguler afin de le conformer, autant que possible, aux exigences de l’éthique. Que chacun tienne sa place : que le chef d’entreprise ne prétende pas faire du social, qu’on n’attende pas de lui qu’il en fasse, qu’on cesse de tout attendre du politique… et chacun sera naturellement reconduit à l’évidence que les lieux d’exercice naturel de la morale sont la conscience et l’action individuelle. Il faut lire les philosophes pour s’en convaincre. André Comte-Sponville nous le rappelle ici à bon escient. --Emilio Balturi --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Biographie de l'auteur

Philosophe, professeur, il a publié plusieurs ouvrages dont Petit Traité des grandes vertus qui a été un best-seller. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,00
Vendez Le capitalisme est-il moral ? : Sur quelques ridicules et tyrannies de notre temps contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 251 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (10 mai 2006)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253117226
  • ISBN-13: 978-2253117223
  • Dimensions du produit: 18 x 1,2 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (23 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 65.249 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

André Comte-Sponville est né le 12 mars 1952, à Paris. Il fait ses études secondaires au lycée François Villon (Paris XIVe), sa prépa au lycée Louis-le-Grand, ses études supérieures à l'Ecole Normale Supérieure, rue d'Ulm, et à la Sorbonne. Il est reçu troisième à l'agrégation de philosophie, en 1975. Il a enseigné de 1976 à 1998, d'abord en lycée (dans le Nord puis dans l'Yonne), ensuite en Ecole Normale d'Instituteurs (à Melun), enfin, les 14 dernières années, à l'Université Paris I (Panthéon-Sorbonne). Il cesse d'enseigner en 1998, pour consacrer davantage de temps à l'écriture et aux conférences qu'il donne en dehors de l'Université. Ses philosophes de prédilection : Epicure, Lucrèce et les stoïciens dans l'Antiquité ; Montaigne, Pascal et Spinoza chez les Modernes ; Marcel Conche, Lévi-Strauss et Clément Rosset chez les contemporains. Il se sent proche aussi, en Orient, de Krishnamurti et Svami Prajnanpad.
Ses trois livres préférés (en philosophie) : les Essais de Montaigne, les Pensées de Pascal, l'Ethique de Spinoza.
Il se définit comme philosophe matérialiste, rationaliste et humaniste.
Il vient de publier une nouvelle édition, intégralement revue et considérablement augmentée, de son "Dictionnaire philosophique" (PUF, 2013).

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Bibliophilette TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 26 octobre 2008
Format: Poche
La principale qualité de ce petit ouvrage très pédagogique est que l'exposé est particulièrement clair. Synthèse de multiples conférences animées par l'auteur, il a gardé volontairement le style de l'exposé oral et du jeu des questions-réponses ce qui rend l'ouvrage concis et particulièrement accessible. Raisonnements, arguments et contre-arguments sont maniés avec beaucoup de talent par André Comte-Sponville. C'est de l'excellente vulgarisation. Simple, convaincant, avec en plus une touche d'humour et de provocation qui facilité la lecture. Tellement limpide, qu'on en oublierait presque de prendre un peu de recul et de garder son esprit critique.
Certes, le capitalisme a fait ses preuves en matière de création de richesses comme aucun autre système jusqu'à présent. Certes, nous n'avons pas encore trouvé d'alternative à ce système économique ; ce qui soit dit en passant ne signifie pas pour autant que c'est le seul système possible, ce que semble parfois sous-entendre l'auteur. Certes, il est bon de ne pas confondre ce qui relève de la sphère économico-scientifique, de la sphère politico-juridique, de la sphère morale et de la sphère spirituelle/religieuse : les 4 ordres définis par l'auteur. Mais, il n'empêche que certains des arguments développés ne sont pas toujours très convaincants et qu'il manque tout de même dans cet exposé deux questions centrales : la question du sens et celle du bonheur. Abordé sous cet angle, le rapport du capitalisme et de la morale pourrait sans doute aboutir à une conclusion un peu différente.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Gerard Muller TOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 31 décembre 2011
Format: Poche Achat vérifié
Le capitalisme est-il moral, André Comte-Sponville
C'est à une analyse lucide, sans complaisance ni langue de bois que se livre Sponville dans cet excellent opuscule qui décortique avec finesse les rouages de notre économie. En notre époque moderne difficile de mondialisation et globalisation, il est bon d'y voir clair pour faire face aux défis qui s'imposent à notre civilisation. L'auteur regroupe là tous les thèmes qu'il a abordés au cours de différentes conférences à travers la France.
La question posée par le titre peut paraître saugrenue, comme si la morale pouvait interférer avec la politique ou l'économie. En philosophe, l'auteur va exposer son point de vue sur ce qu'est la morale et ses limites dans le contexte étudié. Il faut bien voir que dans un certain nombre de domaines, la morale n'a pas à mettre son nez. Comment l'économie serait-elle morale, puisqu'elle est sans volonté ni conscience ? Un comportement rationnel et non- raisonnable- nécessaire en économie, n'est pas obligatoirement vertueux ! Sans être immoral, le capitalisme ne peut pas se targuer d'être moral ; il est amoral. Mais cette amoralité est-elle véritablement condamnable comme le voulait Marx ? Sponville , dans ce chapitre explique qu'il était inévitable que le communisme devînt totalitaire et échouât.
« Les hommes sont généralement égoïstes et mettent toujours leur intérêt particulier plus haut que l'intérêt général.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
25 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile  Par Michel DUFOUR sur 26 février 2004
Format: Broché
« Une grille de lecture ou d’analyse »(p134), André Comte-Sponville est là bien modeste.
Je dirais plutôt, un discours de la méthode, un moment incontournable de la philosophie appliquée, ou plus simplement, un moment de joie, de cette joie qui selon Spinoza, nous fait passer d’une perfection moindre à une plus grande perfection.
La méthode s’applique à toutes les questions d’actualité, les OGM, l’euthanasie, le foulard islamique… et nous laisse irrémédiablement face à nos responsabilités.
Entre 'l’arithmétique' (l’ordre techno-scientifique) qui n’est pas tout à fait un ordre, puisque insuffisant, et 'l’amour' (l’ordre de l’éthique) qui n’en est déjà plus un, puisque l’amour suffirait, il y a la place de 'ce qui doit se faire' (l’ordre juridico-politique), et de 'ce qui devrait se faire' (l’ordre de la morale).
Celles et ceux qui ont lu « Le traité du désespoir et de la béatitude » et/ou « Le petit traité des grandes vertus » retrouveront la rigueur et la pédagogie du professeur de philosophie.
Si seulement, l’ami Luc avait la bonne idée de réserver Sartre, l’indigeste, aux classes supérieures de philosophie, et de privilégier Comte-Sponville dans les lycées, nos futurs bacheliers ne seraient pas tant rebutés par la philo, ils en redemanderaient.
Merci André.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?