EUR 35,50
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La dernière révolution de... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La dernière révolution de Mao: Histoire de la Révolution culturelle (1966-1976) Broché – 10 septembre 2009

4 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 10 septembre 2009
"Veuillez réessayer"
EUR 35,50
EUR 34,92 EUR 38,87

Romans et littérature

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Revue de presse

Sinologues de réputation internationale, Roderick MacFarquhar et Michael Schoenhals enseignent respectivement à Harvard et à l'université de Lund.

Présentation de l'éditeur

On ne saurait comprendre la volonté aujourd'hui de la Chine communiste de devenir une superpuissance capitaliste sans en remonter à la source, traumatique : la Révolution culturelle. Lancée en 1966 par Mao Zedong, cette « guerre civile générale » visait à défaire « les éléments de la bourgeoisie infiltrés dans le Parti. le gouvernement, l'armée et la culture ». Ceux-ci auraient travaillé à renverser la dictature du prolétariat, à l'instar de Khrouchtchev en URSS et de sa révision du stalinisme. Mao incite à la rébellion tout particulièrement les lycéens, transformés en Gardes rouges. Elevée dans la violence répétée des campagnes de « luttes de classe », délivrée des freins familiaux et institutionnels, livrée à elle-même (« plus vous tuez de gens, plus vous êtes révolutionnaire »), la jeunesse instaure une première terreur contre des responsables de l'Etat et du Parti de 1966 à 1968. Mais en juillet 1968, Mao décide froidement de briser les activités révolutionnaires de la Garde rouge et d'endiguer l'effondrement de l'économie; il ordonne à l'armée de procéder au démantèlement expéditif des organisations, il contraint près de douze millions de jeunes à renoncer aux études pour travailler aux champs ou dans les usines. Le retour sanglant à l'ordre bureaucratique fit davantage de morts et de blessés que les agissements des Gardes rouges déchaînés en 1966-1967 ou les combats armés entre les « organisations de masse » rivales en 1967-1968. Il fut conduit par l'armée d'abord, puis par les nouvelles structures politiques qui remirent au pas les militaires grâce à la liquidation du maréchal Lin Biao en septembre 1971, quelques mois seulement après qu'il eut été proclamé le successeur de Mao. Cent millions de personnes ont été affectées par la Révolution culturelle, incluant les survivants estropiés à vie comme les familles dont l'existence a été simplement perturbée par les événements; le nombre de victimes directes, tuées, suicidées, voire dévorées puisque les cas de cannibalisme furent nombreux, serait d'un million. La dernière révolution lancée par Mao, afin de transformer les êtres, fut l'ultime tentative, par le refus de singer les étrangers (Occidentaux, puis Soviétiques), de perpétuer dans la modernité occidentale une essence proprement chinoise, rêvée depuis un siècle par les élites. La Révolution culturelle fut le baroud d'honneur du conservatisme chinois.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par zybine, amateur éclairé TOP 100 COMMENTATEURS le 2 mai 2014
Cette somme sur la Révolution culturelle est due aux talents conjugués de Roderick MacFarquhar (né en 1930), sinologue anglais qui a dirigé le prestigieux John King Fairbank Center for East Asian Research d'Harvard et à un collègue suédois de l'université de Lund, Michael Schoenhals (né en 1953).

L'ouvrage, imposant, se veut une invitation à la réflexion des générations présentes et futures (chinoises, mais pas seulement) sur cet assez indécryptable épisode de l'histoire de la Chine communiste.
Modestes, les auteurs ont surtout souhaité préciser les faits, et ceci à partir des dernières archives apparues. Il faut certes s'accrocher un peu devant la masse des événements, des personnages, des lieux mais la lecture reste aisée et il est même agréable, osons le mot, de suivre le récit des intrigues et des manipulations, des purges et des contre-purges, des disgrâces et rétablissements des dignitaires - jusqu'à l'évincement de Hua Guofeng par Deng Xiao Ping. Au-delà du mystère sans fond qu'est la motivation de Mao à détruire son parti et à sciemment provoquer le chaos, apparaît comme novatrice la peinture d'un Zhou En-Lai en organisateur/canalysateur sans état d'âme du défoulement gauchiste - et nullement dans la figure du droitier modérateur qu'on décrit habituellement. Les auteurs sont moins diserts sur les souffrances endurées par l'homme de la rue ou le cadre de base, qu'ont si bien rendues les romans de Wang Gang ou Yu Hua entre autres.
Lire la suite ›
2 commentaires 4 sur 4 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?