Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Les enjeux de la mondialisation culturelle [Broché]

Jean Tardif , Joëlle Farchy , Abdou Diouf
5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)

Voir les offres de ces vendeurs.


Vous cherchez un livre ?

Tous nos livres
Retrouvez nos meilleures ventes Livres à -5% et livrées gratuitement.

Description de l'ouvrage

5 octobre 2006 Hors texte
«Choc des civilisations», «Djihad versus McWorld», «exception culturelle» : c'est ainsi qu'est abordé à partir du milieu des années 90 le rôle de la culture dans les affaires mondiales. Depuis lors, les questions identitaires - donc culturelles - se sont imposées partout avec une acuité nouvelle, comme en témoignent les craintes suscitées par l'élargissement de l'Union européenne, l'affaire des caricatures de Mahomet dans un journal danois ou celle des frontières en Palestine. La mondialisation culturelle modifie les conditions dans lesquelles se déroulent les interactions entre les sociétés et leurs cultures. Dans la sphère médiatique globalisée, de plus en plus soumise à la logique économique, c'est aussi la maîtrise des symboles qui se joue, c'est-à-dire la structuration des imaginaires. Du coup, les différences entre les valeurs, les visions du monde et les modes de vie acquièrent une importance décisive.

La question la plus importante que pose la mondialisation n'est pas celle de savoir comment commercer davantage, mais plutôt de décider comment vivre ensemble à l'échelle planétaire avec des différences culturelles qui ne cessent de se renouveler.

Cet ouvrage situe les enjeux géoculturels dans une perspective stratégique. Il propose de les inclure, sur le même pied que les enjeux géopolitiques et géoéconomiques, dans la gouvernance mondiale que le système international actuel ne suffit plus à assurer. Les politiques nationales, indispensables pour gérer les conséquences de la mondialisation, ne pourront être efficaces que si des entités géoculturelles s'instituent comme aires d'interactions culturelles privilégiées. L'Europe des cultures, la Francophonie et l'IbéroAmérique, notamment, pourraient constituer des laboratoires du pluralisme culturel mondial et des alternatives crédibles à la perspective des- chocs de civilisations.

Jean Tardif a été professeur d'anthropologie au Congo (École nationale de droit et d'administration et Université de Lubumbashi) et à Montréal. Il a ensuite occupé divers postes au sein de la diplomatie québécoise, notamment celui de Délégué général du Québec à Bruxelles et de Directeur général des politiques. Depuis 1999, il est Délégué général de l'Association internationale PlanetAgora qui veut susciter des débats publics sur les enjeux extranationaux.

Économiste, Joëlle Farchy est professeur de Sciences de l'information et de la communication à l'université de Paris 1 et membre du Centre d'économie de la Sorbonne, Paris 1 - CNRS. Cette spécialiste de l'économie des industries culturelles et du droit d'auteur a notamment publié La fin de l'exception culturelle (CNRS Éditions, 1999), Internet et le droit d'auteur (CNRS Éditions, 2003), L'industrie du cinéma, (Presses Universitaires de France, coll. «Que sais-je ?», 2004).

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction :

En ces temps-là, le monde était multiple.
Ailleurs était vraiment ailleurs.
Le vaisseau thessalien a réduit le monde à n'être plus qu'un.
Rien n'est resté de l'ordre de jadis.
Sénèque

La dimension occultée de la mondialisation

Le Choc des civilisations, Djihad versus McWorld, c'est sous ces titres que deux politologues américains abordent de façon provocante, au milieu des années 90, le rôle de la culture dans les affaires mondiales. Dans un article publié par la revue Foreign Affairs en 1993 et suivi d'un livre au titre devenu emblématique, Samuel Huntington soutient qu'avec la fin au monde bipolaire entraînée par la chute du Mur de Berlin en 1989, les facteurs culturels vont définir les nouveaux clivages susceptibles de provoquer les conflits futurs. Benjamin Barber* (1996) fustige de son côté le capitalisme sans contrainte qui n'hésite pas à se parer des vertus du «marché démocratique» en s'appropriant l'info-spectacle. Le totalitarisme économique suscite et nourrit des résistances de plus en plus vives, tentées par l'intégrisme, qui cherchent dans les solidarités culturelles et/ou religieuses les moyens de combattre l'envahissement du matérialisme occidental perçu comme mettant à mal des modes de vie fondés sur d'autres valeurs. À la même époque et par un hasard apparent, se déroulent au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) les discussions visant à inclure les services audiovisuels dans le mouvement de libéralisation des échanges et qui vont déclencher le combat pour l'exception culturelle.
D'innombrables critiques ont stigmatise le catastrophisme de ces prophètes de malheur qui osaient douter des promesses conjuguées du nouvel ordre mondial annoncé et du libéralisme triomphant qui permettrait de réaliser le rêve de la paix par le doux commerce. Thomas Levitt (1983) n'avait-il pas déjà proclamé que «les préférences culturelles différentes, les goûts et standards nationaux, comme les institutions du monde des affaires, sont des vestiges du passé. [...] Ce sont des segments de marché qui existent dans des proportions mondiales.» Les raisons ne manquaient pas de dénoncer ce culturalisme qui semblait mettre en cause l'universalisme des Lumières, défier les acquis de la pensée stratégique conventionnelle et évoquer des perspectives dignes du Moyen Âge. Curieusement, rares sont ceux qui traitent les questions de fond soulevées par les deux auteurs américains.
Dix ans plus tard, au coeur même de l'Europe, les questions identitaires et culturelles imposent leur actualité brûlante avec la crise des banlieues en France, l'affaire des caricatures au Danemark et les refus français et néerlandais du Traité constitutionnel européen. Les questions identitaires qu'on croyait avoir «normalisées» avec la formation des nations modernes coïncidant avec les Etats resurgissent de l'intérieur et de l'extérieur comme des failles dans l'ordre établi.

Biographie de l'auteur

Jean Tardif a été professeur d'anthropologie au Congo (Ecole nationale de droit et d'administration et Université de Lubumbashi) et à Montréal. Il a ensuite occupé divers postes au sein de la diplomatie québécoise, notamment celui de Délégué général du Québec à Bruxelles et de Directeur général des politiques. Depuis 1999. il est Délégué général de l'Association internationale PlanetAgora qui veut susciter des débats publics sur les enjeux
extranationaux.
Economiste, Joëlle Farchy est professeur de
Sciences de l'information et de la communication
à l'université de Paris 1 et membre du Centre
d'économie de la Sorbonne, Paris 1 - CNRS. Cette
spécialiste de l'économie des industries culturelles
et du droit d'auteur a notamment publié La fin de
l'exception culturelle (CNRS Editions, 1999), Internet et le droit d'auteur (CNRS Editions, 2003), L'industrie du cinéma, (Presses Universitaires de France, coll. " Que sais-je ? ", 2004).

Détails sur le produit

  • Broché: 365 pages
  • Editeur : Hors Commerce (5 octobre 2006)
  • Collection : Hors texte
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2915286620
  • ISBN-13: 978-2915286625
  • Dimensions du produit: 20,8 x 14 x 2,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 50.677 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
5.0 étoiles sur 5
5.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
0 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une analyse lucide et passionnante 14 novembre 2006
Longueur : 1:37 Min
bonjour, je m'appelle Claude Nadeau, je suis musicienne (claveciniste) et j'anime une émission culturelle à la radio sur le réseau France Bleu :-)
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit
ARRAY(0xab8f8c24)

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?