Discussions entre clients > Forum de discussion top reviewers

Décision parlementaire


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 151-175 sur 289 de cette discussion.
Publié le 5 oct. 13 22:52:41 GMT+02:00
[Supprimé par l'auteur le 6 oct. 13 11:36:18 GMT+02:00]

Publié le 5 oct. 13 23:31:33 GMT+02:00
[Supprimé par l'auteur le 6 oct. 13 11:36:27 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 5 oct. 13 23:44:30 GMT+02:00
[Supprimé par l'auteur le 6 oct. 13 23:01:57 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 5 oct. 13 23:45:17 GMT+02:00
[Supprimé par l'auteur le 6 oct. 13 23:01:52 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 5 oct. 13 23:55:10 GMT+02:00
[Supprimé par l'auteur le 6 oct. 13 00:00:50 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 6 oct. 13 00:09:53 GMT+02:00
[Supprimé par l'auteur le 6 oct. 13 11:36:44 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 6 oct. 13 14:13:25 GMT+02:00
[Supprimé par l'auteur le 6 oct. 13 14:18:57 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 7 oct. 13 20:54:59 GMT+02:00
[Supprimé par Amazon le 7 janv. 14 06:58:00 GMT+01:00]

Publié le 7 oct. 13 23:04:12 GMT+02:00
[Supprimé par l'auteur le 7 avr. 14 22:07:27 GMT+02:00]

Publié le 9 oct. 13 13:28:12 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 10 oct. 13 09:34:45 GMT+02:00
Alatriste dit:
OK j'ai compris, je vois qu'une fois de plus on prend plaisir à nager au milieu du non-sens, ou comment parasiter une discussion qui s'annonçait à la base chargée de perspectives et propice à l'échange.
Et comme si cela ne suffisait pas, on en rajoute et on va même jusqu'à faire du copier- coller dans les autres discussions histoire de bien nager à contre-courant et de bien emmerder ceux qui vraiment souhaitaient débattre. LAMENTABLE et complètement HORS-JEU. Je ne pensais pas assister à une piètre pantalonnade encore autour d'un sujet qui pourtant se voulait sérieux à la base.
ASSEZ pour moi! Merci de tout coeur à ceux d'entre vous qui ont tout de même participé de façon cohérente à cet échange et peut-être à une prochaine fois sur un forum de discussion constructif, en laissant les aigris du clavier à la porte.

NB : En attendant à ceux-là je conseille de démarrer une discussion qui pourrait s'appeler "je pète la gueule en direct" ou "j'encaisse avant de rendre coup pour coup" ou enfin "Venez catcher sur Zonzon".... En plus adeptes il y aurait sans doute.

En réponse à un message antérieur du 9 oct. 13 13:52:16 GMT+02:00
[Supprimé par l'auteur le 13 mai 14 09:57:15 GMT+02:00]

En réponse à un message antérieur du 9 oct. 13 14:23:26 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 9 oct. 13 14:24:38 GMT+02:00
Alatriste dit:
Bonjour Isa et merci pour votre intervention.
Bien plus qu'amertume déception ou crainte il s'agit de clairvoyance avant tout. :)
Amicalement à vous aussi
Alatriste

En réponse à un message antérieur du 9 oct. 13 18:30:17 GMT+02:00
[Supprimé par l'auteur le 11 oct. 13 01:26:09 GMT+02:00]

Publié le 12 oct. 13 10:32:26 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 12 oct. 13 10:33:54 GMT+02:00
Alatriste dit:
Bonne nouvelle...... Buena noticia..... Such a good news......

Je viens de recevoir dans ma boîte aux lettres un livre de poche commandé jeudi matin et en découvrant ma facture, ô merveille, je constate que les frais de port restent à 0 et que la réduction de 5% reste appliquée.
Après tout, dans ce pays, pourquoi Castorama et Bricorama devraient-ils détenir le monopole du contournement de la loi?

En réponse à un message antérieur du 12 oct. 13 10:46:21 GMT+02:00
[Supprimé par l'auteur le 15 oct. 13 13:34:37 GMT+02:00]

Publié le 14 oct. 13 11:05:48 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 14 oct. 13 17:41:20 GMT+02:00
ecce.om dit:
Bonjour à tous,
Je souhaiterai intervenir sur ce sujet.

Une loi anti Amazon? A voir.

J'écarte de la réflexion les questions qui pourraient faire l'objet de discussions à part entière (pourquoi faudrait-il sauver les petits libraires, la mesure de l'utilité culturelle, les réflexions sur la réorganisation du circuit des libraires, la mise en place de groupements, la révision des politiques des éditeurs, de leurs marges, de celle des libraires...), pour en venir au sujet.

Examinons les différents cas.

1. J'habite dans une zone urbanisée avec des librairies à côté de chez moi.

Si le libraire vend ce que je souhaite, pourquoi irais-je commander sur Amazon, subir un délai plus ou moins long avec les aléas liés à la distribution par Adexo, alors que je peux l'acquérir directement au même prix (l'argument des 5% -1 ¤ pour un livre de 20 ¤ ! ne joue pas), en le parcourant en magasin ?
Si mon libraire ne l'a pas et que je le commande sur Amazon, en quoi vais je léser mon libraire qui ne le possède pas ?
Si je le paye plus cher en raison de l'amendement, cela ne changera rien à la marge d'Amazon et ne profitera pas davantage à mon libraire.
La question de la commande chez le libraire pourrait se poser mais dans la mesure où il ne sera pas compétitif en termes de délais, ne permettra pas la lecture des avis...C'est une fausse alternative.

2. J'habite dans une zone sans librairie autour de chez moi.

Je n'ai donc que le choix d'acheter par Internet. En quoi cette situation léserait-elle un libraire qui n'existe pas ?
Si je paye plus cher en raison de l'amendement, cela ne nuira toujours pas à Amazon et ne profitera toujours pas à un libraire.

3. Si je veux faire livrer un livre que j'achète, à une personne éloignée de chez moi, pourquoi passerais-je par un libraire ?
Si je paye plus cher en raison de l'amendement, cela ne nuira toujours pas à Amazon et ne profitera toujours pas à un libraire.

Bref, quel que soit le cas de figure, je vais payer plus cher sans que cela profite à un quelconque libraire.

Le vrai problème est ailleurs.
Le prix unique du livre empêchera Amazon de baisser sa marge pour absorber le coût de l'envoi, mais Amazon se moque de la répercussion des frais sur ses prix et maintiendra quand même vraisemblablement, la réduction de 5%. Son avantage concurrentiel est ailleurs.

La firme ne paye pas d'impôt en France et quasiment pas ailleurs.

Voici donc encore une loi bâtie sans réflexion, dictée par l'impulsion. Une loi à vocation punitive, mais qui tape à côté de la cible.

Publié le 15 oct. 13 12:10:16 GMT+02:00
Salut Ecce,

Tu as toujours été cet habile rhétoricien doublé de ce subtil créateur de métaphores lexicales toujours aussi affûtées et percutantes.

Mais je pense que tu connais le pouvoir de la rhétorique, dès lors qu’elle use et abuse des « si » ; « si » : conjonction de subordination ; le premier terme, conjonction, désigne un outil qui sert à établir une liaison entre deux parties ; le second terme, subordination, a pour sens de placer une personne ou un groupe de personnes dans un état de dépendance de quelqu’un ou d’un groupe de personnes ; et dans le cadre d’un discours, on obtient un texte qui établit un ensemble de liaisons logiques entre des arguments en vue de tenter de subordonner à sa propre opinion celle de celui à qui l’on s’adresse ; bref, il est assez redoutable ce petit « si » quand on en use et abuse sachant qu’il nous résume à lui seul toute la rhétorique.

Je te trouve d’autre part plutôt gonflé de nous demander d’écarter, d’emblée, de la réflexion, les questions qui pourraient faire l’objet de discussions à part entière, alors qu’elles sont inséparables de tout ton argumentaire.

Et quand tu parles « d’une loi bâtie sans réflexion, dictée par l’impulsion et à vocation punitive qui tape à côté de sa cible », au terme d’une argumentation où l’on ne compte pas moins de six « si »… tiens, six-si… Isabelle de Castille ne va pas manquer de nous rajouter six-si-l’Impératrice… c’est, d’une part, reprendre l’argumentaire larmoyant, à quelques petites nuances près, d'un Romain Vogt, patron d’Amazon-France, que l’on peut lire sur le Net ; et, d’autre part, plutôt faire injure aux députés, autant de gauche que de droite, qui ont abondamment phosphoré sur le sujet, en supprimant la gratuité du port et la ristourne de 5%, qui, cumulées, s’assimilent qu’on le veuille ou non, à du dumping, sachant que la double pratique amène (si l’on cumule le coût financier des deux) à vendre à perte un bouquin.

Ce qui revient à détourner la loi sur le prix unique qui avait été mise en place pour aider les libraires à résister à la concurrence de la grande distribution. Donc « la loi punitive et bâtie sans réflexion » vise, ni plus ni moins, à rétablir un équilibre - en période de crise, de surcroît - entre une corporation soumise à fiscalité, et une multinationale qui ne l’est pas, ou si peu.

«Cela fait six ans que l'on se bat contre ces pratiques déloyales qui freinent la croissance des ventes en ligne des plus de 500 librairies qui le proposent, indique Guillaume Husson, le président du SLF. Les libraires indépendants se félicitent que les pouvoirs publics cherchent enfin à remettre de l'équilibre dans les conditions de concurrence.»

Le texte doit à présent passer au Sénat. Il devrait être applicable au 1er janvier 2014.

Bon, maintenant, est-ce que la mesure prise sauvera les petites (moyennes et grandes) librairies ?

Prenons le modèle anglais :

« La disparition du prix unique en Angleterre dans les années 1990 n’a pas fait que des heureux. Sam Jordison, blogueur au Guardian, explique ainsi que la suppression du net book agreement (NBA) a eu deux conséquences :

1) la disparition des librairies indépendantes, remplacées par les chaînes comme Waterstone’s et surtout par les supermarchés.

2) une menace permanente sur les auteurs qui ne vendent pas énormément (ceux que les Anglais appellent « midlist »).

Bref, Jordison regrette amèrement le bon vieux temps, quand les éditeurs pouvaient fixer eux-même leur prix sans dépendre des supermarchés. Il va même jusqu’à vanter le modèle français en affirmant que les librairies indépendantes ont au moins une chance de survie en France. »

Et j’aimerais conclure par cet extrait de Christine Albanel quand elle était ministre de la Culture avant de rejoindre France-telecom. On peut apprécier ou non la personne, ce qu'elle exprime me paraît assez vrai :

« Il faut du temps pour lire un livre. Il faut du temps pour qu'un auteur naisse. Il faut du temps pour porter un ouvrage, pour le transmettre. Il faut du temps enfin pour qu'il rencontre son public. La littérature s'inscrit dans un temps long. Le manuscrit inachevé d'Irène Némirovsky, Suite française, a mis plus de soixante ans avant d'être découvert et enfin lu. Les livres ne sont pas égaux face à leurs lecteurs : certains sont d'une lignée connue, immédiatement reconnaissables, bénéficiant d'un large cercle d'admirateurs ; pour ceux-là le chemin est balisé et l'achat d'impulsion. D'autres sont plus discrets, appréciés d'un cercle restreint ; ceux-là ont besoin d'être découverts, recommandés. Les premiers ont leur place partout, les seconds vivent et se développent sur le terreau des libraires. Parfois, la greffe est miraculeuse : imprimé initialement à 5 000 exemplaires, L'Elégance du hérisson de Muriel Barbery ne serait pas aujourd'hui à un million de ventes si les libraires n'avaient pas relayé leur enthousiasme de premiers lecteurs auprès de leurs clients. Pour exister, les livres ont besoin de temps mais aussi d'espace. C'est ce qu'apporte, depuis 1981, la loi sur le prix unique. Pendant deux ans, le même ouvrage est proposé partout au même prix, quel que soit le point de vente, dans une grande ville, en zone rurale, ou à Paris. »

Le débat reste ouvert.

Bonne journée à toi et à tous

:-))

Pat.

En réponse à un message antérieur du 15 oct. 13 13:59:47 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 17 oct. 13 15:34:46 GMT+02:00
Exelcior legoux Fecit !
Sissi au-ssi oui bien évidentour !
Polenta de Castille .

En réponse à un message antérieur du 15 oct. 13 14:07:08 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 15 oct. 13 14:15:14 GMT+02:00
Eh :-)), t'as des réducs sur l'Eurostar, Bella ed Ardente Isabelle di Polenta della Castiglia Sbornia e Cucinata a Punto ?

En réponse à un message antérieur du 15 oct. 13 14:19:19 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 15 oct. 13 15:05:06 GMT+02:00
Carpe diem farcie ! pas de frais de porc et très bon ..
Ou bien un gefiltefishdiem ...
Alora , il faut partir et revenir vers 10 ou 11h du matin ..
Tjrs hyper avantageux .

IdC

En réponse à un message antérieur du 15 oct. 13 14:38:11 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 15 oct. 13 14:46:30 GMT+02:00
ecce.om dit:
Ah Patrick,
vil flatteur alors que je suis si faible...

Mais je te retourne le compliment car je constate que si tu poses LA bonne question ("est-ce que la mesure prise sauvera les petites (moyennes et grandes) librairies ?"), tu te gardes bien d'y répondre.

Tu m'opposes simplement que mon raisonnement s'apparente à celui du patron d'Amazon France (sans dire en quoi cela le rendrait éventuellement moins pertinent) et tu rappelles à juste titre, que (grosso modo) le prix unique du livre a sauvé les libraires en France et qu'un livre n'est pas un produit comme les autres. Certes, mais ça n'est pas le débat.

Alors, je reprends mes arguments si tu veux bien (oups, un 1er si).

Quand on a le choix entre un achat chez un libraire ou chez Amazon, on choisit à mon avis (disponibilité immédiate, possibilité de feuilleter le livre, service, échanges...), la librairie.
Quand on n'a pas le choix (pas de disponibilité ou pas de librairie), on choisit Amazon qui du coup, retrouve des avantages (avis des clients, liens, livraison...).
Dans les 2 cas, je ne vois pas en quoi interdire le cumul de la réduction et celui de la gratuité des frais de port va profiter aux libraires.

Tout au plus, cette mesure pourrait freiner les achats impulsifs faits le soir derrière son écran, quand on a la flemme d'aller le lendemain chez son libraire.
Je ne suis pas du tout persuadé, que cela soit suffisamment dissuasif.

Je fais d'ailleurs observer que si Amazon choisit de conserver la gratuité des frais d'envoi en renonçant à la réduction de 5 %, le consommateur se trouvera face à un livre à un prix identique à celui d'un libraire (sauf FNAC, Chapitre -qui va très mal- et quelques autres libraires qui pratiquent le système de cartes de fidélité). Les librairies Cultura sont pleines alors même qu'elles ne pratiquent ni remises, ni cartes de fidélité)

Par contre, dans les 2 cas amenant à privilégier Amazon (pas le livre ou pas le libraire in situ), le consommateur va payer plus cher.
Et du coup acheter moins de livres.
Et du coup, faire vivre moins d'auteurs.
Et du coup, faire disparaître la diversité.
Et du coup, nous transformer tous en consommateurs de Marc Levy ou de ces ½uvres formatées à l'excès.
Et du coup on va tous mourir.

Donc, je maintiens que cette décision ne changera rien sur le fond et que la réponse est plutôt à chercher du côté d'une réflexion plus large sur le lien entre le livre et l'action culturelle, sur les politiques éditoriales, sur les marges des libraires, leur regroupement logistique...Toutes questions qui à mon avis, n'entrent pas dans le débat à ce stade.

Mais comme tu le dis, le débat est ouvert et c'est bien l'essentiel.
A bientôt.

NB1 : tu ne m'en voudras pas de ne pas commenter ton passage sur " l'injure aux députés, autant de gauche que de droite, qui ont abondamment phosphoré sur le sujet". C'est vrai, si les députés élaboraient parfois de mauvaises lois, ça se saurait ! ;-))
NB 2 : je ne suis pas à l'origine des VNU qui viennent d'arriver sur différents messages dont le tien. Cela va sans dire, mais encore mieux en le disant.

En réponse à un message antérieur du 15 oct. 13 15:07:04 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 15 oct. 13 17:09:41 GMT+02:00
Alora :

Mais MrD enfin !

Y'en a assez ! mRd !: « Le sophiste aux multiples têtes nous a forcés à accorder, malgré nous, que le non-être existe d'une certaine manière. » !

Alors : « L'impression que les sophistes donnent à ceux qui les écoutent est donc, il me semble, de connaître parfaitement ce qu'ils contredisent. » !

DONC :
« L'Etranger : Mais voilà que nous avons démontré non seulement que le non-être existe, mais aussi nous avons mis en évidence la forme qui se trouve être celle du non-être, car, une fois démontré que la nature de l'autre existe, et qu'elle se trouve divisée en parties dans tous les êtres lorsqu'ils ont des rapports mutuels, nous avons eu le courage de dire que le non-être est réellement ceci : la partie de la nature de l'autre qui est opposée à l'être de chaque chose. »

Et voilà , l'affaire est dans la ZUP !....

Le sophiste de Platon .

Ps : je vote NON utile à la déclamation d'ecce , parce que c'est la vérité lumineuse et vrai , que c'est faux et que je le pense profondément et viscéralement , quoiqu'il en dise et fasse !

En réponse à un message antérieur du 15 oct. 13 16:24:06 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 15 oct. 13 19:14:54 GMT+02:00
Ecce,

Evidemment que je me garde bien de répondre au fait de savoir si cela va ou non sauver les librairies indépendantes ; comment pourrais-je le savoir, sachant que, déjà, nos spécialistes en pointe, totalement largués par un modèle sociétal dont ils vantaient il n'y a pas si longtemps que cela les qualités, sont bien incapables de faire des prévisions qui vont au-delà de ce que la météo, elle, prévoit souvent avec plus de précision.

Quant à dire si le modèle proposé par Amazon est pertinent, oui, bien sûr, il l'est nécessairement, puisqu'il phagocyte lentement mais sûrement toutes les parts du marché de la culture les unes après les autres ; reste à voir sur le long terme si le phagocytage ne va pas se transformer en apoptose. Demandons à Hervé ce qu'il en pense.

Maintenant, quand on a la possibilité, comme tu l'avances, entre un achat de bouquin chez un libraire ou chez Amazon, je ne suis pas sûr du tout que l'on choisisse systématiquement la libraire, en dépit de la disponibilité, la possibilité de feuilleter le livre, le service, les échanges, etc... ; tu connais le principe de Peter, ecce, qui, appliqué au choix que tu soulèves, voudrait que le consommateur choisisse le chemin nécessitant la dépense énergétique musculaire la plus basse dans la hiérarchie de l'effort à fournir.

D'ailleurs, en parcourant un certain nombre de coms, on note à quel point le Principe de Peter a, lui, un avenir radieux devant lui, lorsque l'on découvre, sur le site, à quel point les livraisons à domicile ont le vent en poupe avec les coton-tiges, la lessive, les boîtes de tisane, le savon, la vaisselle diverse et variée, le détergent, les paires de chausson, les slips, et à terme, ça ne saurait tarder, les pâtes, le riz, les oeufs, et la purée mousseline.

Et dans un avenir qui ne devrait pas être si éloigné que cela, au train où va le Principe de Peter, on peut imaginer un kit, proposé par Amazon, qui, à partir de l'azote, de l'oxygène et du gaz carbonique de chaque appartement douillettement confiné, serait à même de fabriquer les protéines, les glucides et les lipides vitales ; 1800 kcal certifiés Amazon ; auxquels on rajouterait les vitamines et les oligo-éléments, eux, issus d'un second kit, où seraient au préalable broyé toute la hitech à usage unique, dont les métaux et métalloïdes indispensables au métabolisme seraient isolés et compactés au sein de petites gélules ou suppositoires.

Un peu plus tard, une à deux décennies, ce qui me paraît toutefois long, le phagocytage de Google et de Face-Book par Amazon, qui, du coup, changerait de logo pour se dénommer Amazing, plus universel, planétaire et glamour.

Amazing qui suggérerait alors de ne plus avoir à sortir de son pieu à géométrie adaptable, et variable 24h sur 24h, en proposant le kit à brancher sur la vessie, en passant au préalable par le nombril, pour y puiser directement l'eau, l'azote, le carbone, re-métabolisé en protéines, glucides, lipides, qui seraient délicatement ré-injectés, par un subtil et efficace processus de double flux permanent, toujours par le nombril, mais cette fois-ci à destination de la vésicule biliaire et du duodénum.

Demandons d'ailleurs à Isabelle de Castille, notre délicieuse et sensuelle experte en SF, si cela n'a pas déjà été prévu ?

Qu'en penses-tu ma biche ?

A + :-))

Pat.

En réponse à un message antérieur du 15 oct. 13 16:59:31 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 15 oct. 13 17:07:48 GMT+02:00
Merci , Merci , ..
Hum , hum hum hum... Oui ..
Tout à faisselle , dans deux romans , actuellement confidentiels ..
Voilà , oui c'est moi !
Si si signore !

En réponse à un message antérieur du 15 oct. 13 17:11:29 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 15 oct. 13 17:59:25 GMT+02:00
ecce.om dit:
L'argument de la paresse n'est pas à négliger en effet.
Comme toi, je suis assez étonné en voyant ce que certains achètent par correspondance.

Limitons déjà le périmètre de notre enquête.

Peut être que parmi eux se trouvent :
- des êtres éloignés de la moindre boutique de quoi que ce soit, au fin fond de la Creuse ou dans le XVIème arrdt parisien.
- de "faux" commentateurs ou des "testeurs" qui reçoivent le balai à chiottes ou l'étui-TV à lunettes marqué "y a que là que chui bien" pour les essayer.
- certaines personnes qui ne souhaitent pas aller chez un petit libraire parce qu'elles n'aiment pas ça pour des raisons qui ne regardent qu'elles et peuvent être très honorables. Car tous les libraires ne se valent pas loin de là.

Mais en dehors de ces cas là, il est possible en effet, que la facilité de commander en pantoufles l'emporte chez certains flemmards pathologiques.

Mais Patrick dans ce cas, j'ai peur que même une "surtaxe" ne les empêchera pas d'acheter demain sur Amazon.

et ce ne serait pas grave.

Car franchement, si tu es trop paresseux pour aller de temps en temps chez ton petit libraire quand tu en as un (correct) à côté, pourquoi aurais tu suffisamment de courage pour lire autre chose que du pré-mâché ? (en clair, ce paresseux intégral n'achètera que de la daube sur Internet).

Et dans ce cas, Patrick, ne serait-il pas préférable que nos libraires meurent dignement (par exemple en se faisant seppuku et en répandant leurs tripes sur les derniers Foenkinos ou Levy qui serviraient enfin, à absorber quelque chose de tangible), plutôt que de les voir survivre en vendant certains livres qui ne font marcher que les yeux ?

Quant à l'avenir...Peut être qu'un jour grâce à Amazon, tu pourras commander depuis un point A de l'hexagone, un suppositoire qui viendra se ficher dans la base arrière d'une personne située à un point B.

Anus horribilis !
[Ajouter un commentaire]
Ajouter votre propre message à la discussion
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Aller s'identifier
 


 

Cette discussion

Participants:  26
Nombre de messages :  289
Message initial : 3 oct. 13
Dernier message :  21 janv. 14

Nouveau ! Soyez notifié par e-mail lorsque de nouveaux messages sont publiés.
Suivi en cours par 8 clients

Rechercher parmi les discussions des clients