Discussions entre clients > Forum de discussion top reviewers

les manoeuvres commerciales d'AMAZON, nous sommes les juges de paix finaux


Trier par: Le plus ancien en premier | Le plus récent en premier
Afficher les messages 1-25 sur 27 de cette discussion.
Message initial: 14 août 14 18:06:06 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 14 août 14 19:15:18 GMT+02:00
AO dit:
Voilà un article de l'Huffington post partagé sur FB et içi :

ÉDITION DE L'ARTICLE :

"Amazon est un géant décidément bien rancunier.

Vertement critiqué par Aurélie Filippetti pour ses "pratiques inqualifiables", le distributeur en ligne affronte actuellement une vague de contestation en provenance des éditeurs et auteurs américains.

En ligne de mire, son conflit avec la filiale locale du Français Hachette, qui refuse de casser les prix des livres numériques aux Etats-Unis.

En retour, Amazon pratique des mesures de rétorsion afin de faire plier la maison d'édition.

La ministre de la Culture estime mardi 12 août dans Le Monde que "cet épisode est une nouvelle révélation des pratiques inqualifiables et anticoncurrentielles d'Amazon".

"C'est un abus de position dominante et une atteinte inacceptable contre l'accès aux livres. Amazon porte atteinte à la diversité littéraire et éditoriale", ajoute-t-elle.

Dans sa querelle qui l'oppose à Hachette, Amazon réclame une baisse de prix des e-books, à 9,99 dollars, au lieu de 14,99 ou 19,99 dollars (soit un montant proche de la version papier de l'ouvrage).

Selon les calculs du groupe dirigé par Jeff Bezos, cet ajustement tarifaire permettrait de vendre 1,74 fois plus d'exemplaires, augmentant alors les revenus du secteur de 16%. Amazon réclame aussi un changement dans la répartition des revenus, demandant 30% des recettes.

En vain, car Hachette ne compte pas bouger d'un iota.

Comme dans la plupart des conflits auquel il participe, le géant américain est prêt à tout pour faire plier ses adversaires. Voici les mesures les plus marquantes imaginées par Amazon en réponse à ses opposants.

RUSE N°1: ALLONGER LES DELAIS DE LIVRAISON.

C'est ce qu'a choisi le distributeur dans son combat contre Hachette. L'éditeur ne veut pas baisser ses prix?
Tant pis, Amazon va tout faire pour réduire son attractivité sur le site.

En allongeant ses délais de livraison, l'entreprise fait tout pour dissuader le client et l'amener à passer son chemin ou à se tourner vers d'autres produits.

"Amazon conserve ses stocks à des niveaux minimum et réapprovisionne lentement certains livres d'Hachette, causant des délais de disponibilité de deux à quatre semaines pour des raisons qui lui sont propres", indiquait en mai une porte-parole de la filiale américaine d'Hachette.

Selon l'éditeur, l'allongement des délais concernerait essentiellement les livres de son catalogue, et moins les nouveautés.

RUSE N°2: FAVORISER D'AUTRES EDITEURS.

Toujours selon Hachette, Amazon irait même plus loin en proposant à ses clients des titres provenant d'autres éditeurs sur les thèmes qui les intéressent.

RUSE N°3: RETRAIT DU CATALOGUE KINDLE.

En février 2012, Amazon scandalisait une nouvelle fois le monde de l'édition en proposant à ses partenaires éditeurs et distributeurs de nouvelles conditions de vente, lesquelles revoyaient la valeur des catalogues numériques à la baisse.

La résistance de l'Independent Publishers Group (IPG), 2e distributeur américain, lui avait valu le retrait de ses 5000 titres du site de e-commerce.

Trois mois ont été nécessaires pour parvenir à un accord acceptable pour les deux parties.

Confidentialité oblige, le bras de fer est resté sans vainqueur désigné.

L'une ou l'autre partie ne souhaitant pas forcément apparaître comme trop indulgente ni prête à se laisser dicter des conditions d'utilisation.

RUSE N°4: DISPARITION DES PRE-COMMANDES

En parallèle à la guerre contre Hachette, Amazon a ouvert un nouveau front le 11 août face à Disney.

Réclamant un meilleur partage des revenus entre producteur et distributeur, la firme de Jeff Bezos a choisi d'enlever le précieux bouton de précommande.

Il est ainsi impossible d'acheter en avance Captain America, le soldat de l'hiver (sortie 9 septembre) ou Maléfique (4 novembre).

En restreignant les précommandes, Amazon peut influer notablement sur l'avenir commercial d'un titre.

Ce n'est pas la première fois que le site passe par ce moyen pour négocier.

En mai et juin, plusieurs titres de Warner étaient indisponibles en précommande.

À noter que les versions téléchargeables n'ont jamais été touchées, Amazon ne s'en prenant qu'aux supports physiques.

Bien que déclinant, ces derniers constituent encore une manne importante des revenus des studios. Et ils transitent presque entièrement via la vente en ligne.

RUSE N°5: LOBBYING PRENDRE LES CITOYENS A PARTIE.

Afin de s'offrir le soutien des écrivains dans la bataille qu'il mène face à Hachette, Amazon a proposé aux auteurs de céder 100% de leurs droits sur l'édition électronique.

Un geste valable pendant une période donnée, rejetée par les écrivains, dénonçant une "solution à court terme qui encourage les auteurs à prendre parti contre leurs éditeurs".

Dans un autre registre, Jeff Bezos a initié une gigantesque campagne de lobbying pour échapper à une taxe américaine à l'été 2011.

Amazon a donc dépensé plus de 5 millions de dollars pour s'opposer à cette tentative.

Des centaines de personnes PAYEES par le géant ont ainsi collecté des milliers de signatures afin d'organiser un référendum.

Ce dernier n'aura jamais lieu, après un arrangement à l'amiable avec l'Etat de Californie.

À la clé, Amazon a économisé 200 millions de dollars mais annoncé l'ouverture de deux entrepôts.

RUSE N°6: CONTOURNER LA LOI SUR LES FRAIS DE PORTS.

Amazon, à qui la loi française interdit désormais de cumuler la gratuité des frais de port et la remise de 5% sur les livres, a "abandonné" la gratuité des frais de livraison...

...pour les établir à 1 centime d'euro le 10 juillet.

Pas mal pour une loi surnommée "loi anti-Amazon".

RUSE N°7: CHANTAGE A L'EMPLOI

Mécontent de son régime fiscal au Tennessee, Amazon a menacé d'implanter ses entrepôts dans l'Etat voisin de la Géorgie si on l'obligeait à régler son ardoise.

Même chose en Indiana ou en Pennsylvanie, où Amazon ne paie pas les taxes, en s'abritant derrière le fait que s'il a bien des entrepôts dans ce dernier Etat, ils appartiennent à une de ses filiales, pas à Amazon directement.

Une étude montrait en 2010 que pas moins de 16 autres états avaient exempté Amazon de taxes, bien qu'Amazon y possède des entrepôts."

Le HuffPost Par Grégory Raymond
Publication: 12/08/2014 16h06 CEST

Donc c a nous LES CLIENTS de savoir si les pratiques de ce "GEANT" sont acceptables tant en matière d'Impôt, de politique salariale ou d'écrasement de tous ceux qui se mettent en travers de SON BENEFICE destiné à enrichir uniquement SES actionnaires.

Comme disait Coluche: "Quand on pense qu'il suffirait que les gens n'achetent plus pour que ça ne se vende pas ! "

Baisse du pouvoir d'achat, augmentation des impots...defection ou trahison des partis politiques de tous bords...

Mieux que pour les banquiers, ici, nous, LES CLIENTS, sommes en première ligne pour OBLIGER ce marchand là ...a faire autrement et a être respectueux de tout et de tous...et à vivre sans empêcher les autres de vivre ou contourner les lois qui le dérange.

Si les politiques ne savent rien faire, LES CLIENTS PEUVENT TOUT !

THINK !

Nous sommes les vrais maîtres de jeu...
alors jouons avec Jeff BEZOS puisqu'il veut jouer !!!

Pas belle la vie !

Publié le 19 août 14 12:53:46 GMT+02:00
Ribaude dit:
C'est décidé, j'achète des actions Amazon !
Plus sérieusement, il y a toujours moyens de se défendre. Et c'est heureux. Par exemple, prenons mon libraire chez qui je commande et achète mes bouquins sans remises. Enfin sans remises, jusqu'à aujourd'hui car mon libraire, qui fait probablement partie d'un réseau, vient de mettre en place sa carte fidélité qui me donne droit à « mes » 5% dès mon 10 ème achat avec effet rétroactif ...
Alors elle est pas belle la vie ?

Publié le 19 août 14 13:35:24 GMT+02:00
1)Amazon est une entreprise.
2) Comme toute entreprise sensée, l'objectif est de générer de l'argent, toujours plus.
3) Cette guerre contre Hachette est légale.
4) Amazon obtiendra des bénéfices en menant cette guerre contre Hachette
5) En parlant de guerre, je vous convie à regarder ce qui se passe dans le monde avant de se plaindre d'une action Amazon tout à fait légitime.
6) Rien n'oblige personne à commander sur Amazon. Hachette vend ses produits directement sur son site.
7) Amazon respecte TOUTES les lois.

8)Arrêtez de vous plaindre et quittez votre écran.

En réponse à un message antérieur du 19 août 14 15:11:48 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 19 août 14 22:17:58 GMT+02:00
AO dit:
Benjamin Ledru, l'etudiant belge du top 500 des commentateurs :

Desolée mais

1) Une entreprise peut/DOIT se conduire en bon citoyen c'est mieux pour notre futur...enfin surtout le votre, le mien est presque terminé !

2) Les marchands d'armes comme autres Sealands sont aussi sont des entreprises qui cherchent a gagner de l'argent mais il a des manieres de faire differentes les unes des autres.

Bien sur je ne parle pas des lobbys qui ont reussi a faire admettre par l'Europe que recolter ses propres graines et faire sa soupe d'ortie ou son compost allaient etre illegaux parce que ça empeche les marchands d'en vendre !

Non plus que le paiement en liquide limité a 300 euros pour que chacun fasse l'acquisition d'une carte premier pour faire ses achats pour la plus grande joie des banques ! Les cheques ( gratuits ) etant deja refusés dans un maximum de magasins !

3) AUCUNE "guerre" n'est LEGALE ...vous avez pêché ça où ? mais la loi contournée astucieusement permet de tuer la concurrence c vrai et c'est une realité a changer !

4) C bien la guerre contre Hachette ....Et alors... on devrait selon vous les feliciter... vous etes actionnaire chez Amazon et pas chez Hachette, je présume !

5) Quel rapport avec la flexibilité des queues de vaches...c n'est pas de la philosophie mais un article de journal sur l'economie internet et la culture ...donc quel rapport avec l'actualité guerrière internationale ?!

6) Oui, il faut que les clients intelligents quand ils le peuvent, achètent ailleurs ...produits, services et loisirs...pour stigmatiser et couler les capitalistes sans foi ni loi et les obliger a agir autrement... de force ! Restaurer l'economie locale !

Ils ne sont que 1% de l'humanité... nous sommes donc plus nombreux !

7) Amazon ne respecte pas les lois... elle les contourne legalement avec subtilité ce qui est different parce qu'effectivement elle en a les moyens financiers pour payer de bons avocats et grace a des politicars pas doués pour les ecrire les lois et corruptibles...tout autour du monde.

8) Où êtes vous allé chercher que JE me plaignais ? C'est Pierre Gattaz le patron du MEDEF qui vous l'as soufflé ?!!!

Je constate et je réagis !

Je partage ici un article de journal que je trouve fort censé et j’appelle les " CLIENTS " et les "CITOYENS " lambda a faire changer ce monde de megalos qui n'en veulent qu'a notre fric pour juste gagner le leur...par n'importe quel moyen et quoi que cela coûte a l'humanité toute entière !

C'est un forum de discussion ICI que je sache et pas d’oukases, chacun fait ce qui lui plait ! Donc calmez ce ton péremptoire superfetatoire !

MAIS en meme temps si A VOUS ( le 419 eme ELU vuté et peut-etre mandaté par Amazon) cela ne vous plait pas... aller voir ailleurs des fois que j'y sois aussi avec le meme discours !!!

Publié le 19 août 14 15:19:42 GMT+02:00
MoreauD dit:
Nous sommes "encore" libres de choisir les lieux de nos achats selon nos propres critères de réflexion, c'est quand même bien là l'essentiel !

En réponse à un message antérieur du 19 août 14 15:33:56 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 19 août 14 16:49:44 GMT+02:00
AO dit:
Vous avez raison, il faut agir selon ses propres critères de reflexion.

L'information de faits précis et la discussion autour de ces faits et agissements permettent des éclairages differents qui peuvent faire bouger les lignes...

Je ne crois pas a une revolution dans la rue...la prochaine sera economique et elle sera derrière les ecrans informatiques...

Et comme disait l'autre..." j'y suis j'y reste"...derriere mon ecran !

Publié le 19 août 14 22:08:49 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 19 août 14 22:21:44 GMT+02:00
AO dit:
QUI TROP EMBRASSE MAL ETREINT : Quelques articles partagés sur Fb et ici :

REGARDONS CETTE HISTOIRE DE LIVRES SOUS LE FORMAT EPUB , ou l'histoire de l'arroseur arrosé !
par Nicolas Gary Directeur de la publication de ActuaLitté. Le dimanche 03 août 2014 à 11:24:23

"Amazon transformé en boutique de téléchargement illégal pour livres.
Sur les fiches livres d'Amazon, des ebooks en format EPUB gratuits, et piratés.
Amazon ne pouvait pas être l'entreprise géante, obsédée par les parts de marché que l'on décriait.

Il fallait qu'à un moment, elle sorte de son environnement de lecture propriétaire, le Kindle, et qu'elle accepte l'ouverture aux formats interopérables, ouverts, et open source. C'est chose faite : on trouve désormais des fichiers EPUB dans les livres numériques.

Si, si : et on n'a même pas à payer pour les télécharger.

Le site Library Genesis est basé en Russie, et représente certainement la plus grande base de données en matière de livres numériques et autres ressources documentaires.
Au dernier recensement, on décomptait plus d'un million de livres de non fiction, plus de 900.000 de fiction, ainsi que 20 millions d'articles de presse, en science, histoire, art, etc. Mais également des comics, des magazines et des peintures. Au total, au moins 30 To de données, « facilement la Library of Congress du monde numérique ».

De son côté, Amazon est une société privée, qui a industrialisé la vente d'ebooks, et créé un marché là où personne n'était encore parvenu à fédérer les consommateurs. Et ce, grâce à un format de livres numériques propriétaires, lisibles uniquement sur les différents machines Kindle - lecteurs ebook et tablettes.

Mais quand bien même on serait le plus important marchand (réalisant plus de 60 % des ventes d'ebooks du groupe Hachette, aux États-Unis), on n'a pour autant pas l'offre la plus complète au monde.

Et c'est ici qu'interviennent de vils développeurs assoiffés de partage.
Les pirates s'attaquent en effet au modèle commercial de l'entreprise, avec une petite extension qui transforme Amazon en boutique de contrefaçon.

L'extension LibGen, pour Library Genesis, nous y voilà, ne fonctionne que sur le navigateur Chrome, mais une fois installée, fait de vrais miracles.
Elle va en effet comparer la page du livre que l'on consulte, en interrogeant la base de données de Library Genesis, et proposer des sources de téléchargement illicites, juste au-dessus de la fiche produit d'Amazon.
Le plug-in LibGen référence plus d'un million de livres, mais, diable, ne fonctionne que sur la version américaine du site marchand. Et bien entendu, une grande part des fichiers proposés au téléchargement pirate sont au format EPUB, que le Kindle ne supporte pas.

Tout est donc fait pour offrir aux clients une solution de téléchargement qui impacte le modèle marchand d'Amazon, mais également profiter d'un format ouvert, à lire sur n'importe quel type d'appareil
[NdR : à l'exception du Kindle, évidemment].
On retrouvera également quoi que ce soit moins intéressant, du format PDF - le tout avec généralement trois liens miroirs pour récupérer ledit fichier.
Cependant, la transformation d'Amazon en site pirate ne date pas d'hier : voilà quelques années, rappelle Torrent Freak, une extension pour Firefox proposait des liens de téléchargement Pirate Bay, sur toutes les fiches produit concernant le cinéma ou la musique. Le module avait été mis hors ligne peu après que les médias commencèrent à en parler.
Chose amusante, cependant, le moteur de LibGen n'est pas très efficace ; s'il faut reconnaître que l'idée est amusante, les résultats de recherche n'ont pas une pertinence exceptionnelle.
Il n'offre parfois que des résultats vaguement liés par un mot clef, et n'effectue pas une véritable identification, par ISBN, par exemple, de l'oeuvre que l'on consulte.Amusant, dans tous les cas, et assez prescripteur, finalement, surtout dans ses erreurs.

Mise à jour le 4/08 à 11 h : Sollicités par des lecteurs inquiets, nous avons pris le temps de vérifier quelques aspects supplémentaires de cette fonctionnalité inédite. Il semble bien qu'elle ne fonctionne qu'avec des ouvrages types romans - manga, comics, graphic novels n'ont pas de correspondance dans les bases de données de LibGen."

POURQUOI TOUT LE MONDE A UNE BONNE RAISON DE DETESTER AMAZON :
par Benoist Fechner, publié le 28/07/2014 à 11:05, mis à jour à 18:30

"Le géant américain de la distribution en ligne, Amazon, a publié jeudi des résultats plombés par des investissements massifs, quitte à contrarier ses actionnaires... Et à rallonger encore la liste de ses détracteurs.
Qu'ont en commun, Wall Street, la CGT, la ministre Aurélie Filippetti ou encore les libraires parisiens?
Tous, pour des motifs très différents, ont une dent contre Amazon, le rouleau compresseur de la distribution en ligne.
Et tous ont un jour rêvé de faire ravaler à Jeff Bezos, le patron de l'entreprise, cet insolent "sourire fléché" qui tient lieu de logo à sa marque.
La présentation jeudi des résultats semestriels de l'entreprise va dans ce sens.
Elle a fait apparaître une perte supérieure aux attentes du marché pour le deuxième trimestre.
Et quitte à exaspérer encore un peu plus les actionnaires, son directeur financier a prévenu que cela s'aggraverait lors du troisième trimestre.
Si la nouvelle laisse de marbre un Jeff Bezos sûr de sa stratégie, il s'agit bien de la dernière péripétie en date de la détestation croissante d'Amazon dont L'Express vous livre la preuve par 9.

1. WALL STREET ET SES ACTIONNAIRES

Ils lui vouent une détestation au moins ponctuelle. En cause, la stratégie d'Amazon qui l'a conduit à présenter jeudi un déficit net de près de 100 millions d'euros pour le deuxième trimestre 2014 et des perspectives de perte opérationnelle de l'ordre d'un demi-milliard de dollars pour le troisième trimestre.
Des chiffres vertigineux, mais pas si inquiétants puisqu'ils résultent essentiellement des investissements massifs réalisés, tous azimuts par la société.
Une stratégie de conquête de nouveaux marchés qui permet à Amazon d'afficher une croissance de 23% de son chiffre d'affaires, à plus de 19 milliards de dollars.
Tablettes, décodeur télé, smartphone, livraison par drones, nouveaux services "cloud" de vidéo et de musique en ligne, entrepôts pour sa nouvelle division épicerie...
Amazon, comme une start-up, sacrifie sa rentabilité à son développement. Le problème, c'est qu'Amazon n'a plus l'âge d'une start-up et les actionnaires veulent un retour sur investissement sous forme de hausse du titre ou de versements de dividendes. "Nous n'essayons pas d'optimiser nos profits à court terme", reconnait, très cash, Tom Szkutak, le directeur financier de l'entreprise. Un message reçu cinq sur cinq par les actionnaires, dont les ventes massives ont fait perdre jeudi au titre Amazon un dixième de sa valeur. Mais ça n'empêchera pas l'ogre de poursuivre son festin.

2. LES EMPLOYES ET LES SYNDICATS

Sans parvenir à satisfaire ses actionnaires, Amazon est déjà fâché depuis longtemps avec ses salariés et les syndicats qui les représentent. En cause, des pratiques managériales un brin "border line" et une pression constante sur les salaires qui font régulièrement monter la grogne.
C'est notamment le cas en France, mais aussi aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou encore en Allemagne, où le centre de distribution de Leipzig était jusqu'en mars dernier le théâtre de grèves à répétition.
On se souvient en outre du récit choc du journaliste Jean-Baptiste Malet qui s'était fait embaucher en 2012 dans l'entrepôt de la multinationale à Montélimar. Dans son livre, En Amazonie (Et disponible sur... Amazon!), il décrivait des conditions de travail "dignes du XIXe siècle".

3. LE FISC ET LES CONTRIBUABLES

Toujours sur un plan social, si Amazon n'exaspère pas encore totalement le contribuable (quel que soient les cohortes de ses détracteurs, le consommateur continue à plébisciter la marque), il est en revanche depuis un bon moment dans le collimateur du fisc des deux côtés de l'Atlantique. Côté français, il a fallu attendre 2012 pour que les services de Bercy décident de déclarer la guerre à l'optimisation fiscale des géants de l'internet. Après avoir ciblé Google, il réclamait ainsi à Amazon 252 millions de dollars (198 millions d'euros) d'arriérés d'impôts, d'intérêts et de pénalités liés à la déclaration à l'étranger de chiffre d'affaires réalisé en France. Deux ans et un redressement fiscal plus tard, le siège de l'entreprise est toujours installé au Luxembourg et les impôts dont elle s'acquitte en France restent sans commune mesure avec le chiffre d'affaires qu'elle y réalise.

Début juillet, le Financial Times révélait qu'Amazon était désormais dans le collimateur de Bruxelles.

4. LES LIBRAIRES

Voilà dix ans que les libraires, qu'il s'agisse de petites boutiques indépendantes du coin de la rue ou de grosses machines comme la Fnac, observent d'un oeil inquiet la montée en puissance du géant américain.
Or depuis 2013, le marché du livre est en baisse (-2% l'an dernier). Et pendant que le marché décline, Amazon continue d'accroître sa position sur ce marché qui n'est plus son coeur de métier, à tel point qu'à l'horizon 2017, il sera devenu le premier libraire de France.

Le petit monde de la librairie est en émoi. "Est-ce que je déteste Amazon? C'est plus compliqué.
D'un côté je déteste ses méthodes de voyou - cette façon de contourner la loi, de maltraiter ses salariés. De l'autre, je vois des gens qui font un travail formidable et une réussite qui force l'admiration." Jerôme Dayre connait bien Amazon.
Cet ancien libraire parisien est le fondateur de Librest, un collectif de libraires indépendants, constitué notamment en réponse à la concurrence grandissante du géant américain.
Pour lui, "s'enfermer dans la détestation d'Amazon est une façon pour les libraires de se dédouaner de leur propre incompétence." Lui préfère "réagir" et se "battre" même s'il est conscient que "le combat est inégal".

Depuis 2009, Librest est aussi une plateforme de vente de livres sur internet qui s'appuie sur un modèle "Click and Mortar", comprenez par-là que ses clients achètent en ligne, et peuvent choisir d'aller chercher leurs livres dans leur librairie de quartier. Si cela ne contrarie pas trop le géant américain, c'est le signe que les indépendants ne restent pas les bras croisés.

5. AURELIE FILIPPETTI

C'est justement pour aider les libraires que la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a soutenu, en juin dernier devant le Parlement, une loi encadrant la vente de livre à distance, rebaptisée par la presse "loi anti-Amazon". Le texte adopté le 26 juin interdisait aux sites marchands le cumul de la gratuité des frais d'expédition et d'un rabais de 5%.
Moins de 15 jours plus tard, Amazon trouvait la parade en facturant les frais de port 1 centime d'euro, au grand désarroi de la ministre qui n'a sans doute pas oublié le camouflet. "On savait dès le départ qu'Amazon contournerait la loi. Au final, la mesure n'aura servi qu'à lui offrir 5 points de marge sur un plateau, tout en lui permettant de se poser en victime vis-à-vis des clients", analyse, amer, un libraire de l'est parisien.

6. LE MILIEU DE L'EDITION

De leur côté, les éditeurs sont face à un dilemme devant la montée en puissance d'Amazon, estime Julien Cantoni. Pour ce directeur financier adjoint d'une grande maison d'édition parisienne, "il y a une idéologie derrière la stratégie d'Amazon: celle de la désintermédiation totale, qui consiste à placer le commerce au-dessus des savoir-faire." C'est aussi cela qui inquiète le milieu de l'édition, au même titre que les libraires et certains auteurs.
"Mais dans le même temps, la majorité des éditeurs réalise aujourd'hui une grande part de son chiffre d'affaires chez Amazon" et cela n'incite pas à libérer la parole, souligne-t-il. D'autant moins que ceux qui tentent de résister le payent au prix fort.

En témoigne le bras de fer qui oppose depuis des mois l'éditeur Hachette à Amazon, bien décidé à lui imposer de baisser ses prix dans le cadre d'un nouveau contrat, qui, en attendant, a cessé de distribuer ses livres.
Le géant de la distribution en ligne tente également de faire pression aux Etats-Unis sur le groupe de cinéma Time Warner, en suspendant les précommandes de ses films à sortir en DVD. Bref, dans l'édition, la politique d'Amazon ressemble à s'y méprendre à une nouvelle forme de Pax Romana.

7. STEPHEN KING ET LES AUTEURS AMERICAINS

Chez les auteurs, l'Américain Douglas Preston, édité par Hachette justement, est le premier à avoir dénoncé la conduite d'Amazon. En publiant une lettre ouverte, il est parvenu à rallier à sa cause plusieurs centaines d'écrivains américains, parmi lesquels des stars internationales comme Stephen King, John Grisham, ou encore Paul Auster. D'autres écrivains n'ont pas tardé à soutenir Amazon, et l'entreprise américaine a tenté de désamorcer la fronde en contre-attaquant dans un registre cher à Jeff Bezos.
La marque tentait ainsi de mettre Hachette en porte à faux avec ses propres auteurs en proposant de leur reverser "100% du produit de leurs ventes", le temps que les partis s'accordent sur les termes du nouveau contrat. Hachette a refusé et les auteurs sont toujours fâchés.

8. LA GRANDE DISTRIBUTION

Les livres et les produits culturels ne suffisent plus à l'entreprise américaine qui ne cache pas ses ambitions dans l'alimentaire, quitte à venir marcher sur les platebandes de la grande distribution. Et si son activité épicerie est encore balbutiante, Amazon est déjà prêt à révolutionner le secteur.
Le 4 Avril dernier, en marge de la présentation de sa Fire TV, l'entreprise dévoilait son arme secrète: l'Amazon Dash. Un gadget plus dangereux qu'il n'y parait pour ses concurrents.
En fait un "scannette" connectée grâce à laquelle vous pourrez bientôt commander vos cornflakes préférés sans bouger de chez-vous, en scannant simplement le code barre du paquet vide renversé sur la table de votre petit-déjeuner. Les géants du secteurs, comme Carrefour, mènent déjà leurs propres projets dans ce domaine et font mine de ne pas s'inquiéter. Mais la menace est bien réelle. "WalMart, le numéro un mondial de la grande distribution généraliste, conscient du danger, a investi lourdement dans le e-commerce et pris des mesures de rétorsion à l'encontre d'Amazon en cessant (au printemps 2012) la distribution de Kindle (la tablette d'Amazon)", rappelle Julien Cantoni. Fin connaisseur du sujet, il est aussi l'auteur de La Société connectée, paru en mai dernier aux éditions Inculte, qui décrypte le choc occasionné par la confrontation des économies numérique et traditionnelle, dans l'industrie du livre et au-delà.

9. ET JUSQU'A SES PROPRES CLIENTS ?

Autant être honnête, pas vraiment. Si le public aime détester Microsoft ou adore haïr Apple, tout en s'arrachant leurs produits, il n'en va pas de même pour Amazon dont l'image reste globalement positive dans l'opinion. C'est ce que montre un récent sondage réalisé à l'occasion des 20 ans de la marque.
Mais à force de se développer à marche forcée et de diversifier ses services, on voit mal comment, à terme, elle pourrait y échapper. Cela s'appelle la rançon du succès. "

Sans oublier le telephone d'Amazon qui ne sert pas a telephoner mais a commander directement les objets pris en photo !

THINK !

Publié le 20 août 14 14:21:59 GMT+02:00
MoreauD dit:
Intéressant A0 ["lumière" dans la mythologie polynésienne, à ma connaissance], et merci. Un peu long mais complet cet éclairage vu sous des angles différents. Je confirme le luxe (car la liberté de choisir en est un) que nous avons de pouvoir choisir où, comment, sous quelle forme... nous procurer ce que nos moyens nous permettent d'acquérir. Et donc je considère ceux qui nous offrent ce luxe selon une valeur qui ne peut être qu'à l'échelle de mes propres critères. Ceux différents des miens étant tout à fait respectables. Bonne journée.

En réponse à un message antérieur du 21 août 14 10:56:56 GMT+02:00
Deneric dit:
Bonjour à toutes et tous,
Je viens en ami, si si j’insiste !! Mais.. Ben oui il y a un mais…
Attention à ce genre d'amalgame:
...."le luxe (car la liberté de choisir en est un)"...
Texte volontairement extrait de son contexte pour souligner le "flash" envoyé ....
La liberté même et surtout de choisir
Et le luxe ne sauraient se recouvrir,
Le Luxe n'est que la bordure dorée(le biais, en couture et en politique) de la liberté, ne confondons pas sinon seul les riches peuvent être libres, n'est-il pas?
Ce qui conduit là où l'on semble aller tout droit en ce moment le totalitarisme quelle que soit la région que l'on observe.
Sur ce, Chère Amatsu, que je salue aussi, il est super intéressant l'article que vous venez de produire:
La preuve par neuf (la guerre des exploiteurs).
Me confirme que de ne pas avoir d’e-Book (Kindle, whatever) est un acte positif.
Bien cordialement à toutes et tous,
ॐ sweet ॐ
Namaste, नमस्ते;
Éric एरिक

Publié le 21 août 14 12:19:46 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 21 août 14 12:27:46 GMT+02:00
AO dit:
Iaorana Deneric....

Je crois effectivement que le luxe n'est pas la liberté mais que ces derniers temps la liberté d'exister tout court va en devenir un...

Moi je crois au progres technologique et le must have que je souhaite c'est que le progres technologique serve l'humain et la planete toute entiere avec tout ses habitants...quelle que soit l'espèce...

Au 19 eme siecle nos aieux avaient reussi a commencer une industrialisation qui donnaient des droits et des devoirs a chaque acteur...et le 21 eme fait une considerable marche arriere sur le sujet...

Il faut que les end users c a dire nous CLIENTS obligions les grandes entreprises et les politiques qui nous vendent des salades entre autres... au propre comme au figuré...le fasse dans le respect de chacun...et donc aucune raison de boycotter les lecteurs electroniques de livres...

Certains grands classiques sont libres de droits et ne coutent pas un centime...donc accessibles au plus grand nombre...et peuvent ouvrir l'esprit de ceux qui n'ont pas eut l'opportunité de s'acheter ces livres en papier ou de les louer....

Moi je suis pour le lecteur de livre et l'acces internet gratuit pour chacun sur terre...comme celui a l'eau et la nourriture...et a un toit...chauffé a l'energie solaire !

Le progres doit profiter a tous et pas a 2% de la population mondiale qui ne savent deja plus quoi faire de leur argent tellement ils en ont pour les cent prochaines vies qu'ils n'auront pas !

Quoique avec l'imprimante 3D va savoir !

Internet a deja considerablement changé la donne...les peuples du monde apprennent...et se renseignent sur tout...

Restez derriere vos ecrans c'est la que se fera la prochaine revolution...

Parodiant une phrase celebre : "le 21 eme siecle sera mystique ou ne sera pas"....Malraux avait vu des ondes mais les avait mal appréhendées car le virtuel numerique n'existait quasiment pas ...

(le premier ordinateur personnel date de 1982 et Malraux est mort en 1976 !
Le Fax n'existait meme pas non plus...)

Sur la phrase exacte de Malraux :

"On se reportera aussi au livre de Michaël de Saint Cheron, Malraux : la recherche de l'absolu, Paris, La Martinière, 2004, p. 20-21 :

Cette petite phrase qui a fait le tour du monde a été attribuée à Malraux, mais il la récusa. André Frossard rapporta le premier cette pseudo-prophétie dans une de ses chroniques qui fut publiée sous ce titre.

L’essayiste catholique avait probablement communiqué le texte à Jean-Paul II qui le cita.

Il est difficile d’affirmer que Frossard ait inventé de toutes pièces les paroles qu’il met dans la bouche de Malraux : «je n’ai jamais eu que cinq ou six conversations privées avec [lui], mais ce fut chaque fois pour l’entendre parler de religion, et je suis tout à fait sûr d’avoir été le premier à recueillir sa fameuse formule sur le XXIe siècle, que l’on déforme aussi souvent qu’on la cite. Il ne dit pas : “Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas.”, mais “Le XXIe siècle sera mystique ou ne sera pas.” ce qui n’est pas tout à fait la même chose.»

Bref...
tant mieux si la Bourse se conduit derriere les ecrans...et les fortunes s'y font et s'y defonds...tant mieux si on achete derrière des ecrans...

L'important c'est que le monde entier est informé quasiment en meme temps...
que les enfants du monde auront un esprit plus ouvert...
et qu'enfin on soit 98 % a le faire changer dans le bon sens...

Le sens HUMAIN...et UNIVERSEL...un peu de tout pour chacun...
et surtout beaucoup d'amour a partager...ensemble !

SOLIDARITUDE !

Bizhoux de bonne nuit !

Publié le 21 août 14 12:24:32 GMT+02:00
MoreauD dit:
Bonjour à vous,
Je voudrais Eric, en toute sympathie, vous rappeler que le luxe a 5 définitions. Chaque personne qui lira mon message ne mettra pas forcément le sens que vous y avez lu. C'est cette liberté-là dont je parle, ce luxe-là. Après, chacun fait ce qu'il veut avec ce qu'il retire de sa lecture.
Concernant le Kindle, il m'en a été offert un. Je l'ai testé. Rien à voir avec les livres, donc je lis des livres.
Bonne journée.

En réponse à un message antérieur du 21 août 14 12:41:05 GMT+02:00
Deneric dit:
Bonne nuit Amatsu,
faites de beaux rêves,
J'en conviens que le mysticisme s'approche à grands pas par toutes les voies, mais l'industrialisation a aussi fait grands dégats parmi les dit 'petits' boulots qui permettaient aux moins fortunés de survivre au moins mais sans écran.
De nos jours il y a recrudescence de mendiants, de guerres, de racismes, on semble s'approcher d'une ère moyenâgeuse plus que d'une ère de liberté mais peut être ne suis je pas assez positif et trop réaliste? whose nose?
Bonne nuit donc,
Bizhoux (de bons souvenirs derrière ce jeu de mots)
A bientôt de vous lire.
Éric

Publié le 21 août 14 12:47:42 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 21 août 14 15:37:43 GMT+02:00
AO dit:
LUXE :

1- Caractère de ce qui est coûteux, raffiné, somptueux : Le luxe de la table.

2 - Environnement constitué par des objets coûteux ; manière de vivre coûteuse et raffinée.

3 -Plaisir relativement coûteux qu'on s'offre sans vraie nécessité : Son seul luxe est sa collection de disques.

4 - Ce que l'on se permet d'une manière exceptionnelle ou ce que l'on se permet de dire, de faire en plus, pour se faire plaisir : Il ne peut pas se payer le luxe de lui dire ce qu'il pense de lui.

5 - Grande abondance de quelque chose : Un luxe de détails."

C'est mieux de pouvoir avoir sous la main les definitions dont on cause... N'est-il pas ?

Cher MoreauD, comme je le dis plus haut ce que j'apprecie dans le lecteur de livre electronique, c'est sa taille peu encombrante et c'est la capacité pour chacun de lire tous nos grands classiques...
...quand on a eut la chance financiere de pouvoir s'en procurer un...et avec l'acces internet indispensable a l'alimenter !

Des romans d'aventures de Jules Verne a Alexandre Dumas...les ouvrages des grecs, des italiens... autrichiens ou allemands de service.... en philo, poesie, sciences, histoire ou psycho...etc

G des livres papiers jusque par dessus les murs...que je ne ressortait que rarement pour verifier une phrase ou une autre...un point de vue ou un autre...

mais avec le lecteur...je peux garder mes notes et y acceder rapidement...trouver la definition d'un mot dans le dico...et lire ...lire...lire... en plus g un choix gigantesque avec les extraits gratuits...des livres payants....Quel progres !

J'adore l'objet livre...il y en a plein qui ne sont pas informatisés...plein qui sont tres beaux...

mais quand même.... le lecteur de livres ou l'imprimante 3d.... quel LUXE ! ;-))))

En réponse à un message antérieur du 21 août 14 12:50:29 GMT+02:00
Deneric dit:
Bonjour MoreauD,
merci de votre réponse,
ce que vous dites est vrai à mon point de vue,
compréhensible en effet,
mais il m'a semblé important de souligner ce flash que j'y ai vu.
Ce site étant pour partager je me le suis permis avec grande précautions.
Je vois aussi que nous partageons le même point de vue sur les livres mais cela n'impose rien à quiconque, affaire de choix et de gout.
Bien cordialement,
Éric

Publié le 21 août 14 12:57:41 GMT+02:00
AO dit:
Ils sont INNOVANTS chez Amazon c'est une de leur qualité première...reste a resorber les GROS defauts !

UN AUTRE ARTICLE PARTAGE SUR FB :

"Par MARION GUILLOU sur LE POINT

Ce lundi 7 aout, le groupe Amazon annonçait la commercialisation de bijoux, jouets et autres accessoires imprimés en 3D sur son site.

Une nouveauté qui donne de la visibilité à un secteur à fort potentiel particulièrement à la mode. Et pourtant, la technologie a déjà plus de 25 ans !

Au-delà de son aspect gadget, ses perspectives de marché sont nombreuses et pourraient avoir des conséquences sur bien des secteurs : l'industrie automobile, l'industrie aéronautique - qui l'utilisent déjà pour réaliser des prototypes, ou encore la médecine - pour les prothèses.

Si vous êtes allés chez le dentiste au cours des dix dernières années, il est d'ailleurs bien possible que vous portiez sans le savoir une couronne dentaire imprimée en 3D.

Dans les années à venir, les brevets liés aux imprimantes 3D vont tomber dans le domaine public, ouvrant le champ des possibles aux entrepreneurs créatifs.

De la pièce détachée de machine à laver à la coque d'iPhone, jusqu'à l'impression alimentaire pour nourrir les astronautes dans les stations spatiales, les fonctionnalités de l'impression 3D font rêver.

Et s'il est encore du domaine du fantasme d'imaginer une imprimante 3D dans chaque foyer - une machine réellement performante coûte plusieurs centaines de milliers d'euros, auxquels s'ajoutent les frais de matériaux et de maintenance -, pour les industriels et certains particuliers, la révolution est en marche et ne fait que commencer.

Amazon fait appel à une start-up française

Pour imprimer les objets en vente sur son site, le géant Amazon s'est tourné, entre autres, vers une start-up française : Sculpteo, fondée en 2009 par Éric Carreel et Clément Moreau.

Bien qu'elle ne communique aucun chiffre, la société assure doubler son chiffre d'affaires tous les ans depuis 2011 et compte deux usines en France - dont une de 850 mètres carrés qui ouvrira ses portes à Villejuif en septembre 2014.

Sculpteo propose un service d'impression 3D en ligne permettant aux utilisateurs de générer et de convertir des fichiers numériques en de véritables objets. Une large gamme de matériaux est disponible, de l'argent à la céramique, en passant par la résine, l'alumine, ou encore le plastique.

En janvier 2013, Sculpteo a été récompensée par le très convoité prix de la meilleure innovation en catégorie "application mobile" au CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas.

La start-up se targue également d'avoir été la première société à proposer à la vente une coque adaptée à l'iPhone 5, dès le jour de sa sortie, grâce à l'impression tridimensionnelle. Sans donner de détails sur les modalités de son partenariat avec Amazon, Sculpteo affirme avoir été contactée par le groupe grâce à son positionnement stratégique et à son efficacité sur le marché.

La tendance du food printing

En France, depuis l'été 2013, on trouve aussi la start-up Shapelize!, qui, si elle ne possède pas ses propres imprimantes 3D, bénéficie de relations privilégiées avec de grands acteurs de la technologie, tels que la société française Prodways.

Shapelize propose à ses clients un service pour le moment unique dans l'Hexagone : l'accompagnement de A à Z de l'idée de l'objet à sa création physique. Plus besoin donc de maîtriser la modélisation en 3D pour concevoir son objet, un simple dessin suffit.

L'impression tridimensionnelle concerne aussi le domaine agroalimentaire. C'est ce qu'on appelle le food printing.

Shapelize en a fait la clé de son succès grâce à son imprimante à chocolat, dont elle est l'importateur exclusif et qui lui a valu un passage dans E=M6, et dans 100 % Mag.

La machine intéresse au plus haut point les chocolatiers, mi-fascinés, mi-inquiets à l'idée de voir leur savoir-faire artisanal relégué à la portée du premier venu un tant soit peu créatif.

Vers l'ultra-personnalisation de la consommation

Mais qui sont les clients de ces sociétés ?

Sculpteo parle d'un tiers de particuliers, d'un tiers de particuliers avertis (capables de maîtriser les logiciels de modélisation en 3D) et d'un tiers de professionnels parmi lesquels des architectes et des designers. À titre d'exemple, l'impression 3D en céramique a permis aux designers spécialisés dans l'art de la table d'explorer de nouveaux horizons.

Ainsi, cette année, en s'associant à Shapelize, le travail de la designer taïwanaise Ya Wen Shih sur de la céramique imprimée en 3D a obtenu la deuxième place au Concours international de création en porcelaine.

En effet, l'impression tridimensionnelle offre la possibilité aux designers de s'éditer facilement, et à moindre coût. "Ce qui est intéressant avec l'impression 3D, c'est que, demain, tout le monde ou presque pourra devenir créateur", analyse Michael Colombier, cofondateur de Shapelize.

Et de poursuivre : "C'est un moteur d'innovation, puisque la technologie permet à chaque pièce imprimée d'être unique et de coller à une tendance importante en matière de consommation : l'ultra-personnalisation."

Cette particularité de l'impression tridimensionnelle attire également beaucoup de professionnels de la communication et de l'événementiel, désireux de proposer à leur clientèle des goodies originaux.

Dans cette optique, Shapelize! s'est associée à BMW et à l'agence de publicité JWT pour la campagne de lancement de son prochain monospace. BMW a organisé un concours pour les enfants : ils envoient un dessin de la voiture de leur rêve et, s'ils sont sélectionnés, reçoivent ladite voiture devenue objet grâce à l'impression 3D.

Selon ce modèle, les marques peuvent s'approprier l'impression 3D pour la rendre accessible au grand public."

En réponse à un message antérieur du 21 août 14 13:44:35 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 21 août 14 15:39:10 GMT+02:00
AO dit:
Cher Eric,

Deja on peut dire que les guerres sont dues a quelques uns assoiffés de fric et de pouvoir qui ensorcellent le commun des mortels...par des conditionnements divers ...consommation...religion...ideaux bafoues...fausse liberté...paradis aux mille vierges... etc

de Gaza a Donietz en passant par le Liberia...ou le Mali...

Ensuite pour les pauvres de nos rues qui s'obstinent comme les jeunes a aller en ville...
...il y a toutes les campagnes qui se depeuplent et il y est facile de trouver a se loger et a cultiver pour manger un lopin de terre pour 200 euros par mois...ou moins ...

( legumes en contrebande car cultiver ses propres graines releve de la cour europeenne de justice maintenant ou presque... MDR )

...ou sous des cieux plus clements vivre de sa peche avec une cabane de palmes...et parfois aussi d'y trouver un petit job pour avoir quelque menue monnaie...

Certes juste vivre...au minimum...mais c mieux que de mourir sur les trottoirs...

Mais ils leur faudrait d'abord selon eux... et la triste legende urbaine :

" Avoir gouté quand meme a TOUT...et avoir eut un jour ...la vie en rose...ou en or... "

Drôle de philosophie de vie que la consommation a tout prix...

Foule sentimentale

"Oh la la la vie en rose
Le rose qu'on nous propose
D'avoir les quantités d'choses
Qui donnent envie d'autre chose
Aïe, on nous fait croire
Que le bonheur c'est d'avoir
De l'avoir plein nos armoires
Dérisions de nous dérisoires car

Foule sentimentale
On a soif d'idéal
Attirée par les étoiles, les voiles
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle

Il se dégage
De ces cartons d'emballage
Des gens lavés, hors d'usage
Et tristes et sans aucun avantage
On nous inflige
Des désirs qui nous affligent
On nous prend faut pas déconner dès qu'on est né
Pour des cons alors qu'on est
Des

Foules sentimentales
Avec soif d'idéal
Attirées par les étoiles, les voiles
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle

On nous Claudia Schieffer
On nous Paul-Loup Sulitzer
Oh le mal qu'on peut nous faire
Et qui ravagea la moukère
Du ciel dévale
Un désir qui nous emballe
Pour demain nos enfants pâles
Un mieux, un rêve, un cheval "

C'est le mythe du cargo tiré d'un excellent ouvrage de Jean Baudrillard sur la société de consommation :
La société de consommation

La consommation est devenue la morale de notre monde. Elle est en train de détruire les bases de l'être humain, c'est-à-dire l'équilibre que la pensée européenne, depuis les Grecs, a maintenu entre les racines mythologiques et le monde du logos.

L'auteur précise : «Comme la société du Moyen Âge s'équilibre sur la consommation et sur le diable, ainsi la nôtre s'équilibre sur la consommation et sur sa dénonciation.»

et un autre de Pierre Kende sur : "l'abondance est elle possible ?":

L'abondance est-elle possible?

"La tendance des sociétés actuelles qu'elles se réclament de Marx ou de la libre entreprise est "productiviste". "Socialisme et capitalisme communient dans une glorification, mêlée d'horreur, d'un futur technologique auquel les prépare leur évangile productiviste, tenant lieu d'évangile tout court".

L'économie de consommation n'est pas l'expression limitée d'une doctrine économique, puisque le socialisme étatique soviétique, comme le capitalisme occidental, s'assignent pour objectif la multiplication des biens matériels et l'amélioration du niveau de vie.

Cette économie de l'abondance relève d'une certaine conception de l'homme et de la civilisation; mais les lois productivistes sont éminemment contraignantes des libertés de l'homme, car, "tant que la société n'a qu'un seul projet... la croissance ... elle ne peut avoir d'autre loi que l'efficacité".

Y a-t-il une autre option non productiviste, que l'auteur de cet essai... qui fait réfléchir ...qualifie d'utopie:
" pour libérer l'homme, un projet communautaire qui ne soit pas fondé sur le développement illimité des biens matériels ? "

Quatrième de couverture

La mode est à la contestation du système économique. Mais trop peu nombreux sont ceux qui acceptent de faire face aux choix qui conditionnent tout départ nouveau. La logique de l'économie est pourtant impitoyable.

C'est en vain que les révolutionnaires se proposent d'humaniser la chose économique s'ils cherchent en même temps à se distinguer sur le plan des performances technico-productivistes.

En développant l'idée d'un socialisme non productiviste, Pierre Kende, qui enseigne à l'Université de Nanterre, ouvre le champ d'une réflexion qui, tout en se réclamant de l'utopie créatrice, se garde bien de l'auto-mystification idéologique."

Tu vois cher Eric, que eux aussi parlent de l'equivalence avec le moyen age...qui etait quand meme une periode tres evoluée contrairement a la rumeur historique...

La naissance des universites pour tous...la preservation des ecrits anciens...le commerce international...la poesie...les bonnes manieres et l'art de la seduction...l'activité et le role des femmes....la revolution industrielle...la propreté, la medecine et les soins du corps apres les epidemies de peste ...etc...

Nous sommes donc a un age moyen de l' evolution virtuelle et nous ne connaitrons pas la suite de son devenir sauf dans nos vies posterieures...nous sommes entres dans l'ere nouvelle du Verseau !

mais en s'unissant nous pourrions accelerer le mouvement vers un
... BON SENS pour tous et chacun...

Reflechissons... ensemble et separement ...

et surtout soyons aimables et solidaires...

L'amour fait vivre...le flux universel !

Ps mystique : beaucoup d'entités ayant vecu le moyen age se sont reincarnées pendant ces deux derniers siecles...et qui etaient aussi passées par l'Atlantide precedemment...terre de progres...;-)))

Publié le 22 août 14 18:11:55 GMT+02:00
elfine dit:
Bien difficile de comprendre les mécontents qui viennent sur le site
Quand on est pas content de son boucher on va ailleurs; C'est tout.

Publié le 22 août 14 19:06:22 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 23 août 14 14:41:19 GMT+02:00
AO dit:
On ne sollicite pas votre " comprehension" ...c'est un forum de discussion !!!

Ce serait trop simple pour essayer de changer le monde... d'aller voir ailleurs... non ?

Fuir sans rien dire...pas le genre ...c'est de la lâcheté !
Comme les abstentionnistes aux élections !
Se serait bien hypocrite...se taire et partir ?!

Quand votre compagne ne vous convient plus... vous en changez..."et pis c'est tout" ?

Les bombardés dans le monde..."zont" qu'a changer de pays... apres tout ...sont pas obliges de rester sous les bombes !

Ceux qui sont dirigés par des dictateurs doivent aussi changer de pays ?

Euh ...ils doivent aller où exactement ?

A LA BOUCHERIE CHARCUTERIE DE LAMPEDUSA ?!

Ou les gens qui pensent que si on n'est pas content de ses conditions de travail,
on ne fait pas greve... on se casse...
on ne syndique pas ...on la ferme et on démissionne ?!!!

Meme si cela n'a pas de rapport direct mais bien dans la serie
"je me tais et je laisse faire" :

par exemple au pays de la justice sociale, on peut se demander au nom de quoi la CNAV Caisse Nationale d'Assurance vieillesse transfère 1.5 milliard d’euros aux salariés de EDF et GDF chaque année.

En effet, les bénéficiaires des régimes spéciaux comptent parmi les retraités les plus à l’abri du besoin, un ancien de GDF/EDF, par exemple, perçoit près de 2 433 euros (bruts) par mois quand un salarié du privé émarge seulement à 1166 euros (nets) en moyenne.

Comment peut-on oser parler de solidarité quand la CNAV verse 640 euros par mois en moyenne à ses retraités mais envoie un chèque de 1.5 milliard aux 159 000 retraités ou ayants-droits de EDF/GDF ?

On parle ici de 9 400 euros de transferts annuels par ancien de chez EDF/GDF, soit 785 euros mensuels ! Plus que ce que la CNAV verse à ses propres retraités.

Et ils partent plus tôt...a 56 ans en moyenne...EDF et GDF sociétés anonymes...?

Plus les petits cadeaux comme l'energie :

"La Cour des comptes chiffre l’avantage du "tarif agent"

La Cour des comptes vient de publier son rapport public annuel 2013 dans lequel elle revient sur les avantages des salariés EDF.

Elle y chiffre notamment le coût du tarif agent, 16 fois moins élevé que le prix moyen public, jamais réévalué et appliqué sans limites de consommation.

En 2010, cet avantage selon la Cour représente un manque à gagner de 222 millions d’euros pour EDF SA, 129 millions d’euros pour ERDF et 30 millions d’euros pour RTE.

L’avantage en nature énergie comprend l’abonnement gratuit à l’électricité. De surcroît, s’ajoute le montant des taxes prises en charge par EDF et GDF Suez en lieu et place des salariés et retraités de l’entreprise égal à 30 millions d’euros en 2010 et 71 millions d’euros en 2011.

Enfin, les sommes versées par les entreprises au titre des cotisations sociales sont sous-évaluées de 48 millions d’euros et de 55 millions d’euros au titre de l’impôt sur le revenu acquitté par les bénéficiaires.

A cela s’ajoute un salaire moyen par tête qui progresse de 3% par an, plus que l’inflation, des compléments salariaux exceptionnels, une progression automatique à l’ancienneté des aides au logement, des primes pour événements familiaux, et des taux d’abondement favorables pour l’épargne salariale.

Bref, le tarif agent et les autres avantages salariaux constituent bien des privilèges exorbitants du droit commun même si on les compare - comme le disent les agents EDF - aux avantages des salariés des grandes entreprises.

Et c’est sans parler de la situation des millions de salariés qui travaillent dans des PME et qui ne connaissent aucun de ces avantages. "

Combien de petits entrepreneurs etrangles et tues par les charges ...liquidés et saisis sur leurs biens propres alors que le regime d'etat de SS n'est plus obligatoire
en Europe ?!

On donne des aides aux "povs zentreprises" et hop...30% d'augmentation des dividendes versés instantanément ?!

Chacun pour soi et Dieu pour tous ?

Advienne que pourra ?

Tant de choses qui pourraient etre differentes si on se liguaient tous ensemble pour les faire revenir dans le respect parfait de chacun !

Donc il n'est donc pas question ici de "MECONTENTS" du "produit Amazon" sauf pour quelques details...deja evoques sur d'autres posts...

L'idée "Amazon " est une bonne idée...sa mise en oeuvre n'est ni fair play... ni fair treatment !

Il s'agit de les obliger a faire la meme chose...mais en l'ameliorant... dans le VRAI respect des hommes et des nations !

Il s'agit ici de FEDERER "les clients" l'ingredient indispensable a leur business pour les obliger a être " meilleurs" puisqu'ils ne le sont pas spontanement !

L'exploitation de l'homme par l'homme pour le benefice d'un seul ...doit retourner dans les siecles passés !

Non ce n'est pas : ACHETES ET TAIS TOI !
AMAZON est une entreprise habitée, ANIMEE par ses CLIENTS !

Et contrairement a l'energie ce n'est pas indispensable d'acheter !

AUTRE ARTICLE SUR FB :
Frederic Mas dans Entreprises et Management

"C’est à une véritable lutte entre producteurs et consommateurs du livre que nous assistons depuis quelques mois aux États-Unis.

Pendant tout le week-end, Amazon et Hachette Book Group (HBG), la filiale américaine du groupe Lagardère, ont échangé quelques noms d’oiseaux.

La dernière vacherie vient d’Amazon, qui a divulgué l’adresse courriel de Michael Pietsch, le directeur général de HBG, pour que les consommateurs fassent directement pression sur le géant du livre afin qu’il baisse ses tarifs.

Amazon, après avoir lancé des rumeurs accusant Hachette d’entente sur les prix, n’a pas non plus apprécié la lettre ouverte signée dans le New York Times par plus de 900 auteurs contre ses pratiques jugées mortifères pour la filière du livre.

Pour Thibault Doidy de Kerguelen, un peu ironique, il s’agit là d’une monstration sans équivalent de démocratie de marché : les différents acteurs de la filière du livre sont appelés à prendre position quasi directement… sans l’intervention des pouvoirs publics.

Comme il le rappelle avec justesse, en France, l’État se serait déjà invité dans ce conflit pour en démêler les fils avec toute la subtilité qu’on lui connaît.

Notre ami a sans doute pêché par optimisme : c’était sans compter la prétention de notre ministre de la Culture à juger du Vrai et du Bien à travers le Monde sans souci des frontières nationales et des latitudes.

En effet Aurélie Filippetti a manifesté hier son soutien aux 900 écrivains américains contre les pratiques jugées inqualifiables d’Amazon.

Pour Maître Filippetti : « Cet épisode est une nouvelle révélation des pratiques inqualifiables et anticoncurrentielles d’Amazon (…) C’est un abus de position dominante et une atteinte inacceptable contre l’accès aux livres. Amazon porte atteinte à la diversité littéraire et éditoriale. »

Sans entrer dans le détail de cette querelle entre Amazon et Hachette, il convient de rappeler que ce n’est pas à un ministre français de s’ingérer dans les affaires entre deux entreprises prospérant aux États-Unis.

Jusqu’à nouvel ordre, être ministre de la Culture en France ne permet pas d’accéder à une compétence juridique universelle en droit de la concurrence.

RAPPELONS EGALEMENT QUE CE N'EST PAS AUX POUVOIRS PUBLICS D'ARBITRER UN TEL CONFLIT D'INTERETS MAIS BIEN AUX CONSOMMATEURS DIRECTEMENT. C’est à eux seuls de sanctionner l’attitude des uns et des autres en choisissant les produits qui leur conviennent le mieux.

Enfin, rappelons que bien que l’attitude d’Amazon puisse prêter le flanc à la critique, l’accusation d’entente sur les prix adressée à l’endroit de HBG ne tombe pas du ciel. Hachette avait déjà été condamné par la justice sur ce fondement.

Il est donc facile pour A. Filippetti de brandir le sabre de bois de la justice pour défendre la position « anti-concurrentielle » d’Amazon, mais on ne peut pas dire que dans le domaine, HBG puisse se poser en modèle.

Fidèle à la méthode Montebourg, le gouvernement à travers son ministre de la Culture se sent obligé d’interférer dans un conflit sur lequel il n’a aucune prise, le tout pour satisfaire une opinion publique nationale peu informée sur un problème qui ne la concerne que de (très) loin.

La France n’en sort pas nécessairement grandie."

Sur le Monde et FB :

"Après les auteurs américains et la ministre de la culture française, c'est au tour des auteurs allemands de s'en prendre à Amazon.

Plus de mille d'entre eux ont signé une pétition critiquant les méthodes utilisées par le distributeur en ligne contre le groupe d'édition scandinave Bonnier, très présent en Allemagne.
A l'instar de plus de 900 auteurs américains qui ont demandé au géant de la distribution de mettre fin à son bras de fer avec la filiale américaine de l'éditeur français Hachette, 1 188 écrivains allemands (selon un décompte arrêté lundi 18 août à minuit) s'estiment « pris en otage » par Amazon, dans cette lettre ouverte publiée sur Internet.

« Ces derniers mois, les auteurs de Bonnier sont boycottés, et leurs livres ne sont plus en réserve », affirme la lettre, notamment signée par l'Autrichienne Elfriede Jelinek, Prix Nobel de littérature en 2004, l'écrivain à succès Ferdinand von Schirach ou Regula Venske, secrétaire générale du PEN-Zentrum, société des auteurs allemands.

« Les livres sont distribués plus lentement, leur disponibilité fait l'objet de fausses déclarations et les auteurs n'apparaissent plus dans les listes d'auteurs conseillés. Amazon n'a pas le droit de prendre en otage un groupe d'auteurs qui ne prend pas part au conflit.

UNE « PRISE D'OTAGES »

La dispute, sur laquelle ni Amazon ni Bonnier ne communiquent officiellement, porte manifestement sur les conditions commerciales.

Le groupe scandinave est un acteur très important du monde de l'édition en Allemagne, où il détient de nombreuses maisons.

Les auteurs invitent leurs lecteurs à écrire au fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, et au chef d'Amazon Allemagne, Ralf Kleber, pour « leur donner leur avis sur ces moyens de pression récemment mis en ½uvre ».

Fin juin, l'Association des libraires allemands avait déposé une plainte auprès du gendarme de la concurrence allemand contre Amazon, qu'il accuse de « chantage » dans ses pratiques commerciales et d'abus de position dominante.»

THINK !

Le progres social partagé, vous connaissez ?

Les dialogues constructifs, vous connaissez ?

Alors que ça vous plaise ou pas... donc je confirme ...
NON pour le ..."et pis c'est tout" !!!!

Au contraire... comme dit l'autre " et c pas fini " !

Bon week end...Bon vent...;-)))

Publié le 24 août 14 17:33:37 GMT+02:00
AO dit:
Je trouve tres pertinents les vnuteurs de l'ombre comme d'hab !

En réponse à un message antérieur du 24 août 14 19:30:31 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 24 août 14 19:38:04 GMT+02:00
Peut être es tu un peu gonflante Mme Amazon, tu nous casses les c.... depuis longtemps, on ne voit que toi, tu fais les questions et les réponses sur ton propre forum et on peut pas (et on a pas envie) de discuter avec toi. Comprend-le bon sang!
Tu parles beaucoup trop et tu nous saoules à la longue.

Publié le 24 août 14 21:10:11 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 25 août 14 11:49:03 GMT+02:00
AO dit:
Je crois qu'Audiard avait dit :

" je ne parle pas aux "chons" parce que ça les instruit "

...CQFD...

et je me moque completement des vnuteurs qui justement murmurent depuis les buissons...et ne participent a rien... jamais !

Comme toi d'ailleurs...Il n'y a aucune discussion intéressante mise en oeuvre par toi...
a part tes chonne...ries sur La Banniere et affilies...

Si les vnuteurs fous sont pas contents qu'ils aillent lire autre chose... ailleurs... personne ne leur demande de venir ici !

C'est un forum ouvert... pas une cour de recré ...

Je donne de l'information economique precise...les gens lisent ou pas...interviennent ou pas...et si en plus je peux t'agacer ...combien je suis contente... !

Profites de la saoulerie ! C'est pour moi ...c avec plaisir ! C cadeau !

Et la preuve que la discussion te titilles vraiment puisque tu la lis et tu viens toujours y ramener ta science... Mirolebigleux !

Au fait... as- tu essayé Stromae... une vraie chance pour toi...je crois qu'il s'est specialisé dans les parents disparus !!!

En réponse à un message antérieur du 25 août 14 16:03:51 GMT+02:00
J'adore quand tu m'agaces! encore stp. Je suis le seul à qui tu peux parler tu sais?

Publié le 25 août 14 17:11:40 GMT+02:00
AO dit:
Eh bien dis donc tout le monde est content...

mais quitte a te decevoir, je crains que la place de bouffon de la Reine que tu revendiques ne soit qu'une illusion... mon pôvre...toujours la vue...decidement !

D'autres me parlent ...meme si ce n'est pas par l'intermediaire direct du forum...

En réponse à un message antérieur du 25 août 14 21:49:45 GMT+02:00
Menteuse, tu m'aimes bien mais tu le sais pas encore! Ça viendra tu verras. J'adore tes forums et tes discussions, tu es la plus magnifique des créatures d'Amazon. Bises.

Publié le 25 août 14 23:15:40 GMT+02:00
Dernière modification par l'auteur le 28 août 14 19:11:20 GMT+02:00
AO dit:
Tout flatteur vit aux dépends de celle qui l'ecoute...
cette leçon vaut toujours un fromage au minimum !!!

Attention a ta veste... a force de la retourner si rapidement...
les coutures ne vont pas tenir !

"Serendipity
« Je n'ai plus de patience pour certaines choses, non pas que je sois devenue arrogante, mais tout simplement parce que je suis arrivée à un point dans ma vie où je ne veux pas perdre plus de temps avec ce qui me blesse ou avec ce qui me déplaît.

Je n'ai aucune patience pour le cynisme, la critique excessive ni pour les exigences d'une nature quelconque.

J'ai perdu la volonté de plaire à celui qui n'aime pas, d'aimer celui qui ne m'aime pas et à sourire à celui qui ne veut pas me sourire.

Je ne dédie plus une seule minute à celui qui ment ou à celui qui veut manipuler les autres.

J'ai décidé de ne plus vivre avec la prétention, l'hypocrisie, la malhonnêteté et l'éloge pas cher.

Je n'arrive pas a tolérer l'érudition sélective et l'arrogance académique. Je n'ai pas à m'adapter non plus aux embrouilles de voisinage ou aux commérages.

Je déteste les conflits et les comparaisons. Je crois à un monde de contraires et c'est pour ça que j'évite des gens ayant un caractère rigide et inflexible.

En amitié, je n'aime pas le manque de loyauté ni la trahison. Je ne m'entends pas bien avec ceux qui ne savent pas faire un compliment et qui ne savent pas encourager.

Les exagérations m'ennuient et j'ai du mal à accepter aussi ceux qui n'aiment pas les animaux.

Et pour couronner le tout, je n'ai aucune patience pour ceux qui ne méritent pas ma patience.»

Meryl Streep
‹ Précédent 1 2 Suivant ›
[Ajouter un commentaire]
Ajouter votre propre message à la discussion
Pour insérer un lien produit, utilisez le format : [[ASIN:ASIN titre-produit]] (De quoi s'agit-il?)
Aller s'identifier
 


Discussions récentes sur Forum de discussion top reviewers (172 discussions)

Discussion Réponses Message le plus récent
Annonce
Le Tableau d'Honneur
475 4 août 14
Annonce
Meilleurs commentateurs client Amazon
1157 24 juin 14
Le principe du plagiat, et son antonyme. 19 il y a 2 heures
Messages publiés et immediatement supprimé 35 il y a 1 jour
les manoeuvres commerciales d'AMAZON, nous sommes les juges de paix finaux 26 il y a 8 jours
Petits trafics mesquins 2 il y a 8 jours
Puisque les trois quart des commentaires sur le livre de VT proviennent de personne qui ne l'ont pas lu autant ouvrir une discussion ! 3 il y a 9 jours
Pourquoi boycotter PREMIUM ou la livraison EN UN JOUR OUVRE 7 il y a 10 jours
Smart Phone 0 il y a 16 jours
cd ou vinyls ??? 53 il y a 18 jours
Vos meilleures répliques de films d'action ou policier? 144 il y a 24 jours
L'ultime retour de Nicolas Le Floch ! 4 il y a 25 jours
 

Cette discussion

Participants:  8
Nombre de messages :  27
Message initial : 14 août 14
Dernier message :  il y a 8 jours

Nouveau ! Soyez notifié par e-mail lorsque de nouveaux messages sont publiés.
Suivi en cours par 3 clients

Rechercher parmi les discussions des clients