Profil de Music Circus > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Music Circus
Classement des meilleurs critiques: 1.341.384
Votes utiles : 58

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Music Circus (France)

Afficher :  
Page : 1
pixel
Billion Dollar Babies
Billion Dollar Babies
Prix : EUR 23,00

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur, 6 janvier 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Billion Dollar Babies (CD)
Pour ceux qui ne peuvent supporter le Alice Cooper des années 80 à aujourd'hui, c'est tout à fait compréhensible. L'homme s'est transformé en chanteur de Hard Rock/Heavy Metal ringard et cliché (bien sur, celà n'engage que moi).

Et pourtant, Vincent Damon Furnier -le vrai nom de l'autoproclamé Alice Cooper- a sorti avec son groupe une série d'albums tenant du pur génie, en particulier la trilogie
composée de Killer, School's Out et donc Billion Dollar Babies, l'album qui nous intéresse ici.

Tout d'abord, cet album a connu un énorme succès, ce qui peut étonner aujourd'hui pour un album pop/rock (pas question de hard rock ici, à part les cris souvent retenus de Furnier). Cet album s'est classé n°1 dans les charts Américains et Anglais, il fut donc le plus gros succès dans la carrière du groupe, et même d'Alice Cooper en solo, et pour cause...

L'album début sur "Hello Hooray", une introduction théatrale pour mettre dans le bain, avec toujours les arrangement du magicien (qui parfois en fait trop il est vrai) Bob Ezrin -producteur de Lou Reed, Kiss, et bien d'autres-. S'ensuit "Raped and Freezin", chanson rock'n'roll classique, avec pourtant un refrain que l'on se surprend à fredonner. "Elected", dans
le pur style Cooper, reste très théatrale, ici Cooper crie qu'il veut être élu. Un pont dans l'esprit de School's out tombe en plein milieu du morceau. Le morceau titre, "Billion Dollar Babies", avec Donovan (le Bob Dylan anglais, à ne pas confondre avec le Bob Dylan suisse Stephane Eicher) aux coeurs, reste dans un esprit glauque. On peut oublier "Unfinished Sweet" et son riff très stonien, et sa reprise du thème de James Bond. En revanche, on ne passera pas à côté de "No More Mr Nice Guy" qui est l'une des meilleurs si ce n'est la meilleure chanson de toute la carrière de Furnier. Chanson très pop, cette chanson reste le symbole de l'apogée d'Alice Cooper. "Generation Landslide", quand à elle, reste une chanson très pop majoritairement acoustique avec un refrain à plusieurs voix, refrain très entêtant. "Sick Things" et "Mary Ann" sont deux courtes chansons, la première étant une chanson glauque, indispensable sur chaque album d'Alice Cooper, et "Mary Ann" est une courte ballade au piano. Final démentiel, "I Love The Dead" était le morceau parfait pour clore l'album. Tout Cooper y est : le début glauque, les onomatopées volontairement idiotes de Furnier, et le refrain avec ses coeurs qui semblent maudits qui viennent raviver l'envie de se passer l'album.

Cet album est un mythe, et pourtant personne aujourd'hui ne semble se rappeler qu'a un moment, Alice Cooper fut un énorme frisson rock'n'roll, un coup de pied au derrière du monde bien pensant et non pas un golfeur sobre et vieillisant faisant des albums de moins en moins bons au fil du temps en essayant de mettre à la page ses vieux tubes (des guitares Metal sur Eighteen, en duo avec Marilyn Manson, sacrilège). Cet avis n'engageant que moi, je conseille vivement à tous d'acheter cet album, fans de Cooper ou non.


Let's Take It to the Stage
Let's Take It to the Stage
Prix : EUR 28,74

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 wahooo, 26 juillet 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Let's Take It to the Stage (CD)
Et voici un des tous meilleurs albums de ce groupe, et aussi un des meilleurs albums de black music sorti.
Les voix, tout d'abord, les coeurs... quelles voix ! Extraordinaires, toutes les chansons ont leur propre personnalité à ce niveau.
C'est un album toujours excitant d'un bout à l'autre, qu'il s'agisse de pur Funk ("Good to your earhole", "Get off your ass and jam") ou de Soul Music, Rock... A écouter de temps en temps, le final "Atmosphere", magique, pourtant enfantin, où le clavieriste Bernie Worell peut enfin exprimer pleinement son talent.


Standing on the Verge of Getti
Standing on the Verge of Getti

5.0 étoiles sur 5 rock'n'roll et groove, 26 juillet 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Standing on the Verge of Getti (Cassette)
Cet album marque tout d'abord le grand retour d'Eddie "Maggot Brain" Hazel (excusez-moi du peu) au sein du groupe... Il s'agit d'ailleurs de ses plus belles parties de guitare... mais ce n'est pas qu'un album de guitare: on y trouve aussi des voix surexitées (sur "Red Hot Mama" notamment) ou lascives (sur "Good Thoughts, Bad Thoughts"). Et surtous, un album qui bouge ! Certes, il y'a peu de chansons de pur funk sur cet album, mais elle font tellement bouger que l'on est pris par une irrésistible envie de bouger les jambes, les bras... bref, de danser.

Et d'un autre côté, on trouve des chansons calmes, magnifiques, surtout "Good Thoughts, Bad Thoughts", qui pourrait être considéré comme le "Maggot Brain" de l'album, la voix lanscinante de George Clinton en ajout.


One Nation Under A Groove
One Nation Under A Groove

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magique, 26 juillet 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : One Nation Under A Groove (CD)
Des toutes premières voix d'une douceur extrème de Junie Morssison sur la chanson titre "One Nation Under A Groove" jusqu'à la fin des couinements de guitare de "Maggot Brain", tout est envoutant, magique, et en même temps si peu dansant par rapport à tout ce qu'a fait ce groupe depuis ses débuts. Un album qui ne fait pas que se danser, il s'écoute surtout, dans une ambiance décontractée... n'est-ce pas George Clinton d'ailleurs, qui nous a conseillé et ce depuis son second album datant de 1970, "Free your mind and your ass will follow" ?


Parachute
Parachute

15 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Gigantesque, 18 juillet 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Parachute (CD)
Un album énorme en tous point: des arrangements vocaux (magnifique voix de Phil May sur "She Was Tall, She Was High") aux parties instrumentales, tout y est magnifique, et malheurement tellement sous-estimé...


S. F. Sorrow
S. F. Sorrow
Prix : EUR 13,28

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 sublime !, 16 juillet 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : S. F. Sorrow (CD)
voilà, il s'agit là d'un des touts meilleurs albums de l'époque, trop sous-estimé (comme le reste des oeuvres du groupe d'ailleurs). Un bijou psychédélique, le premier Opéra-Rock enregistré (et non pas sorti), avant même "Tommy" des Who. A écouter d'un traite.


The Piper At The Gates Of Dawn
The Piper At The Gates Of Dawn
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 27,95

17 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Joyeusement dingue, 14 juin 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Piper At The Gates Of Dawn (CD)
Ce disque, qui n'a absolument rien à voir avec la deuxième partie de la carrière des Pink Floyd (celle que l'on retient et connait le plus), est l'un des plus grand disque Psychédélique de l'histoire.

La voix de Syd Barret rayonne de bonheur dans certaines chansons ("The Gnome", "Flaming") mais elle peut aussi se trouver inquiétante ("Astronomy Domine"). Cet album est un pur produit Barrett, qui sombra dans les méandres du LSD suite au succès du disque.


United States of America
United States of America
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 31,96

5.0 étoiles sur 5 Etonnant, 14 juin 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : United States of America (CD)
Avec un nom comme ça, on ne s'attend pas à trouver de folie dans ce disque, et pourtant, il y'en a: cet album arrive à regrouper plusieur références psychédéliques: les parties d'orgue ressemblant fort à celles des Doors, l'association vois masculine/voix féminine du Jefferson Airplane et le violon éléctrique du Velvet Underground. La chanson "The American Metaphysical Circus" est à écouter, pour son ambiance de cirque fou


Page : 1