Profil de JDM > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par JDM
Classement des meilleurs critiques: 749.194
Votes utiles : 55

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
JDM (France)

Afficher :  
Page : 1
pixel
Gerhard Richter : Dessins et aquarelles (1957-2008)
Gerhard Richter : Dessins et aquarelles (1957-2008)
par Marie-Laure Bernadac
Edition : Relié
Prix : EUR 25,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Ne commandez pas cet article, 27 août 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gerhard Richter : Dessins et aquarelles (1957-2008) (Relié)
Nul, à fuir.
Texte insignifiant (5 pages, 10 avec la traduction en anglais), illustrations cassées, sur deux pages, pour les oeuvres les plus importantes, ouvrage imprimé en mai 2012 (dépôt légal, juin 2012), commandé en juin 2012 et reçu ce jour, après plus de deux mois. On verra si la censure d'Amazon s'exerce encore : je l'ai connue pour un commentaire entré trois fois pour être sûr qu'il n'y avait pas une simple erreur de publication, à propos d'un coffret de CD que je comparais à un autre, moins bon, également distribué par Amazon.


Playground
Playground
Prix : EUR 16,99

18 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Invitation au voyage..., 31 janvier 2008
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Playground (CD)
... dans la cour de Manu Katché où 'tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté'.
Le commentaire précédent est si juste et précisément technique qu'on ne saurait que le confirmer.
A retenir, le premier album de compositions de Manu Katché, 'Neighbourhood', et son émission, désormais mensuelle 'One shot not'.
On reconnaît partout le 'son' Katché, un grand dans le jazz - cool - et un percussionniste de formation, cela s'entend.


Unrepentant
Unrepentant

10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chacun construit son paradis..., 31 janvier 2008
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unrepentant (CD)
... à l'écart des stéréotypes. C'est ce que chante Calvin Russell en nous faisant partager son coin de paradis.
Des compositions qui parlent du petit quotidien fait d'un peu de tristesse et de joie, du blues, du rock tendance années '70, une belle équipe de musiciens, une voix rare et en même temps dans la tradition des chanteurs qui font la route - Calvin Russel tient la route !
Remarqué dans une improvisation au cours de la dernière émission "One shot not" de Manu Katché. Si on aime "Unrepentant" du premier, on aimera probablement "Playground" du second.


My Favorite Things : Coltrane At Newport
My Favorite Things : Coltrane At Newport
Prix : EUR 10,99

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Des sonorités étonnantes, 6 octobre 2007
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : My Favorite Things : Coltrane At Newport (CD)
Les deux sessions sont excellentes. Celle de 1963 donne une prise de son plus présente et pour "My Favorite Things", un discours mieux poli, avec un Roy Haynes qui me paraît plus percussionniste qu'Elvin Jones (plus batteur et plus au premier plan dans l'enregistrement de 1965) + un "Impressions" très "free", des sonorités étonnantes comme on en connaît dans les voix polyphoniques - et le sax est un instrument proche de la voix humaine. N'oublions pas McCoy Tyner, piano, dans des solos inspirés, et Jimmy Garrison, bass, dans un continuum rendu avec précision par la qualité de la restauration. Dans tout cela, rien à jeter. Deux versions historiques témoignant de l'évolution de John Coltrane (1965, plus abrupte), deux moments de plaisir - ou bien comment approcher ce qu'on peut appeler une interprétation. "My Favorite Things" est d'abord une chanson de la comédie musicale "The Sound of Music" (Richard Rodgers, musique et Oscar Hammerstein, paroles). La chanson de Maria présente un inventaire de tout ce qu'elle aime et qui donne de la joie dans un moment de tristesse : "raindrops on roses and whiskers on kittens, bright copper kettles and warm woolen mittens"... toute une histoire... le jazz de Coltrane n'est pas une aventure de l'abstraction.


Beethoven - les 9 symphonies
Beethoven - les 9 symphonies

6 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une réussite, un peu d'histoire et du grand art, 27 septembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven - les 9 symphonies (CD)
La critique d'Étienne Bertoli, amazon.fr, est intéressante mais un peu sévère dans sa conclusion.
Je me réfère, au plus près, au commentaire de "jacqueslefataliste". Le mien ne sera donc pas essentiel, même si on l'espère utile.
Simon Rattle fonde son interprétation (2002) sur la lecture de documents récemment retrouvés, déchiffrés et édités de 1996 à 2000 (Bärenreiter Urtext Edition, Jonathan Del Mar). Une interprétation remarquable par le suivi du discours (plutôt qu'une planéité calculée, homogène, sans histoire), par la richesse des nuances dans les volumes, les tempi, les ruptures (on croirait parfois des syncopes), par la qualité des musiciens (précision de la prise de son en concert) et des chanteurs (mention particulière pour Thomas Hampson, cela a été dit, mais tout aussi bien pour l'ensemble choral).
Une interprétation baroque des symphonies, avec un Philharmonique : une gageure ? non, simplement une réussite, un peu d'histoire et du grand art.
Commençons par l'Allegretto de la 7, inouï...


Daltonien
Daltonien
Prix : EUR 18,20

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un album sur les rêves..., 14 septembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Daltonien (CD)
...qu'il ne faudrait pas confondre avec les illusions qu'on peut prendre pour des représentations du monde où nous vivons, mais auxquels il faut croire, et mieux encore lorsqu'ils sont ancrés dans notre mémoire. En somme, une histoire de funambule (plage 8 : Mémoire), sous un chapiteau (plage 11 : Pierrot), un retour aux sources (on l'entend dans Quelques notes, plage 4), sur une boule qui roule. dans l'infini.
L'art de la psalmodie et du jazz.
Plage 6 - La Paresse
Encore les rêves, ceux des bienheureux, et si "George Bush" (dans le livret) a été remplacé par "dieu dollar", c'est simplement que les guignols passent, la grille reste. Magnifique Massami Watanabe au vibraphone.
Plage 9 - Daltonien
Un orchestre de rue japonais, Kurt Weill, et ça se termine par "on peut toujours rêver".
Plage 12 - Titine
Déjà reprise par Chaplin, un autre saltimbanque, un danseur.
Plage 13 - Au Kabaret de la dernière chance
Mémoire (Claude Lelouch, Il y a des jours et des lunes, Jérôme Savary, Kurt Weill), dans une version japonaise et il est à nouveau question de rêve et de danse.
Plage 17 - Crépuscule
"une symphonie d'or, de flamme et de blues", on croirait le titre de l'album.
+ [et le dvd dans la même pochette, avec "La Bicyclette" et "Des ronds dans l'eau" en VO, au Cambodge, et "Boule qui roule"]
Maintenant, comme le chante Pierre Barouh, "il faut se taire" :)
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire | Permalien


Lettres d'Iwo Jima [Édition Collector]
Lettres d'Iwo Jima [Édition Collector]
DVD ~ Ken Watanabe
Proposé par KAPPA MEDIA
Prix : EUR 8,29

9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur de Clint Eastwood..., 30 août 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lettres d'Iwo Jima [Édition Collector] (DVD)
... comme on pourrait le dire de chacun des films qu'il a réalisés, au moment de sa première diffusion. Développement ou témoignage sur son thème favori : empathie pour les victimes. Précision documentaire. Image juste.
Comme on peut montrer qu'il y a une place, dans le système hollywoodien, pour un réalisateur indépendant, Clint Eastwood s'affirme par le paradoxe : un film américain tourné en japonais, en presque noir et blanc et... sur les plages de Malibu !
A recommander pour le revoir ou le découvrir.


Page : 1