Profil de Martin Aston > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Martin Aston
Classement des meilleurs critiques: 64.952
Votes utiles : 275

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Martin Aston

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5
pixel
Digitus DA-50104 Tapis de souris Noir
Digitus DA-50104 Tapis de souris Noir
Proposé par MHP Computer Services Ltd
Prix : EUR 2,60

12 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Esthelectrisant, 17 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Digitus DA-50104 Tapis de souris Noir (Appareils électroniques)
Ce tapis d'émilue ne nuit en aucun cas à ses promesses d'encensement : il est noir, noir comme le petit café de Depardieu dans Buffet froid, il est mince alors ça pour être mince il est mince de mince, soyeux aussi presque sensuel et néanmoins pudique par sa sobriété. L'essayer c'est l'adopter.


Entre les murs (Palme d'Or - Cannes 2008)
Entre les murs (Palme d'Or - Cannes 2008)
DVD ~ François Begaudeau
Proposé par New Choice
Prix : EUR 9,21

6 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Des crottes de nez sous la chaise, 30 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Entre les murs (Palme d'Or - Cannes 2008) (DVD)
Qu'est-ce qu'on peut faire quand on est un mauvais prof ? Ecrire un livre pour raconter qu'on est un mauvais prof mais que bon, c'est pas entièrement de sa faute, le système y est aussi pour beaucoup, hein. Et vraiment si on est un super mauvais prof on peut aussi accepter de faire une adaptation pour le cinéma. On peut supposer que Cantet a regardé son auteur avec de grands yeux étonnés. Tout ce fatras sado-masochiste judéo-chrétien anarcho-syndicaliste et macdo-flunch, il n'y avait plus qu'à laisser tourner la caméra, tout était là, pré mâché. Ah non, la promo a bien rabâché qu'il avait fallu faire répéter les élèves longtemps pour leur faire acquérir le vrai naturel cinématographique qui, on le sait, n'est pas le même que celui de la vie réelle des gens. On veut bien le croire.
Qu'est-ce qu'on peut faire quand on est un mauvais en quoi que ce soit ? Essayer d'être un peu meilleur le lendemain et respecter ceux qui essayent. Cela vaut aussi pour les zauteurs.


Gone Baby Gone
Gone Baby Gone
DVD ~ Casey Affleck
Proposé par dvd_ozone
Prix : EUR 5,00

2 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Et avec Larry Hagman au lieu de Morgan Freeman ?, 30 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gone Baby Gone (DVD)
Le bouquin de Lehanne se termine par un problème moral. C'est assez bien posé, on en sent la complexité avec suffisamment de finesse pour empêcher de trouver une réponse. Et bien dans le film, ça passe pas. Tout le monde va évidemment donner raison à Gennaro contre Kenzie, parce que qui refuserait de confier un gosse à Morgan Freeman plutôt que de le laisser à sa pourrie de mère. Faudrait être malade. Affleck aurait pu s'en douter parce que dèjà, dans Mystic River, Eastwood avait pas vraiment résolu l'affaire. D'un autre côté, la motivation, c'est peut-être juste de faire tourner son frère. Lehanne aussi, il a écrit un truc pour donner un rôle à son frère. Affaires de famille, on peut comprendre. Surtout que le film est pas mauvais, loin de là. C'est juste le casting qui est pas à la hauteur de l'enjeu. Ou alors, y a pas d'enjeu. On joue pour de rire.


Surveillance
Surveillance
DVD ~ Julia Ormond

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Gueule de bois, 30 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Surveillance (DVD)
La cinématographie est un caractère génétique. Coppola, Langman, Cassel, Berry, de Funès et maintenant Lynch. Dans le cas de cette dernière, il semblerait que Papa lui ait transmis le chromosome entier tant le style, l'ambiance et l'univers sont apparentés - mais pas identiques. Il y a une dimension farceuse chez la fille que l'on chercherait vainement chez le père. Non que le père ne soit pas sacré farceur, mais chez lui, c'est rarement pour rire. La fille est plus ludique, sans doute une question d'âge. «Surveillance» ressemble à un mauvais rêve de quelqu'un qui se serait endormi sur l'intégrale en DVD de la saison 7 d'X-Files après avoir abusé de cornes de gazelle et de perroquets anisés mélangés avec des anti-inflammatoires. On sait bien comment cela se termine. On se réveille et on a mal au crâne et envie de vomir. Ici c'est pareil sauf qu'on ne se réveille pas.


Bons baisers de Bruges
Bons baisers de Bruges
DVD ~ Colin Farrell
Proposé par Expédition sous 24H
Prix : EUR 6,72

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Mort à Venise du Nord, 30 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bons baisers de Bruges (DVD)
Ray est un brave type qui a tué un enfant par accident. Et il s'en veut, même si on lui répète sans arrêt que c'était un accident. Et c'est vrai. C'était quelqu'un d'autre que Ray devait tuer, pas l'enfant. Ken, lui, apprécie les vieilles pierres. Il ne rate jamais une occasion de se cultiver. Il n'y a pas de honte à cela, bien au contraire. Et Ken trouve que Ray pourrait faire un effort pour s'intéresser aux richesses patrimoniales de Bruges. Néanmoins, on sent que même s'il n'y est pour rien, Ken ressent une vague responsabilité dans le foirage de Ray. Harry est un patron qui a de grosses responsabilités, une affaire à faire tourner, une famille à nourrir, des employés à encadrer, des clients à satisfaire. On sent qu'il est sur les dents et qu'il devrait se reposer un peu, prendre du recul, partir une semaine aux Baléares. Au lieu de ça, il est obligé d'aller à Bruges. C'est pas qu'il n'aime pas Bruges, au contraire, c'est même lui qui a décidé d'y envoyer Ray et Ken, comme un dernier cadeau pour Ray.
Déjà, avec ces trois personnages là, il y a de quoi faire un petit film sacrément épatant. Et vous savez quoi ? Il y a encore quelques autres personnages, secondaires certes, mais tous aussi savoureux. Et puis pourquoi je me fatigue, moi, y a tout dans la bande annonce !


The Freewheelin' Bob Dylan
The Freewheelin' Bob Dylan
Prix : EUR 6,99

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Portée par le vent, 29 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Freewheelin' Bob Dylan (CD)
Leçon n°2 pour nos jeunes (h)auteurs. Blowin' in the wind, chanson phare de ce disque a été classée quatorzième meilleure chanson de tous les temps par le magazine Rolling Stone en 2003. Dylan l'écrit en 1962, en dix minutes, comme toute bonne chanson, « tu prends ce qui a été transmis » en dit-il, et l'année suivante, la chanson est enregistrée par les New World Singers ( ?), par Dylan, et par Peter, Paul and Mary, ces derniers en faisant un succès mondial, ce qui contribua au lancement de Dylan au moins comme auteur si ce n'est encore, à l'époque, comme interprète.
Il est où, l'ego ?
Question d'époque me direz vous ? Tu parles Charles !


Bob Dylan
Bob Dylan
Prix : EUR 10,00

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 402 dollars, 29 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bob Dylan (CD)
Leçon n°1 pour nos jeunes (h)auteurs qui, de nos jours, se refusent à inclure dans leurs CD quelques reprises de succès oubliés ou même de trucs bien fichus qui seraient un peu passés inaperçus par le passé. Aznavour trouve que c'est regrettable et j'ai l'honneur d'être bien d'accord avec lui. Il ne manque pas d'émissions télévisées où de jeunes inconnus résistent à l'élimination semaine après semaine en s'arrachant les tripes sur des vieilles rengaines revisitées. Et tout ça pour quoi ? Pour gagner le droit de produire douze chansonnettes dont dix inutiles (ou onze, et encore, je suis large) sauf à leur ego et à leur espoir (vain) de droits futurs. Radins !
Quel rapport avec Dylan ? Sur son premier disque, celui-ci, deux compositions personnelles et onze reprises. Et quarante sept ans plus tard, c'est toujours du Bob Dylan.


Flowers
Flowers

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Les escrocs, 29 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Flowers (CD)
Dartford est la ville natale de Jagger et Richards. En 2008, la municipalité a décidé de nommer treize de ses rues avec des titres de chansons du groupe. Vous pouvez donc y descendre Ruby Tuesday Drive, le coude sur la vitre ouverte, avec la queue de renard accrochée au rétro de la mégane renault à toit ouvrant, le chien qui remue la tête sur la plage arrière, et Sergent Pepper's lonely heart club band à fond les manettes. Parce que Ruby Tuesday, c'est une mélodie de Brian Jones à l'origine et Jagger Richards ont mis leurs pattes dessus et n'ont même pas crédité le pauvre Brian. C'est vache. Tout ça pour se la jouer Beatles. Je vous jure, y a des claques qui se perdent.
Bon à part ça, c'est de la bonne compile, y a pire. Vous avez même les paroles en japonais et la cerise sur le pudding, c'est présenté dans une poche en carton façon vynil en réduction, ça coûte pas un rond à la fabrication, c'est fragile comme tout et c'est estampilllé « authentique ». Bah c'est pas maintenant qu'on va les changer, nos pierres qui nous roulent ! Let's spend the night together comme dit l'autre.


Coronado
Coronado
par Dennis Lehane
Edition : Poche
Prix : EUR 8,15

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Poignant ou grandiloquent ?, 29 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Coronado (Poche)
Un recueil de nouvelles. Il est souvent difficile d'en dire quelque chose tant certaines nous plaisent quand d'autres nous ont laissé indifférents. On est loin ici de la chaleur humaine de Patrick Kenzie et d'Angela Gennaro. Plus près de Shutter Island sans doute. Et plus encore dans la stylisation, loin de la construction narrative. Je suis resté sur ma faim. Je n'avais qu'à pas acheter un recueil de nouvelles, après tout.
Une curiosité : la transposition de la dernière nouvelle en une pièce de théâtre, adaptée pour le frère de Lehanne, afin de lui donner l'occasion d'interprêter enfin un rôle de pourri jusqu'à la moelle, chose que justement on ne lui confiait pas tant il est gentil dans la vie, en tout cas c'est son frère qui le dit. Travail sérieux de scénographie, on ne peut le mettre en doute. Et pourtant, il s'en dégage un sentiment diffus d'inaboutissement.


AU-DELÀ DU MAL
AU-DELÀ DU MAL
par Shane Stevens
Edition : Broché
Prix : EUR 23,00

5 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Attention, route déviée, 29 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : AU-DELÀ DU MAL (Broché)
Tout l'emballage est fait pour nous vendre du serial killer, ce qui n'est pas facile parce que dans « serial » il y a forcément répétition. Et ce qu'un Thomas Harris ou un James Ellroy arrivent à nous faire digérer n'est pas à la portée du premier venu. Nombreuses références elliptiques, « vingt cinq ans de malédiction éditoriale », on sent que ça fait beaucoup.
Le personnage central, tueur en série méthodique et zélé, ne m'a pas semblé avoir été autant travaillé en profondeur que le portrait en creux de l'Amérique républicaine (suspecte ellipse des années démocrates, on passe directement de Eisenhower à Nixon), à travers ses politiciens, ses médias, sa pègre (un peu), sa police et les liens incestueux qui les unissent. C'est un gros bouquin, beaucoup de pages, beaucoup d'états et de villes, beaucoup de kilomètres, des années, des mois et des jours, on ne peut pas dire : la quantité y est. Et pourtant, pour raconter cette Amérique là, c'est un peu léger.
Quant au traitement réservé aux femmes par l'auteur, il n'a rien à envier, littérairement parlant, à ce que leur inflige son personnage.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 17, 2010 4:14 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5