Profil de Stan > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Stan
Classement des meilleurs critiques: 10.239
Votes utiles : 220

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Stan "Deverre" (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4
pixel
Le temps de la guerre de Cent Ans, 1328-1453
Le temps de la guerre de Cent Ans, 1328-1453
par Boris Bove
Edition : Broché
Prix : EUR 41,00

1 internaute sur 12 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Assaut de lieux communs, à éviter, 7 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le temps de la guerre de Cent Ans, 1328-1453 (Broché)
Quelle tristesse de voir un tel gâchis de pages et de savoir. Que de lieux communs, que de raccourcis, que de choses milles fois vus. De jeunes auteurs ? en êtes vous sûr. Amoureux de l'histoire, de la recherche du point de vue moderne, de la recherche étrangère, passe ton chemin. Crétin, inculte, et fier de l'être... régale toi :) Dommage je pense que ces contributeurs auraient pu mieux faire.


Sony Micro Vault Mach Clé USB 32 Go USB 3.0
Sony Micro Vault Mach Clé USB 32 Go USB 3.0
Proposé par AVIDES
Prix : EUR 55,87

4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Excellent, simple, rapide et pratique, 7 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sony Micro Vault Mach Clé USB 32 Go USB 3.0 (Personal Computers)
Fait très bien son boulot:
On a le choix soit de copier/coller un fichier dans la clé USB sans protection particulière
Soit on utilise le logiciel d'encryption pré-installé dans la clé. Dans ce cas voici la procédure à suivre:
- on lance l'exe EASYLOCK.EXE
- il ouvre une fenêtre dédiée
- on déplace les fichiers de son ordinateur vers le répertoire dédié à EASYLOCK
- le fichier déplacé perd toute signification et ne peut pas être retrouvé tel quel dans la clé
- il faudra relancer l'exe EASYLOCK et déplacer le fichier du repertoire de EASYLOCK vers celui de l'ordinateur auquel on a branché la clé.. et on récupère le bon fichier


The Horus Heresy, tome 9 : Mechanicum - Le savoir c'est le pouvoir
The Horus Heresy, tome 9 : Mechanicum - Le savoir c'est le pouvoir
par Graham McNeill
Edition : Broché

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un excellent opus de la série de l'hérésie, 14 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Horus Heresy, tome 9 : Mechanicum - Le savoir c'est le pouvoir (Broché)
Il s'agit ici du neuvième volume publié dans le cadre de la série "the Horus Heresy". Comme les autres ouvrages de cette collection, c'est un livre de commande qui se situe dans l'univers du jeux Warhammer 40K, probablement l'univers de SF le plus abouti et le plus complet existant.

L'auteur de cet opus, Graham McNeill est l'un des historiques de la Black Library, la maison d'édition de Games Workshop (l'éditeur et créateur du jeux Warhammer 40K). Il est aussi l'un de ses auteurs les plus prolixes avec Dan Abnett. On lui doit notamment l'excellent tThe Horus Heresy, T2 : les Faux Dieux et les très très bon The Horus Heresy, Tome 5 : Fulgrim : Portrait d'une trahison et The Horus Heresy, Tome 12 : Un millier de fils.

Le présent ouvrage ne nécessite pas d'avoir nécessairement lu tous ceux qui le précèdent. Mais la lecture des 5 premiers tomes reste néanmoins préférable pour mieux comprendre le cadre de l'hérésie ainsi que les principaux événèments extérieurs.

Alors autant le dire tout de suite, ici nul Astartes (malgré un petit clin d'oeil aux fans des Black Templars), nul Primarque non plus (même si Dorn, primarque des Imperial Fist apparaît brièvement). On ne parlera que de Barsou.. pardon de Mars qui comme tout bon fan de l'univers le sait est le lieu de résidence du Mechanicum, le clergé du Dieu Machine.

On y apprendra donc une foultitude de détails sur les diverses composantes de la société martiennes. Société qui n'est d'ailleurs à cette époque pas unifiée autour d'un seul maître,. Elle est bien au contraire un imbroglio d'ordres militaires, scientifiques et religieux dont les liens de loyauté entre eux et avec Terra, sont sujets à caution.

Le roman retrace ainsi le basculement de la planète dans l'hérésie. On y suit la lutte entre plusieurs forges d'adeptes aux philosophies très "différentes", ainsi que les querelles entre divers ordres titaniques (c'est d'ailleurs avec le jeu Adeptus Titanicus parue en 1988, que Games Workshop avait introduit l'hérésie d'Horus dans le background de WK40) ainsi que l'existence des chevaliers (apparus pour la première fois en 1990 dans le White Dwarf 126, la revue officielle de l'éditeur). En guise de ligne rouge, on suit aussi l'histoire d'une jeune femme au don et au destin particulier et dont le rôle va être fondamental pour la renaissance de la planète après la guerre civile qui ne va pas manquer de se déclencher.

Le roman est comme à l'habitude bien écrit, bien traduit (quasi pas de coquilles). Il n'est certes pas exempt de quelques défauts.
- des scènes de combat parfois un brin répétitives,
- des descriptions toujours un peu similaires (à le lire on dirait que Mars fait 4 fois la taille de Jupiter, tellement les hangars et les forges font toutes des milliers de km2)
- des personnages pas aussi charismatiques que chez d'autres auteurs (je pense bien sûr à la gallerie de personnages hauts en couleur de Dan Abnett)
Mais c'est quelque chose de récurrent chez McNeill.

Au final donc un très bon roman, avec de bonnes idées, quelques lenteurs/lourdeurs, mais une vrai histoire et deux trois révélations pour les fans (oui l'histoire du Dragon est un peu tirée par les cheveux mais explique pas mal de chose de manière assez habile au final)
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 23, 2013 9:16 AM CET


De la tyrannie / "Tyrannie et sagesse" d'Alexandre Kojève / "Hiéron ou le traité sur la tyrannie" de Xénophon
De la tyrannie / "Tyrannie et sagesse" d'Alexandre Kojève / "Hiéron ou le traité sur la tyrannie" de Xénophon
par Leo Strauss
Edition : Poche
Prix : EUR 9,15

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L'exégèse d'un classique oublié, 21 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Cet ouvrage présente un triple intérêt:
- d'abord la découverte d'un texte finalement peu connu de Xenophon
- ensuite une explication de ce texte par un fan avéré des classiques, Leo Strauss
- enfin une ouverture plus large sur l'oeuvre de Xenphon lui même

Strauss nous joue ici une partition connue, et souvent répétée il y a encore un siècle mais qui a depuis quasiment disparu des études classiques: le commentaire de texte classique.

Fin connaisseur de la Grèce socratique, il n'en reste pas moins un expert des auteurs médiévaux et modernes. Mais il est vrai qu'il a une nette préférence pour ce pays de barbares à peine civilisés et coureurs d'éphèbes, qu'était la péninsule hellénique il y a 2500 ans. Sa passion pour ces vikings antiques face à la civilisation millénaire de l'asie centrale (véritable Byzance avant l'heure)peut sembler bien légère. Il n'en est rien. L'étude extrêmement didactique du texte de Xénophon est un pure plaisir et révèle en effet avec beaucoup de pédagogie la construction du dialogue, l'importance des ellipses et sous-entendus (sans doute évident pour les antiques).

On se croirait revenu sur les bancs d’hypokhâgne !

L'on prend aussi la mesure de notre manque totale de culture quand on perçoit, au gré des références et citations de Strauss, l'étendue de l’œuvre de Xenophon (largement estompée en France par celle de Platon). Rien que cette découverte justifie l'achat de cet ouvrage.

En résumé un très bon petit opus, à découvrir et à déguster sans tarder.


The Horus Heresy, Tome 12 : Un millier de fils
The Horus Heresy, Tome 12 : Un millier de fils
par Graham McNeill
Edition : Broché

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un petit chef d'oeuvre, indispensable aux inconditionnels de l'univers, 7 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Horus Heresy, Tome 12 : Un millier de fils (Broché)
Il s'agit ici du douzième volume publié dans le cadre de la série "the Horus Heresy". Comme les autres ouvrages de cette collection, c'est un livre de commande.

Son auteur Graham McNeill est l'un des historiques de la Black Library, la maison d'édition de Games Workshop (l'éditeur et créateur du jeux Warhammer 40K dont est issu l'univers l'hérésie d'horus). Il est aussi l'un de ses auteurs les plus prolixes avec Dan Abnett. On lui doit notamment l'excellent tome 2 de la série The Horus Heresy, T2 : les Faux Dieux et le très très bon tome 5 The Horus Heresy, Tome 5 : Fulgrim : Portrait d'une trahison.

Mais soyons clair, ici il s'est surpassé. D'abord il a pris son temps et il a eu raison. Le héros est mon primarque préféré, souvent sous estimé, et pourtant le plus puissant de tous, le véritable double de l'Empereur, à savoir Magnus le Rouge aussi connu comme étant Magnus le Borgne (oui Odin n'est pas loin). L'histoire nous fait découvrir peu à peu sa légion, et son fils préféré Arhiman. Graham nous montre ainsi ce que tout bon fan sait depuis une petite dizaine d'années, à savoir que la légion des Milles Fils est celle qui s'est dédiée aux forces de l'éther et à leur maîtrise. Cette maîtrise est mal acceptée par les frères de Magnus et est à peine tolérée par l'Empereur. Cette opposition sera plus ou moins marquée mais ne sont que des détails pour Magnus et sa quête éternelle de connaissance. Car Magnus a compris le destin de l'humanité. Il a aussi compris, comme on le voit dans le second tome de la série justement, que Horus a trahi et que l'Empereur est aveugle à cette trahison.

Plusieurs événements importants de la liturgie Warhammeresque nous sont relatés en particulier le concile de Nicae (que l'on voit aussi brièvement et sous un tout autre angle dans The Horus Heresy, Tome 15 : Prospero brûle : Les Loups sont lâchés). Mais comme il se doit c'est de grandeur et de décadence dont on parlera dans ce volume. Et de la grandeur il y en a, Magnus étant la clef de bien des mystères.

A quoi sert le trône d'or? Pourquoi l'empereur doit y être lié ? Quel est le rôle de Magnus dans ce grand projet ? et quelle est la nature du pacte qu'il a lui même scellé 2 siècles auparavant avec une puissance inconnue ? Autant de questions fondamentales pour cet univers pour lesquelles enfin vous trouverez une réponse

Ensuite pour les fans ---attention Spoiler pour les autres--- sachez que Mcneill a pris le partir pris (que je trouve parfaitement légitime) de ne pas montrer un Magnus corrompu en conscience mais plus du fait d'un excès de zèle et surtout par un manque constant et quasi criminel de modestie. A ce titre je trouve que ça colle parfaitement avec le personnage. Il n'est pas rentré petit à petit dans le chaos, il ne s'est pas soumis à une puissance pour gagner quelque chose. C'est une lutte qui se termine sur un suicide suite à son échec aux yeux de son père.

Je vous laisse découvrir le détail de tout ceci dans un des meilleurs ouvrages de la série, un véritable hommage au background si particulier de cet univers.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 27, 2012 11:35 AM MEST


The Horus Heresy, Tome 7 : Légion : Secrets et mensonges
The Horus Heresy, Tome 7 : Légion : Secrets et mensonges
par Dan Abnett
Edition : Broché
Prix : EUR 10,50

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un bon Abnett mais souvent surévalué, 20 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Horus Heresy, Tome 7 : Légion : Secrets et mensonges (Broché)
Légion, Légion, Légion. Que n'ai-je entendu sur ce volume de la série "The Horus Heresy". Certes, c'est évidemment un ouvrage de commande comme tous ceux de la Black Library, mais l'auteur n'est rien moins que Dan ABNET un des plus prolifiques et l'initiateur de la série elle même avec son exceptionnel The Horus Heresy, T1 : l'Ascension d'Horus. Il a tout posé, Les serments de l'instant, le combat des immortels (les astartes) pour les mortels, la psyché compliqué de ces millions de guerriers sans peur et de leurs maîtres les primarques. Mais c'est aussi dan Abnett, l'auteur de la géniale série des Fantômes de Gaunt (Fantômes de Gaunt Cycle premier La fondation, Tome 1 : Premier et unique celle qui nous fait zoomer sur les pions innombrables que sont les humains au service de la garde impériale, 10.000 années après l'hérésie.

Alors que penser de cet énième ouvrage. Et bien que Dan aurait pu faire bcp mieux.

Sans rien dévoiler de la trame du roman, disons qu'il s'agit d'une double rencontre entre d'une part la rencontre des officiers d'une unité standard de la garde impériale avec l'Alpha Legion et d'autre part la rencontre de ces 2 groupes avec un 3ième, mystérieux et xenos. Comme à l'habitude l'histoire passe d'un groupe à l'autre. Comme à l'habitude, l'environnement militaire est décrit dans le détail alors attention aux 100 premières pages pleines de titres imprononçables, de descriptions d'uniformes sans intérêt et d'ellipses sensées nous plonger dans cet univers. Mais il faut être franc, l'histoire se traîne, comme le siège de ces 2 villes humaines qui refusent de se soumettre à la grande croisade. Et si les 2 personnages réellement humains (les 2 hetjmans) sont sympathiques à suivre, les autres sont à peine esquissés.

Bref, si vous êtes un fan de l'univers, en connaissez ses recoins, peu d'intérêt. Le choix de l'Alpha Legion pour l'hérésie est peu crédible et semble plus être là pour fermer le roman après des centaines de pages d'attente, plus que pour en relancer un autre.

Si vous ne connaissez pas bien cet univers pourtant déjà ancien (la première mention de l'hérésie date de 1988 avec la sortie du jeux de combat pour titans, Adeptus Titanicus) alors vous tolérerez sans doute les longueurs d'Abnett et lui seraient reconnaissant de vous révéler l'un des tous petits secrets de la galaxie.

Je dis ça mais bon, vous aurez tout de même l'occasion de serrer la main de l'empereur ce qui n'est somme toute pas banal.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 13, 2012 10:48 PM MEST


L'Hérésie d'Horus, tome 16 : L'Âge des Ténèbres
L'Hérésie d'Horus, tome 16 : L'Âge des Ténèbres
par Graham McNeill
Edition : Poche

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Excellent recueil pour patienter pour la suite, 10 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Hérésie d'Horus, tome 16 : L'Âge des Ténèbres (Poche)
Comme tous les autres ouvrages de la série The Horus heresy, il s'agit d'un livre de commande qui s'adresse plus aux fans et aux gens ayant déjà terminé a minima les 7 premiers tomes.
Nous avons donc pas moins 9 nouvelles allant du correct au très bon.
- "Les rêgles du combat", par Graham Mac Neil,l'un des auteurs les plus prolifiques qui signe ici une superbe nouvelle sur les Ultramarines et la rédaction du Codex Astartes
- "Le fruit du mensonge" une superbe nouvelle de James Swallow qui nous permet de mieux comprendre comment l'hérésie s'est imposée même sur des planêtes isolées
- "Les fils oubliés" de Nik Kyme, une petite nouvelle sur deux spaces marines un rien abandonné dans une mission diplomatique. Sans doute l'une des histoires les moins intéressantes, mais bien écrite
- "Le dernier commémorateur" de John French, probablement la meilleure du recueil, avec une bonne histoire bien sombre et fort bien tournée (on y retrouvera le primarque des Imperial Fist)
- "Renaissance" de Chris Wraight sur les Thousans Sons non corrompus . En troisième sur ma liste de ce recueil
- "Le visage de la trahison" de l'inénarrable Gavin Thorpe sur le retour du corbeau après la bataille d'Itsvam, pas mal , mon numéro deux sur la liste
- "L'autre Horus" de l'incontournable Dan Abnet, qui nous fait permet de retrouver Horus Aximand. Mais hélas la nouvelle n'est au final pas terrible.
- "Coeur de Fer" de Rob Sanders, premier ex aequo, superbe histoire d'honneur et de loyauté chez les Iron Warriors
- "Des Armes brutales", du jeune et talenteux Aaron Dembski-Bowden, sur la rencontre entre le Lion, primarque des Dark Angels et son frère ennemi Cruze primarque des Night Lords

Il y en a pour tous les gouts, des astartes, des primarques, des traitres, des hommes d'honneur, des fous, des mortels, et bien sûr, partout, la guerre. Vous voilà prévenu !


Einsatzgruppen : Sur les traces des commandos de la mort nazis
Einsatzgruppen : Sur les traces des commandos de la mort nazis
par Michael Prazan
Edition : Broché
Prix : EUR 25,40

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'autopsie parfaite d'un documentaire exemplaire, 29 avril 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Einsatzgruppen : Sur les traces des commandos de la mort nazis (Broché)
Cet ouvrage est en fait un récit détaillé de la réalisation du documentaire Einsatzgruppen : Les Commandos de la Mort par l'auteur lui même.

Michael Prazan est en effet un trentenaire documentaliste télé désormais réputé. Il travaille principalement pour les chaines publiques françaises (France2 et 3, Arte), qui sont hélas les seules à financer encore en France ce type de programme.

En quelques mots, le documentaire qui sous tend le livre retrace la formation et l'activité des Einsatzgruppen, ces groupes mobiles de tuerie nazies (cf notamment Hilberg et son monumental La destruction des Juifs d'Europe Coffret en 3 volumes) à travers les territoires l'ex Union Soviétique (des pays baltes annexés à la frontière roumaine) de l'invasion allemande en juin 41 à la défaite nazie et au delà dans l'après guerre.

Basé sur des archives d'époque (dont beaucoup en couleur), des entretiens avec des survivants ou des témoins, voire ceux de quelques bourreaux, et aussi sur des analyses d'historiens éminents, ce documentaire offre une vue à la fois approfondie et à jour sur un sujet que les travaux du père Desbois (Porteur de mémoires : Sur les traces de la Shoah par balles)ont rendu plus familier au public français.

Facile d'approche, très didactique, juste sans tomber dans le pathos, le documentaire est vraiment passionnant pour toute personne ne connaissant pas ou peu ces évènements terribles. Mais il est aussi d'un réel intérêt pour les personnes averties, notamment grâce à des témoignages utiles et à l'accent mis sur les dernières avancées de la recherche en ce domaine, sans compter la rencontre avec les bourreaux qui sans être essentiels, en disent néamnoins.. long.

Cet ouvrage est lui aussi très simple d'accès. Il présente le travail de réalisation, de production, mais aussi les principaux témoignages issus du documentaire. Point intéressant il accompagne la plupart de ses interviews d'un contexte qui dans bien des cas vient éclairer le propos ou l'utilisation de ce passage à tel ou tel moment du film.

Le livre aborde aussi,avec beaucoup de pudeurs et sans jamais prendre trop de place dans le récit, la réflexion et le doute permanent dans lesquels l'auteur fut plongé tout au long de sa descente à travers les 9 cercles de cet enfer sur terre que constituent encore ces crimes indicibles. Car comment vivre normalement lorsque l'on a voyagé sur des charniers pendant des semaines, quand on l'a serré la main de l'un des tueurs sadiques de cette triste épopée, ou que l'on a entendu tant de contemporains nier jusqu'à l'existence de ces meutres ou en appeler à de vieeux complots nauséeux pour expliquer le massacre dans des conditions à peine imaginables, de centaines de milliers d'innocents.

Un ouvrage donc quasi indispensable pour toute personne ayant un brin d'humanité et s'interrogeant sur le sens de la culpabilité et la justice face à ce qui reste comme le "grand crime" de l'histoire moderne.


Every Kingdom
Every Kingdom
Prix : EUR 16,99

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un petit moment de bonheur, 4 avril 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Every Kingdom (CD)
Benjamin est ce que l'on appelait un auteur/compositeur(interprète.

C'est un jeune anglais du sud ouest du pays (le menton de "la sorcière" quand vous regardez l'image de la Grande-Bretagne) qui a passé la plus grande partie de sa jeunesse à faire du surf dans l'atlantique.

Il compose depuis son adolescence et c'est dès 2007-8 qu'il commence à tourner dans les festivals de Surf. Aidé par un de ses vieux amis (Owain si tu nous écoutes c'est de toi qu'il s'agit) il a arrive à faire les premières parties des artistes folks anglais et anzacs (neo-zélandais et australiens) un peu "undergrounds" (tels le génial Fink, Xavier Rud, Angus & Julia Stone, etc).

Sa musique c'est du classique : de la guitare qui gratte, avec de la vrai voix derrière, façon Ray Lamontagne (son vrai modèle) et Dylan bien entendu.

Sa voix est incroyable. Son accent est à couper au couteau, son timbre errayé, bref on aime ou on aime pas mais il envoie. Ses d'ailleurs via ses live (confère des dizaines d'exemples sur youtube)qu'il a commencé à se faire connaître et que les groupies ont commencé à affluer.

Mais c'est finalement grâce à un clip de Mac Askill que sa musique dépasse son auditoire initial.

Et puis il a enfin mis son groupe en place avec la meilleure amie de sa sœur en bassiste/choriste/jean troué et un vieux pote en batteur/guitariste.

Son premier album il 'a fait avec eux dans une ancienne masure de la campagne: Every Kingdom c'est vendu a un demi million d'exemplaires, quasi sans pub en angleterre. C'est énorme pour un artiste de ce type.

En gros l'album est assez ingégal comparé a la version luxeEvery Kingdom :
- de l'exceptionnel: Black Flies / The fear / Under the same Sun (dans la version deluxe de l'album)
- du très bon : Promise (allez voir son clip fait à la main sur youtube) / Empty Corridors
- du facile : The Wolves (qui est son titre le plus connu), Old Pine (qui sont 2 titres calibrés pour le marché UK) et Keep your head (son premier EP fait pour une marque de surfing)

Je conseille pour les fans d'acheter la version Luxe qui offre de superbes videos et 2 3 lives de bonne qualité


Every Kingdom:Deluxe
Every Kingdom:Deluxe

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La naissance d'un grand, 4 avril 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Every Kingdom:Deluxe (CD)
Benjamin est ce que l'on appelait il y a 20 ans un auteur/compositeur/interprète. En gros un vrai artiste.

C'est un jeune anglais du sud ouest du pays (le menton de "la sorcière" quand vous regardez l'image de la Grande-Bretagne) qui a passé la plus grande partie de sa jeunesse à faire du surf dans l'atlantique.

Il compose depuis son adolescence et c'est dès 2007-8 qu'il commence à tourner dans les festivals de Surf. Aidé par un de ses vieux amis (Owain si tu nous écoutes c'est de toi qu'il s'agit) il est arrivé à faire les premières parties d'artistes folks anglais et anzacs (neo-zélandais et australiens) un peu "undergrounds" (tels le génial Fink, Xavier Rud, Angus & Julia Stone, etc).

Sa musique c'est du classique : de la guitare qui gratte, avec de la vrai voix derrière, façon Ray Lamontagne (son vrai modèle) et Dylan bien entendu.

Sa voix est incroyable. Son accent est à couper au couteau, son timbre errayé, bref on aime ou on aime pas mais il envoie. C'est d'ailleurs via ses lives (confère des dizaines d'exemples sur youtube)qu'il a commencé à se faire connaître et que les groupies ont commencé à affluer.

Mais ce sera finalement grâce à un clip de Mac Askill que sa musique dépassera son auditoire initial.

Et puis il a enfin mis en place son groupe avec la meilleure amie de sa sœur en bassiste/choriste/"jean troué" et un vieux pote en batteur/guitariste.

Son premier album il l'a enregistré avec eux dans une ancienne masure de la campagne après plusieurs centaines de concerts à travers l'Europe

Au final Every Kingdom s'est vendu a un demi million d'exemplaires, quasi sans pub en Angleterre. C'est énorme pour un artiste de ce type.

L'album classique est assez inégal et décevra sans doute les afficionados de ce petit génie.

Mais la version luxe (celle que je commente) est bien mieux avec :
- de l'exceptionnel: Black Flies / The fear / Under the same Sun (dans la version deluxe de l'album)
- du très bon : Promise (allez voir son clip fait à la main sur youtube) / Empty Corridors
- du facile : The Wolves (qui est son titre le plus connu), Old Pine (qui sont ses 2 titres calibrés pour le marché UK) et Keep your head up (son premier EP fait pour une marque de surf).

Le tout accompagné de superbes vidéos fait par un autre fan de surf, un photographe assez génial.

Vous basculerez alors vraiment dans l'univers si particulier de Ben,

Que du bon à acheter et à voir et vous pourrez dire dans 20 ans ,... ".. à mais tu sais j'ai acheté son premier album "


Page : 1 | 2 | 3 | 4